Énergie en Europe

Énergie en Europe
Image illustrative de l’article Énergie en Europe
Raffinerie de Hamburg-Harburg, Royal Dutch Shell
Bilan énergétique (2017)
Offre d'énergie primaire (TPES) 1 619 M tep
(67 786 PJ)
par agent énergétique pétrole : 32,8 %
gaz naturel : 24,6 %
électricité : 18,3 %
charbon : 14,5 %
Énergies renouvelables 4,8 %
Consommation totale (TFC) 1 051,6 M tep
(44 029,6 PJ)
par habitant 2,1 tep/hab.
(85,9 GJ/hab.)
par secteur ménages : 26,9 %
industrie : 25 %
transports : 31,1 %
services : 14,2 %
agriculture : 2,3 %
pêche : 0,1 %
Électricité (2017)
Production 3 299,19 TWh
par filière thermique : 41,6 %
nucléaire : 25,1 %
éoliennes : 11 %
hydro : 10,1 %
biomasse/déchets : 6,4 %
autres : 4 %
Combustibles (2017 - Mtep)
Production pétrole : 73,56
gaz naturel : 103,09
charbon : 130,60
bois : 151,40
Commerce extérieur (2017 - Mtep)
Importations électricité : 33,08
pétrole : 966,96
gaz naturel : 392,14
charbon : 115,34
bois : 18,96
Exportations électricité : 32,20
pétrole : 423,47
gaz naturel : 96,03
charbon : 15,03
bois : 11,88
Sources
Agence internationale de l’énergie[1],[2]
NB : dans le bilan énergétique, l'agent « bois » comprend l'ensemble biomasse-déchets.

L'énergie en Europe décrit les réserves et les flux : production, importation, consommation d'énergie en Europe.

Réserves énergétiquesModifier

PétroleModifier

Les réserves pétrolières prouvées de l'Union européenne sont modestes ; celles du reste de l'Europe sont principalement concentrées en Russie. On remarque la faible durée résiduelle de l'exploitation (ratio réserves/production).

Évolution des réserves pétrolières en Europe, en milliards de barils[b 1]
Pays 1995 2005 2015 2018 2019 R/P
(2019)
Union européenne :
  Danemark 0,9 1,3 0,6 0,4 0,4 11,7
  Italie 0,8 0,5 0,6 0,6 0,6 17,0
  Roumanie 1,0 0,5 0,6 0,6 0,6 22,0
  Royaume-Uni 4,5 3,9 2,8 2,7 2,7 6,6
pays voisins :
  Norvège 10,8 9,7 8,0 8,6 8,5 13,5
  Russie 113,6 104,4 102,4 107,2 107,2 25,5
  Azerbaïdjan 1,2 7,0 7,0 7,0 7,0 24,6

Gaz naturelModifier

De même que pour le pétrole, les réserves prouvées de l'Union européenne sont modestes et c'est en Russie qu'est concentrée la grande majorité des réserves européennes prouvées de gaz naturel.

Évolution des réserves gazières en Europe, en billions de mètres cubes[b 2]
Pays 1995 2005 2015 2018 2019 R/P
(2019)
Union européenne :
  Allemagne 0,2 0,2 <0,05 <0,05 <0,05 4,1
  Danemark 0,1 0,1 <0,05 <0,05 <0,05 0
  Italie 0,3 0,1 <0,05 <0,05 <0,05 9,4
  Pays-Bas 1,6 1,3 0,7 0,2 0,2 6,2
  Pologne 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 18,1
  Roumanie 0,4 0,6 0,1 0,1 0,1 10,6
  Royaume-Uni 0,7 0,5 0,2 0,2 0,2 4,7
pays voisins :
  Norvège 1,4 2,4 1,9 1,6 1,5 13,4
  Russie 31,1 31,2 32,3 38,0 38,0 55,9
  Ukraine nd 0,7 0,6 1,1 1,1 55,7
  Azerbaïdjan nd 0,9 1,1 2,1 2,8 117,0

CharbonModifier

La Russie, l'Allemagne (lignite seulement) et l'Ukraine possèdent en 2015 la majorité des réserves prouvées de charbon en Europe. La majeure partie des réserves est de qualité médiocre (lignite ou charbon sub-bitumineux), en particulier dans l'Union européenne où seule la Pologne dispose encore de réserves significatives de charbon de qualité, quoique pour une durée limitée.

Réserves de charbon en Europe, par catégorie, en millions de tonnes (fin 2019)[b 3]
Pays Anthr.+b.* Sub.+lign.* Total R/P
Union européenne :
  Allemagne - 35 900 35 900 268
  Bulgarie 192 2 174 2 366 153
  Espagne 868 319 1187 >500
  Grèce - 2 876 2 876 105
  Hongrie 276 2 633 2 909 425
  Pologne 21 067 5 865 26 932 240
  République tchèque 413 2514 2 927 71
  Roumanie 11 280 291 13
  Royaume-Uni 26 - 26 12
pays voisins :
  Russie 71 719 90 447 162 166 369
  Turquie 550 10 975 11 525 140
  Ukraine 32 039 2 336 34 375 >500
  Serbie 402 7 112 7 514 193
* Anthr.+b.= Anthracite et bitumineux ; Sub.+lign.= Sub-bitumineux et lignite.

Entre 1999 et 2019, la part de la région "Europe" (hors Russie) dans les réserves mondiales de charbon a baissé de 14,8 % à 12,6 %, alors que ces réserves mondiales augmentaient très légèrement, de 1 058,8 milliards de tonnes à 1 069,6 milliards de tonnes[b 4].

UraniumModifier

Selon le BGR allemand, les réserves exploitables économiquement en 2018 au prix du marché (< 80 $/t) sont très réduites en Europe : 49 kt, soit 3,8 % du total mondial, dont 23 kt en Espagne, 9 kt en Slovaquie, 7 kt en Turquie, 5 kt au Portugal, 5 kt en Italie et 2 kt en Slovénie ; les ressources totales sont estimées à 510 kt, soit 4,1 % du total mondial ; sur ces 510 kt, 77 kt sont prouvées (« raisonnablement assurées »), à des coûts d'extraction de 80 à 260 $/kg ; s'y ajoutent 131 kt de réserves déduites (identifiées) et 286 kt de réserves ultimes (conjecturelles)[3].

Réserves d'uranium en Europe, en milliers de tonnes (2018)[3]
Pays Ressources Réserves*
  Finlande 1
  Hongrie 27
  Bulgarie 25
  Slovaquie 18 9
  Italie 11 5
  Espagne 11 23
  Suède 10
  Slovénie 9 2
  Grèce 13
  Roumanie 13
  France 12
  Portugal 11 5
  Allemagne 7
  République tchèque 342
pays voisins :
  Russie 1 367 25
  Turquie 1 7
  Ukraine 320 41
* réserves économiquement exploitables à moins de 80 $/t.

Il convient de préciser que la prospection des gisements est très incomplète, car elle s'est arrêtée depuis les années 1990 à cause de la disponibilité de ressources abondantes en uranium à bas prix du fait de l'arrêt du développement du nucléaire aux États-Unis et surtout du recyclage de l'uranium contenu dans les armes atomiques démantelées en vertu des accords de désarmement (traités SALT I et SALT II et surtout traité START).

Par ailleurs, le retraitement des combustibles usés constitue une ressource supplémentaire : la France en tire 1 kt d'uranium équivalent par an. Les quantités cumulées d'uranium de retraitement consommées jusqu'à 2018 atteignent 5,3 kt en France, 2,3 kt en Suisse, 1,7 kt au Royaume-Uni, 0,5 kt en Belgique, etc[4]. À plus long terme, des réacteurs de quatrième génération pourront recycler le plutonium et l'uranium appauvri, voire les autres produits de fission, issus des réacteurs classiques et en tirer une énergie considérablement accrue grâce à la surgénération.

BoisModifier

ProductionModifier

PétroleModifier

Production primaire de pétrole brut[n 1] dans l'Union européenne par pays (Mtep)
Pays 1990 2000 2010 2015 2016 2017 2018 2019 % 2019
Total EU-28 123,8 158,2 87,4 68,1 66,5 65,1 68,8 68,4 100 %
  Royaume-Uni 89,7 118,5 58,0 42,8 44,3 43,2 47,6 48,7 71,3 %
  Danemark 6,0 18,1 12,2 7,7 6,9 6,7 5,7 5,0 7,3 %
  Italie 4,7 4,5 5,1 5,5 3,7 4,1 4,7 4,3 6,3 %
  Roumanie 5,5 6,0 4,2 3,9 3,7 3,5 3,5 3,4 5,0 %
  Allemagne 3,7 3,2 2,5 2,4 2,4 2,2 2,1 1,9 2,8 %
  Pologne 0,2 0,6 0,7 0,9 1,0 1,0 1,0 1,0 1,4 %
  Hongrie 1,9 1,2 0,7 0,6 0,7 0,7 0,8 0,9 1,3 %
  Pays-Bas 3,6 1,5 1,0 1,4 1,0 1,0 0,9 0,7 1,1 %
  France 3,1 1,4 0,9 0,8 0,8 0,8 0,8 0,7 1,1 %
  Croatie 2,5 1,1 0,6 0,6 0,7 0,7 0,7 0,7 1,0 %
  Autriche 1,1 1,0 0,9 0,9 0,8 0,8 0,7 0,7 1,0 %
  Grèce 0,1 0,1 0,2 0,1 0,2 0,2 0,2 %
  République tchèque 0,05 0,2 0,2 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 %
  Espagne 0,8 0,2 0,1 0,2 0,1 0,1 0,1 0,04 0,06 %
Autres pays européens ou voisins :
  Norvège 81,0 163,6 91,3 77,9 79,8 78,4 73,7 70,0
  Turquie 3,7 2,8 2,5 2,5 2,6 2,6 2,9 3,0
  Ukraine 4,3 2,6 2,6 1,9 1,6 1,5 1,6 nd
  Serbie 1,0 1,0 0,9 1,0 0,9 0,9 0,9 nd
  Albanie 1,0 0,3 0,7 1,3 1,1 1,0 0,9 1,0
Source : Eurostat[5] (2019 : provisoire).

Gaz naturelModifier

Production primaire de gaz naturel dans l'Union européenne par pays (Térajoules)
Pays 1990 2000 2010 2015 2016 2017 2018 2019 % 2019
Total EU-28 7 629 9 759 7 410 4 993 4 992 4 794 4 369 4 043 100 %
  Royaume-Uni 1 904 4 538 2 316 1 626 1 670 1 675 1 621 1 584 39,2 %
  Pays-Bas 2 537 2 454 3 011 1 835 1 772 1 541 1 292 1 124 27,8 %
  Roumanie 1 066 510 401 409 362 396 394 386 9,5 %
  Allemagne 630 735 517 295 305 280 219 223 5,5 %
  Italie 653 634 320 258 220 211 208 183 4,5 %
  Pologne 111 154 172 171 165 163 161 159 3,9 %
  Danemark 129 345 342 193 189 202 172 128 3,2 %
  Irlande 87 45 11 5 116 132 128 99 2,4 %
  Hongrie 177 115 104 64 66 66 68 61 1,5 %
  Croatie 75 63 103 68 64 57 47 40 1,0 %
  Autriche 52 72 65 48 45 49 40 36 0,9 %
  République tchèque 9 8 9 10 8 9 8 8 0,2 %
  Bulgarie 0,5 0,6 3 4 4 3 1,3 1,5 0,04 %
  France 117 70 30 0,9 0,8 0,7 0,4 0,7 0,02 %
Autres pays européens ou voisins :
  Norvège 1 123 2 153 4 406 4 784 4 761 5 058 4 950 4 678
  Ukraine 1 051 698 718 690 706 720 767 710
  Serbie 25 29 14 21 19 18 17 16
  Turquie 8 24 26 15 14 14 16 18
Source : Eurostat[5].

Charbon et ligniteModifier

Production primaire de combustibles solides[n 2] dans l'Union européenne par pays (Mt)
Pays 1990 2000 2010 2015 2016 2017 2018 2019 % 2019
Total EU-28 1 185 695 584 549 506 511 490 418 100 %
  Allemagne 501 220 198 200 191 191 185 145 34,7 %
  Pologne 229 171 143 145 141 136 132 121 29,0 %
  République tchèque 110 69 58 49 48 48 46 44 10,4 %
  Bulgarie 34 28 31 37 33 35 31 29 6,9 %
  Grèce 52 64 57 46 33 38 36 27 6,5 %
  Roumanie 43 31 31 25 23 26 24 22 5,2 %
  Hongrie 20 15 10 10 10 9 9 8 1,9 %
  Royaume-Uni 100 38 22 12 6 5 4 4 0,9 %
  France 21 9 3 3 3 3 3 3 0,8 %
  Slovénie 6 4 4 3 3 3 3 3 0,7 %
  Slovaquie 7 5 4 4 4 3 3 3 0,7 %
  Italie 7 5 4 2 2 2 2 2 0,5 %
  Espagne 39 26 11 5 3 5 4 1,2 0,3 %
  Suède 1 1 1 1 1 1 1 1 0,3 %
  Finlande 0,5 0,9 0,9 0,9 0,9 0,9 0,9 0,9 0,2 %
Autres pays européens ou voisins :
  Turquie 51 66 78 63 77 79 88 95
  Ukraine 202 81 74 47 49 35 38 36
  Serbie 47 38 39 38 39 40 38 39
  Bosnie-Herzégovine 13 15 15 15 14
  Kosovo 5 9 8 9 8 8 8
  Norvège 0,3 0,6 2 1,1 0,8 0,1 0,2 0,1
Source : Eurostat[5].

Le Centre commun de recherche de la Commission européenne a publié le un rapport sur le secteur charbonnier européen : la part du charbon dans la consommation intérieure brute d'énergie de l'Union européenne est de 16 % en 2017 et sa part dans la production d'électricité de 24 % ; six pays dépendent du charbon pour au moins 20 % de leur consommation d'énergie. L'Union européenne compte 128 mines de charbon dans 12 états membres, avec une production totale d'environ 500 Mt (millions de tonnes), et 207 centrales électriques au charbon totalisant une puissance de 150 GW. Le secteur charbonnier emploie environ 237 000 personnes, dont 185 000 personnes dans les mines de charbon, dont la moitié en Pologne ; les emplois indirects liés au charbon sont estimés à 215 000 personnes. L'âge moyen des centrales au charbon est de 35 ans. Les mines de charbon ferment peu à peu à cause de leur manque de compétitivité : de 2014 à 2017, 27 mines ont fermé en Allemagne, Pologne, République tchèque, Hongrie, Roumanie, Slovaquie, Slovénie et au Royaume-Uni ; en 2018, 5 autres fermeront en Allemagne, Pologne, Roumanie et Italie ; 26 mines sont sur le point de fermer en Espagne[6].

En 2017, la puissance totale des centrales à charbon de l'Union européenne atteint 156,9 GW, dont 48,6 GW en Allemagne, 28,8 GW en Pologne, 15,4 GW au Royaume-Uni, 10,5 GW en Espagne, 9,3 GW en République tchèque, 8,6 GW en Italie, 5,9 GW en Roumanie, 5,1 GW aux Pays-Bas, 5 GW en Bulgarie et 4,4 GW en Grèce. Dix pays de l'Union ont annoncé qu'ils sortiraient totalement du charbon avant 2030, dont le Royaume-Uni, la France, l'Italie, l'Autriche et les pays scandinaves. Mais le Pays-Bas compte trois centrales très récentes et efficaces. En Allemagne, le gouvernement a mis en place une commission qui doit déterminer, début 2019, un calendrier pour sortir du charbon. En Pologne, le charbon assure encore 80 % de la production d'électricité ; plusieurs nouvelles centrales sont même en train d'être mises en service pour rajeunir un parc vieillissant[7].

UraniumModifier

La production d'uranium de l'Union européenne en 2018 était estimée par l'OCDE à 117 tU (tonnes d'uranium), soit 0,22 % du total mondial, dont 70 tU en République tchèque, 40 tU en Allemagne, 2 tU en France et 5 tU en Hongrie, plus 1 026 tU d'uranium de retraitement produit par la France ; en comparaison, les besoins étaient de 14 991 tU (total des pays de l'OCDE Europe), dont 7 370 tU pour la France, 1 419 tU pour l'Allemagne, 1 200 tU pour la Suède, 1 064 tU pour le Royaume-Uni, 906 tU pour l'Espagne, 793 tU pour la Tchéquie, 630 tU pour la Belgique, 430 tU pour la Finlande, 384 tU pour la Suisse, 324 tU pour la Hongrie, 322 tU pour la Slovaquie et 149 tU pour la Slovénie[4].

Énergies renouvelables thermiquesModifier

Les dispositifs exploitant directement la chaleur produite par les énergies renouvelables, sans transformation en électricité, sont surtout le bois-énergie et les autres utilisations de la biomasse. Mais la géothermie, le solaire thermique et les pompes à chaleur se développent rapidement.

