Jacques Tuset

nageur français

Jacques Tuset
Image illustrative de l’article Jacques Tuset
Jacques Tuset
Informations
Nages Nage en eau libre
Nationalité Français
Naissance (57 ans)
Lieu Drapeau de la France France, Lyon
Club Club Aqualove Sauvetage (FFN - FFSS)
Entraîneur Eau libre et Ice Swimming
Distinctions
Intronisé à l'International Marathon Swimming Hall Of Fame en 2018
Médaille de bronze de la Jeunesse et des Sports 2019

Jacques Tuset, né le à Lyon, est un nageur français spécialiste de la nage en eau libre et du sauvetage côtier[1].

BiographieModifier

À 5 ans, Jacques Tuset commence à nager dans le port de Canet (Pyrénées-Orientales). À 8 ans et demi, « J'habitais déjà en bord de mer, mon père m'a appris à nager très tôt, c’était une question de sécurité », il traverse les extrémités du port distantes de 800 mètres en pleine mer[2],[3].

Tout en travaillant à la SNCF[4], il est responsable de la commission eau libre au sein du comité régional de natation en Languedoc-Roussillon de à . Il est président du club Aqualove Sauvetage (FFSS)[5] sur Montpellier depuis 2007. Représentant de la Channel Swimming Association (CSA)[5] pour la France. Ancien international de natation et membre du Montpellier Agglo. Natation U.C. de 1992 à 2015.

En 2002, Jacques Tuset réalise sa plus longue traversée et devient le 1er français à traverser la Manche dans les conditions les plus extrêmes[6]. Il lui faut 12 h 40[7] dans l’eau pour relier la France en partant de l’Angleterre et parcourir les 33 kilomètres dans des conditions dantesques, en luttant contre les vagues, le vent, les marées, les méduses, les ferries, le mazout et le froid. À l'arrivée, il reçoit le trophée Van Hooren, dédié au nageur ayant réussi dans les plus mauvaises conditions[8],[9]. Durant cette année, il termine 3e des championnats de France du 25 km en eau libre (FFN).

En 2005, il est 2e des championnats de France avec palmes sur 20 km (FFESSM) et 1er des championnats de France de sauvetage côtier « épreuve de nage - surf race » (FFSS).

En 2015 et 2017, il figure parmi les 50 nageurs eau libre les plus aventureux au monde selon le magazine « World Open Water Swimming ».

En 2018, il est intronisé dans le prestigieux « International Marathon Swimming Hall Of Fame » (IMSHOF) au côté des plus grands nageurs eau libre de la planète[10],[11]. Auparavant, seulement deux français ont inscrits leurs noms dans ce « panthéon de la discipline », Anne Chagnaud en 1998 et Stéphane Lecat en 2007[12].

En 2019, il reçoit la médaille de bronze de la jeunesse, des sports et de la vie associative pour son investissement en tant que sportif et bénévole depuis plus de 40 ans.

En 2020, il a effectué plus de 400 traversées à la nage à travers le monde.

Ses objectifs :

  • participer aux marathons et raids à la nage (sans palmes, ni combinaison) les plus connus en Europe ;
  • relier à la nage les plus célèbres îles-prisons dans le monde jusqu’au continent le plus proche.

Marathons eau libre de plus de 10 kmModifier

Il s’agit de courses en mer, lac ou rivière supérieures à 10 km où plusieurs nageurs prennent le départ en même temps et effectuent le même parcours. Ce type de course fait l’objet d’une organisation soumise à une règlementation, régie de nos jours essentiellement par les règles de la Fédération Internationale de Natation Amateur.

Raids eau libreModifier

Il s’agit d’exploits sportifs effectués individuellement sur des distances plus ou moins importantes et/ou souvent dans des conditions difficiles[15]. Le nageur doit souvent lutter contre le froid, les courants, la vie marine, le trafic maritime… Le règlement de référence utilisé lors des raids est celui établi par la Channel Swimming Association, organisme fondé en 1927 et habilité à valider les traversées de la Manche.

Les « Prison Island Swims »Modifier

Il s’agit de relier à la nage de célèbres prisons basées sur des îles au continent le plus proche[2]. Au XXe siècle et même avant certaines îles-prisons permettaient d’isoler les prisonniers politiques ainsi que les détenus les plus infâmes. Au XXIe siècle, ces condamnés ont cédé leur place aux touristes. Ces anciens sites de détention deviennent un véritable challenge pour les nageurs désirant se confronter à de forts courants, des vents violents et la vie marine.

Ice ou Winter SwimmingModifier

Cela correspond aux épreuves de natation en milieu naturel effectuées dans une eau comprise entre 0 et °C sans combinaison.

  • ,   : Pyrénéen Ice Swimming Festival à Puigcerdà, 450 m (°C)[16],[22] ;
  • ,   : Gulf Stream Sports Festival Murmansk, 1 200 m (°C)[16] ;
  • ,   : Championnat du Monde Ice Swimming Burghausen, 1 000 m (2,8 °C)[16].

GalerieModifier

  Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

RéférencesModifier

  1. Gaëtan Lefèvre, « Jacques Tuset : Nageur de l'extrême », Santé Sport Magazine, Paris, Caméléon Média, no 41,‎ , p. 26, 27 et 29 / 39 (ISSN 2268-6894, lire en ligne [PDF], consulté le 28 octobre 2020).
  2. a b c d et e Jacques Tuset nage vers de nouvelles évasions, publié le sur le site podcastjournal.net (consulté le ).
  3. a et b Le roi de l'évasion à la nage va s’enfuir de l'île-prison du Large Saint-Marcouf, publié le par Sarah Finger et Benjamin Morin, sur le site de Libération (consulté le ).
  4. a et b Marseille : Il prend le défi Monte-Cristo littéralement et enchaîne les évasions à la nage depuis des îles-prisons, publié le par Jean Saint-Marc, sur le site 20 Minutes (consulté le ).
  5. a b c et d Palavas : ils sont venus s'entraîner pour traverser la Manche, publié le sur le site du Midi-Libre (consulté le ).
  6. (en) Award: Swim in the most Arduous Conditions, publié sur le site Channel Swimming Association (consulté le ).
  7. a et b (en) Jacques Tuset award 2002, publié sur le site Channel Swimming Association (consulté le ).
  8. Gaëtan Lefèvre, « Jacques Tuset, nageur de l'extrême » (version du 10 décembre 2018 sur l'Internet Archive), sur Santé Sport Magazine, (consulté le ).
  9. La traversée de la Manche à la nage, l’Everest de la natation, publié le par Claire Garnier, sur le site Slate (consulté le ).
  10. (en) Christine Owens, « acques Tuset, Honor Swimmer, France, 2018 » (version du 29 octobre 2020 sur l'Internet Archive), sur imshof.org, (consulté le ).
  11. a b c d e f g et h (en) Card: Jacques Tuset, publié sur le site longswims.com (consulté le ).
  12. Caroline Couffinhal, « Jacques Tuset, nageur montpelliérain de l'extrême, récompensé à Londres » (version du 22 juin 2018 sur l'Internet Archive), sur La Gazette de Montpellier, (consulté le ).
  13. a b c d e f g h i j k l m n o et p [PDF] Dossier de presse : « Jacques Tuset : Nageur de l'extrême s'évade », page 4 / 5, publié le sur le site de la Fédération Française de Natation extrana (consulté le ).
  14. Philippe Fort et Nathalie Smadja, Nageur de l'extrême : À la conquête des mers hostiles, Clamecy, City Édition, , 216 p., 24 cm (ISBN 2824631465 et 9782824631462, notice BnF no FRBNF45647597, présentation en ligne, lire en ligne), p. 54.
  15. [PDF] Les raids eau libre : Une pratique de plus en vogue ces dernières années, publié le par Jacques Tuset, sur le site chronomaitres.fr (consulté le ).
  16. a b c d e et f (en) Member Bio : Jacques Tuset, publié sur le site internationaliceswimming.com (consulté le ).
  17. Raid de la Pointe du Millier: Ô bout du monde, publié par l'association « Phare en Cap » sur le site Ulule (consulté le ).
  18. Jacques Tuset, Escape from Fort Royal de Sainte-Marguerite, publié le sur le site openwaterpedia.com (consulté le ).
  19. Jacques Tuset, le roi de l'évasion à la nage, publié le sur le site Le Parisien (consulté le ).
  20. Dans la Manche : Jacques Tuset rallie l'île Saint-Marcouf à Quinéville à la nage dans des conditions désastreuses, publié le par la rédaction La Presse de la Manche, sur le site Actu.fr (consulté le ).
  21. Jacques Tuset, un nageur au grand cœur, publié le sur le site Ouest-France (consulté le ).
  22. (es) [PDF] L'estany de Puigcerdà acull unaprova de natació en fred amb mésde 30 inscrits (traduit par « Le lac de Puigcerdà (es) accueille un événement de natation froide avec plus de 30 participants »), publié le par Jordi Pardinilla, sur le site Nació Digital (es) (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier