Les Plus Belles Années de notre vie

film américain réalisé par William Wyler et sorti en 1946
Les Plus Belles Années de notre vie
Description de cette image, également commentée ci-après
Photo publicitaire du film avec Fredric March, Myrna Loy,
Dana Andrews, Teresa Wright et Hoagy Carmichael (au piano).

Titre original The Best Years of Our Lives
Réalisation William Wyler
Scénario Robert E. Sherwood
Acteurs principaux
Sociétés de production MGM
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 172 minutes
Sortie 1946


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Plus Belles Années de notre vie (The Best Years of Our Lives) est un film américain réalisé par William Wyler et sorti en 1946.

SynopsisModifier

En 1945, alors que se termine la Seconde Guerre mondiale, le destin rassemble trois soldats dans l'avion qui les ramène à Boone City, leur ville natale. Il s'agit du sergent d'infanterie Al Stephenson, du capitaine d'aviation Fred Derry et du marin Homer Parrish. Les trois hommes sont impatients de retourner chez eux, bien qu'ils partagent chacun la même inquiétude à l'idée de reprendre une vie normale...

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Et parmi les acteurs non crédités :

DistinctionsModifier

Autour du filmModifier

  • Tournage du 15 avril 1946 au 9 août 1946[1].
  • Samuel Goldwyn décida de produire le film après avoir lu un article dans le magazine hebdomadaire Time dans lequel était traité la difficile réinsertion des soldats dans la vie civile[2].
  • William Wyler demanda aux acteurs principaux de porter leurs propres vêtements afin que leurs personnages respectifs soient en lien avec la vie réelle[3].
  • Il n'y a que 13 ans d'écart entre les actrices Myrna Loy et Teresa Wright qui jouent respectivement le rôle de la mère et de la fille.
  • Harold Russell qui reçut deux Oscars pour son interprétation de Homer Parrish, n'était pas un acteur professionnel. C'est durant la Seconde Guerre mondiale, alors qu'il était parachutiste, qu'il perdit, le , l'usage de ses deux mains en manipulant du TNT. Héritant à leur place de crochets, l'armée le choisit pour tourner un film d'instruction intitulé Diary of a Sergeantil. William Wyler décida de l'engager après le visionnage de ce film, en faisant du personnage d'Homer Parrish non plus un handicapé moteur mais un amputé.
  • William Wyler se servit de son expérience pendant la guerre pour traiter les rapports humains entre soldats[4].
  • Initialement, Samuel Goldwyn refusa d'engager Virginia Mayo pour le rôle de Marie Derry. L'actrice parvint toutefois à le convaincre[5].
  • Fredric March qui fut engagé par la MGM refusa tout au long de sa carrière de signer des contrats de longue durée avec des sociétés de production afin de conserver son indépendance[6].
  • Dana Andrews, connu pour ses rôles dans des films noirs, reçut de bonnes critiques[7].
  • Teresa Wright avait remporté un Oscar, 4 ans plus tôt dans Madame Miniver.
  • A l'origine, Myrna Loy était réticente de jouer le rôle de l'épouse et était sur le point de rompre son engagement avec la MGM afin de se consacrer à des productions indépendantes. De plus elle hésitait à jouer sous la direction de William Wyler, pensant à tort qu'il avait une personnalité dure. Elle accepta de jouer après discussion avec Samuel Goldwyn. Tout en faisant preuve de professionnalisme, Myrna Loy profitait du tournage pour retrouver clandestinement son amant Spencer Tracy pour vivre une passion amoureuse intense dans ses bras en espérant faire avec lui un film dans un rôle dramatique une fois ce film achevé. Le rôle échut finalement à Katharine Hepburn[8]. Déçue ne pas avoir eu d'Oscar après avoir été pourtant nommée, elle obtint toutefois un prix lors du festival international de Bruxelles, quelques années plus tard. A l'issue de ce film, Myrna Loy rompit son contrat avec la MGM [9],[10],[11],[12].
  • Le film contient des tirades pacifistes et antinucléaires (le fils du sergent démobilisé et Butch, le tenancier de bar) surprenantes pour un film de cette période.
  • Dans le Top 100 de l'American Film Institute, le film est classé à la trente-septième place, ce qui en fait selon l'American Film Institute (AFI), l'un des cents meilleurs films américains de l'histoire du cinéma.
  • Le film engrangea un succès de 10,2 millions de dollars aux Etats-Unis et au Canada. Il est le plus gros succès des années 40 aux Etats-Unis. [13],[14]. La production encaissa toutefois une perte de 600 000 dollars en raison d'un arrangement entre la RKO et Samuel Goldwyn à propos de la distribution[15].
  • Le film a fait l'objet d'un remake pour la télévision en 1975 : Returning Home de Daniel Petrie, dans lequel Tom Selleck reprend le rôle de Dana Andrews.
  • Le film fut l'objet d'une adaptation en pièce radiophonique sur NBC le 17 avril 1949[16].
  • Parmi les films antérieurs à 1950, seuls Les Cloches de Sainte-Marie, Autant en emporte le vent et La Grande Parade avaient obtenu un triomphe au box-office[17].
  • En 1992, Harold Russell vendit sa statuette pour 60 500 dollars afin de payer les soins pour sa femme[18].

Notes et référencesModifier

  1. Les plus belles années de notre vie - IMDB dates de tournage - https://www.imdb.com/title/tt0036868/locations?ref_=tttrv_ql_dt_5
  2. Kantor, MacKinlay (1945). Glory for Me. Coward-McCann. OCLC 773996.
  3. When Hollywood Ruled the Skies: The Aviation Film Classics of World War II. Hawthorn, California - Orriss, Bruce - Aero Associates Inc., 1984 - p.121
  4. Les plus belles années de notre vie - AFI catalog - https://catalog.afi.com/Catalog/moviedetails/24693
  5. Les plus belles années de notre vie - IMDB - https://www.imdb.com/title/tt0036868/trivia?ref_=tt_trv_trv
  6. Tranberg, Charles (2013). Fredric March: A Consummate Actor. Duncan, Oklahoma: BearManor Media
  7. Easton, Carol (2014-05-05). The Search for Sam Goldwyn. Univ. Press of Mississippi.
  8. Lion of Hollywood: the life and legend of Louis B. Mayer, Auteur : Scott Eyman, Kindle editions 2005.
  9. Shirley Temple: American Princess (2017) - Anne Edwards - p.180
  10. Myrna Loy: The Only Good Girl in Hollywood - Emily W. Leider · 2012 - p.251-255
  11. Myrna Loy Being and Becoming, James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy, éditions Knopf 1987, page 154
  12. Four Hollywood Legends in World Literature: References to Bogart, Cooper - Henryk Hoffmann (2016) - Red Jacket Press
  13. "All-Time Top-Grossers", Variety 18 January 1950 p 18
  14. "Upped Scale Films Cop 'Win, Place, Show' Spots in Gross Sweepstakes". Variety. January 7, 1948. p. 63. Retrieved June 11, 2019 – via Archive.org.
  15. Richard B. Jewell, Slow Fade to Black: The Decline of RKO Radio Pictures, Uni of California, 2016
  16. Those Were the Days". Nostalgia Digest. 38 (4): 35. Autumn 2012
  17. "All-time Films (adjusted)." Box Office Mojo. Retrieved: September 19, 2010.
  18. Bergan, Ronald. "Obituary: Harold Russell; Brave actor whose artificial hands helped him win two Oscars." The Guardian, February 6, 2002. Retrieved: June 12, 2012.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier