Ouvrir le menu principal

La Poterie-Cap-d'Antifer

commune française du département de la Seine-Maritime

La Poterie-Cap-d'Antifer
La Poterie-Cap-d'Antifer
Phare du cap d'Antifer.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Canton Octeville-sur-Mer
Intercommunalité Le Havre Seine Métropole
Maire
Mandat
Cyriaque Lethuillier
2014-2020
Code postal 76280
Code commune 76508
Démographie
Population
municipale
450 hab. (2016 en augmentation de 4,17 % par rapport à 2011)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 20″ nord, 0° 11′ 21″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 114 m
Superficie 5,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
La Poterie-Cap-d'Antifer

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
La Poterie-Cap-d'Antifer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Poterie-Cap-d'Antifer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Poterie-Cap-d'Antifer

La Poterie-Cap-d'Antifer est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie.

Sommaire

HistoireModifier

Pendant la Seconde guerre mondiale, dans la nuit du 27 au (dans le cadre de l'opération Biting, dirigée par le Major Frost) des parachutistes britanniques détruisent un important radar allemand, avec l'aide de membres normands de la Résistance, et rembarquent de la plage de Bruneval.

En septembre 1944, le Phare d'Antifer est détruit par l'armée Allemande, il sera reconstruit en 1949 (édifice actuel).

En 2011, le clocher de l'église Saint-Martin est frappé par la foudre, abîmant ainsi la toiture de cet édifice datant du XIIe siècle. Une intervention fut établie pour préserver l'intégralité de l'église, véritable pièce maîtresse du patrimoine architectural communal.

ToponymieModifier

  • Le nom de la localité est attesté sous les formes Ecclesie Besti Martini de Poteria avant 1189[1],[2]; Ecclesiam Sancti Martini de Poteria entre 1177 et 1189; Juxta ecclesiam que appellatur Poheria entre 1185 et 1207[3]; Poteria vers 1240 et 1337; Saint Martin de Poteria en 1319; Saint Martin de la Poteria en 1431 (Longnon); Parrochia ecclesiam de Sancto Martino de Poteria en 1387[4]; de la Poterie en 1398, 1403, 1422, 1433, 1459 et en 1471[5]; Poteria au XVIe siècle; Fief de La Poterie entre 1464 et 1487[6]; Saint Martin de la Poterie en 1713[7]; La Potterie en 1715 (Frémont); La Poterie en 1757 (Cassini)[8].
  • La commune de La Poterie a reçu le nom de La Poterie-Cap-d’Antifer par décret ministériel du 1er août 1913[9].
  • Le nom de Cap-d’Antifer est attesté sous les formes « De tota Haia de Andifer » fin XIIe siècle[10]; Port d'Andifer, paroisse du Tilleul et Territoire d'Antifer (paroisse de Berneval) en 1691; Côtes d'Antiffer au Tilleul XVIe siècle[11]; Cap d'Antifer en 1715 (Frémont) et en 1757 (Cassini)[12].
  • Antifer se référait autrefois à une vaste forêt et à un assez vaste territoire qui s'étendait jusqu'à Bruneval, comme l'atteste à la fin du XIIe siècle, le syntagme de tota Haia de Andifer[13],[10].

GéographieModifier

La commune appartient au canton d'Octeville-sur-Mer et est située à 23 km du Havre, 20 km de Fécamp et seulement 5 km d'Etretat.

Avec Saint Jouin-Bruneval, Etretat, Fécamp et Dieppe, La Poterie-Cap-d'Antifer est une des nombreuses villes situées le long de la Côte d'Albâtre, célèbres pour leur paysage en falaises.

En direction du phare d'Antifer il est possible de rejoindre la mer, en rejoignant la valleuse du Fourquet. Cette dernière est accessible par chemin pédestre, d'une longueur d'un kilomètre. Plus étroite et moins étendue, cette valleuse est similaire à sa proche voisine, la valleuse d'Antifer.

Comme de nombreuses autres communes Normandes, la Poterie-Cap-d'Antifer possède un paysage agricole de type bocage.  

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Gérard Paillette    
mars 2014 En cours
(au 30 avril 2014)
Cyriaque Lethuillier    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2016, la commune comptait 450 habitants[Note 1], en augmentation de 4,17 % par rapport à 2011 (Seine-Maritime : +0,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
448760741601673682610595546
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
554574605547556508520514445
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
418404447389374330299285323
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
297269273314304316364422447
2016 - - - - - - - -
450--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Charte de G. Torbert et de sa veuve.
  2. Archives de Seine-Maritime 19 H.
  3. Archives de Seine-Maritime G. 7 p. 248.
  4. Archives de Seine-Maritime G. 7, p. 359, G. 1616.
  5. Archives de Seine-Maritime G. 3267, 3268, 3269.
  6. Archives Nat. P. 284-2-19, 194, 210.
  7. Archives de Seine-Maritime G. 4, 737.
  8. Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Dictionnaire du département : Seine-Maritime, page 797.
  9. Dictionnaire topographique du département de seine-maritime, page 70.
  10. a et b Archives de Seine-Maritime 13 H charte d'Henri, abbé de Fécamp et Victor, abbé de Saint Georges.
  11. Archives de Seine-Maritime terr. Valmont, f. 245 v. et 535 v.
  12. Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Dictionnaire du département : Seine-Maritime, page 16.
  13. Christian Guerrin - Les compléments toponymiques dans les noms de communes de Seine-Maritime [article] Nouvelle revue d'onomastique Année 2000 - page 319.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.