Isabelle d'Aragon (1247-1271)

reine de France
Isabelle d'Aragon
Description de cette image, également commentée ci-après
La mort de la reine Isabelle, d'après une enluminure d'un manuscrit des Grandes Chroniques de France

Titre

Reine de France


(5 mois et 3 jours)

Prédécesseur Marguerite de Provence
Successeur Marie de Brabant
Biographie
Dynastie Maison de Barcelone
Naissance 1247
Décès (à 24 ans)
Cosenza (Calabre)
Sépulture Basilique de Saint-Denis
Père Jacques Ier le Conquérant, roi d'Aragon
Mère Yolande de Hongrie
Conjoint Philippe III le Hardi, roi de France
Enfants Louis
Philippe IV le Bel, roi de France
Robert
Charles de Valois
Mausolée d'Isabelle d'Aragon Cathédrale de Cosenza

Isabelle d'Aragon (1247- Cosenza, ) est une infante d'Aragon, devenue brièvement reine de France durant cinq mois en 1270-1271, par son mariage avec le futur roi Philippe III le Hardi.

Elle est la mère du roi Philippe IV le Bel et de Charles de Valois, ancêtre de la branche des Valois.

BiographieModifier

FamilleModifier

Elle est la troisième des cinq filles issues du mariage entre Jacques Ier le Conquérant (1208-1276), roi d'Aragon, de Valence et de Majorque, et sa deuxième femme Yolande de Hongrie (v. 1216-1251).

Son père, qui soutenait financièrement le couvent de Sainte-Marie de Sigena prévoyait initialement qu'elle entre dans l'ordre de ce monastère. Le décret qu'il rédigea mentionnait également le fait que si l'enfant à naître était un garçon, il entrerait dans l'ordre des templiers. Le décret expira avant sa naissance[1].

Mariage et descendanceModifier

 
Charte du roi Philippe III le Hardi prescrivant à ses successeurs de donner chaque année 2000 livres aux maladreries et couvents pour qu’on prie pour son âme, l’âme de son père Louis IX et celle de sa femme Isabelle d'Aragon. Archives nationales K//34C/28

Le , en marge du traité de Corbeil conclu entre les royaumes de France et d'Aragon, les rois Louis IX de France et Jacques Ier d'Aragon conviennent de renforcer cette entente par un mariage, celui de Philippe (1245-1285), alors second fils du roi de France, avec Isabelle, fille puînée du roi d'Aragon[2]. Isabelle épouse donc à Clairmont, actuellement Clermont-Ferrand, le , le prince Philippe, devenu entre-temps héritier du trône de France à la mort de son frère aîné Louis en 1260.

De cette union naissent quatre fils :

DécèsModifier

Ayant accompagné le roi à la 8e croisade à Tunis en , elle devient reine de France le mois suivant au décès du roi Louis IX. Le , sur le chemin du retour, alors qu'elle traversait le Savuto près de Martirano en Calabre, elle fait une mauvaise chute de cheval : enceinte de six mois de son cinquième enfant, elle accouche prématurément de l'enfant, qui meurt peu après. Transportée dans un premier temps au château de Martirano, puis à Cosenza, épuisée et fiévreuse, elle y meurt le , à peine âgée de 24 ans.

Morte loin de sa patrie, la technique funéraire du mos Teutonicus lui est pratiquée[3] : elle est inhumée dans un premier temps dans la cathédrale de Cosenza, puis dans la nécropole royale en la basilique de Saint-Denis. Sa sépulture est profanée par les révolutionnaires en août 1793.

Le fœtus qu'elle portait est enterré dans la cathédrale de Cosenza[4].

La fin tragique d'Isabelle d'Aragon est rappelée dans les Laudi du poète Gabriele D'Annunzio.

AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

  1. (es) Jeronimo Zurita, Annales d'Aragon (lire en ligne), p. 272
  2. Gérard Sivéry, Philippe III le Hardi, 2003, Fayard, p. 35.
  3. Alain Erlande-Brandenburg, Le roi est mort. Étude sur les funérailles, les sépultures et les tombeaux des rois de France jusqu'à la fin du XIIIe siècle, Arts et métiers Graphiques, , p. 30
  4. (it)Luigi Palmieri, Cosenza e le sue famiglie: attraverso testi, atti e manoscritti, Cosenza : Pellegrini Editore, 1999, p. 19, (ISBN 88-8101-067-4), (ISBN 978-88-8101-067-7)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie complémentaireModifier

  • Émile Bertaux, « Le tombeau d'une reine de France à Cosenza en Calabre », Gazette des Beaux-Arts, 1898, p. 265-276, et 369-378.