Jean-Philippe Douin

général de l'armée de l'air français

Jean-Philippe Douin, né le à Saint-Florentin (Indre) et mort le à Paris, est un militaire français. Général d'armée aérienne, il est major général des armées du au , chef d'état-major de l'armée de l'air du au , chef d'état-major des armées du au puis grand chancelier de la Légion d'honneur du au .

Jean-Philippe Douin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Grand chancelier de la Légion d'honneur
-
Chef d'État-Major des armées
-
Chef d'état-major de l'Armée de l'air
-
Major général des armées
-
Mary-Jean Voinot (d)
Sous-chef d'état-major Opérations (d)
État-major des armées (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Arme
Grade militaire
Général d'armée aérienne (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

BiographieModifier

Origine et formationModifier

Jean-Philippe Douin est le petit-fils de Georges, officier de la Marine nationale[1], le fils de Louis, officier de l'Armée de terre, et le neveu d'un compagnon de la Libération membre des Forces navales françaises libres[2],[3]. Il fait ses études secondaires au lycée franco-égyptien du Caire, au lycée Saint-Jean de Fribourg et enfin au lycée Buffon de Paris[4].

Il est ensuite élève de l'École de l'air de 1961 à 1964[5]. Il est nommé sous-lieutenant le puis lieutenant le . Il est ensuite stagiaire à l'École de chasse (1963-1964), à la 8e escadre de Cazaux et enfin à la 7e de Nancy[6].

Carrière militaireModifier

Jean-Philippe Douin est d'abord affecté à l'escadron de chasse 2/4 La Fayette de Luxeuil en 1965[7]. L'année suivante, il rejoint l'escadron de chasse 1/2 Cigognes à Dijon sur Mirage IIIC[8].

Il est promu capitaine le . En 1970, il est nommé commandant de l'escadrille SPA 103. Au cours de cette affectation, il est décoré de la médaille de l'Aéronautique « en témoignage des recherches personnelles qu'il poursuivait et qui devaient aboutir, en 1980, à la mise au point du système d'armes Mirage 2000 »[5],[7]. Il est ensuite affecté à la Base aérienne 118 Mont-de-Marsan en 1972, avant de prendre le commandement du régiment de chasse 2/30 Normandie-Niemen en 1974, sur la base aérienne 112 Reims-Champagne[8].

Il est promu commandant le [4] et devient pilote d'essai sur le Mirage F1C[5],[2]. Il est ensuite chargé de recréer l'escadron d'instruction en vol 3/5 Comtat Venaissin sur la Orange en 1976[6]. Il est promu lieutenant-colonel le [4].

Jean-Philippe Douin effectue ensuite un stage d'un an à l'École supérieure de guerre aérienne de 1981 à 1982, avant de rejoindre l'état-major de la force aérienne tactique et de la première région aérienne de Metz[6]. Il est promu colonel le [4]. En 1985, il devient commandant de la Base aérienne 102 Dijon-Longvic[9]. Au cours de sa carrière, il totalise six mille heures de vol[10]. De 1987 à 1988, il est auditeur du Centre des hautes études militaires et de la 40e session de l’Institut des hautes études de la défense nationale[6].

Il est promu général de brigade aérienne le [4] et prend le commandant du Centre d'opérations de l'Armée de l'air le 1er juillet suivant[11],[6]. Il est ensuite successivement sous-chef d'état-major Opérations de l'état-major de l'Armée de l'air ([6]) et de l'état-major des armées ([12]), au cours d'une période où la France est engagée dans la Guerre du Golfe. Il est promu général de division aérienne le [13] et général de corps aérien le [14]. Il est enfin nommé major général des armées le [14],[15] ; à ce poste, il conduit une réforme des organisme interarmées (Collège interarmées de Défense, Direction du Renseignement Militaire, Commandement des Opérations Spéciales)[6].

Chef d'état-major de l'Armée de l'air puis chef d'état-major des arméesModifier

Jean-Philippe Douin est nommé chef d'état-major de l'Armée de l'air et élevé aux rang et appellation de général d'armée aérienne le [16]. Un an plus tard, il est pressenti pour succéder à l'amiral Jacques Lanxade au poste de chef d'état-major des armées, dans un contexte de tension entre ce dernier et le chef de l'état-major particulier du président de la République, le général d'armée Christian Quesnot[17]. Sa nomination est confirmée par le Journal officiel du et prend effet à compter du suivant[18],[19].

Son commandement est notamment marqué par l'engagement des armées françaises dans la guerre d’ex-Yougoslavie[3],[7],[20]. Sur le plan institutionnel, il met en œuvre la professionnalisation des armées à la suite de la décision du président Jacques Chirac de suspendre de la service militaire et réorganise la dissuasion nucléaire française, en démantelant notamment les dix-huit silos à missile situés sur la base aérienne 200 Apt-Saint-Christol du plateau d'Albion[7],[20].

Il fait ses adieux aux armes au cours d'une cérémonie au sein de la force de stabilisation de l'OTAN en Bosnie-Herzégovine[2]. Son successeur au poste de chef d'état-major des armées, le général d'armée Jean-Pierre Kelche, prend ses fonctions le . Le général Douin est le sixième chef d'état-major des armées issu de l'Armée de l'air ; il n'y en a pas eu depuis.

Grand chancelier de la Légion d'honneurModifier

Jean-Philippe Douin est nommé grand chancelier de la Légion d'honneur, chancelier de l'ordre national du Mérite le [21]. Il est le premier aviateur auquel ces responsabilités sont confiées.

Sous son mandat sont célébrés le bicentenaire de l’ordre de la Légion d’honneur, le 40e anniversaire de l’ordre national du Mérite, le 150e anniversaire de la Médaille militaire et enfin le bicentenaire des Maisons d'éducation de la Légion d'honneur. Il impulse également les travaux de restauration du musée de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie[6].

