Ouvrir le menu principal

Huile de baleine

est l'huile obtenue de plusieurs espèces de baleines de la famille des balénidés
Four utilisé pour produire l'huile de baleine (Ilulissat, Groenland)
Bouteille d'huile de baleine

L'huile de baleine est l'huile obtenue de plusieurs espèces de baleines de la famille des balénidés, telles que la baleine de Biscaye ou la baleine du Groenland. On a aussi tiré beaucoup d'huile de baleine des cachalots, et localement des orques et des bélugas.

Elle a été la première des huiles animales à devenir très rentable. Extraite du lard de l'animal, son exploitation industrielle est l'une des causes de régression des grands cétacés. Le moratoire décrété en 1986 par la Commission baleinière internationale sur le commerce des produits issus de la chasse aux baleines a sonné le glas de cette huile. Des substituts ont été trouvés pour la plupart de ses usages, notamment avec les huiles végétales, comme l'huile de jojoba et minérales, comme le kérosène.


Sommaire

DescriptionModifier

La couleur de l'huile de baleine varie du jaune miel brillant au brun foncé, selon la condition de la baleine de laquelle l'huile a été extraite.

La stéarine et le spermaceti peuvent être séparés de l'huile à basses températures ; à moins de 0°C, ces composants peuvent être presque complètement cristallisés et filtrés.

Le dépôt qui en résulte est nommé suif de baleine, tandis que l'huile qui reste est nommée huile de baleine pressée.

UsagesModifier

L'huile de baleine a d'abord servi de combustible pour les lampes à huile et comme cire pour les bougies. Elle a également été utilisée comme excipient cosmétique, dans la fabrication du savon, de la margarine, de la laine, dans le graissage des cuirs et l'éclairage public (avant qu'elle ne soit remplacée par le pétrole, le gaz de ville, puis l'électricité). Ainsi C Giraud écrivait-il en 1817 :

« L'éclairage par le gaz est aujourd'hui répandu à un tel point en Angleterre, pour les rues, les boutiques, les ateliers, les spectacles, les fabriques et les temples, que l'on a craint que cette invention, en diminuant l'usage de l'huile de baleine, ne nuisît aux pêcheries anglaises[1]. »

SourcesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Henri Marcelet, Les huiles d'animaux marins. Procédés d'extraction. Analyse. Documents analytiques, Paris/Liège, Librairie polytechnique Ch. Béranger, 1924, 229p.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Pierre Claude François Daunou, Pierre Antoine Lebrun, Charles Giraud, Gaston Bruno Paulin Paris, Barthélemy Hauréau, Léopold Delisle, Académie des inscriptions & belles-lettres (France), Institut de France, René Cagnat, Alfred Merlin. Journal des Savants Éditions Klincksieck, 1817 (Livre numérique Google)