Ouvrir le menu principal

Monarchie de Habsbourg

ancien État
Monarchie de Habsbourg
(de) Habsburgermonarchie

15261804

Drapeau Blason
Devise
Gott erhalte Franz den Kaiser
« Dieu protège l'empereur François »
Description de cette image, également commentée ci-après
La monarchie de Habsbourg vers l'an 1789 (zone en vert).
Informations générales
Statut Monarchie
à l'intérieur et à l'extérieur du
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Capitale Vienne ()
Prague ()
Vienne ()
Langue

Langues officielles : latin, allemand, français, hongrois, tchèque, croate.

Autres langues : roumain, slovène, néerlandais, italien, picard, polonais.
Religion Église catholique, luthéranisme, calvinisme, Église orthodoxe serbe, Église orthodoxe roumaine, judaïsme.

Démographie
Population  
1683 ~ 8 500 000 hab.
1720 ~ 17 000 000 hab.
1780 ~ 26 000 000 hab.

Superficie
Superficie  
1683 ~ 340 000 km2
1720 ~ 750 000 km2
Histoire et événements
1526 L'archiduc d'Autriche Ferdinand Ier devient également roi de Hongrie et de Bohême.
Ferdinand Ier succède à son défunt frère Charles Quint et prend la tête du Saint-Empire romain germanique.
Guerre de Succession d'Autriche, née de la Pragmatique Sanction par laquelle Charles VI lègue à sa fille Marie-Thérèse les États héréditaires de la maison des Habsbourg. Se termine par le traité d'Aix-la-Chapelle en 1748.
1780 Naissance du « joséphisme » (subordination de l'Église à l'État) après que Joseph II, fils de Marie-Thérèse et de François de Lorraine, soit devenu empereur, fondant ainsi la maison Habsbourg-Lorraine.
« Première Coalition » contre la France révolutionnaire qui avait déclaré la guerre à l'empereur François Ier d'Autriche. Le conflit s'achève le par le traité de Campo-Formio.
1799 « Deuxième Coalition » qui prend fin au traité de Lunéville le .
Début de l'empire d'Autriche et fin de ce que l'on appelle l'Empire des Habsbourg (informel) lorsque François II du Saint-Empire est proclamé « François Ier, empereur héréditaire d'Autriche ».
À la fin de la « Troisième Coalition », le Saint-Empire romain germanique est dissout de fait par le traité de Presbourg.
Archiduc d'Autriche
Roi de Hongrie et Roi de Bohême
(1er) Ferdinand Ier
(Der) François II (Franz der Kaiser)

Entités suivantes :

Le terme monarchie de Habsbourg ([ˈabzbuʁ]), également monarchie d'Autriche ou empire de Habsbourg, renvoie à l'ensemble des territoires européens gouvernés directement par la branche cadette autrichienne de la maison de Habsbourg puis par la maison de Habsbourg-Lorraine du début de l'époque moderne jusqu'aux guerres napoléoniennes. Cette monarchie est donc à distinguer de l'empire de la maison de Habsbourg en Espagne et aussi des États immédiats du Saint-Empire sous la suprématie indirecte des Habsbourg en tant qu'empereurs romains germaniques.

La monarchie se compose essentiellement des territoires héréditaires des Habsbourg, ainsi que des pays de la couronne de Bohême et du royaume de Hongrie, tous unis en union personnelle à partir de 1526. La politique matrimoniale de la lignée autrichienne descendant de Ferdinand Ier, frère cadet de l'empereur Charles Quint, lui a assurée la domination sur un grand espace fermé d'Europe centrale. Depuis le mariage de l'archiduchesse Marie-Thérèse d'Autriche et François Étienne de Lorraine en 1736, la dynastie porte le nom de Habsbourg-Lorraine.

Face au sacre de Napoléon Ier en 1804, le dernier empereur romain germanique François II créa le titre d'empereur d'Autriche. Ainsi est né l'empire d'Autriche que la dynastie de Habsbourg-Lorraine gouverna jusqu'au Compromis de 1867 puis la double monarchie d'Autriche-Hongrie gouvernée en union réelle jusqu'en 1918.

Chronologie et expansionModifier

OriginesModifier

Article détaillé : Histoire de l'Autriche.
 
Les duchés d'Autriche (en rouge) de Styrie (strié) au XIIIe siècle.

Les origines de la monarchie de Habsbourg remontent au Moyen Âge, quand le comte Rodolphe de Habsbourg est élu roi des Romains le , terminant le Grand Interrègne suite au décès de l'empereur Frédéric II en 1250. Ses pays d'origine étaient inclus dans l'ancien duché de Souabe, centrés sur la région entre les rivières Reuss et Aar autour du château de Habsbourg. Après avoir défait son rival le roi Ottokar II de Bohême à la bataille de Marchfeld en 1278, il inféoda les duchés de Autriche et de Styrie, patrimoine uni de la maison éteinte des Babenberg, à ses fils Albert et Rodolphe II.

Albert a été élu roi des Romains en 1298, succédant à son père ; néanmoins, son homicide dix ans plus tard porte un coup sérieux à l'ambition de la dynastie. Les Habsbourg doivent se battre pour le pouvoir avec la maison de Luxembourg et les Wittelsbach : le fils aîné d'Albert, Rodolphe III, au bout de quelques années perdit le trône de Bohême ; son frère cadet Frédéric le Bel, antiroi germanique à partir de 1314, a été battu par Louis IV de Wittelsbach à la bataille de Mühldorf en 1322.

En même temps, cependant, les membres de la famille ont adopté une politique vigoureuse dans le sud-est du Saint-Empire : lors de l'extinction de la branche tyrolienne de la maison de Goritz, à la mort du duc Henri en 1335, le duché de Carinthie avec la marche de Carniole et la marche windique rejoignent les possessions des Habsbourg, suivi du comté de Tyrol en 1363. Le duc Rodolphe IV d'Autriche, dit le Fondateur, avait rédigé le Privilegium Maius en 1358/1359 confèrant à ses duchés de grands privilèges qui constituent le fondement du rapprochement des « pays autrichiens ». D'autre part, de nombreuses propriétés en Souabe furent irrémédiablement perdues à la suite de la fondation de la Confédération suisse. Ces territoires qui demeurèrent entre les mains des Habsbourg se trouvent rassemblés sous la suprématie de l'Autriche antérieure. À partir de 1375, les divers comtés du Vorarlberg sont achetés les uns après les autres.

Après l'extinction de la lignée des Luxembourg en 1437, enfin, le duc Albert V d'Autriche prendra la succession de l'empereur Sigismond, son beau-père, en tant que roi des Romains, roi de Bohême et roi de Hongrie. Une fois encore, les Habsbourg ont perdu leur union des pays concernés à la mort prématurée de Ladislas, fils d'Albert V, en 1457. Son cousin Frédéric III, élu roi des Romains en 1440 et couronné empereur en 1452, a réglé la succession à la tête de la Hongrie et la Bourgogne posant ainsi les base de l'empire européen des Habsbourg.

Expansion territorialeModifier

 
Croissance territoriale de l'empire des Habsbourg d'Autriche de 1282 à 1918.
 
Blason de l'Empereur Habsbourg montrant l'étendue de ses possessions territoriales (1605).
 
Poignée en forme d'aigle habsbourgeoise, petit appartement de la reine à Versailles.

Le mariage de l'archiduc Maximilien d'Autriche, fils de Frédéric III, et de Marie de Bourgogne le marque le début de la monarchie universelle des Habsbourg. En 1496, l'archiduc Philippe le Beau, fils de Maximilien, épousa Jeanne la Folle, héritière des couronne espagnoles de Castille et d'Aragon.

À la Diète de Worms en 1521, l'empereur Charles Quint et son frère cadet Ferdinand Ier ont décidé de partager leurs dominions : selon les termes de cet accord, Ferdinand était souverain des pays autrichiens ; après la mort du roi Louis II Jagellon à la bataille de Mohács en 1526, il a également acquis les deux royaumes de Bohême et de Hongrie par son mariage avec Anne Jagellon. Ses domaines triple presque sa superficie et quadruple sa population par l'acquisition des pays de la couronne de Bohême - incluant le margraviat de Moravie, la Silésie et les Lusaces - et de la Hongrie royale avec la Haute-Hongrie et la Croatie. à la démission de Charles Quint en 1556, la séparation entre la branche espagnole et la branche autrichienne a été effectuée.

Transformation en Empire d'AutricheModifier

Face au risque de dissolution du Saint-Empire romain germanique par Napoléon Ier, François II du Saint-Empire joint en 1804 à son titre d' « Empereur germanique élu des Romains » celui d' « Empereur héréditaire d'Autriche ». Le 26 décembre 1805 (traité de Presbourg) il accepte de facto la fin du Saint-Empire et devient François Ier, souverain de l'Empire d'Autriche.

TerminologieModifier

Les chefs des dynasties de Habsbourg puis de Habsbourg-Lorraine régnèrent jusqu'en 1806 comme « empereurs des Romains » sur le Saint-Empire romain germanique, et comme rois de Hongrie et de Bohême sur ces deux royaumes, ensuite comme empereurs d'Autriche, rois de Hongrie, de Croatie-Slavonie, de Bohême-Moravie et de Galicie-Lodomérie de 1804 à 1867, et enfin comme empereurs-rois d'Autriche et de Hongrie de 1867 jusqu'en 1918.

Maison de HabsbourgModifier

Sous le nom de maison d'Autriche, la dynastie régna sur plusieurs pays d'Europe :

 
Les domaines des Habsbourg d'Autriche (en jaune) et d'Espagne (en rouge) vers l'an 1700.

Marie-Thérèse d'Autriche fut la dernière représentante de cette maison. Les enfants qu'elle eut de son mariage avec François-Étienne de Lorraine inaugurèrent la dynastie des Habsbourg-Lorraine.

Maison de Habsbourg-LorraineModifier

Seule branche légitime actuellement subsistante de la maison de Lorraine, les membres de la maison impériale et royale de Habsbourg-Lorraine sont issus du mariage du duc François III, duc de Lorraine et de Bar (1708-1765), et de Marie-Thérèse de Habsbourg (1717-1780), « roi » de Hongrie et de Bohême et archiduchesse souveraine d'Autriche.

Les membres de cette branche, héritant des possessions patrimoniales des Habsbourg et de leur vocation à l'Empire mais descendant en ligne mâle de la maison de Lorraine, accolèrent les deux noms.

Cette branche régna sur :

  • le grand-duché de Toscane (de 1737 à 1860) ;
  • l'archiduché puis l'Empire d'Autriche, le royaume de Hongrie, le royaume de Bohême (de 1780 à 1918) ;
  • le duché de Modène (de 1814 à 1859) ;
  • le duché de Parme (de 1738 à 1748 et de 1814 à 1847)
  • l'empire du Mexique (de 1864 à 1867).

En revanche ils ne régnèrent jamais sur la Lorraine ni sur le Barrois, territoires annexés en 1766 par la France, mais ils en conservent toujours les titres de duc de Lorraine et de Bar.

En 1806, le bouleversement des États germaniques par Bonaparte signa la disparition du Saint-Empire romain germanique. Cependant, en prévision de la perte de son titre d'empereur des Romains, François II se déclara lui-même empereur héréditaire d'Autriche en 1804, juste après que Bonaparte se fut déclaré empereur des Français.

Nostalgique de la gloire passée, l'ex-François II utilisa un titre officiel développé : « Nous, François le premier, par la grâce de Dieu, empereur d'Autriche ; roi de Jérusalem, Hongrie, Bohême, Dalmatie, Croatie, Slavonie, Galicie, et Lodomérie ; archiduc d'Autriche ; duc de Lorraine, Salzbourg, Wurtzbourg, Franconie, Styrie, Carinthie, et Carniole ; grand-duc de Cracovie; prince de Transylvanie ; margrave de Moravie ; duc de Sandomir, Masovie, Lublin, haute et basse Silésie, Auschwitz et Zator, Teschen, et Frioul ; prince de Berchtesgaden et Mergentheim ; prince-comte de Habsbourg, Gorizie, et Gradisce et du Tyrol ; et margrave des haute et basse Lusace et d'Istrie ».

Son titre d'usage resta néanmoins celui d'« empereur d'Autriche ».

En 1867 une autonomie effective fut octroyée à la Hongrie à l'intérieur de l'empire d'Autriche sous les termes du « compromis » (Ausgleich : voir Autriche-Hongrie). Le titre du chef d'État devint alors « empereur d'Autriche et roi de Hongrie », bien que l'on parle aussi d'« empereur d'Autriche-Hongrie ». En 1918, Charles Ier, dernier souverain, renonça à l'exercice du pouvoir, sans toutefois abdiquer. Il fut contraint à l'exil en 1919.

Arbre généalogiqueModifier

 
Généalogie