Le général d'armée Jean-Pierre Kelche lui succède le .

Retraite, décès et hommageModifier

Retraité, Jean-Philippe Douin s'installe dans la commune de Mur-de-Sologne dans le Loir-et-Cher. Il y participe aux cérémonies de commémoration, préside des cérémonies de remise de médaille et rend visites aux militaires de la maison médicale de Romorantin[22].

Jean-Philippe Douin meurt le à Paris. Dans un communiqué, le président de la République François Hollande rend hommage à « un grand soldat et un homme d'honneur qui a dédié toute sa vie au service de la France »[23].

Ses obsèques ont lieu le suivant au cours d'une cérémonie militaire dans la cour d'honneur de l'Hôtel des Invalides, suivie d'une messe dans cathédrale Saint-Louis-des-Invalides. Le général d'armée Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées, préside la cérémonie, à laquelle assistent également le général d'armée aérienne André Lanata, chef d'état-major de l'Armée de l'air, et le général d'armée Jean-Louis Georgelin, grand chancelier de la Légion d'honneur[24]. Ce dernier prononce son éloge funèbre et évoque un « exemple de probité et d’exigence, de générosité et de profondeur spirituelle » et déclare que, « pour tous ceux qui l’ont côtoyé dans nos armées, qui l’ont eu sous leurs ordres ou ont servi sous ses ordres, qui ont été les témoins de sa carrière remarquable et exemplaire de grand pilote de chasse, d’officier général et de grand chancelier de la Légion d’honneur, il demeurera une source d’inspiration : le service de la France fut son obsession »[2].

Jean-Philippe Douin est inhumé au cimetière de Mur-de-Sologne[22].

Grades militairesModifier

DécorationsModifier

     
     
     
     
     
     
     
     

IntitulésModifier

Notes et référencesModifier

  1. Biographie de Georges Douin sur le site des traditions de l'école navale (consulté le 8 janvier 2020).
  2. a b c et d Hommage funèbre du général d’armée aérienne Douin, prononcé le 28 janvier 2016 par le général d’armée Georgelin (consulté le 8 janvier 2020).
  3. a et b Légion d’honneur : décès du général d’armée aérienne Douin, sur L'histoire en rafale, 22 janvier 2016 (consulté le 8 janvier 2020).
  4. a b c d e f g h i j k et l Biographie de Jean-Philippe Douin dans Who's who France.
  5. a b et c Biographie de Jean-Philippe Douin sur le site de l'Association Nationale des Membres de l'Ordre National du Mérite.
  6. a b c d e f g et h Biographie de Jean-Philippe Douin sur le site de la grande chancellerie de la légion d'honneur.
  7. a b c et d Décès du général (air) Jean-Philippe Douin, ancien chef d’état-major des armées, sur Zone militaire, 21 janvier 2016 (consulté le 8 janvier 2020).
  8. a et b Biographie de Jean-Philippe Douin sur le site des traditions de l'École de l'air.
  9. « Jean-Philippe Douin, ancien commandant de la BA 102, est décédé », dans Le Bien public, 21 janvier 2016 (consulté le 8 janvier 2020).
  10. Décès de l'ancien CEMAA/CEMA JP Douin, Jean-Marc Tanguy, Le Mamouth, 21 janvier 2016 (consulté le 18 janvier 2020).
  11. Décès du général Douin, sur le site de l'Armée de l'air, 26 janvier 2016 (consulté le 8 janvier 2020).
  12. Décret du 22 avril 1991 portant réintégration dans les cadres, admission par anticipation dans la 2e section, promotion et nomination dans la 1re et dans la 2e section, affectation d'officiers généraux.
  13. a et b Décret du 18 janvier 1991 portant promotion et nomination dans la 1re section du cadre des officiers généraux de l'armée de l'air.
  14. a b et c Décret du 20 juillet 1992 portant admission par anticipation dans la 2e section, élévation aux rang et appellation de général d'armée, élévation aux rang et appellation de général de corps aérien, promotion et nomination dans la 1re section et dans la 2e section, affectation d'officiers généraux.
  15. « Le général Jean-Philippe Douin devient major général des armées », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 18 janvier 2020).
  16. a et b Décret du 9 mai 1994 portant admission par anticipation dans la 2e section, élévation aux rang et appellation d'amiral, élévation aux rang et appellation de général d'armée aérienne, promotion et nomination dans la 1re et la 2e section et affectation d'officiers généraux.
  17. Alexandra Schwartzbrod, « L'amiral Lanxade serait bientôt remplacé. Le général Douin devrait être nommé chef d'état-major des armées le 2 août », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 18 janvier 2020).
  18. Décret du 3 août 1995 portant élévation aux rang et appellation de général d'armée aérienne, promotion et nomination dans la 1re section et affectation d'officiers généraux.
  19. Jean Guisnel, « Armées: l'amiral Lanxade impose sa succession.Jacques Chirac devrait entériner les choix qu'il a fait », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 18 janvier 2020).
  20. a et b Jean-Dominique Merchet, « La mort du général Douin, ancien chef d’état-major des armées », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le 18 janvier 2020).
  21. Décret du 4 juin 1998 portant nomination du grand chancelier de la Légion d'honneur.
  22. a et b « Le général Jean-Philippe Douin était solognot d'adoption », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne, consulté le 18 décembre 2020).
  23. « Décès du général Jean-Philippe Douin », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020)
  24. Obsèques du général Douin aux Invalides, sur le site du ministère des Armées, 29 janvier 2016 (consulté le 18 janvier 2020).

Liens externesModifier