Ouvrir le menu principal

Léopold V d'Autriche-Tyrol

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léopold V d'Autriche et Léopold d'Autriche.

Léopold V d'Autriche-Tyrol, né le à Graz et mort le à Schwaz (Tyrol) est un membre de la maison des Habsbourg. Il règne sur l'Autriche antérieure et le Tyrol à partir de 1619 et il est évêque laïc des diocèses de Passau en Bavière et de Strasbourg en Alsace (jusqu'en 1625). Léopold V est un acteur important du début de la Guerre de Trente ans.

BiographieModifier

EnfanceModifier

 
Léopold en habits sacerdotaux vers 1604

Léopold est le fils de l'archiduc Charles II d'Autriche-Styrie et de son épouse Marie-Anne de Bavière. Il est le petit-fils de l'empereur du Saint-Empire romain germanique, Ferdinand Ier et son frère Ferdinand succèdera à ses cousins Rodolphe Mathias à la tête de l'Empire. Il a 4 ans quand son père décède et il reçoit une éducation catholique stricte auprès des jésuites. Léopold est nommé coadjuteur de l'évêque de Passau le 14 novembre 1598 et de Strasbourg en 1598 alors qu'il n'a que douze ans.

Jeune homme, il vit à la cour de son cousin l'empereur Rodolphe II qui lui accorde son affection et le considère comme un successeur potentiel[1].

Les conflits de Juliers et de BohèmeModifier

Le 18 août 1605, Léopold est nommé évêque de Passau en Allemagne et le 24 novembre 1607, il est nommé évêque de Strasbourg. Il n'exercera jamais la prêtrise et restera "administrateur laïc" de ses diocèses, ainsi qu'une bulle du pape Paul V le désigne en 1617. De 1614 à 1625, Léopold est aussi titulaire des abbayes de Lure et de Murbach[2].

En 1609, il prend part à la Guerre de Succession de Juliers: Rodolphe II a mis les duchés de Clèves et Juliers sous séquestre après le décès du duc Jean-Guillaume qui n'avait pas d'héritier. Nommé commissaire de l'empereur, Léopold lève des troupes dans ses diocèses et prend la forteresse de Juliers avec ses mercenaires de Passau. En Alsace, son armée ne parvient pas à s'organiser, restant prise dans des escarmouches avec les troupes de l'Union protestante. Sans renforts, Léopold doit abandonner Juliers et se retire à Passau. En 1610, son armée fait irruption en Bohème où l'autorité de l'empereur est contestée par son frère Mathias déjà roi de Hongrie. Mal encadrée et mal rétribuée, cette soldatesque ou populace guerrière de Passau (Passauer Kreigsvolk)[3] se livre à des pillages et exactions, notamment à Budweis et dans la Petite Prague[4]. Mathias entre en Bohème avec ses troupes. Rodolphe doit céder la couronne de Bohème à Mathias (1611). Léopold est contraint à licencier son armée. Il sera pour un temps persona non grata à la cour de Mathias quand celui-ci succèdera à son frère à la tête de l'empire (1612). Il se retire dans ses évêchés.

Archiduc d'Autriche-TyrolModifier

 
Thaler à l'effigie de Léopold V , 1632.Description avers : Buste de Léopold à droite, en armure, la tête couronnée coupant la légende en haut, tenant de sa main droite un sceptre, sa main gauche tenant la poignée de son épée ; devant .1.6.3.2. .

À la mort de son cousin Maximilien III (2 décembre 1618), Léopold hérite de l'Autriche antérieure et du Tyrol d'abord en qualité de gouverneur (Statthalter), puis de souverain à partir de 1623. En 1619, il assure également la fonction de gouverneur de Vienne durant l'absence de son frère Ferdinand qui doit se rendre à Francfort pour se faire élire à la tête du Saint-Empire, la Guerre de Trente ans vient de commencer.

Après les victoires des troupes impériales en Bohème, Ernst von Mansfeld déplace le théâtre du conflit vers le Rhin et prend Haguenau en décembre 1621: Léopold doit se rendre en Alsace pour y défendre ses possessions. Il fait le siège de Haguenau, mais subit un revers à Drusenheim (mai 1622)[à préciser]. Mansfeld quitte l'Alsace en 1622 après avoir tenté par deux fois de prendre Saverne (6 janvier et 11 juillet). Sur le front du sud, Léopold prend également une part active à la guerre de la Valteline entre 1620 et 1632[à préciser].

Le 19 avril 1626 : quitte ses fonctions d'évêque de Passau et de Strasbourg.

En 1632, il se bat en Valteline et défend le Tyrol contre les Suédois. Le 13 septembre 1632, il décède à l'âge de 48 ans.

ŒuvreModifier

 
Armoiries du duc sur la clé de voûte de la chapelle Saint-Ignace de l'église des Jésuites de Molsheim

Léopold a construit un bureau de douane et une église Jésuite à Innsbruck.

Il est intervenu en tant qu'évêque de Strasbourg lors des procès de sorcellerie à Molsheim (Bas-Rhin).

DescendanceModifier

Léopold épouse Claude de Médicis (1604-1648), qui lui donne cinq enfants :

AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Biographisches Lexikon des Kaiserthums Oesterreich, volume 6,page 416,Habsburg, Leopold V.(de)
  2. Louis Châtellier, Léopold d'Autriche (archiduc), in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 24, p. 2303.
  3. Voir Passauer Kriegsvolk et Bruderzwist dans l'article Mathias (HHR) du Wikipedia germanophone
  4. Voir Histoire de la province d'Alsace depuis Jules César jusqu'au mariage de Louis XV, Louis Laguille 1727, page 80

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

SourcesModifier

BibliographieModifier