Ouvrir le menu principal
Kelly Macdonald
Description de cette image, également commentée ci-après
Kelly Macdonald en 2007
Naissance (43 ans)
Glasgow, Drapeau de l'Écosse Écosse, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Profession Actrice
Films notables Trainspotting
Gosford Park
Nanny McPhee
No Country for Old Men
Dans la brume électrique
Séries notables Jeux de pouvoir
Boardwalk Empire

Kelly Macdonald est une actrice britannique née le à Glasgow en Écosse.

Elle est connue à la télévision pour ses rôles de Della Smith dans Jeux de pouvoir et de Margaret Thompson dans la série Boardwalk Empire.

Au cinéma, également pour ses rôles dans les films : Trainspotting, Nanny McPhee, Gosford Park, Intermission et No Country for Old Men.

BiographieModifier

EnfanceModifier

Kelly Macdonald est née et à grandi dans le sud de Glasgow[1]. Sa mère, était responsable des ventes dans l'industrie du vêtement et son père est peintre et décorateur[2]. Ses parents, Archie et Patsy, ont divorcé à l’âge de 14 ans, après que son père ait quitté le domicile familial lorsqu'elle a neuf ans, et la jeune fille est allée avec sa mère et son frère cadet vivre dans un domaine social à Newton Mearns[1]. Elle s'est brouillé avec son père à cette époque et n'est plus en contact avec dernier[2],[1]. Son père a accordé une interview quelques années plus tard à un tabloïd, imputant leur désaccord à la célébrité de Macdonald, mais sa fille a toujours refusé de parler de lui[1]. Elle fréquente la Eastwood High School de 1987 à 1993[3]. Lorsqu'elle était enfant, elle aimait l’idée de jouer la comédie, mais ne pensait pas que c’était pour elle, car selon elle « ce n’était pas un travail que l’on pouvait vraiment avoir » et dira qu'elle aimait les comédies musicales hollywoodiennes, notamment Chantons sous la pluie, quand elle était jeunes[2].

Lorsqu'elle quitta le milieu scolaire à l'âge de seize ans, Macdonald n'avait aucun plan de carrière[1]. Elle décroche alors un emploi de serveuse dans un pub de Glasgow[4]. Elle a également travaillé dans un restaurant de Fish and chips[5] et dans la télévente, vendant du double vitrage dans une pièce sans fenêtre[2].

Débuts (1995-2002)Modifier

En 1995, le réalisateur Danny Boyle fait des recherches pour le casting de son prochain film, la comédie noire Trainspotting, adaptation du roman du même nom d'Irvine Welsh, paru deux ans auparavant. Boyle cherche une actrice inconnue pour incarner Diane Coulston, une jeune fille délurée de quinze ans ayant une relation avec l'un des protagonistes, incarné par Ewan MacGregor, afin que le public ne se rende pas compte qu'une jeune femme de 19 ans jouait un jeune femme de 15 ans[6]. Il passe des annonces pour un casting ouvert dans des boîtes de nuit et des magasins[6]. Bien que timide, la jeune femme, âgée de dix-neuf ans, découvre l'annonce et passe le casting[1],[7]. Elle obtient le rôle de Diane[8], Boyle déclarera qu'« elle a ce que Ewan McGregor a: une qualité de star indéfinissable, pourtant ce sont des gens ordinaires. Il y a quelque chose en eux qui relie les gens. Ordinaire mais extraordinaire »[1]. Le film, tourné avec un budget limité, est tourné pendant l'été 1995, avant de sortir au début de l'année suivante, notamment le 23 février 1996 au Royaume-Uni, jour du vingtième anniversaire de la jeune actrice[9]. Trainspotting est bien accueilli par la critique[10] et remporte un important succès commercial[11],[12], notamment au Royaume-Uni, où il a été le plus grand succès commercial de l'année[13]. La prestation de Macdonald ne passe inaperçu aux yeux de la profession, puisqu'elle décroche sa première nomination dans sa carrière, celle de la meilleure actrice au BAFTA Scotland Awards.

