Ulule

site de financement participatif

Ulule
Logo de Ulule
Logo d'Ulule.

Adresse ulule.com
Slogan « Donnez vie aux bonnes idées »
Publicité Non
Type de site Financement participatif
Langue Français
Anglais
Allemand
Italien
Néerlandais
Espagnol
Portugais
Inscription Facultative et gratuite
Nombre d'inscrits 1 975 881 (avril 2018)
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Propriétaire Ulule SAS
Créé par Alexandre Boucherot
Thomas Grange
Lancement 5 octobre 2010
Classement Alexa 568 (France, octobre 2017)
État actuel En activité

Ulule est une plateforme de financement participatif fondée en France le par Alexandre Boucherot et Thomas Grange[1]. Le site est édité par la SAS Ulule qui dispose de bureaux à Paris, Milan, Barcelone, Anvers et Montréal.

Depuis son lancement, Ulule a permis le financement de plusieurs milliers de projets dans des domaines très variés, de l'audiovisuel à la création musicale en passant par le patrimoine, la solidarité ou l'entrepreneuriat.

Modèle de financementModifier

Fonctionnant sur un modèle proche de Kickstarter, Ulule permet aux internautes de participer au financement de projets créatifs. Lorsqu'une campagne de recherche de fonds est en cours, les internautes peuvent s'engager à faire une donation sans contrepartie (minimum 1 €) ou avec une des contreparties proposées par le projet. Si le projet est financé à la hauteur de l'objectif minimum fixé (en euros ou en nombre d'articles commandés), les dons sont collectés et vont aux créateurs du projet.

Ulule touche une commission de 8 % sur les projets financés avec succès sur la plateforme lorsque les paiements se font par carte bancaire, et 5 % lors de paiements par PayPal (auquel s'ajoute le tarif de PayPal). Toutefois, à la suite du succès du financement des films Noob en , Ulule adopte un taux dégressif pour les commissions des projets dépassant 100 000 €[2].

DéveloppementModifier

En , le site passe la barre des mille projets financés[3]. En , il reçoit des projets de 36 pays, et compte 100 000 donateurs de 140 nationalités différentes[4].

En , Alexandre Boucherot, PDG de l'entreprise, lance une consultation sur l'opportunité de lancer un « Ulule entreprise »[5]. En , le site rachète la plateforme People for Cinema, spécialisée dans le financement participatif destiné au cinéma[6]. En , il lève 400 000 euros auprès de deux business angels[7]. Le même mois, Ulule rachète la startup bretonne Octopousse[8] dont la cofondatrice devient directrice « Régions et Territoires » au sein de l'entreprise, et le cofondateur rejoint l'équipe technique.

En , Ulule lance son premier Ulule Tour, un tour de France du financement participatif à la rencontre des porteurs de projets et des utilisateurs du site[9].

En , Ulule annonce un partenariat avec la banque BNP Paribas, afin de « faciliter les rencontres entre les acteurs du crowdfunding et les entrepreneurs qui ont des projets »[10].

En , ouverture d'un bureau à Montréal et lancement d'Ulule Canada, en partenariat avec la Banque nationale du Canada[11].

En , Ulule effectue une levée de fonds de 5 millions d'euros auprès de BNP Paribas, la MAIF, et du fonds d'investissement Citizen Capital[12].

En , Ulule passe la barre des 100 millions d'euros financés.

Projets notablesModifier

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Projet Ulule.

En 2013, le projet « Noob, le film ! »[13], en récoltant 681 046 €, devient le projet de financement participatif ayant récolté le plus de fonds en Europe, dépassant les 398 942 € de El cosmonauta[14]. En 2017, un nouveau projet de la même licence est proposé, « Noob, le jeu vidéo ! ». Ce projet bât à nouveau le record d'Europe, obtenant plus de 1,2 million d'euros de dons, battant ainsi l'ancien record de 801 250 € obtenu entre-temps par des supporteurs allemands afin d'effectuer des travaux sur leur stade.

Noob revient sur Ulule en pour une 3e collecte afin de financer l'encyclopédie Noob !

Le projet de sauvetage de Nice-Matin impulsé par les salariés du quotidien a recueilli 376 275 € auprès de 2 733 contributeurs[15] en étant largement commenté dans la presse[16].

La rénovation par le musée d'Orsay d'un chef-d'œuvre de Gustave Courbet, L'Atelier du peintre, est un autre exemple de projet largement commenté par les médias français[17] et étrangers[18] et ayant rencontré un large soutien avec 517 % de l'objectif atteint (155 374 € collectés)[19].

En , Ulule, en partenariat avec So Press, lance sa première campagne Ulule dans le but de lancer le magazine So Good, indépendant et sans publicité[20],[21].

AnnexesModifier

Notes, sources et référencesModifier

  1. Les nouveaux banquiers, Paris Match 2013.
  2. Julien L., « Crowdfunding : Noob pousse Ulule à moins taxer les gros projets », sur Numerama.com, (consulté le 15 mai 2014).
  3. (fr) Le site de crowdfunding Ulule passe le cap des 1 000 projets financés - Les Échos.
  4. (fr) Ulule, deux chouettes années de crowdfunding - Ouishare.
  5. (fr) Alexandre Boucherot, CEO d’Ulule : « en matière de financement participatif, internet est davantage perçu comme un espace d’opportunités que comme un risque » - Presse Citron.
  6. (fr) Crowdfunding: Ulule s’offre la plateforme Peopleforcinema - Frenchweb.
  7. (fr) Confidentiel : l'éditeur de la plateforme de crowdfunding Ulule lève 400 000 euros - Journal du Net.
  8. (fr) La start-up bretonne Octopousse rachetée par le leader européen du "crowdfunding" - France 3.
  9. « Départ du Ulule Tour » (consulté le 23 avril 2015).
  10. « BNP Paribas déroule le tapis rouge aux startups », sur bfmbusiness.bfmtv.com, (consulté le 23 avril 2015).
  11. « Finance participative : comment le français Ulule grandit outre-Atlantique » (consulté le 23 avril 2015).
  12. Le site de financement participatif Ulule lève 5 millions d’euros, Le Monde, 7 septembre 2016.
  13. « Noob, le film ! », sur Ulule (consulté le 23 avril 2015).
  14. « Noob », la guilde star du crowdfunding européen, ecrans.liberation.fr, 20 juin 2013.
  15. « L'enjeu c'est ton Quotidien », sur Ulule (consulté le 23 avril 2015).
  16. France Info, « Alexandre Boucherot (Ulule) : "Le financement participatif va continuer à grandir" », sur Dailymotion (consulté le 23 avril 2015).
  17. Le Journal du week-end - Le 20 heures du 31 octobre 2014, (lire en ligne).
  18. Gareth Harris, « Art Basel and Kickstarter partnership: is this the future of arts funding? », Financial Times,‎ november 28, 2014 6:12 pm (ISSN 0307-1766, lire en ligne, consulté le 23 avril 2015).
  19. « Suivez la restauration de L'Atelier du peintre », sur Ulule (consulté le 23 avril 2015).
  20. « So Press lance "So Good", le magazine de ceux qui luttent pour un monde meilleur », sur Franceinfo, (consulté le 14 octobre 2020)
  21. Le JDD, « Les coulisses de So Good, le nouveau magazine du groupe So Press », sur lejdd.fr (consulté le 14 octobre 2020)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier