Ouvrir le menu principal

Hauville

commune française du département de l'Eure
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antoine de Hauville et Jean d'Hauville.

Hauville
Hauville
Une meule (en bas à droite), le moulin (à droite) et la maison du meunier (à gauche).
Blason de Hauville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Bourg-Achard
Intercommunalité Communauté de communes Roumois Seine
Maire
Mandat
Guillaume Quesney
2014-2020
Code postal 27350
Code commune 27316
Démographie
Gentilé Hauvillais
Population
municipale
1 286 hab. (2016 en augmentation de 0,23 % par rapport à 2011)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 50″ nord, 0° 46′ 15″ est
Altitude Min. 80 m
Max. 148 m
Superficie 14,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Hauville

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Hauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hauville

Hauville est une commune française située dans le département de l'Eure et la région Normandie.

Les habitants de Hauville sont les Hauvillais.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

Hauville se situe sur le plateau du Roumois[1], à l'extrême nord du département[2]. La forêt de Brotonne (Seine-Maritime) borde la commune au Nord. La Seine passe à 2 kilomètres. Hauville est situé à environ 35 kilomètres de Rouen. Les autoroutes A13 et A28 sont à 6 km (échangeur de Bourg-Achard).

La commune d'Hauville fait partie du Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Hauville se situe dans le canton de Bourg-Achard (arrondissement de Bernay).

HameauxModifier

  • Bellemare
  • La Cavée-Ferrand
  • La Croix-de-l'Orme
  • La Ferganterie
  • La Fontenaye[4]
  • La Haule[5]
  • La Mare-d'Enfer
  • La Neuville
  • La Mare-Billon
  • La Mare-Jouas
  • La Mare-Mandé
  • La Rue-Adam
  • La Rue-Bénard[6],[7]
  • Le Bosc-Lambert
  • Le Bourdonné
  • Le Bourg
  • Le Cormier[8]
  • Le Mont-Gignard
  • Le Valade
  • Les Bénards
  • Les Bons
  • Les Janviers
  • Les Rousselins

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Halsvilla en 1014, Hals villa en 1049-1058[9], Alsvilla, Aslevilla en 1050[10], Hausvilla en 1100[11]. Il s'agit d'une formation médiévale en -ville au sens ancien de « domaine rural » L'origine du premier élément, un anthroponyme comme c'est généralement le cas, est plus complexe, car cette localité en -ville ne fait pas partie des types toponymiques récurrents que l'on observe dans la toponymie normande (cf. Colleville, Tocqueville, Beuzeville, Trouville, etc.)

  • Albert Dauzat et Charles Rostaing se basent sur une attestation isolée Aslevilla pour proposer le nom de personne germanique non attesté *Hasilo[12]. Or les formes les plus anciennes (dont ils n'avaient sans doute pas connaissance) ne vont pas dans ce sens qui supposerait une métathèse de [l] a priori.
  • François de Beaurepaire, citant Jean Adigard des Gautries, propose le nom de personne norrois Hals, ce qui est plus conforme aux mentions anciennes[11] et s'accorde parfaitement avec la localisation de Hauville dans le Roumois. En effet, ce pays normand compte peu de toponymes antérieurs à l'installation des hommes du nord au Xe siècle. C'est peut-être le même anthroponyme que l'on retrouve dans Hautonne, nom d'une ferme des environs.

*Halsville > *Hausville > Hauville est une évolution phonétique régulière en langue d'oïl.

Politique et administrationModifier

 
L'entrée d'Hauville.
 
La mairie et le monument aux morts.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    André Langlois    
    Fernand Arné    
    Guy Quesney    
mars 2001 mars 2014 Jean-Pierre Delaune   Commerçant
mars 2014 En cours Guillaume Quesney SE Employé
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2016, la commune comptait 1 286 habitants[Note 1], en augmentation de 0,23 % par rapport à 2011 (Eure : +2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7691 7051 7891 7501 8001 6851 6901 5651 529
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4341 3911 2851 3001 2271 0831 063976940
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
940850781667688650706784684
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
7167168171 0131 0511 1151 2401 2581 275
2013 2016 - - - - - - -
1 2961 286-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune de Hauville se blasonnent ainsi : D'azur au moulin à vent d'argent maçonné de sable, chaussé aussi d'argent semé de pommes de gueules

HistoireModifier

Les fiefs de la Haule[17], d'une part, et de Thibouville[18],[19] et Calletot[20],[21] d'autre part, sont respectivement tenus par Guillaume La Vieille (écuyer) et Jean Durant (bourgeois de Rouen)[22].

Culture locale et patrimoineModifier

 
L'église Saint-Paterne
 
Le moulin et la maison du meunier, une chaumière normande
 
Le moulin
  Inscrit MH (1979)
 
Des meules

Lieux et monumentsModifier

  • L'église paroissiale Saint-Paterne (ou Saint-Paer)
    L'église Saint-Paterne[23] fut donnée au chapitre de la cathédrale de Chartres[24]par Richard II le «Bon»[réf. nécessaire], duc de Normandie (996-1026). L'édifice est caractéristique du style normand, doté d'une haute tour sur la croisée du transept. La nef date du XIIe siècle, tandis que le transept et collatéral sud du XVIe siècle, puis diverses reconstructions au cours des siècles suivants. Elle possède un orgue remarquable.
    Hauville a conservé sa confrérie de charité qui figure parmi les plus vieilles de la région. Selon la tradition orale, elle aurait été fondée en 1308 sous le règne de Philippe le Bel et placée sous le patronage de saint Paterne. Les premiers documents officiels mentionnant la confrérie datent de 1410. Les statuts de la charité ont été renouvelés le . En 1867, à la suite d'un différend avec le curé, hostile à la charité, cette dernière s'est mise à fonctionner civilement. Le retour à un fonctionnement religieux n'a pu reprendre qu'avec le successeur de l'opposant. Elle est érigée canoniquement le  ; un nouveau règlement est alors mis en place. Depuis 2001, la charité est une association loi de 1901.
    L'église dispose d'un orgue de tribune de douze jeux construit par Pierre Leduc au milieu du XVIIIe siècle. Composé de deux claviers et d'un pédalier, il a fait l'objet d'une restauration par le facteur d'orgues Jacques Barberis en 1983[25].
  • Le moulin de pierre
    Le moulin est construit en 1258 par les religieux de l'abbaye Saint-Pierre de Jumièges sur un site dénommé « la Cour l'Abbée ». Il reste propriété de l'abbaye jusqu'à la Révolution de 1789, vendu alors comme bien national. Ce « moulin de pierre » est un moulin à vent de type moulin-tour, bien connu au XVIIIe siècle par sa série de baux et de comptes de réparations. À partir des années 1860 son activité s’éteint et il tombe peu à peu en ruine. En 1970, il ne reste plus que sa tour en assise régulière de silex et calcaire. Il est inscrit au titre des monuments historiques en 1979[26]. En 1984 et 1985, il est restauré par l’établissement public du parc naturel régional de Brotonne : sa toiture, ses planchers et son mécanisme, y compris les ailes, sont reconstitués. Le moulin devient un musée et un atelier de meunerie.
    La toiture en chaume du moulin (qui présente l'avantage d'être légère) est orientable de façon à mettre la voilure face au vent. Le moulin dispose de deux portes ce qui s'explique par le fait que l'une ou l'autre peut être condamnée à tout moment, les ailes tombant jusqu'au sol. Quant à la voilure, elle se déploie en fonction de la force du vent. Le mouvement des ailes entraîne les meules par un jeu d'engrenages. Ces meules, d'environ 2 m de large et 15 cm de haut, servent à broyer le blé. Elles peuvent, selon le vent, moudre jusqu'à 200 kg de blé par heure.
    Il est l'un des moulins-tours actionnés par le vent parmi les plus anciens de France, et l'unique moulin à vent qui soit en état de fonctionner en Normandie. Par le passé, Hauville comptait au moins sept moulins (moulins de la Haule[27], de La Cauchure[28], de Thiberville…).
    Une « Maison du meunier » de style normand est reconstituée à proximité du moulin en 1992. Elle abrite une exposition sur les moulins à vent en Normandie ainsi que sur la minoterie.
    La « route du blé au pain » a été créée. Elle passe notamment par le moulin de Hauville et par le four à pain de La Haye-de-Routot; elle vise à mettre en valeur ces deux monuments du parc naturel régional.
  • Le château de Saint-Paul, grande bâtisse en brique construite vers le milieu du XVIIIe siècle[29].
 
Le château de Saint-Paul
 
Un des ânes de la « Fête du moulin et des ânes »

La chasse à courreModifier

Une longue tradition de vénerie existe en forêt de Brotonne. L'Équipage de Brotonne fut créé à Hauville en 1968 par Bruno Lefébure[30] et repris sous le nom de Rallye Brotonne par Pierre Bocquillon[31] en 1974. Recréé en 1977 par Jean-Marie Camus, l'Équipage de Brotonne pratique le "courre du cerf" jusqu'en 2007 puis se consacre à la vénerie du chevreuil sous la conduite de Jean-Rémi Camus[32]. La meute est essentiellement composée de chiens français tricolores[33].

Équipements culturels et de loisirsModifier

  • L'école

Hauville dispose d'une école maternelle et primaire constituée de toutes les classes de la petite section maternelle au CM2. Environ 150 élèves y sont scolarisés.

  • L'aire de loisirs

Hauville dispose d'une aire de loisirs appelée « Aire de loisirs et de détente du Moulin de Pierre » située à proximité de ce monument. On y trouve un city stade, un skatepark, des jeux pour enfants, un terrain de football, des tables de ping-pong, des terrains de boules et des installations pour pique-niquer.

  • Le haras du Vallot

Le haras du Vallot, à la lisière de la forêt de Brotonne, élève des chevaux destinés à l'équitation de loisir. C'est aussi une pension.

ÉvénementsModifier

  • Fête de la Saint-Paterne : fête annuelle de la commune (fin septembre)
  • Fête du moulin et des ânes : à la mi-juin
  • Fête des épouvantails
  • Cousinade Hauville: fin août chaque année depuis 2007

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Le Roumois », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 19 avril 2017).
  2. « Le Roumois », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 27 mars 2017).
  3. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  4. « Maison du XVIIIe siècle à La Fontenaye », notice no IA00018611, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  5. « Manoir du XVe siècle », notice no IA00018596, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. « Moulin à la Grande Houssaye - sieur de la Rue-Besnard », notice no IA00018605, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. « Manoir du XVIIe siècle », notice no IA00018597, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. « Maison du XVI° au Cormier », notice no IA00018610, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 123.
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 346.
  11. a et b François de Beaurepaire, op. cit..
  12. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit..
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. « Moulin de la Haule », notice no IA00018602, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Moulin de Thibouville (détruit) », notice no IA00018604, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Manoir (détruit) », notice no IA00018595, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Moulin au lieu-dit Calletot (détruit) », notice no IA00018601, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Manoir à Calletot (détruit) », notice no IA00018594, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. Histoire de l'ancien évêché-comté de Lisieux - Volume 2 - par H. de Formeville [1].
  23. « Église paroissiale Saint-Paer », notice no IA00018591, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. 1691-1759. – Déclarations données à la Chambre ecclésiastique du diocèse de Rouen par les curés et autres bénéficiées du doyenné de Pontaudemer [2].
  25. « Orgues-Normandie.com », sur orgues-normandie.com (consulté le 11 août 2015)
  26. « Ancien moulin à vent dit Moulin de Pierre », notice no PA00099445, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Moulin au lieu-dit La Haule », notice no IA00018602, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. « Moulin au lieu-dit La Cauchure », notice no IA00018603, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. « Château de Saint-Paul », notice no IA00018593, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Equipage de Brotonne », sur www.memoiredesequipages.fr (consulté le 10 mai 2019)
  31. « Rallye Brotonne », sur www.memoiredesequipages.fr (consulté le 10 mai 2019)
  32. « Equipage de Brotonne », sur www.memoiredesequipages.fr (consulté le 10 mai 2019)
  33. « Equipage de Brotonne », sur Vènerie.org (consulté le 10 mai 2019)
  34. Imprimeurs parisiens, libraires, fondeurs de caractères et correcteurs d'imprimerie, depuis l'introduction de l'imprimerie à Paris (1470) jusqu'à la fin du XVIe siècle [3]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Ouvrage collectif, Le Vieil Hauville de 1900 à 1950..., , 302 p.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :