Josias

roi de Juda

Josias
Illustration.
Josias sur une peinture du XVIIe siècle du chœur de l'église Sainte-Marie d'Åhus, en Suède (artiste inconnu)
Titre
Roi de Juda
640 av. J.-C.[1]609 av. J.-C.[2]
Prédécesseur Amon, son père
Successeur Joachaz, son fils cadet
Biographie
Dynastie Maison de David
Date de naissance vers 648 av. J.-C.
Lieu de naissance probablement Jérusalem
Date de décès 609 av. J.-C.
Lieu de décès Megiddo
Nature du décès Mortellement blessé au combat
Sépulture Jérusalem
Père Amon
Conjoint Zebida
Hamutal
Enfants Johanan, le premier-né[3]
Joiaqim, le deuxième[3]
Sédécias, le troisième[3]
Shallum, le quatrième[3]
Entourage Prophètes Jérémie et Sophonie
Résidence Jérusalem

Josias (hébreu : יֹאשִׁיָּהוּ, Yoshiyyahou), fils et successeur d'Amon, occupe, selon la Bible, le 16e règne de Juda de 639 av. J.-C. à 609 av. J.-C., année où il est vaincu et mortellement blessé à la bataille de Megiddo par le pharaon Néchao II. Il est le père de trois rois qui lui succédèrent sur le trône de Juda : Joachaz, Joaqim et Sédécias. Il est contemporain des prophètes Jérémie et Sophonie, et est considéré comme un « nouveau » David.

HistoriqueModifier

Récit bibliqueModifier

D'après le Deuxième Livre des Rois, pendant la dix-huitième année de son règne, Josias ordonne que l'on répare les dégradations du Temple de Salomon. À cette occasion, le grand prêtre Helcias (en) déclare avoir trouvé un exemplaire du « livre de la Loi » dans le Temple (voir 2 Rois 22-8). Après en avoir entendu la lecture, Josias pleure et envoie consulter son Dieu, car il estime que, depuis longtemps, son royaume ne vit pas selon la Loi divine.

Josias ordonne à Helcias (en) le grand prêtre, à Ahicam[4] le fils de Saphan, à Achbor[5] le fils de Micha, à Saphan son secrétaire et à Asaïa son serviteur d'aller consulter Dieu et ceux-ci s'adressent alors à la prophétesse Houldah[6],[7]. Elle répond que Dieu a effectivement condamné le royaume de Juda, mais Josias, qui a bien réagi au rappel de la Loi, n'assistera pas à ce malheur[8],[9]. Josias organise alors une lecture publique du livre au Temple de Salomon, puis ordonne d'éradiquer tout culte qui n'est pas le sien dans les royaumes de Juda. Pour cela, il s'attaque aux idoles, aux lieux de culte et aux prêtres ; cet acte constitue ce que l'on appelle la réforme de Josias. En particulier, il démolit le veau d'or érigé trois siècles plus tôt à Béthel par Jéroboam Ier, roi d'Israël. Puis, il ordonne à son peuple de célébrer la fête annuelle de Pessa'h, qui est signalée comme la plus belle depuis le temps des Juges.

La Bible distingue ce roi comme le plus sensible à la loi de Moïse qui ait jamais gouverné. Toutefois, ce n'est pas suffisant pour compenser, aux yeux du Dieu d'Israël, les offenses de l’ancien roi de Juda, son grand-père Manassé.

Il est tué à Megiddo, peut-être parce qu'il tentait de s'opposer au passage de l'armée du pharaon égyptien Nékao II. Josias est transporté mort à Jérusalem pour y être enseveli. Les circonstances de sa mort sont perçues comme catastrophiques et le lieu de sa mort, la colline de Megiddo (har Megiddo en hébreu) devient Armageddon dans l'Apocalypse de Jean, le lieu du combat final entre le Bien et le Mal.

AnalyseModifier

Diverses interprétations de ce « livre de la Loi » (Voir 2 Rois 22-8) ont été faites :

  • Certains théologiens juifs considèrent que ce « livre de la Loi » est la Torah (c'est-à-dire les cinq livres du Pentateuque).
  • Saadia Gaon, un rabbin du Xe siècle, considère que la Torah écrite retrouvée à l'époque de Josias est incomplète et que nous ne possédons que ce qui a été transmis par la tradition orale (Sa'adia Gaon, Heqdem, premier chapitre).
  • Son identification avec le seul Deutéronome (le dernier livre du Pentateuque) est attesté dès Jean Chrysostome Père de l'Église grecque au IVe siècle, reprise par Jérôme Père de l'Eglise latine au Ve siècle.
  • Wilhelm Martin Leberecht de Wette (1805) a imposé à l'exégèse historico-critique l'équivalence entre le « livre de la loi » et le Deutéronome.

Josias fait de ce Livre la base de la réforme de la religion juive et de l'éradication du culte des idoles, des « hauts lieux » (semble-t-il des sanctuaires installés sur des hauteurs) et de divinités entourant YHWH.

Le polythéisme israélite est en effet bien attesté avant Josias. « Les inscriptions datant du VIIIe siècle, trouvées sur le site de Kuntillet Ajrud, dans le nord-est du Sinaï […] font apparemment référence à la déesse Asherah comme étant l'épouse de Yahvé[10] ». On trouve aussi la mention « YHWH et son épouse Ashera[10] » sur une inscription datant de la monarchie tardive (vers -600) dans la région de la Shefelah (royaume de Juda).

La Bible présente Josias comme luttant contre ces cultes : il « ordonna […] de retirer du sanctuaire de YHWH tous les objets de culte qui avaient été faits pour Baal, pour Ashera et pour toute l'armée du ciel […]. Il supprima les faux prêtres que les rois de Juda avaient installés et qui sacrifiaient […] à Baal, au soleil, à la lune, aux constellations et à toute l'armée du ciel. […] Il démolit la demeure des prostituées sacrées, qui était dans le temple de YHWH[11] ».

Cette réforme religieuse est présentée par la Bible comme un retour au monothéisme originel partiellement oublié par les israélites. À l'inverse, bon nombre d'historiens considèrent Josias comme le véritable créateur du monothéisme hébraïque moderne, ayant imposé une vision de YHWH comme dieu unique, et non plus seulement comme dieu suprême des israélites. Dans cette hypothèse, Josias n'est pas le créateur de cette vision (qui se dessine dans les sources plus anciennes dites du Yahviste et dans l'Élohiste de l'hypothèse documentaire), mais son porte-parole dans le combat théologique l'opposant à la tendance élohiste.

Postérité littéraireModifier

  • Josias. Vrai miroir des choses adueues de notre temps, 1566, Messer Phillone (peut-être le pseudonyme de Louis des Masures). Tragédie traduite de l’italien, Genève, chez François Perrin ; et 1583, Genève, chez Gabriel Cartier pour Claude d’Augi.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Selon William Foxwell Albright et Gershon Galil. Edwin R. Thiele donne 641 av. J.-C. comme date de début de règne.
  2. La mort de Josias est unanimement fixée en -609 par William Foxwell Albright, Edwin R. Thiele et Gershon Galil.
  3. a b c et d 1 Chroniques 3,15.
  4. Ahicam est le père du futur gouverneur Godolias (en).
  5. Achbor est le père d'Elnathan grand-père maternel du futur roi de Juda Joachin.
  6. 2 Rois 22,12-14.
  7. 2 Chroniques 34,20-22.
  8. 2 Rois 22,15-20.
  9. 2 Chroniques 34,23-28.
  10. a et b Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, La Bible dévoilée, p. 276.
  11. Deuxième livre des rois, 23:4 et suivants.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :