Ouvrir le menu principal

La passione di Gesù Cristo

livret de Metastase

Première page du livret, musique d'Antonio Caldara, Vienne, 1730

La passione di Gesù Cristo ou La Passione di Nostro Signore Gesù Cristo (en français La Passion de Jésus-Christ) est un livret pour une « azione sacra » (pour un « oratorio ») en deux parties de Pietro Metastasio. Il est le premier de ses sept livrets d'oratorio écrits à Vienne. Il a été mis en musique par environ 70 compositeurs. C'est l'un des textes d'oratorios les plus mis en musique du XVIIIe et du début du XIXe siècle . Le premier compositeur qui l'a utilisé, a été Antonio Caldara qui a fait représenter l'oratorio le à la chapelle de la Hofburg à Vienne[1].

Sommaire

SynopsisModifier

L'oratorio raconte la Passion du Christ racontée par quatre personnes qui ont participé aux événements : Simon Pierre, Marie-Madeleine, Jean et Joseph d'Arimathie. Pierre a renié le Christ après son arrestation et a fui. Par conséquent, il n'a pu assister au déroulement du jugement et de la Crucifixion. Après son retour, il laisse Marie-Madeleine, Jean et Joseph d'Arimathie en rapporter les détails.

Première partieModifier

Pierre revient vers ses amis, la conscience inquiète et se sentant coupable. Il craint que Jésus ne soit déjà plus en vie. Le chœur des disciples déplore les événements et appelle l'ensemble de l'humanité à prendre le deuil. Pierre demande à Marie-Madeleine, Jean et Joseph d'Arimathie plus de détails. Jean l'envie parce qu'il n'a pas eu à assister à la façon dont Jésus a été conduit chez le juge, a été flagellé et a subi les moqueries. Tout d'abord, Joseph rappelle sa vaine tentative d'aider Jésus à porter la croix. Puis il décrit les trois moments de souffrance de Jésus, quand il a été cloué sur la croix. Sa mère Marie a réussi une dernière fois à l'embrasser avant qu'elle ne soit emportée de force par les soldats. Enfin, Jésus a invité sa mère Marie et Jean à rester ensemble. Jésus a reçu comme dernier verre du vinaigre et est finalement décédé. Pierre et Marie Madeleine se font des reproches. Le chœur termine la première partie et appelle les mortels à être reconnaissants envers Jésus parce que la souffrance du Rédempteur apporte le salut aux justes et la mort au pécheur.

Deuxième partieModifier

Pierre peut raconter les événements survenus après la crucifixion. Joseph a trouvé une tombe et l'a fermée avec une pierre de marbre. À cause du sabbat, il n'a pas été possible de lui rendre visite. En outre, la tombe pourrait être surveillée, parce que les Hébreux craignent le vol du cadavre. Quand Joseph nous rappelle la prophétie de la destruction imminente de Jérusalem et du temple, Pierre voit cela comme une expiation car Jésus n'a pas été reconnu comme le Fils de Dieu et il raconte ses divers miracles. Marie Madeleine pense que maintenant chaque cœur encore incrédule, viendra à la foi, et Jean nous enseigne comment sa mort nous révèle la signification des anciennes prophéties. Marie Madeleine se plaint que Dieu ne soit plus visible à leurs yeux maintenant et qu'ils soient laissés sans guide. Pierre la rassure car les paraboles et le souvenir de la mort de Jésus se perpétueront, et peuvent servir de modèle. Il est convaincu que Jésus reviendra quand il verra la foi vaciller. Même Marie Madeleine et Jean attendent la résurrection. La tombe sera un lieu de pèlerinage et la Croix un signe de victoire. La deuxième partie se termine par un chœur. Il appelle l'espérance à renforcer l'amour et la foi à chasser la peur.

Analyse du livretModifier

Les sept oratorios viennois de Métastase viennent à la suite de ceux de son prédécesseur Apostolo Zeno. Simplicité et clarté dans la structure sont prédominants. Métastase renonce à introduire des personnages divins et allégoriques et respecte les trois unités aristotéliciennes d'espace, de temps et d'action. Par conséquent, de nombreuses actions ne sont racontées que rétrospectivement. Ses interprétations théologiques respectent strictement les exigences exégétiques de l'Église. Dans de nombreux endroits, il a donné des preuves sous la forme de passages et de citations des écritures des exégètes de la Bible. Comme dans ses livrets d'opéra, l'action est décrite dans les récitatifs, qui conduisent à des arias da capo. Les scènes d'ensemble et les chœurs sont utilisés avec parcimonie.

Métastase a écrit ce texte en 1730 à Vienne. Il était destiné à être mis en musique par Antonio Caldara, ce que ce dernier a fait en mars 1730 en moins de deux semaines.

Dans l'histoire des livrets de l'oratorio de la Passion, le texte de Metastase représente une rupture totale par une nouvelle esthétique et une description sentimentale de la souffrance. Le livret suit avec une entière fidélité les paroles de la Bible en mettant en scène la personne de Jésus. Il est devenu au XVIIIe siècle le texte ayant la plus grande popularité. Les personnes de Marie Madeleine, Jean et Joseph d'Arimathie sont mises en avant; le chœur de son côté, ne se voit confié que quelques passages.

Métastase en évitant la présentation de Jésus comme une personne participant à l'action, suit les règles de la poétique aristotélicienne. Les aspects sanglants sont rapportés dans les récitatifs de la première partie comme des récits des événements. Les textes des arias s'éloignent relativement loin de l'action. Ils traitent de questions théologiques centrales comme l'incapacité de l'homme pécheur d'accéder à la vraie connaissance de Dieu (Pierre dans "Se la pupilla Inferma"). Les sources des idées sous-jacentes au texte ont été notées par Métastase au bas des pages du livret

Mises en musiqueModifier

Les compositeurs suivants ont mis en musique ce livret :

Année Compositeur Création Lieu Remarques
1730 Caldara, AntonioAntonio Caldara 4 avril 1730, Hofburgkapelle[2],[N 1],[N 2] Vienne aussi représenté en 1733
1733 Sodi, CharlesCharles Sodi (en) 1733[3],[N 3] Montefiascone
1735 Gregori, Giovanni LorenzoGiovanni Lorenzo Gregori 1735, Santa Maria Corteorlandini[4],[5] Lucques
1735 Venturelli, GiuseppeGiuseppe Venturelli (en) 1735[1],[6] Modène selon le Grove Music Online, en 1738
1736 Magagni, MichelangeloMichelangelo Magagni (en) 1736[1],[N 4] Florence
1737 Sarro, DomenicoDomenico Sarro 1737[1],[7],[8] aussi en 1738 à Bologne; en 1741 à Naples
1742 Perez, DavideDavide Perez (en) 1742[9],[N 5] Palerme
1743 Conti, NicolaNicola Conti 1743, Oratorio di San Filippo Neri[1],[10] Florence
1743 Valentini, DomenicoDomenico Valentini (en) 1743, Oratorio della Congregazione di San Filippo Neri[1],[11] Venise
1743 Basili, AndreaAndrea Basili (en) 1743[12] Recanati
1747 Cordicelli, GiovanniGiovanni Cordicelli (en) 1747[1],[N 6] Rome
1749 Cornario, AndreaAndrea Cornario (en) 1749[1]
1749 Jommelli, NiccolòNiccolò Jommelli 1749[13],[N 7],[N 8],[14] Rome aussi en 1772 à Florence; 1770 au King’s Theatre am Haymarket à Londres
1751 Runcher, Giovanni BattistaGiovanni Battista Runcher (en) 1751[1],[15] Trente
1754 Grua, Carlo LuigiCarlo Luigi Grua (en) 1754[1] sous le titre de Das Leyden Jesu Christi
1754 Holzbauer, IgnazIgnaz Holzbauer 12 avril 1754, Cappella elettorale Palatina[16] Mannheim
1755 Eberlin, Johann ErnstJohann Ernst Eberlin 1755[17] Salzbourg sous le nom de Das Leiden unsers Heilandt Jesu Christi
1755 Schürer, Johann GeorgJohann Georg Schürer (en) 1755[1],[18]
1756 Feroci, GiuseppeGiuseppe Feroci (en) 1756, Chiesa dei pp. Agostiniani[1],[19] Castiglion Fiorentino
1759 Masi, GiovanniGiovanni Masi (en) 1759, Ospizio del Melani[1],[20] Florence
1759 Zannetti, FrancescoFrancesco Zannetti (en) 17 septembre 1759, SS. Crocifisso di S. Pietro[1],[21] Volterra
1762 Vannucci, Domenico FrancescoDomenico Francesco Vannucci (en) 1762, Congregazione degli Angeli Custodi[1],[22] Lucques
1762 Albrechtsberger, Johann GeorgJohann Georg Albrechtsberger 1762, Benediktinerkloster[23],[24] Melk
1763 Schuback, JakobJakob Schuback (en) 1763[25],[1],[26] version en allemand de Schuback sous le nom de Betrachtungen der Leiden unseres Erlösers
1767 Naumann, Johann GottliebJohann Gottlieb Naumann 18 avril 1767, Hofkapelle[27],[N 9] Dresde aussi en 1787 à Dresde
1770 Kühl, LorenzLorenz Kühl (en) 22 mars 1770[28] Hambourg
1772 Sales, Pietro PompeoPietro Pompeo Sales (en) 1772, Hofkapelle des Kurfürsten[29] Ehrenbreitstein
1773 Mysliveček, JosefJosef Mysliveček 24 mars 1773[30],[N 10] Florence aussi en 1784 à Mayence
