Jean-Antoine Injalbert

sculpteur français

Jean-Antoine Injalbert, dit Antonin Injalbert, est un sculpteur français né le à Béziers[1] et mort le à Paris.

Jean-Antoine Injalbert
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Œuvres principales
Monument à Auguste Comte (d), Gabriel Vicaire (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Tombe Injalbert - Cimetière vieux de Béziers.jpg
Vue de la sépulture.

BiographieModifier

Fils d'un tailleur de pierre, Jean-Antoine Injalbert est orphelin de mère à la naissance. Il passe son enfance à Béziers, puis entre à l'École des Beaux-Arts de Paris. L'art néo-baroque de cet élève d'Auguste Dumont est marqué par l'influence de Puget, Carpeaux et par le naturalisme de Jules Dalou[2].

Sa première œuvre est le tympan de la chapelle du Bon-Pasteur à Béziers. Il reçoit le prix de Rome de 1874 pour La Douleur d'Orphée. Il expose Le Christ à l'Exposition universelle de 1878 à Paris. Il obtient un grand prix à l'Exposition universelle de 1889. Son Buste de Marianne, réalisé à l'occasion du Centenaire de la Révolution française en 1889, est un des plus répandus dans les mairies et les écoles françaises à la fin du XIXe au début du XXe siècles.

Il est membre de la délégation de la Société nationale des beaux-arts de 1901 à 1905[1].

Son enseignement aux Beaux-Arts de Paris, de 1891 à 1929, est lié au groupe des Toulousains, par lequel Antoine Bourdelle fut profondément marqué[2].

Jean-Antoine Injalbert meurt le à son domicile au 57, boulevard Arago dans le 13e arrondissement de Paris[3]. Il est inhumé au cimetière vieux de Béziers.

Récompenses et nominationModifier

DistinctionsModifier

Jean-Antoine Injalbert est nommé chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur par décret du [4] puis promu officier, du même ordre, par décret du et promu commandeur, toujours du même ordre, par décret du [5].

ŒuvresModifier

 
Buste de Marianne (1889).
 
Satyre et enfant, Béziers, villa Antonine.

Un grand nombre de ses œuvres se trouvent à Béziers au musée des Beaux-Arts à la suite de la donation du fonds de son atelier par sa veuve en 1934, et à la villa Antonine, où il avait son atelier.

ÉlèvesModifier

Jean-Antoine Injalbert est professeur à l'École des Beaux-Arts de Paris, où il animera également les cours de sculpture pour jeunes filles, et à l'Académie Colarossi.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

Notes
  1. Le buste de Molière est entouré d'une soubrette, figurée par la Lucette de Monsieur de Pourceaugnac, représentant la comédie, et d'un satyre représentant la satire sur la face arrière, avec les masques des comédiens Coquelin cadet (1848-1909) et Jeanne Ludwig (1867-1898) de la Comédie-Française.
  2. Sculptrice des monuments aux morts de la Première Guerre mondiale de Néris-les-Bains et des Andelys (Eure).
Références
  1. a et b « Acte de naissance de Jean-Antoine Injalbert du 23 février 1845 », sur Archives départementales de l'Hérault (consulté le ).
  2. a et b Notice biographique, Archives ENSBA, en ligne.
  3. Archives de Paris 13e, acte de décès no 386, année 1933 (vue 9/31)
  4. Figures contemporaines tirées de l'Album Mariani, Paris, Henri Floury, , p. 127 Injalbert
  5. « Le dossier de Légion d'honneur de Jean-Antoine Injalbert », sur leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Christ en croix de Jean-Antoine Injalbert », sur Musée des Beaux-Arts de Reims, (consulté le ).
  7. a b c et d Henri Danesi, « Jean-Antoine dit Antonin Injalbert », sur Comité des travaux historiques et scientifiques, (consulté le ).
  8. L'Amour préside à l'hyménée: figurine par Jean-Antoine Injalbert ; figurine (Voir sur Wikidata).
  9. « Sculptures à Montpellier : Promenade du Peyrou », sur nella-buscot.com (consulté le ).
  10. a et b « Le décor extérieur des façades : Le motif de l’horloge et la grande statuaire », sur Montpellier, (consulté le ).
  11. « Montpellier : Histoire de la Médecine et Opéra Comédie », sur culturotheque.fr, (consulté le ).
  12. « Buste de Marianne », notice no IM92000504, base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. « Monument à Pierre Puget », sur anosgrandshommes.musee-orsay.fr (consulté le ).
  14. « Buste de jeune femme », notice no M0381000299, base Joconde, ministère français de la Culture.
  15. « Le plateau des poètes, un écrin pour le Titan d’Injalbert », sur Société archéologique, scientifique et littéraire de Béziers, (consulté le ).
  16. Dominique Perchet, « Fontaine du Titan - Béziers », sur e-monumen.net, (consulté le ).
  17. Thierry Arcaix, « Montpellier : l’affaire du triptyque d’Injalbert devant le musée Fabre intrigue », sur La Marseillaise, (consulté le ).
  18. « Monument (commémoratif) de Molière », notice no IM34001765, base Palissy, ministère français de la Culture.
  19. « Sculptures dans les jardins, squares et autres lieux publics à Pézenas (Hérault) », sur nella-buscot.com (consulté le ).
  20. « Quatre statues : allégories des villes de Limoges, Bordeaux, Toulouse et Nantes », notice no IM37000448, base Palissy, ministère français de la Culture.
  21. « Sculptures du Petit Palais à Paris », sur nella-buscot.com (consulté le ).
  22. Dominique Perchet, « Monument à Louis Gallet à Valence (fondu en partie et déplacé) », sur e-monumen.net, (consulté le ).
  23. « La place de la Sorbonne », sur paris1900.lartnouveau.com (consulté le ).
  24. monument à Auguste Comte: sculpture de Jean-Antoine Injalbert ; sculpture (Voir sur Wikidata)
  25. « Monument à Gabriel Vicaire », sur anosgrandshommes.musee-orsay.fr (consulté le ).
  26. « Statue de Mirabeau », notice no AP85X00810, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  27. « Montpellier : Auguste Comte expulsé de l’Esplanade », sur La Marseillaise, (consulté le ).
  28. « Monument à Auguste Comte », sur anosgrandshommes.musee-orsay.fr (consulté le ).
  29. « Buste : Monseigneur de Cabrières », notice no PM34001844, base Palissy, ministère français de la Culture.
  30. « Jardin du Plateau des Poètes », notice no PA00103777, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Notice de l'œuvre : Isabelle », sur Musée d'Orsay (consulté le ).
  32. « Informations, actes officiels », Le Bulletin de l'Art ancien et moderne, no 781, septembre-.
  33. Alain Sirventon, « Le monument à Molière de Joachim Costa » [PDF], sur amis-pezenas.com, (consulté le ), p. 2 / 2.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Charles Ponsonailhe, Jean-Antonin Injalbert : L'artiste et l'œuvre, Paris, éditions Ernest Flammarion, , 104 p., in-8° (lire en ligne).
  • Jean-Pierre Vanderspelden, Injalbert, statuaire (1845-1933), Ville de Béziers, Musée des Beaux-Arts, 1992, 510 p.
  • Guillaume Peigné, Dictionnaire des sculpteurs néo-baroques français (1870-1914), Paris, CTHS, coll. « Format no 71 », , 559 p. (ISBN 978-2-7355-0780-1, OCLC 828238758, notice BnF no FRBNF43504839), p. 286-298.

Liens externesModifier