Louis de France (1264-1276)

prince héritier de France, fils aîné de Philippe III le Hardi et d'Isabelle d'Aragon
Louis de France
Description de l'image Louis de France.jpg.

Titre

Héritier du trône de France

– av.

Prédécesseur Philippe de France
Successeur Philippe de France
Biographie
Dynastie Capétiens
Naissance 1263 ou 1264
Décès avant
Château de Vincennes (Royaume de France)
Père Philippe III le Hardi
Mère Isabelle d'Aragon

Description de l'image Blason pays fr FranceAncien.svg.

Louis de France (né en 1263 ou 1264 - mort au Château de Vincennes, avant ) est un prince français. Il est le fils aîné de Philippe III de France dit Le Hardi (1245-1285) et de sa première épouse, Isabelle d'Aragon (1247-1271). Il est l'héritier de la couronne de France, du (à la mort de son grand-père, Saint-Louis) à sa propre mort, prématurée, à l'âge de 12 ou 13 ans.

BiographieModifier

Louis de France est le fils premier-né de l'héritier du trône de France, le prince Philippe et de sa première épouse, Isabelle d'Aragon. De cette union naissent aussi trois frères cadets : Philippe, Robert et Charles.

La mort de son grand-père, le roi Louis IX, le , fait de son père le roi de France, sous le nom de Philippe III, et de Louis l'héritier du trône.

Sa mère, Isabelle d'Aragon (1247-1271), meurt en Calabre, au retour de la septième croisade, des suites d'une chute de cheval, alors qu'elle était enceinte d'un cinquième enfant. Louis a alors 7 ou 8 ans.

Son père se remarie en 1274 avec Marie de Brabant (1254-1321), avec qui il aura trois autres enfants.

Louis meurt prématurément au début de l'année 1276, à l'âge de 12 ou 13 ans, et c'est donc son frère puîné Philippe, le futur Philippe IV le Bel qui devient prince héritier.

Les circonstances de sa mortModifier

Des insinuations diffusées par le favori Pierre de La Brosse (vers 1230 - 1278) laissèrent entendre que le jeune Louis avait été empoisonné par sa belle-mère, Marie de Brabant, seconde épouse de Philippe III[1], dont le dessein aurait été d'éliminer successivement les fils d'Isabelle d'Aragon. La thèse de l'empoisonnement est cependant défendue par Guillaume de Nangis dans sa Gesta Philippi Tertia Francorum Regis[2].

Pierre de La Brosse sera confondu, puis pendu le au gibet de Montfaucon.

AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Georges Bordonove, Les Rois qui ont fait la France, Philippe le Bel, Editions Pygmalion, , p. 18.
  2. "Ludovicus primogenitus filius regis Franciæ Philippi" empoisonné. Des soupçons planent sur "regina Maria uxor regis", RHGF XX, Gesta Philippi Tertii Francorum Regis, p. 502.