1775 Crispi, Pietro MariaPietro Maria Crispi (en) [1],[31] sous le nom de La passione del Redentore;
le 12 avril 1778 in Oratorio di San Girolamo della Carita à Rome
1776 Salieri, AntonioAntonio Salieri 18 décembre 1777, Tonkünstlersozietät[32],[N 11] Vienne aussi en 1793 dans la Konzertsaal der Musikliebhaber à Berlin
1776 Uttini, Francesco AntonioFrancesco Antonio Uttini 24 mars 1776[33] Stockholm
1776 Luchesi, AndreaAndrea Luchesi 1776–77[1],[34]
1778 Starzer, JosefJosef Starzer 1778, Tonkünstlersozietät[35],[N 12] Vienne
1778 Majo, Gian Francesco deGian Francesco de Majo 1778[36],[37] Milan aussi en 1780 dans Oratorio dell’antichissima Arciconfraternita di Santa Maria della Vita à Bologne
1778 Morosini, GiuseppeGiuseppe Morosini (en) 1778[1]
1778 Schuster, JosephJoseph Schuster (en) 1778, Hofkapelle[38] Dresde
1779 Pavani, GiammariaGiammaria Pavani (en) 1779[1],[N 13]
1781 Spontoni, CarloCarlo Spontoni (en) 1781, Accademici Armonici Uniti[1],[39],[40],[N 14] sous le nom de A Paixat de Jesus Christo;
aussi en 1788 à l'Accademici Armonici Uniti à Bologne
1782 Paisiello, GiovanniGiovanni Paisiello 1782[1],[41],[42],[N 15],[N 16],[N 17],[N 18] Saint-Pétersbourg selon le Grove Music Online, d'abord en 1783; aussi le 2 avril 1784 au Hoftheater à Varsovie; 1791 et 1809 à Dresde; 1812 à Milan
1783 Reichardt, Johann FriedrichJohann Friedrich Reichardt 14 août 1783 (extraits), terminé le 8 avril 1784 dans le cadre des Concerts spirituels[43],[44],[N 19]. Berlin aussi en 1785 à Londres et Paris;
la partition a été portée très longtemps disparue, mais en 1998 a été retrouvée
1783 Santos, Luciano XavierLuciano Xavier Santos (en) 19 mars 1783, Palácio de Ajuda[45] Lisbonne
1785 Commandini, CarloCarlo Commandini (en) 1785[1]
1786 Prati, AlessioAlessio Prati (en) 1786, Congregazione dell’oratorio di S. Filippo Neri[46],[N 20]. Florence avec de la Musique d'autres compositeurs
1787 Torelli, FedericoFederico Torelli (en) 1787, Casino Nobile[47],[48]. Bologne
1787 Zingarelli, Niccolò AntonioNiccolò Antonio Zingarelli 1787[49],[N 21],[N 22] Milan
1789 Fiocchi, VincenzoVincenzo Fiocchi (en) 1789, Oratorio di S. Filippo Neri[1],[50] Rome
1790 Guglielmi, Pietro AlessandroPietro Alessandro Guglielmi 1790, Teatro de los Caños de Peral[51] Madrid
1790 Teyber, AntonAnton Teyber 15 avril 1805, Tonkünstlersozietät[52],[53] Vienne basé vraisemblablement sur un autre livret
1791 Almerici, GianfrancescoGianfrancesco Almerici (en) 1791[1]
1792 Mattei, StanislaoStanislao Mattei 6 avril 1792, Arciconfraternita di S. Maria della Morte[54],[55] Bologne seconde version 1806
1794 Mortellari, MicheleMichele Mortellari (en) 1794, Représentation privée[56] Londres
1799 Andreozzi, GaetanoGaetano Andreozzi 1799, Teatro San Carlo[57] Naples
1799 Nicolini, GiuseppeGiuseppe Nicolini 1799[58] Naples
1802 Azopardi, FrancescoFrancesco Azopardi (en) 1802[1]
1812 Morlacchi, FrancescoFrancesco Morlacchi 1812, Hofkapelle[59] Dresde aussi en 1816 à Pérouse
1813 Kleinheinz, Franz XaverFranz Xaver Kleinheinz (en) 1813[60],[61] Budapest ou Bratislava
inconnu Almeida Mota, João Pedro deJoão Pedro de Almeida Mota (en) (Motta) inconnu[62]
inconnu Calegari, AntonioAntonio Calegari (en) inconnu[63],[64]
inconnu Cornaro, ZuaneZuane Cornaro (en) inconnu[65]
inconnu Gemmine, SantoSanto Gemmine (en) inconnu[1]
inconnu Graun, Johann GottliebJohann Gottlieb Graun inconnu[66],[67]
inconnu Harrer, GottlobGottlob Harrer (en) inconnu[1],[68],[69] Leipzig HarWV 51;
als Ich weiss nicht, wo ich bin
inconnu Naselli, DiegoDiego Naselli (en) inconnu[70],[71],[N 23] Représenté en 1772 à Londres; peut-être identique à l'oratorio de 1742 de Davide Perez
inconnu Schiassi, Gaetano MariaGaetano Maria Schiassi inconnu[72],[73] Lisbonne
inconnu Sogner, TommasoTommaso Sogner (en) inconnu[74]

Version d'Antonio SalieriModifier

Antonio Salieri a écrit sa version du célèbre livret en 1776 pour la Wiener Tonkünstlersozietät, où l'oratorio a été créé le 18 et . Le rôle difficile de soprano de Marie Madeleine a été conçu par Salieri pour son élève Catarina Cavalieri, la partie de ténor de Pierre pour Vincenzo Righini. Dans cette œuvre, Salieri se conforme aux conseils de son mentor Christoph Willibald Gluck, et les effets de brillance d'une voix colorature sont complètement exclus. Les nombreux récitatifs « accompagnato » sont frappants et dans plusieurs scènes complexes à grande échelle, Salieri a essayé de contrebalancer le schématisme du livret. Il convient de noter également de nombreuses tonalités mineures qui sont utilisées pour introduire des accents dramatiques. L'ouverture traduit - selon Salieri - les angoisses et douleurs de Pierre.

Le vieux Métastase semble avoir très apprécié la Passione de Salieri, qui a été jouée en présence de l'empereur Joseph II. Il aurait déclaré « cette musique est la plus expressive de toutes celles qui ont été faites sur ce poème », comme le premier biographe de Salieri, Ignaz Franz von Mosel, nous l'a rapporté - ce qui constituait un grand éloge pour un jeune compositeur alors âgé de 26 ans. Johann Adolf Hasse a également loué l'œuvre, en particulier l'une des grandes fugues chorales, qui terminent chaque partie.

L'œuvre a été extrêmement populaire auprès de ses contemporains. Elle a été jouée à Leipzig (1786), Copenhague (1790), Leipzig (1791) et Berlin (1793). Carl Philipp Emanuel Bach a dirigé l'oratorio à Hambourg.

À notre époque, l'œuvre a été jouée souvent grâce à deux éditions disponibles. Elle a été donnée en particulier en 1995 à Vérone, en 1999 et 2002 à Heidelberg, en 2000 à Vienne, en 2002 à Brno, en 2003 à Cologne, en 2006 à Düsseldorf, Cologne et Leverkusen, ainsi qu'à Bitonto, Brindisi et au Théâtre de La Fenice à Venise et dans la ville natale de Salieri, Legnago, en 2007, dans le cadre du Festival Valle d'Itria à Martina Franca, Brindisi et Cerignola, ainsi qu'à Caen, France, en 2008 dans la Frauenkirche de Dresde. La pièce est maintenant disponible dans un certain nombre d'enregistrements sur le marché, y compris celui de Hanno Müller-Brachmann.

Enregistrements et concerts récentsModifier

  • João Pedro de Almeida Mota:
    • 1969: Chœur et Orchestre de Chambre Gulbenkian (Lisbonne) sous la direction de Gianfranco Rivoli. Solistes: Luísa Bosabalian (Soprano), Fernando Serafim (Ténor), Benjamin Luxon (Bariton), Richard Angas (Basse)[62],[75].
  • Antonio Caldara:
    • 1999: CD avec l'Europa Galante et le Athestis Chorus sous la direction de Fabio Biondi. Solistes: Patricia Petibon (Maddalena), Francesca Pedaci (Giovanni), Laura Polverelli (Pietro), Sergio Foresti (Giuseppe)[76].
    • 1999: CD avec le Savaria Baroque Orchestra et la Capella Savaria sous la direction de Pál Nemeth. Solistes: Mária Zádori, Angelos Fotiadis, Timothy Bentch, István Kovács[77].
    • 2012: enregistrement à Ulm avec le Hassler-Consort sous la direction de Franz Raml. Solistes: Katja Stuber und Siri Karoline Thornhill (Soprano), Ursula Eittinger (Mezzosopran), Michael Weigert (Ténor), Achim Hoffmann (Bariton). L'enregistrement a été retransmis à la radio[78].
  • Gottlob Harrer:
    • 2005: enregistrement à St. Laurentius, Auerbach avec le Kammerchor Michaelstein et le Telemannischen Collegium Michaelstein sous la direction de Ludger Rémy. Solistes: Dorothee Mields (Maria Magdalena), Steve Wächter (Petrus), Knut Schoch (Johannes), Matthias Vieweg (Joseph von Arimathia). L'enregistrement a été retransmis à la radio[79],[80].
  • Niccolò Jommelli:
    • 1983: CD avec le Società Cameristica di Lugano sous la direction de Arturo Sacchetti. Solistes: Sofia Mukhametova (Maddalena), René Jacobs (Giovanni), Gianni Puddu (Pietro), Carlo de Bortoli (Giuseppe d’Arimatea)[81].
    • 1996: CD avec la Berliner Barock-Akademie sous la direction de Alessandro De Marchi. Solistes: Anke Herrmann (Maddalena), Debora Beronesi (Giovanni), Jeffrey Francis (Pietro), Maurizio Picconi (Giuseppe d’Arimatea)[82].
  • Andrea Luchesi:
    • 2007: CD avec le Coro Civico M. Boni Di Viadana et l'Orchestra Barocca di Cremona sous la direction de Giovanni Battista Columbro. Solistes: Nadia Mantelli (Soprano), Alessandra Vavasori (Alto), Emanuele d’Aguanno (Ténor), Francesco Azzolini (Basse)[83].
  • Josef Mysliveček:
    • 2004/2005: CD avec le Chorus Musicus Köln et le Neuen Orchester sous la direction de Christoph Spering. Solistes: Sophie Karthäuser (Maddalena), Jörg Waschinski (Pietro), Yvonne Berg (Giovanni), Andreas Karasia (Giuseppe d’Arimatea)[84],[85].
    • 29. Mai 2013: enregistrement à Prague avec le Collegium 1704 et le Collegium Vocale 1704 sous la direction de Václav Luks. Solistes: Simona Šaturová (Maddalena), Martina Janková (Pietro), Sophie Harmsen (Giovanni), Krystian Adam (Giuseppe). L'enregistrement a été retransmis à la radio[86].
  • Johann Gottlieb Naumann:
    • 2006/2008: CD avec le Coro La Stagione Armonica et l'Orchestra di Padova e del Veneto sous la direction de Sergio Balestracci. Solistes: Monica Bragadin (Maddalena), Makoto Sakurada (Pietro), Raffaele Giordani (Giovanni), Alfredo Grandini (Giuseppe)[87].
  • Giovanni Paisiello:
    • 1998: CD avec le Warsaw Chamber Opera Chorus et le Warsaw Sinfonietta sous la direction de Wojciech Czepiel. Solistes: Halina Górzynska (Maddalena), Miroslava Kacprzak (Pietro), Jerzy Knetig (Giovanni), Jerzy Mahler (Giuseppe d’Arimatea)[88].
    • 2007: CD avec I Barocchisti et le Coro della Radio Svizzera sous la direction de Diego Fasolis. Solistes: Roberta Invernizzi (Pietro), Alla Simoni (Maddalena), Luca Dardolo (Giovanni), José Fardilha (Giuseppe d’Arimatea)[89].
  • Johann Friedrich Reichardt
  • Antonio Salieri:
    • Divers enregistrements
    • 1995: CD avec la Cappella Musicale della Cattedrale di Verona sous la direction de Alberto Turco. Solistes: Daniela Citino, Maria Teresa Toso, Nikola Yovanovitch, Mario Scardoni[91].
    • 2004: CD avec le Neuen Orchester et le Chorus Musicus Köln sous la direction de Christoph Spering. Solistes: Melba Ramos (Soprano), Franziska Gottwald (Alto), Florian Mock (Ténor), Hanno Müller-Brachmann (Basse)[92].
    • 2006: CD avec le Salieri Chamber Orchestra et le Wiener Jeunesse-Chor sous la direction de Giovanni Pelliccia. Solistes: Michela Sburlati (Maddalena), Matteo Lee Yeong Hwa (Pietro), Chiarastella Onorati (Giovanni), Roberto Abbondanza (Basse)[93].
  • Joseph Schuster:
    • 2012: enregistrements à Dresde et Prague avec le Prager Barockorchester Collegium 1704 et le Collegium Vocale 1704 sous la direction de Václav Luks. Solistes: Dora Pavlíková (Mezzosoprano), Eric Stoklossa (Ténor), Sebastian Monti (Ténor), Václav Čížek (Ténor)[94],[95]

GalerieModifier

Premières pages du livret :

NumérisationsModifier

  1. Livret (italien) de l'Oratorio de Antonio Caldara, Vienne (Autriche)|Vienne 1730 numérisé par Münchener Digitalisierungszentrum.
  2. Livret (italien) de l'Oratorio de Antonio Caldara, Bologne 1733 numérisé chez Museo internazionale e biblioteca della musica di Bologne.
  3. Livret (italien) de l'Oratorio de Charles Sodi, Montefiascone 1733 numérisé par Münchener Digitalisierungszentrum.
  4. Livret (italien) de l'Oratorio de Michelangelo Magagni, Florence 1736 numérisé chez Internet Archive.
  5. Livret (italien) de l'Oratorio de Davide Perez, Palerme 1742 numérisé chez Google Books.
  6. Livret (italien) de l'Oratorio de Giovanni Cordicelli, Rome 1747 numérisé chez Münchener Digitalisierungszentrum.
  7. Livret (italien) de l'Oratorio de Niccolò Jommelli, Florence 1772 numérisé chez Internet Archive.
  8. Livret (italien) de l'Oratorio de Niccolò Jommelli, Florence 1765 numérisé par Münchener Digitalisierungszentrum.
  9. Livret (italo/allemand) de l'Oratorio de Johann Gottlieb Naumann, Dresde 1787 numérisé chez der Universitäts- und Landesbibliothek Sachsen-Anhalt.
  10. Livret (italo/allemand) de l'Oratorio de Josef Mysliveček, Mainz 1784 numérisé chez Google Books.
  11. Livret (italo/allemand) de l'Oratorio d'Antonio Salieri, Berlin 1793 numérisé chez Staatsbibliothek zu Berlin.
  12. Livret (italo/allemand) de l'Oratorio de Josef Starzer, 1778 numérisé chez der Staatsbibliothek zu Berlin.
  13. Livret (italien) de l'Oratorio de Giammaria Pavani, Ancone 1779 numérisé chez Münchener Digitalisierungszentrum.
  14. Livret (italien) de l'Oratorio de Carlo Spontoni, Bologne 1788 numérisé chez Münchener Digitalisierungszentrum.
  15. Livret (italo/allemand) de l'Oratorio de Giovanni Paisiello, Dresde 1791 numérisé chez Münchener Digitalisierungszentrum.
  16. Libretto (italienisch/deutsch) des Oratoriums von Giovanni Paisiello, Dresde 1809 numérisé chez Internet Archive.
  17. Livret (italien) de l'Oratorio de Giovanni Paisiello, Milan 1812 numérisé chez Museo internazionale e biblioteca della musica di Bologne.
  18. Partition de l'Oratorio de Giovanni Paisiello numérisé chez International Music Score Library Project.
  19. Livret (italien/allemand) de l'Oratorio de Johann Friedrich Reichardt, Berlin 1784 numérisé chez Münchener Digitalisierungszentrum.
  20. Livret (italien) de l'Oratorio de Alessio Prati, Florence 1786 numérisé chez Internet Archive.
  21. Livret (italien) de l'Oratorio de Niccolò Antonio Zingarelli numérisé chez Museo internazionale e biblioteca della musica di Bologne.
  22. Partition de l'Oratorio de Niccolò Antonio Zingarelli numérisé chez Internet Archive.
  23. Livret (italo/anglais) de l'Oratorio de Diego Naselli, Londres 1772 numérisation de Universitätsbibliothek Augsburg.

Source de la traductionModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa et ab Grove Music Online
  2. La passione di Gesù Cristo (Antonio Caldara) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  3. La passione di Gesù Cristo (Charles Sodi) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  4. Gregori, Giovanni Lorenzo. In: Dizionario Biografico – Treccani, consulté le 27 avril 2015.
  5. La passione di nostro Signore Gesù Cristo (Giovanni Lorenzo Gregori) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  6. La passione di Gesù Cristo (Giuseppe Venturelli) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  7. La passione di Gesù Cristo (Domenico Sarri) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  8. Domenico Natale Sarro auf haendel.it, consulté le 8 mai 2015.
  9. La passione di Gesù Cristo nostro signore (David Perez) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  10. La passione di Gesù Cristo signore nostro (Nicola Conti) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  11. Bibliotheksdatensatz des Oratoriums von Domenico Valentini chez opac.sbn.it, consulté le 8 mai 2015.
  12. La passione di Gesù Cristo (Andrea Basili) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  13. La passione di Gesù Cristo (Niccolò Jommelli) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  14. Livret (italo/anglais) de l'Oratorio de Niccolò Jommelli, Londres 1770, numérisé chez ECCO (Eighteenth Century Collections Online, über deutsche Nationallizenz einsehbar).
  15. Bibliotheksdatensatz des Oratoriums von Giovanni Battista Runcher chez cbt.biblioteche.provincia.tn.it, consulté le 8 mai 2015.
  16. La passione di Gesù Cristo signor nostro (Ignaz Holzbauer) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  17. Das Leiden Unsers Heilandt Jesu Christi (Johann Ernst Eberlin) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  18. La passione di Gesù Cristo (Johann Georg Schürer) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  19. Bibliotheksdatensatz des Oratoriums von Giuseppe Feroci chez opac.sbn.it, consulté le 8 mai 2015.
  20. Bibliotheksdatensatz des Oratoriums von Giovanni Masi chez polovea.sebina.it, consulté le 8 mai 2015.
  21. Bibliotheksdatensatz des Oratoriums von Francesco Zannetti chez polovea.sebina.it, consulté le 8 mai 2015.
  22. La passione di nostro Signore Gesù Cristo (Domenico Francesco Vannucci) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 8 mai 2015.
  23. Oratorium de Passione Domini (Johann Georg Albrechtsberger) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  24. Bibliotheksdatensatz des Oratoriums von Johann Georg Albrechtsberger chez la Bibliothèque nationale de France, consulté le 8 mai 2015.
  25. La passione di Gesù Cristo (Jakob Schuback) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  26. Kurt Stephenson: Schuback, Jacob. In: Die Musik in Geschichte und Gegenwart. Bärenreiter-Verlag 1986 (Digitale Bibliothek Band 60), S. 67655 ff (vgl. MGG Bd. 12, S. 94 ff).
  27. La passione di Gesù Cristo (Johann Gottlieb Naumann) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  28. La passione di Gesù Cristo (Lorenz Kühl) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  29. La passione di Gesù Cristo (Pietro Pompeo Sales) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  30. La passione di nostro Signore Gesù Cristo (Josef Myslivecek) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  31. La passione del Redentore (Pietro Maria Crispi) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  32. La passione di Gesù Cristo (Antonio Salieri) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  33. La passione di Gesù (Francesco Antonio Baldassare Uttini) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  34. La passione di Gesù Cristo (Andrea Lucchesi) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  35. La passione di Gesù Cristo (Josef Starzer) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  36. La passione di Gesù Cristo (Gian Francesco de Majo) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  37. Bibliotheksdatensatz des Oratoriums von Gian Francesco de Majo im Museo internazionale e biblioteca della musica di Bologne, consulté le 8 mai 2015.
  38. La passione di Gesù Cristo (Josef Schuster) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  39. La passione di Gesù Cristo (Carlo Spontoni) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  40. Bibliotheksdatensatz des Oratoriums von Carlo Spontoni chez opac.sbn.it, consulté le 8 mai 2015.
  41. La passione di Gesù Cristo nostro signore (Giovanni Paisiello) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  42. Giovanni Paisiello (1740-1816): La Passione di Gesù Cristo auf klassika.info, consulté le 8 mai 2015.
  43. La passione di Gesù Cristo (Johann Friedrich Reichardt) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  44. Ursula Jürgens: Seltener Glücksfall einer Schatzsuche. Die Wiederentdeckung der Metastasio-Passion von Johann Friedrich Reichardt. (PDF)
  45. La passione di Gesù Christo (Luciano Xavier Santos) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  46. La passione di Gesù Cristo signor nostro (Alessio Prati) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  47. La passione di Gesù Cristo (Federico Torelli) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  48. Bibliotheksdatensatz des Oratoriums von Federico Torelli chez opac.sbn.it, consulté le 8 mai 2015.
  49. La passione di Gesù Cristo (Niccolò Antonio Zingarelli) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  50. Bibliotheksdatensatz des Oratoriums von Vincenzo Fiocchi chez polovea.sebina.it, consulté le 8 mai 2015.
  51. La passione di Gesù Cristo (Pietro Alessandro Guglielmi) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  52. La passione di Gesù Cristo (Anton Teyber) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  53. Christine Blanken: Franz Schuberts „Lazarus“ und das Vienne (Autriche)|Vienneer Oratorium zu Beginn des 19. Jahrhunderts. Franz Steiner, Göttingen 2002, (ISBN 3-515-07933-5), S. 312 (online chez Google Books).
  54. La passione di Gesù Cristo (Stanislao Mattei) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  55. Mattei, Stanislao. In: Dizionario Biografico – Treccani, consulté le 8 mai 2015.
  56. La passione di Gesù Cristo (Michele Mortellari) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  57. La passione di Gesù Cristo (Gaetano Andreozzi) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  58. La passione di Gesù Cristo (Giuseppe Nicolini) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  59. La passione di Gesù (Francesco Morlacchi) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  60. La passione di Giesù Cristo (Franz Xaver Kleinheinz) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  61. Hans Jancik: Kleinheinz, Franz Xaver. In: Die Musik in Geschichte und Gegenwart. Bärenreiter-Verlag 1986 (Digitale Bibliothek Band 60), S. 42143 (vgl. MGG Bd. 7, S. 1207).
  62. a et b Heinz Josef Herbort: Die neue Schallplatte (João Pedro de Almeida Motta: „La Passion di Gesü Christo“). In: Die Zeit du 20 mars 1970, consulté le 9 mai 2015.
  63. La passione di nostro Signore Gesù Cristo (Antonio Calegari) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  64. Antonio Garbelotto, Roswitha Schlötterer (Übers.): Calegari (Familie). In: Die Musik in Geschichte und Gegenwart. Bärenreiter-Verlag 1986 (Digitale Bibliothek Band 60), S. 11237 ff (vgl. MGG Bd. 15, S. 1252 ff).
  65. La passione di Gesù Cristo signor nostro (Zuane Cornaro) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  66. La passione di Gesù Cristo (Johann Gottlieb Graun) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  67. Werner Freytag: Graun (Familie). In: Die Musik in Geschichte und Gegenwart. Bärenreiter-Verlag 1986 (Digitale Bibliothek Band 60), S. 29553 (vgl. MGG Bd. 5, S. 707).
  68. Ich weiss nicht, wo ich bin (Gottlob Harrer) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 8 mai 2015.
  69. Gottlob Harrer: La Passione del Nostro Signore (HarWV 51) auf telemann-michaelstein.de, consulté le 8 mai 2015.
  70. La passione di Gesù Cristo (Diego Naselli) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  71. Mauricio Dottori, The Church Music of Davide Perez and Niccolò Jommelli, 16 p. (ISBN 85-988261-9-7, lire en ligne)
  72. La passione di Gesù (Gaetano Maria Schiassi) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  73. Giuseppe Vecchi, Dorothea Schmidt-Preuß (Übers.): Schiassi, Gaetano Maria. In: Die Musik in Geschichte und Gegenwart. Bärenreiter-Verlag 1986 (Digitale Bibliothek Band 60), S. 66685 ff (vgl. MGG Bd. 11, S. 1690 ff).
  74. La passione (Tommaso Sogner) chez Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University, consulté le 29 avril 2015.
  75. La Passione di Gesù Cristo (João Pedro de Almeida Motta). Datensatz auf WorldCat, consulté le 9 mai 2015.
  76. Caldara: La Passione di Gesù Cristo Signor Nostro – Fabio Biondi, Europa Galante. CD-Informations par AllMusic, consulté le 9 mai 2015.
  77. Caldara: La Passione di Gesù Cristo Signor Nostro; Sinfonias – Pál Németh. Informations sur le CD par AllMusic, consulté le 9 mai 2015.
  78. Antonio Caldara: „La Passione di Gesù Cristo Signor nostro“. Programminformation vom 4. April 2015 auf BR-Klassik, consulté le 9 mai 2015.
  79. La passione del nostro Signore : Passionskantate für Soli, Chor und Orchester (Gottlob Harrer). Datensatz auf WorldCat, consulté le 9 mai 2015.
  80. Chor-Biographie des Kammerchors Michaelstein (PDF), consulté le 9 mai 2015.
  81. Nicola Jommelli: La Passione di Gesù – Arturo Sacchetti. Informations sur le CD par AllMusic, consulté le 9 mai 2015.
  82. Jommelli: La Passione di Nostro Signore Gesù Cristo – Berliner Barock Akademie, Alessandro de Marchi. Informations sur le CD par AllMusic, consulté le 9 mai 2015.
  83. Luchesi: La Passione di Gesù Christo – G. Battista Columbro. Informations sur le CD par AllMusic, consulté le 9 mai 2015.
  84. Josef Myslivecek: La Passione di Nostro Signore Gesu Cristo - Chorus Musicus Köln, Das Neue Orchester, Christoph Spering. Informations sur le CD par AllMusic, consulté le 9 mai 2015.
  85. Josef Myslivecek (1737-1781): La Passione di Nostro Signore Gesu Cristo. CD-Informationen auf tp4.rub.de, consulté le 9 mai 2015.
  86. Josef Mysliveček: La Passione di Gesù Cristo auf der Website des Collegium 1704, consulté le 9 mai 2015.
  87. Johann Gottlieb Naumann: La Passione di Gesù Cristo – Sergio Balestracci, La Stagione Armonica. Informations sur le CD par AllMusic, consulté le 9 mai 2015.
  88. Giovanni Paisiello: La Passione di Gesù Cristo (Wojciech Szepiel). Informations sur le CD par AllMusic, consulté le 9 mai 2015.
  89. Paisiello: Passione di Gesù Cristo – I Barocchisti, Diego Fasolis. Informations sur le CD par AllMusic, consulté le 9 mai 2015.
  90. a et b « Musica Sacra in der Moritzkirche. Ankündigung vom 8. April 2009 der Aufführung des Oratoriums von Johann Friedrich Reichardt »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) auf hallelife.de, consulté le 9 mai 2015.
  91. Antonio Salieri: La Passione di Gesù Cristo – Alberto Turco. Informations sur le CD par AllMusic, consulté le 9 mai 2015.
  92. Antonio Salieri: La Passione di Nostro Signore Gesu Cristo – Christoph Spering. Informations sur le CD par AllMusic, consulté le 9 mai 2015.
  93. Metastasio: La Passione di Gesù Cristo (Version by Salieri) [Hybrid SACD] – Chiarastella Onorati, Salieri Chamber Orchestra, Wiener Jeunesse-Chor. Informations sur le CD par AllMusic, consulté le 9 mai 2015.
  94. Operní panorama Heleny Havlíkové. Ankündigung der Aufführung des Oratoriums von Joseph Schuster in Prag auf der Website des Tschechischen Rundfunks, consulté le 9 mai 2015.
  95. J. Schuster – La passione di Gesù Cristo. Ankündigung der Aufführung des Oratoriums von Joseph Schuster in Dresden auf sachsen-net.com, consulté le 9 mai 2015.

Sur les autres projets Wikimedia :