Grandes Chroniques de France

chronique médiévale en français

Dagobert visitant le chantier de la construction de Saint-Denis, Paris BnF, Fr2609, f.60v. Exemplaire enluminé par Robinet Testard.

Les Grandes Chroniques de France sont une chronique prestigieuse, souvent enluminée, retraçant l'histoire du royaume de France en ancien français, rassemblée pour la première fois sur demande royale de Louis IX (ce que l'historien Bernard Guenée conteste[1]) et augmentée ensuite dans des éditions mises à jour jusqu'en 1461. L'initiative de cette chronique est due à Saint Louis (décédé en 1270) qui souhaitait que l'histoire transmise des Francs (depuis leur origine troyenne mythique, les Grandes Chroniques reprenant largement les Chroniques de Saint-Denis qui avaient déjà avancé cette thèse) soit conservée et mieux connue. Les Grandes Chroniques couvrent l'origine des Francs, depuis leur ancêtre troyen supposé jusqu'à Clovis, l'époque mérovingienne, les dynasties carolingiennes et capétiennes directes des Rois de France jusqu'à l'Histoire contemporaine de la rédaction des Chroniques (dont les éditions allant le plus loin poussent jusqu'à l'année 1461). Le tout est le plus souvent illustré d'enluminures de grande qualité (dont une édition illustrée par Jean Fouquet).

Environ 130 manuscrits des Grandes Chroniques nous sont parvenues avec de grandes variations entre elles, tant dans la richesse, le nombre et le style de leurs enluminures que dans la longueur de leurs textes. La plupart a cependant été réalisée pour une clientèle royale ou noble puisque les Grandes Chroniques étaient l'œuvre centrale de l'historiographie officielle française en langue vernaculaire. L'analyse de la sélection des sujets représentés selon les époques laisse entrevoir une évolution des préoccupations politiques des différentes classes des commandeurs du livre au fil du temps.

PrésentationModifier

Il s'agit d'une chronique commandée par saint Louis au moine primat de Saint-Denis vers 1250. Progressivement, de nouveaux épisodes de l'histoire sont ajoutés au cours du temps, par d'autres moines à Saint-Denis tout d'abord, puis dans l'entourage du roi lui-même à partir de Charles V. Guillaume de Nangis et Jean Chartier y participent. Elle fait remonter l’origine des rois de France aux Troyens de l'Antiquité[2]. On en conserve environ 700 manuscrits dont certains contiennent de remarquables enluminures : ceux de Charles V (Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrit français 2813), celui attribué à Charles VII (1455-1460, Bibliothèque nationale de France, Ms. Fr. 6465, enluminé par Jean Fouquet) et Philippe le Bon (1457, Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale russe).

Cette œuvre retrace les principaux faits et gestes des règnes de tous les rois des dynasties mérovingienne, carolingienne et capétienne.

Notes et référencesModifier

  1. Bernard Guenée (éd. posthume Jean-Marie Moeglin), Comment on écrit l'histoire au XIIIe siècle : Primat et le Roman des Roys, CNRS éditions, , 296 p. (ISBN 978-2-271-08805-5)
  2. L'Énéide de Virgile faisait remonter les Romains aux Troyens. De même, la Matière de Bretagne comprenait un descriptif du lignage des rois légendaires de Grande-Bretagne, les présentant comme ancêtres de Brutus de Bretagne et les reliant également aux Troyens.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Sources primairesModifier

Sources secondairesModifier

  • (en) Gabrielle M. Spiegel, « The chronicle tradition of Saint-Denis, a survey », Leyde et Boston, Classical Folio Editions (Medieval Classics: Texts and Studies, no 10), 1978, 150 p.
  • (en) Anne D. Hedeman, The Royal Image: Illustrations of the « Grandes Chroniques de France » (1274-1422), Berkeley, University of California Press (California Studies in the History of Art, vol. 28), 1991, 338 p. [lire en ligne], présentation en ligne.
  • Bernard Guenée, « Les Grandes chroniques de France, le Roman aux roys (1274-1518) », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, tome II : La nation, vol. 1 : Héritage, historiographie, paysages, Paris, Gallimard, collection « Bibliothèque illustrée des histoires », 1986, p. 189-214.
  • Jean-Marie Moeglin et Isabelle Guyot-Bachy, « Comment ont été continuées les Grandes Chroniques de France dans la première moitié du XIVe siècle », Bibliothèque de l'École des chartes, Paris / Genève, Librairie Droz, t. 163, livraison 2,‎ , p. 385-433 (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier