Ouvrir le menu principal

Gilbert Forray

militaire français

BiographieModifier

Formation et premiers commandementsModifier

Après des études au Lycée Janson de Sailly, il intègre à 18 ans l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (promotion « Général Frère » - 135e promotion, commençant en 1948 et se terminant alors deux ans plus tard). Il choisit, après sa scolarité, les troupes de marine (section infanterie), en raison de son excellent rang de sortie.

Après une courte affectation au 6e régiment de tirailleurs sénégalais stationné au Maroc, il part en Indochine avec le 26e bataillon, où lui est confié le commandement d’une unité de commando au Nord Vietnam. Il se révèle très vite comme un officier d’élite.

De retour en France, en décembre 1954, il a sur le champ le commandement d’une section des élèves sous-officiers instruits à l'École militaire de Cherchell, près d’Orléansville (Algérie), qui est encore une partie de la France, puis participe aux opérations en Algérie au sein du 11e régiment d’infanterie coloniale.

Promu capitaine, il reçoit ensuite le commandement de la promotion des élèves officiers de l'Académie royale du Laos en 1957.

Il est breveté d'état-major en 1961 puis il est chargé de diriger l’instruction du 43e RBI. Après cette période, il est ensuite intégré au Groupe d’études générales de l'État-Major de l'Armée de Terre (EMAT).

Il est breveté de l'École supérieure de guerre.

Il est aussi chef de corps du 5e régiment interarmes d'outre-mer, stationné à Djibouti, de 1972 à 1974.

Il est chef du Service d'informations et de relations publiques des armées (SIRPA).

Officier GénéralModifier

Devenu officier général, il commande la troisième brigade mécanisée à Wittlich en RFA, puis est nommé adjoint opérationnel au général commandant la première division blindée à Trèves (forces françaises en Allemagne).

Entre 1980 et 1983, il commande[3] les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, notamment l'école militaire interarmes et l'école spéciale militaire de Saint Cyr.

Il est ensuite commandant de la Force d'action rapide (FAR) entre 1984 et 1985.

Le 1er août 1985, il est nommé chef d'État-major particulier du président de la République avec rang de général d'armée[4].

En 1987, il devient, au sein des services et directions du Premier Ministre, secrétaire général de la défense nationale.

Son dernier haut poste militaire est celui de chef d'état-major de l'armée de terre pendant quatre ans, entre 1987 et 1991. Il participe ainsi à l'opération Daguet.

Autres fonctionsModifier

Après avoir quitté l'armée de terre, le gouvernement le nomme conseiller d'État en service extraordinaire du 11 avril 1991 au 15 juillet 1992[5].

Il est enfin grand chancelier de la Légion d'honneur et également grand chancelier de l'Ordre National du Mérite, second ordre national créé en 1963 par le général de Gaulle, entre 1992 et 1998[6],[7]. Il remet ainsi le grand le collier de grand maître à Jacques Chirac lors de son investiture le 17 mai 1995.[1]

Le 27 octobre 2007, il est élu membre titulaire de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer, en succession du Général Alain de Boissieu, au sein de la première section[8].

Il meurt le 15 mai 2017 à l'hôpital militaire Percy de Clamart (Hauts-de-Seine).

Une cérémonie d'hommages a été célébrée en son honneur à la cathédrale des Invalides à Paris le 18 mai 2017, dans l'après-midi, en présence des diverses hautes autorités civiles et militaires, en présence notamment d'une délégation de Saint Cyrien et d'élèves des Maison d'éducation de la Légion d'honneur.

DistinctionsModifier

Il a obtenu de nombreuses distinctions et honneurs[9]. Ainsi,

  • il est nommé en 1990 caporal honoraire - matricule 178569 bis de la Légion étrangère
  • membre de la Société des Cincinnati.
  • Il est président du "comité français de la route Washington Rochambeau".
  • Titulaire de sept citations dont une à l'ordre de l'armée, et a été blessé à deux reprises[10].
  • Il reçoit en 2003 le prix Richelieu Senghor il reçoit pour sa contribution et au rayonnement de la langue française.[2]

Principales décorationsModifier

   
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

Nombreuses autres décorations étrangères dontModifier

OuvragesModifier

RéférencesModifier

  1. Who's Who in France 1995-1996, 27e éd. (ISBN 2-85784-033-0), p. 705.
  2. « Biographie de Gilbert Forray », sur Académie des Sciences d'Outre-Mer (consulté le 26 mai 2017)
  3. Liste des commandants de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr
  4. « Fac-similé JO du 29/05/1985, page 05950 | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 22 juillet 2017)
  5. Décret du 15 juillet 1992 mettant fin aux fonctions d'un conseiller d'Etat en service extraordinaire (lire en ligne)
  6. « Général d'armée Gilbert Forray », Association nationale des membres de l'Ordre national du Mérite.
  7. Général Lang, « Eloge prononcé par le Général Lang à l'académie des sciences d'Outre Mer », L'ancre d'Or-Bazeilles,‎ mai-juin 2017 no 418, p. 59
  8. http://www.academieoutremer.fr/academiciens/fiche.php?aId=178
  9. https://www.asmp.fr/fiches_academiciens/textacad/cluzel/forray.pdf
  10. « Biographie de Gilbert Forray - Grande Chancellerie », sur Grande Chancellerie de la Légion d'Honneur (consulté le 21 mai 2017)

Liens externesModifier