Comté de La Marck

Comté de La Marck
(de) Grafschaft Mark

11981806

Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Le comté de La Marck au sein du Cercle du Bas-Rhin-Westphalie (1560).
Informations générales
Statut Comté
- État du Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Capitale Hamm, château d'Altena
Langue bas saxon (westphalien)
Religion catholique
Démographie
Population (fin du XVIIIe siècle[1]) 100000
Superficie
Superficie (fin du XVIIIe siècle[1]) 1500 km²
Histoire et événements
1198 Scission du comté d'Altena
1368 Acquisition du comté de Clèves
1512 Rejoint le Cercle du Bas-Rhin-Westphalie
1521 Intégré aux duchés unis de Juliers-Clèves-Berg
1614 Attribué aux électeurs de Brandebourg
1806 Incorporé au grand-duché de Berg

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le comté de La Marck (en allemand : Grafschaft Mark) est un ancien État du Saint-Empire romain. Fondé en 1198 par la maison de La Marck, il rejoint le Cercle du Bas-Rhin-Westphalie en 1512. Une possession des Hohenzollern à partir de 1614, La Marck, avec le duché de Clèves et le comté de Ravensberg, devient un territoire de l'État de Brandebourg-Prusse dans l'Ouest de l'Allemagne.

Le comté de La Marck (en rose) dans le cercle du Bas-Rhin-Westphalie.

L'État fut nommé d'après le château de Mark, à l'origine une résidence des comtes de Berg située près de Hamm en Westphalie. Aujourd'hui, l'arrondissement de La Marck (Märkischer Kreis) porte le nom de l'ancien comté à lequel son territoire appartenait.

Situation géographiqueModifier

 
Carte du comté de la Marck entre les duchés de Berg et de Westphalie, vers 1645.

L'ancien comté est situé dans la partie occidentale du Sauerland, région montagneuse en Westphalie. Il s'est étendu le long de la rivière Ruhr qui le divisait en deux et ses affluents la Volme et la Lenne. Les villes principales actuelles sont Hamm, Soest et Iserlohn.

La Lippe marquait la limite nord avec l'évêché de Münster ; à l'est, le comte était limitrophe avec le duché de Westphalie et le petit comté de Limbourg. La Marck était bordée à l'ouest par un ensemble de principautés rhénanes : les duchés de Berg et de Clèves, le comté de Gimborn, ainsi que les abbayes impériales d'Essen et de Werden. Le comté encerclait plus ou moins Dortmund, mais cette ville impériale n'en faisait pas partie.

HistoireModifier

Vue d'ensembleModifier

Le comté de la Marck est issu du comté d'Altena en Westphale, donné en 1160 en apanage par le comte rhénan Adolphe II de Berg à son fils Eberhard. À la mort d'Eberhard en 1180, ses deux fils aînés, Arnaud et Frédéric se partagèrent leur patromoine. Au titre d'une convention avec Philippe de Heinsberg, l'archevêque de Cologne, Frédéric avait déjà acquis le manoir de Mark près de Hamm où il fit construire un château. À partir de 1198, son fils le comte Adolphe Ier étend ses possession vers le nord et s'intitule « comte de la Marck ».

Les comtes ont choisi le camp du duc Jean Ier de Brabant dans la bataille de Worringen en 1288, contre son seigneur westphalien l'archevêque Siegfried II de Cologne ; la victoire de Brabant a ainsi contribué à renforcer leur autonomie. En 1368, le comte Adolphe III hérite du comté de Clèves (duché en 1417) ; suite à la mort de son frère aîné Engelbert en 1391, La Marck et Clèves sont gouvernées en union personnelle. En 1512, les deux territoires ont rejoint le Cercle du Bas-Rhin-Westphalie.

À la mort du duc Jean II de Clèves en 1521, son fils Jean, duc de Juliers et de Berg depuis 1511, a créé les duchés unis de Juliers-Clèves-Berg sous son règne. En faisant cela, il devint l'un des princes les plus puissants dans l'Ouest du Saint-Empire ; néanmoins, la lignée des ducs s'éteint à la mort de son grand-fils Jean-Guillaume en 1609. À l'issue de la guerre de Succession de Juliers, en 1614, La Marck échoit à l'électeur Jean III Sigismond de Brandebourg. Sous l'administration du Brandebourg-Prusse, les premières bases de la la phase préindustrielle ont été posées dans la région. En 1701, l'électeur de Brandebourg devint « roi en Prusse » et le comté fait partie des provinces occidentales du nouveau royaume de Prusse.

Suite à la guerre de la Quatrième Coalition et la défaite prussienne à Iéna les traités de Tilsit conclus en 1807 prévoyaient la cession de La Marck à la France impériale. Par décret du déjà, Napoléon Ier avait créé le grand-duché de Berg, à qui l'ancien comté a été attribué. Incorporé au département de la Ruhr, La Marck est rendue à la Prusse au congrès de Vienne en 1815 et fut incorporée dans la province de Juliers-Clèves-Berg.

Comtes de la MarckModifier

Comté puis duché de ClèvesModifier

 
Portrait du duc Jean Ier de Clèves d'après Rogier van der Weyden (vers 1460).

Duchés unis de Juliers-Clèves-BergModifier

Après la guerre de Succession de Juliers (1609-1614), La Marck passa aux électeurs de Brandebourg. Les souverains de la maison de Hohenzollern portent le titre de comtes jusqu'en 1918.

ArmoiriesModifier

Les comtes de La Marck portaient initialement : d'or, à la fasce échiquetée d'argent et de gueules de trois tires.

Lorsqu'ils héritèrent du comté de Clèves, ils ajoutèrent les armes de ce comté : écartelé, en 1 et 4 de gueules, à l'écusson d'argent, aux rais d'escarboucle d'or, brochantes sur le tout, et en 2 et 3 d'or, à la fasce échiquetée d'argent et de gueules de trois tires.

SourcesModifier

BibliographieModifier

  • Julius Menadier, Die Münzen der Grafschaft Mark., Dortmund, 1909.
  • Aloys Meister, Die Grafschaft Mark, Festschrift zum Gedächtnis der 300-jährigen Vereinigung mit Brandenburg-Preußen. Volume 2, Dortmund, 1909.
  • Margarete Frisch, Die Grafschaft Mark. Der Aufbau und die innere Gliederung des Gebietes besonders nördlich der Ruhr, Aschendorff, Münster, 1937.
  • Margret Westerburg-Frisch (Hrsg.), Die ältesten Lehnbücher der Grafen von der Mark (1392 und 1393)., Veröffentlichungen der Historischen Kommission Westfalens, volume 28 ; Westfälische Lehnbücher, Volume 1, Münster, 1967.
  • Uta Vahrenhold-Huland, Grundlagen und Entstehung des Territoriums der Grafschaft Mark., Dortmund, 1968.
  • Norbert Reimann, Die Grafen von der Mark und die geistlichen Territorien der Kölner Kirchenprovinz (1313–1368)., Historischer Verein, Dortmund, 1973.
  • Ernst Dossmann, Auf den Spuren der Grafen von der Mark., Mönnig, Iserlohn, 1983 [ (ISBN 3-922885-14-4)].
  • Oliver Becher, Herrschaft und autonome Konfessionalisierung. Politik, Religion und Modernisierung in der frühneuzeitlichen Grafschaft Mark., Klartext-Verlag, Essen, 2006 [ (ISBN 3-89861-512-X)].
  • Stephanie Marra, Grafen von der Mark, Herzöge von Kleve-Mark und Jülich-Kleve (Hof)., dans Werner Paravicini (Hrsg.): Fürstliche Höfe und Residenzen im spätmittelalterlichen Reich, Bd. 3, Thorbecke, Ostfildern 2007, (ISBN 3-7995-4522-0). online Text

Voir aussiModifier

Lien externeModifier

  1. a et b Gerhard Köbler: Historisches Lexikon der deutschen Länder. Die deutschen Territorien vom Mittelalter bis zur Gegenwart. München 1995, S. 650