La même année, elle décroche le rôle d'une jeune prostituée agressée sexuellement par son père dans le drame De la part de Stella[14]. Sa carrière est sur de bons rails, puisque le succès de Trainspotting lui a permis de passer des auditions pour des rôles dans des films américains tels Shakespeare in Love, Matrix et Moulin Rouge[15], mais aussi pour le film À tombeau ouvert de Martin Scorsese[2]. Toutefois, Patricia Arquette est choisie pour À tombeau ouvert et considère son audition pour Matrix comme étant « horrible », considérant que « la catastrophe était due en grande partie au fait qu'elle n'avait pas lu le scénario à l'avance et qu'elle n'avait aucune idée de ce que la matrice était en réalité »[2]. De plus, elle n'est pas choisi pour Shakespeare in Love et Moulin Rouge. Entre 1998 et 2001, elle tourne régulièrement pour le cinéma aussi bien en Angleterre qu'aux États-Unis, notamment l'adaptation de La Cousine Bette de Balzac[16], le drame historique Elizabeth, sur la vie de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre, Two Family House, pour lequel elle obtient une nomination à l'Ìndependent Spirit Award de la meilleure actrice[17] et Some Voices, dans lequel incarne une jeune Écossaise qui séduit un schizophrène, incarné par Daniel Craig. Sa performance dans ce dernier montre sa polyvalence d'actrice[16]. Ses choix de carrière montre son exigence tout en montrant son talent[18].

À la radio, elle a dépeint Marie dans le drame de 1999 de la BBC Lifehouse, basé sur quelques chansons de l'opéra rock inachevé de Pete Townshend qui seront publiés sur l'album Who's Next.

En 2001, elle fait partie de la prestigieuse distribution de la comédie dramatique Gosford Park, écrit par Julian Fellowes et réalisé par Robert Altman, qui dépeint la société anglaise des années 1930 sur fond de meurtre et dans lequel elle incarne une femme de chambre. Nommé à sept Oscars, le film est acclamé par la critique[19] et rencontre un succès auprès du public[20]. Macdonald obtient des distinctions davantage avec les autres membres du casting.

Confirmation critique et commerciale (2003-2010)Modifier

En 2003, elle incarne la jeune journaliste d'investigation Della Frye dans la mini-série télévisée de BBC Jeux de pouvoir[16],[21] , qui narre l'enquête d'une équipe de jeunes journalistes du Herald portant sur deux morts mystérieuses liées à une possible affaire d'État, cette courte série explore les rapports tortueux qu'entretiennent le monde politique et les médias en Grande-Bretagne. La série est à la fois un succès d'audience et critique. En 2005, elle tient le rôle principal du téléfilm Rencontre au sommet, écrit par Richard Curtis et dans lequel elle retrouve Bill Nighy, avec lequel elle partage l'affiche, après Jeux de Pouvoir. Nighy incarne un haut fonctionnaire du Chancelier de l'Échiquier membre de la délégation britannique au sommet du G8 qui tombe sous le charme d'une jeune femme, interprétée par Macdonald, qu'il a rencontré dans un café, et l'invite au sommet. La prestation de l'actrice est saluée aux États-Unis, récompensée d'un Emmy de la meilleure actrice dans un second rôle dans une mini-série ou un téléfilm et une nomination au Golden Globe de la meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm[15]. Elle néglige pas autant le cinéma pour autant, puisqu'elle participe au Neverland de Marc Forster[16]. En 2005, elle incarne Evangeline, la femme de chambre des Brown dans la comédie fantastique Nanny McPhee[22], écrit par Emma Thompson, qui incarne également le rôle-titre.

En 2007, elle obtient le rôle de Carla Jean Moss dans No Country for Old Men, adapté d'un roman de Cormac McCarthy et réalisé par les frères Coen[23]. Dans ce thriller acclamé par la critique et récompensé par quatre Oscars se déroulant dans les années 1980, elle incarne l'épouse d'un vétéran du Vietnam, dont le mari va se retrouver impliqué dans une sombre histoire, après avoir découvert et s'être emparé par hasard les cadavres d'une bande de trafiquants de drogue et une mallette contenant deux millions de dollars. Elle a été engagé après avoir impressionné les Coen par sa facilité à décrocher le rôle[15]. Il a été rapporté qu'elle devait se battre avec son agent pour être considérée pour le rôle, mais en 2017, Macdonald a nié l'histoire[24]. La prestation de Macdonald est également saluée puisqu'elle obtient le London Film Critics Circle de la meilleure actrice dans un second rôle et le Screen Actors Guild Award de la meilleure distribution.

En 2008, elle tient le rôle du docteur Paige Marshall dans la comédie noire Choke, adapté d’un roman de Chuck Palahniuk[25]. Dans ce film, suivi de The Merry Gentleman et Dans la brume électrique, de Bertrand Tavernier.

Entre cinéma et télévision (depuis 2010)Modifier

Elle tourne aussi Boardwalk Empire aux côtés de Steve Buscemi, série télévisée produite, entre autres, par Martin Scorsese.

Elle prête sa voix au personnage de Merida dans le film d'animation Rebelle et elle joue le rôle d'Helena Serdaigle dans Harry Potter et les reliques de la mort - 2e partie.

Elle a également joué au théâtre, notamment dans Hurlyburly à l'Old Vic, dans une mise en scène de Wilson Milam.

Vie privéeModifier

FilmographieModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

CinémaModifier

Longs-métragesModifier

Courts-métragesModifier

Films d'animationsModifier

TélévisionModifier

Séries téléviséesModifier

TéléfilmsModifier

DistinctionsModifier

Voix francophonesModifier

En France, Kelly MacDonald n'a pas de voix française régulière. Toutefois, elle est doublée à plusieurs reprises par Julie Turin[26], Véronique Volta et Dominique Léandri.

Au Québec, Violette Chauveau l'a doublée trois fois et Kim Jalabert deux[27].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g (en) « Profil: Kelly Macdonald, actress », sur Scotsman.com, 24 juin 2010 (m-à-j le 5 février 2011).
  2. a b c d e et f https://www.telegraph.co.uk/films/2016/08/13/kelly-macdonald-interview-my-matrix-audition-was-horrible/
  3. Vivienne Nicoll, « Star Kelly stages a comeback at school », Evening Times,‎ (lire en ligne)
  4. Carole Cadwallader, « Cinema's best-kept secret », sur The Guardian, London, UK,
  5. http://thelmadams.com/wordpress/2011/08/28/need-to-meet-kelly-macdonald/
  6. a et b Gareth Grundy, « Hey! Hey! We're the Junkies! », Neon, février 1998, p. 102-103
  7. https://www.telestar.fr/serie-tv/qui-est-kelly-macdonald-la-revelation-de-the-victim-461788
  8. « Trainspotting », DVDMG (consulté le 26 août 2010)
  9. (en) Kelly Macdonald sur l’Internet Movie Database (consulté le 14 octobre 2019).
  10. (en) « Trainspotting », sur Rotten Tomatoes (consulté le 1er mai 2011)
  11. « Trainspotting », JP's Box Office (consulté le 1er mai 2011)
  12. (en) Duncan J. Petrie, Contemporary Scottish Fictions--Film, Television, and the Novel: Film, Television and the Novel, Edinburgh University Press, , p. 101-102
  13. (en) Scott Lash et Celia Lury, Global Culture Industry: The Mediation of Things, Polity, (ISBN 9780745624822), p. 167
  14. Allon, Yoram; Patterson, Hannah & Hodges, Mike (2001) Contemporary British and Irish Film Directors: À Wallflower Critical Guide, Wallflower Press, (ISBN 978-1-903364-21-5), p. 111
  15. a b et c https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=search&rurl=translate.google.com&sl=en&sp=nmt4&u=https://www.tvguide.com/celebrities/kelly-macdonald/bio/160316/&xid=25657,15700002,15700023,15700186,15700190,15700256,15700259,15700262,15700265,15700271&usg=ALkJrhj9A_daRA1TERQX49wcY3rTgIUmEA
  16. a b c et d http://www.screenonline.org.uk/people/id/577541/index.html
  17. https://www.imdb.com/title/tt0202641/awards?ref_=tt_awd
  18. http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-22462/biographie/
  19. « Gosford Park (2001) », sur Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le 30 juillet 2012)
  20. « Gosford Park (2001) », sur Box Office Mojo, Internet Movie Database (consulté le 7 août 2010)
  21. « State of Play », BBC (consulté le 26 août 2010)
  22. « nanny mcphee », About.com (consulté le 26 août 2010)
  23. « No Country for Old Men », sur TV Guide (consulté le 26 août 2010)
  24. « Kelly Macdonald: ‘Never mind hangovers on the Trainspotting set, people were still drunk’ », sur The Guardian (consulté le 25 septembre 2017)
  25. https://web.archive.org/web/20070714202134/http://www.hollywoodreporter.com/hr/content_display/film/news/e3idb81209fbb0303b69e894d71e18dddf7
  26. a b c d et e « Fiche de l'actrice : les comédiennes V.F. l'ayant doublé », sur RS Doublage (consulté le 8 novembre 2013).
  27. a et b « Comédiennes ayant doublées Kelly MacDonald au Québec », sur doublage.qc.ca (consulté le 23 novembre 2015)
  28. « Fiche de doublage du film », sur AlterEgo.75fr (consulté le 8 novembre 2013).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :