Ouvrir le menu principal

Jean-Baptiste-Marie Champion de Cicé

prélat catholique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Champion de Cicé.

Jean-Baptiste Champion de Cicé
Image illustrative de l’article Jean-Baptiste-Marie Champion de Cicé
Biographie
Naissance
à Rennes
Décès
à Halberstadt, en Allemagne
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
par Carlo della Torre Rezzonico
Évêque de Troyes
Évêque d'Auxerre

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason fam fr Champion de Cicé.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean-Baptiste-Marie Champion de Cicé (né le à Rennes, paroisse de Saint-Aubin[1] - mort le à Halberstadt, en Allemagne) fut un ecclésiastique français du XVIIIe siècle.

Sommaire

BiographieModifier

Jean-Baptiste-Marie Champion de Cicé est le frère de Jérôme Champion de Cicé, archevêque de Bordeaux et garde des Sceaux en 1789. Il est le petit neveu de Louis Armand Champion de Cicé (1684-1727), missionnaire au Canada, en Chine puis au Siam dont il est le vicaire apostolique et évêque in partibus infidelium de Sabule de 1701 à 1727 (Société des Missions étrangères de Paris[2]).

À peine âgé de 21 ans, il est nommé le abbé commendataire de l'abbaye de Landévennec, qu'il sera le dernier à posséder en commende. Il est d'abord vicaire général de Bourges, puis évêque de Troyes de 1758 à 1761, et sacré à Rome en cette qualité par le pape Clément XIII le , puis transféré à Auxerre le . Il sera le dernier évêque d'Auxerre avant la Révolution. Il ne résida pas souvent en son abbaye où il se faisait remplacer par son autre frère, Louis Toussaint, lieutenant des vaisseaux du roi.

Anti-janséniste comme son prédécesseur Jacques-Marie de Caritat de Condorcet curés d'Auxerre, mais il sut se montrer plus habile que lui pour imposer ses idées à ses adversaires.

Jean-Baptiste-Marie Champion de Cicé est, comme son frère Jérôme, député du clergé aux États généraux de 1789 et à l'Assemblée nationale constituante (1789-1791).

Après la suppression de l'évêché d'Auxerre, Cicé prit le parti d'émigrer. Il se retire à Aix-la-Chapelle, puis au couvent des Franciscains d'Halberstadt, en Saxe, où il meurt le .

Objet liturgiqueModifier

  • Un bougeoir épiscopal en vermeil portant les armoiries de Jean-Baptiste-Marie Champion de Cicé est passé en vente publique à Paris, chez Christie's, le 19 décembre 2007, lot no 220.

RéférencesModifier

  1. Archives municipales de Rennes, Paroisse St-Aubin, baptêmes, mariages et sépultures (23 janvier 1721-2 janvier 1731), cote GGSTAU18.Acte de naissance de Jean Baptiste Marie, p. 226, folio 16.
  2. « http://archivesmep.mepasie.net/recherche/fiche_missionnaire2.php?numero=0086&nom=cic%E9 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Sources et bibliographieModifier

« Jean-Baptiste-Marie Champion de Cicé », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]

Liens externesModifier