Solaire thermiqueModifier

BiomasseModifier

GéothermieModifier

ImportationsModifier

PétroleModifier

Importations de pétrole brut de l'Union européenne par provenance (Mt)
Pays 1990 2000 2010 2015 2016 2017 2018 % 2018
Total EU-28 537,5 598,4 560,3 554,4 546,5 565,2 556,7 100 %
  Russie 34,6 119,5 181,7 153,2 166,0 163,1 153,9 27,6 %
  Norvège 52,5 114,9 71,6 64,1 64,8 61,3 53,9 9,7 %
  Irak 20,6 31,3 16,9 40,4 43,0 43,9 44,0 7,9 %
  Nigeria 28,4 22,5 21,7 44,2 29,6 34,5 41,6 7,5 %
  Arabie saoudite 49,7 65,1 30,8 41,7 40,5 35,6 38,9 7,0 %
  Kazakhstan 0 9,7 28,7 34,6 35,3 39,7 36,5 6,6 %
  Libye 50,5 45,9 53,0 12,8 12,0 27,9 32,3 5,8 %
  Azerbaïdjan 0 3,7 22,9 27,3 23,6 24,1 23,6 4,2 %
  Iran 55,6 35,5 29,7 0 15,0 28,2 20,0 3,6 %
  États-Unis 0 0 0 0,9 3,4 8,8 19,8 3,6 %
  Algérie 15,8 16,7 6,5 22,3 14,3 14,4 15,1 2,7 %
  Mexique 17,2 9,8 6,8 13,0 13,5 11,5 10,8 1,9 %
  Angola 6,0 3,9 8,5 22,1 13,2 5,4 7,1 1,3 %
  Brésil 0 0,1 4,8 3,0 4,7 6,2 5,6 1,0 %
  Koweït 10,5 9,7 3,4 6,6 7,4 8,7 5,4 1,0 %
  Égypte 11,1 5,6 4,7 7,8 6,6 4,9 4,0 0,7 %
  Canada 0 0 0,5 1,3 1,6 2,2 3,9 0,7 %
  Venezuela 9,1 6,9 5,0 5,5 3,6 3,3 2,8 0,5 %
  Guinée équatoriale 0 0 0,6 5,1 3,8 2,8 2,3 0,4 %
Source : Eurostat[8].
Les échanges internes (importations depuis d'autres pays de l'UE) ont été éliminés.

La part de la Russie est passée de 6,4 % en 1990 à 20 % en 2000, 32,4 % en 2010 et 27,6 % en 2018.

Gaz naturelModifier

En 2013, selon une étude d'Eurogas, la part du gaz russe dans la consommation des 28 pays de l'Union européenne a atteint 27 %, contre 23 % en 2012 ; la consommation de gaz de l'UE a pourtant reculé, pour la troisième année de suite, baissant de 1,4 % à 462 milliards de mètres cubes, après des baisses de 10 % et 2 % en 2011 et 2012 ; la production de gaz sur le territoire de l'Union européenne a connu un déclin de 1 % à 156 milliards de mètres cubes mais reste la première source (33 % de la consommation, comme en 2012) de l'UE ; la Norvège a elle aussi légèrement augmenté sa part (23 % contre 22 % en 2012), tandis que le troisième fournisseur, l'Algérie, a vu sa part baisser de 9 à 8 % ; le Qatar, dont le gaz arrive sous la forme de (GNL), n'a représenté que 4 % l'an passé, contre 6 % en 2012, le GNL trouvant des débouchés plus rémunérateurs en Asie ; la part de la Russie remonte à environ 40 % des importations de l'UE, alors que la tendance était plutôt à un déclin au cours de la dernière décennie ; le déclin de la demande de gaz dans la production d'électricité peut être partiellement attribué à la concurrence des énergies renouvelables subventionnées, mais surtout aux bas prix du charbon, conséquence du boom du gaz de schiste aux États-Unis[9].

Selon la Société Générale, la consommation de gaz aurait chuté de 12,9 % en 2014 en Europe (et celle d’électricité de 3,7 %), plus forte baisse depuis au moins dix ans : la consommation de gaz avait reculé de 7,2 % en 2009, 9,5 % en 2011, 3,7 % en 2012 et 1,3 % en 2013. Dix-neuf ans de croissance ont maintenant été effacés[10]. La douceur du climat explique une grande partie de cette chute, car elle pèse sur les besoins en chauffage des Européens : au premier semestre, le recul s’est élevé à 18 % ; cet effet climat est venu s’ajouter à la baisse de la consommation des industriels liée au ralentissement économique et à la moindre utilisation du gaz pour la production d’électricité, où il est concurrencé par les énergies renouvelables et un charbon meilleur marché. Selon GDF Suez, les énergéticiens européens ont fermé 70 gigawatts de capacités de centrales à gaz ces dernières années[11].

Gazprom, principal fournisseur de gaz de l'Union européenne, a annoncé à ses clients qu'ils devront aller chercher leur gaz à leurs frais en Turquie, appelée à remplacer l'Ukraine comme zone de transit après l'abandon par la Russie du projet de gazoduc South Stream. Or GDF Suez, ENI, E.ON et autres gaziers européens disposent de contrats de long terme prévoyant que Gazprom leur livre du gaz en des points précis, et non à la frontière gréco-turque. Gazprom devrait alors payer des pénalités énormes. Les pays européens sont diversement concernés par ce bras de fer : le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas n'achètent pas de gaz russe, la Pologne et l'Allemagne sont approvisionnés via le Belarus ; mais l'Autriche, la Slovaquie, la République tchèque, tous les pays du sud et du sud-est de l'Europe, ainsi que des clients italiens ou français, sont concernés[12].

Gazprom a lancé le , pour la première fois de son histoire, un processus d'enchères pour vendre du gaz en Europe. Ces enchères portent sur 3,2 milliards de m3, l’équivalent de la consommation de pays comme la Suisse ou le Danemark, qui seront destinés aux pays du nord de l’Europe, pour livraison sur 6 mois à partir du . Gazprom vendait jusqu'ici tout son gaz (pour l'Europe : 118 milliards de m3 prévus pour 2015) par contrats à long terme indexés sur le prix du pétrole et, de plus en plus, sur les prix spots du gaz[13].

En , un terminal maritime de gaz naturel liquéfié (GNL) a été mis en service à Świnoujście, en Poméranie occidentale, au nord-ouest de la Pologne, près de la frontière allemande. Il permet à la Pologne de s’approvisionner désormais par navires méthaniers auprès de nombreux pays tels que le Qatar ou le Nigeria. La mise en exploitation du terminal GNL de Świnoujście réduira sensiblement le risque de pressions russes et permettra surtout à la Pologne de choisir en toute indépendance ses fournisseurs et de négocier librement les prix. Le terminal aura une capacité de 5 milliards de m3 par an, soit un tiers du gaz consommé par la Pologne, dont environ 40 % provient de Russie. Il permettra également d'approvisionner, via un gazoduc, les États baltes, dépendants de la Russie pour 30 % à 100 % de leurs achats de gaz, selon un protocole signé début à Bruxelles ; l'Union européenne financera la moitié, soit 300 millions €, de ce gazoduc qui devrait être opérationnel en 2020[14].

La mise en service en du terminal gazier de Sabine Pass en Louisiane va permettre à l'Europe de s'approvisionner en gaz naturel aux États-Unis. Les cinq usines de liquéfaction actuellement en construction outre-Atlantique vont représenter une capacité de 65 millions de tonnes par an d’ici à fin 2018, augmentant de plus d'un quart la capacité mondiale de production de GNL. Elles devraient contribuer à réduire les différences de prix entre les trois grands marchés : 2,4 dollars par million de BTU aux États-Unis, 4,7 dollars en Europe et 6,5 dollars en Asie ; mais ces écarts entre prix locaux sont en grande partie compensés par les coûts élevés du GNL (liquéfaction, transport et regazéification), si bien qu'au début 2016, après la forte baisse des prix du gaz, le GNL américain n'est pas compétitif en Europe. En théorie, les volumes exportés par les États-Unis fin 2018, qui permettront de produire 80 milliards de m³ de gaz naturel, pourraient couvrir 20 % de la consommation européenne, et permettre à l’Union de réduire sa dépendance au gaz russe. Cela supposerait une évolution en hausse des prix du gaz en Europe. Une partie du gaz américain pourrait néanmoins compenser la baisse de production du gisement de Groningue, aux Pays-Bas (-15 milliards de m3) ou la hausse de consommation liée à un retour du gaz dans la production d’électricité, s’il redevient plus compétitif que le charbon, comme c’est déjà le cas au Royaume-Uni[15].

La Lituanie a reçu le son premier méthanier chargé de GNL en provenance des États-Unis. L'accord sur la livraison de GNL avait été signé fin entre un organisme public lituanien et le groupe américain Cheniere. Le gaz livré servira des clients lituaniens, mais aussi lettons et estoniens. À moyen terme, la Lituanie souhaite s'approvisionner à hauteur de 50 % en GNL, qui lui sera essentiellement fourni par le norvégien Statoil. Le solde sera fourni par un gazoduc la reliant à la Russie. La Lituanie a mis fin au monopole du russe Gazprom en 2014, avec l'ouverture du terminal gazier de Klapeida. En 2015, un accord a été signé à Bruxelles pour financer une interconnexion gazière entre la Lituanie et la Pologne, dont la construction devrait être achevée à l'horizon fin 2019. L'Union européenne promeut un gazoduc reliant l'Estonie à la Finlande, un autre projet prévoyant une interconnexion entre l'Estonie et la Lettonie[16].

L'Italie, Israël, Chypre et la Grèce ont signé en un protocole d'accord pour la construction du plus long pipeline sous-marin de gaz naturel au monde, long de quelque 2 000 kilomètres : Eastmed, qui acheminera vers l'Europe le gaz produit par les gisements Leviathan (Israël) et Aphrodite (Chypre) ; sa capacité sera de 12 à 16 milliards de m³ et il devrait être achevé en 2025[17].

Importations par gazoducs en 2019 dans l'Union européenne par pays (milliards de m³)
vers ↓ des
Pays-Bas
de
Norvège
de
divEur
*
de
Russie
d'
Algérie
de
Libye
Total
Total EU-28 38,1 109,1 71,2 170,7 21,4 5,4 416,0
  Allemagne 23,4 27,8 2,9 55,6 109,6
  Belgique 6,6 5,1 0,9 12,6
  Espagne 1,8 2,8 11,4 16,0
  France 4,4 19,3 5,8 7,8 37,2
  Italie 1,2 2,7 14,2 20,7 9,7 5,4 54,1
  Pays-Bas 25,3 6,7 8,0 40,0
  Royaume-Uni 1,6 26,6 0,4 4,7 33,2
autres 1,0 0,4 37,5 73,9 0,4 113,2
Source : BP[b 5]. * divEur = divers Europe.
Importations de GNL par méthaniers en 2019 dans l'Union européenne par pays (milliards de m³)[n 3]
vers ↓ des
États-Unis
de
Trinité-et-Tobago
du
Pérou
de
Norvège
de
divEur
*
de
Russie
du
Qatar
d'
Algérie
d'
Angola
d'
Égypte
du
Nigeria
Total
Total EU-28 17,1 5,9 1,7 5,8 0,5 20,5 29,7 9,4 1,2 1,2 13,3 106,9
  Belgique 0,3 2,1 4,6 0,1 7,2
  France 3,1 0,3 0,4 1,5 6,9 1,9 3,6 0,4 0,4 4,4 22,9
  Italie 1,6 1,5 0,2 0,1 6,4 2,9 0,5 0,1 13,5
  Espagne 4,5 2,8 0,5 0,7 0,1 3,2 4,4 1,1 0,3 4,3 21,9
  Royaume-Uni 2,9 0,8 0,3 0,3 0,1 3,1 8,8 1,0 0,1 0,3 18,0
autres 4,7 0,5 0,5 3,1 0,2 5,1 3,5 0,8 0,3 0,3 4,2 23,4
Source : BP[b 6]. * divEur = divers Europe.

Au total, les importations de gaz naturel ont atteint 522,9 milliards de m³, dont 36,6 % en provenance de Russie.

CharbonModifier

Importations de combustibles solides de l'Union européenne par provenance (Mt)
Pays 1990 2000 2010 2015 2016 2017 2018 % 2018
Total EU-28 192,8 197,6 207,0 203,7 182,1 184,6 176,8 100 %
  Russie 9,6 15,9 47,6 53,5 49,4 62,5 66,9 37,8 %
  États-Unis 45,8 20,2 30,1 26,2 20,9 26,6 30,5 17,3 %
  Colombie 8,6 20,5 32,0 39,2 33,4 26,9 20,6 11,6 %
  Australie 16,8 28,2 19,2 19,8 25,3 18,6 17,6 10,0 %
  Indonésie 0,2 7,7 10,2 7,6 5,6 5,7 5,9 3,3 %
  Afrique du Sud 24,1 39,3 16,6 13,1 8,3 7,8 4,2 2,4 %
  Canada 3,6 6,3 3,6 3,1 3,6 4,1 3,8 2,1 %
  Mozambique 0,1 0,9 1,2 1,9 2,5 1,4 %
  Kazakhstan 0,3 1,1 1,5 1,1 1,4 0,8 %
  Ukraine 0,2 2,4 3,5 1,0 0,7 0,6 0,4 0,2 %
Source : Eurostat[18].
Les échanges internes (importations depuis d'autres pays de l'UE) ont été éliminés.

Les importations de combustibles solides (charbon bitumineux surtout) de l'Union européenne ont progressé de 7 % entre 1990 et 2010, puis ont chuté de 15 % de 2010 à 2018 ; la part de la Russie est passée de 5 % en 1990 à 8 % en 2000, 23 % en 2010 et 37,8 % en 2018.

Taux de dépendance énergétiqueModifier

Le taux de dépendance énergétique de l'UE s'est établi à 58 % en 2018 ; ce taux dépasse 90 % à Malte, au Luxembourg et à Chypre, alors qu'il est inférieur à 25 % en Roumanie, au Danemark et en Estonie. Il s'élevait à 56 % en 2000. L'UE dépend principalement de la Russie pour ses importations de pétrole, de gaz naturel et de charbon[19].

En 2015, le taux de dépendance énergétique de l'UE s'élevait à 54,1 % ; les taux par pays s'échelonnaient de 7,4 % en Estonie à 97,7 % à Chypre ; parmi les cinq plus gros consommateurs d'énergie, les moins dépendants étaient le Royaume-Uni (37,4 %) et la France (46,0 %), à l'inverse de l'Allemagne (61,9 %), l'Espagne (73,3 %) et l'Italie (77,1 %)[20].

Taux de dépendance énergétique[n 4] des principaux pays de l'Union européenne
Pays 2000 2010 2015 2016 2017 2018
Total EU-28 46,5 % 52,6 % 53,9 % 53,8 % 55,1 % 55,7 %
  Danemark -35,9 % -16,0 % 13,0 % 14,2 % 12,3 % 23,7 %
  Roumanie 21,9 % 21,4 % 16,7 % 21,9 % 23,3 % 24,3 %
  Suède 39,3 % 37,8 % 30,0 % 33,3 % 26,6 % 29,2 %
  Royaume-Uni -17,1 % 29,0 % 37,7 % 35,6 % 35,5 % 35,4 %
  République tchèque 22,7 % 25,3 % 31,8 % 32,6 % 37,2 % 36,7 %
  Pologne 10,7 % 31,6 % 29,9 % 30,8 % 38,3 % 44,8 %
  Finlande 55,5 % 48,8 % 48,0 % 45,9 % 44,0 % 44,9 %
  France 51,2 % 48,7 % 45,9 % 47,3 % 48,6 % 46,6 %
  Hongrie 55,0 % 56,9 % 53,9 % 55,8 % 62,5 % 58,1 %
  Pays-Bas 38,3 % 28,3 % 48,5 % 45,9 % 51,9 % 59,7 %
  Allemagne 59,4 % 60,0 % 62,1 % 63,8 % 64,0 % 63,6 %
  Autriche 65,5 % 62,8 % 60,4 % 62,0 % 63,9 % 64,3 %
  Irlande 85,4 % 87,1 % 88,7 % 68,9 % 67,0 % 67,4 %
  Grèce 69,1 % 68,6 % 71,0 % 72,9 % 71,3 % 70,7 %
  Espagne 76,8 % 77,1 % 72,8 % 71,3 % 73,7 % 73,3 %
  Portugal 85,3 % 75,2 % 76,3 % 72,2 % 77,9 % 75,6 %
  Italie 86,5 % 82,6 % 77,0 % 77,7 % 77,0 % 76,3 %
  Belgique 78,2 % 77,9 % 83,4 % 75,0 % 74,4 % 82,3 %
Autres pays européens et pays voisins :
  Norvège -723 % -515 % -577 % -610 % -598 % -593 %
  Serbie 13,9 % 33,5 % 27,7 % 29,7 % 33,8 % 34,6 %
  Turquie 65,4 % 70,7 % 77,9 % 75,5 % 77,2 % 73,8 %
Source : Eurostat[21].

Consommation d'énergie primaireModifier

En 2015, la consommation intérieure brute d’énergie de l'Union européenne s'est élevée à 1 626 Mtep, en baisse de 2,5 % par rapport à 1990 et de 11,6 % par rapport à son pic de 1 840 Mtep atteint en 2006. Les combustibles fossiles restent largement prédominants avec 73 % contre 83 % en 1990, et ils sont importés à hauteur de 73 % contre 53 % en 1990[22].

Évolution de la consommation d'énergie primaire par paysModifier

Consommation brute d'énergie intérieure dans l'Union européenne
par pays (Mtep)
Pays 1990 2000 2008 2009 2010 2011 2012 2013 % 2013 par tête
en 2012
Total EU-28 1 667 1 727 1 799 1 695 1 760 1 698 1 686 1 666 100 % 3,38
  Allemagne 356,2 342,3 337,8 317,2 333,0 316,7 318,6 324,3 19,5 % 3,98
  France 227,8 257,6 271,7 259,7 267,6 258,0 258,3 259,3 15,6 % 3,96
  Royaume-Uni 210,6 230,6 219,1 206,5 212,2 198,0 202,9 201,1 12,1 % 3,19
  Italie 153,5 174,2 180,6 168,9 174,8 172,0 166,3 160,0 9,6 % 2,75
  Espagne 90,1 123,6 141,8 130,4 129,9 128,2 127,7 118,6 7,1 % 2,72
  Pologne 103,3 89,0 97,9 94,5 100,7 101,0 97,8 98,2 5,9 % 2,54
  Pays-Bas 66,7 75,6 83,5 81,0 86,6 80,2 81,8 81,2 4,9 % 4,89
  Belgique 48,7 59,3 59,6 57,0 61,3 57,8 54,8 56,7 3,4 % 5,08
  Suède 47,4 48,9 49,3 45,5 50,8 49,7 49,8 49,1 2,9 % 5,25
  République tchèque 49,8 41,2 45,3 42,5 44,7 43,0 42,8 42,2 2,5 % 4,07
  Finlande 28,7 32,4 35,9 33,9 37,1 35,8 34,7 33,9 2,0 % 6,31
  Autriche 25,0 29,0 34,3 32,5 34,6 33,6 33,7 33,8 2,0 % 4,00
  Roumanie 58,1 36,6 40,3 35,6 35,8 36,6 35,4 32,3 1,9 % 1,76
  Grèce 22,3 28,3 31,8 30,5 28,7 27,8 27,7 24,4 1,5 % 6,06
  Hongrie 28,8 25,3 26,6 25,2 25,8 25,1 23,6 22,7 1,4 % 2,37
  Portugal 18,2 25,3 25,4 25,1 24,3 23,6 22,5 22,6 1,4 % 2,11
  Danemark 17,9 19,8 19,7 18,9 20,0 18,6 18,0 18,1 1,1 % 3,25
  Slovaquie 21,8 18,3 18,3 16,8 17,9 17,4 16,7 17,3 1,0 % 3,09
  Bulgarie 27,6 18,5 19,9 17,5 17,8 19,1 18,2 16,8 1,0 % 2,49
  Irlande 10,3 14,3 15,7 14,9 15,2 13,9 13,8 13,7 0,8 % 3,02
  Croatie 9,0 7,8 9,1 8,7 8,6 8,5 8,1 7,8 0,5 % 1,90
  Slovénie 5,7 6,5 7,8 7,1 7,2 7,3 7,0 6,9 0,4 % 3,41
  Estonie 9,9 5,0 5,9 5,4 6,2 6,2 6,1 6,7 0,4 % 4,62
  Lituanie 15,9 7,1 9,3 8,5 6,8 7,0 7,1 6,7 0,4 % 2,36
  Lettonie 7,9 3,9 4,7 4,5 4,6 4,4 4,5 4,5 0,3 % 2,22
  Luxembourg 3,5 3,6 4,6 4,4 4,6 4,6 4,5 4,3 0,3 % 8,49
  Chypre 1,6 2,4 2,9 2,8 2,7 2,7 2,5 2,2 0,13 % 2,91
  Malte 0,58 0,80 0,97 0,87 0,95 0,92 0,97 0,84 0,05 % 2,01
Autres pays européens / pays voisins :
  Norvège 21,4 26,4 30,2 30,2 32,9 28,5 29,7 33,9
  Serbie 19,6 13,7 16,7 15,2 15,6 16,2 14,6 15,1
  Suisse[23] 24,4 25,0 26,8 27,0 26,2 25,4 25,6 3,23
  Albanie 2,6 1,8 2,1 2,1 2,1 2,3 2,1 2,6
Source : Eurostat[24].

NB : Les conventions utilisées dans les statistiques d'Eurostat, alignées sur celles de l'AIE, contrairement à celles de l'EIA américaine, minorent la part des énergies renouvelables électriques : ainsi, la production hydroélectrique de la France en 2011 est évaluée par l'EIA à 4 % de la consommation d'énergie primaire contre 1,5 % pour l'AIE. Pour l'Allemagne, l'AIE évalue la part des EnR électriques en 2012 à 4,1 % contre 10,1 % pour l'EIA[25].

Consommation d'énergie primaire en 2013 par combustibleModifier

Consommation brute d'énergie intérieure dans l'Union européenne par type de combustible en 2013
Combustible Charbon[n 5] Pétrole[n 6] Gaz Nucléaire EnR[n 7] Déchets nR[n 8] Solde imp.
élec
[n 9]
Total
Pays Mtep % Mtep % Mtep % Mtep % Mtep % Mtep % Mtep % Mtep
Total EU-28 286,5 17,2 % 556,7 33,4 % 386,9 23,2 % 226,3 13,6 % 196,6 11,8 % 12,1 0,7 % 1,1 0,1 % 1 666
  Allemagne 81,6 25,2 % 109,9 33,9 % 72,9 22,5 % 25,1 7,7 % 33,4 10,3 % 4,1 1,3 % -2,8 -0,9 % 324,3
  France 12,5 4,8 % 78,1 30,1 % 39,0 15,0 % 109,3 42,1 % 23,3 9,0 % 1,3 0,5 % -4,2 -1,6 % 259,3
  Royaume-Uni 37,3 18,5 % 67,9 33,8 % 65,7 32,7 % 18,2 9,1 % 10,1 5,0 % 0,7 0,4 % 1,2 0,6 % 201,1
  Italie 14,0 8,7 % 57,5 35,9 % 57,4 35,9 % 0 26,4 16,5 % 1,1 0,7 % 3,6 2,3 % 160,0
  Espagne 10,8 9,1 % 50,3 42,4 % 26,1 22,0 % 14,6 12,3 % 17,3 14,6 % 0,1 0,1 % -0,6 -0,5 % 118,6
  Pologne 53,0 54,0 % 22,9 23,3 % 13,7 14,0 % 0 8,6 8,7 % 0,5 0,5 % -0,4 -0,4 % 98,2
  Pays-Bas 8,1 10,0 % 33,3 41,1 % 33,2 40,9 % 0,7 0,9 % 3,4 4,2 % 0,8 1,0 % 1,6 1,9 % 81,2
  Belgique 3,2 5,7 % 23,1 40,7 % 14,4 25,4 % 11,0 19,4 % 3,5 6,2 % 0,7 1,2 % 0,8 1,5 % 56,7
  Suède 2,2 4,5 % 12,0 24,4 % 0,9 2,0 % 17,1 34,9 % 17,1 34,8 % 0,6 1,2 % -0,9 -1,8 % 49,1
  République tchèque 16,4 38,8 % 8,6 20,3 % 6,9 16,5 % 8,0 18,9 % 3,6 8,5 % 0,2 0,5 % -1,5 -3,4 % 42,2
  Roumanie 5,8 17,8 % 8,4 25,9 % 9,8 30,3 % 3,0 9,3 % 5,6 17,2 % 0,04 0,1 % -0,2 -0,5 % 32,3
  Finlande 5,1 15,0 % 8,4 24,7 % 2,9 8,4 % 6,1 17,9 % 9,9 29,2 % 0,2 0,6 % 1,4 4,0 % 33,9
  Autriche 3,3 9,9 % 12,2 36,0 % 7,0 20,8 % 0 10,0 29,6 % 0,6 1,9 % 0,6 1,8 % 33,8
  Grèce 7,0 28,7 % 11,3 46,6 % 3,2 13,3 % 0 2,6 10,7 % 0,02 0,1 % 0,2 0,7 % 24,4
  Hongrie 2,3 10,3 % 5,8 25,3 % 7,7 33,9 % 4,0 17,5 % 1,9 8,3 % 0,06 0,2 % 1,0 4,5 % 22,7
  Portugal 2,6 11,7 % 10,5 46,4 % 3,8 16,6 % 0 5,3 23,5 % 0,2 0,8 % 0,2 1,1 % 22,6
  Bulgarie 5,9 35,3 % 3,5 20,8 % 2,4 14,2 % 3,7 21,9 % 1,8 10,8 % 0,008 0,05 % -0,5 -3,2 % 16,8
  Danemark 3,1 17,4 % 6,8 37,3 % 3,3 18,4 % 0 4,4 24,2 % 0,4 2,2 % 0,1 0,5 % 18,1
  Slovaquie 3,5 20,0 % 3,3 19,4 % 4,8 27,9 % 4,1 23,8 % 1,4 8,2 % 0,1 0,7 % 0 17,3
  Irlande 2,0 14,7 % 6,8 49,2 % 3,9 28,2 % 0 0,9 6,2 % 0,06 0,4 % 0,2 1,3 % 13,7
  Croatie 0,7 8,6 % 3,2 41,0 % 2,3 29,2 % 0 1,3 16,2 % 0,009 0,1 % 0,4 4,9 % 7,8
  Lituanie 0,3 4,2 % 2,4 36,2 % 2,2 32,4 % 0 1,2 18,1 % 0,01 0,2 % 0,6 8,9 % 6,7
  Slovénie 1,3 19,5 % 2,4 34,9 % 0,7 10,1 % 1,4 19,9 % 1,1 16,5 % 0,03 0,5 % -0,1 -1,5 % 6,9
  Estonie 4,4 66,0 % 1,1 16,1 % 0,5 8,3 % 0 0,85 12,7 % 0,1 1,6 % -0,3 -4,6 % 6,7
  Lettonie 0,07 1,6 % 1,4 31,5 % 1,2 27,0 % 0 1,6 36,1 % 0,05 1,2 % 0,1 2,6 % 4,5
  Luxembourg 0,05 1,1 % 2,8 64,1 % 0,9 20,6 % 0 0,16 3,6 % 0,03 0,8 % 0,4 9,8 % 4,3
  Chypre 0 2,1 93,8 % 0 0 0,13 6,1 % 0,001 0,1 % 0 2,2
  Malte 0 0,8 98,5 % 0 0 0,12 1,5 % 0 0 0,84
Autres pays européens :
  Norvège 0,8 2,3 % 14,8 43,9 % 5,7 17,0 % 0 12,6 37,4 % 0,2 0,7 % -0,4 -1,3 % 33,7
  Suisse
(2012)[26]
0,1 0,5 % 10,0 39,0 % 2,9 11,4 % 6,7 26,0 % 6,1 23,8 %
[n 10]
0,2 0,7 % 25,6
  Serbie 7,9 52,6 % 3,5 23,2 % 1,9 12,4 % 0 2,0 13,2 % 0 -0,2 -1,5 % 15,1
  Albanie 0,07 2,6 % 1,5 58,3 % 0,01 0,6 % 0 0,8 31,0 % 0,2 7,6 % 2,6
Source : Eurostat[27].

Évolution de la consommation de charbon par paysModifier

Consommation intérieure brute de combustibles solides (charbon et lignite) en Europe (millions de tep)
Pays 1990 2000 2010 2015 2016 2017 2018 % 2018 var.1990-2018
Total EU-28 446,03 315,53 276,95 258,48 237,15 228,80 218,37 100 % -51,0 %
  Allemagne 128,54 84,83 79,08 79,41 77,13 71,31 69,74 31,9 % -45,7 %
  Pologne 78,86 56,28 55,22 48,37 49,54 49,67 49,25 22,6 % -37,6 %
  République tchèque 31,46 21,58 18,85 16,39 16,55 15,84 15,73 7,2 % -50,0 %
  Espagne 19,29 20,94 7,28 13,58 10,84 12,91 11,52 5,3 % -40,3 %
  France 20,04 14,89 11,96 9,35 9,13 9,94 9,05 4,1 % -54,9 %
  Italie 14,63 12,56 13,67 12,30 10,98 9,34 8,54 3,9 % -41,6 %
  Pays-Bas 8,76 7,77 7,54 10,92 10,15 9,15 8,21 3,8 % -6,3 %
  Royaume-Uni 63,11 36,50 31,87 24,67 12,41 9,92 8,11 3,7 % -87,1 %
  Grèce 8,07 9,04 7,86 5,61 4,37 4,82 4,56 2,1 % -43,4 %
  Bulgarie 8,74 6,41 6,94 6,61 5,70 6,12 5,63 2,6 % -35,6 %
  Roumanie 12,70 7,47 6,95 5,89 5,28 5,39 5,05 2,3 % -60,3 %
  Finlande 4,10 3,63 4,59 2,70 3,17 2,84 2,75 1,3 % -32,8 %
  Slovaquie 7,8 4,27 3,90 3,28 3,22 3,38 3,34 1,5 % -57,4 %
  Belgique 10,57 8,02 3,79 3,38 3,19 3,10 3,10 1,4 % -70,6 %
  Autriche 4,10 3,60 3,38 3,26 3,01 3,10 2,72 1,2 % -33,5 %
  Portugal 2,76 3,81 1,66 3,26 2,85 3,23 2,70 1,2 % -2,2 %
  Hongrie 6,20 3,85 2,70 2,36 2,19 2,23 2,12 1,0 % -65,8 %
  Suède 2,72 2,22 2,14 1,98 1,91 1,91 2,01 0,9 % -26,1 %
  Danemark 6,09 3,99 3,81 1,82 2,12 1,71 1,72 0,8 % -71,8 %
  Slovénie 1,57 1,31 1,45 1,07 1,15 1,14 1,13 0,5 % -28,1 %
  Irlande 2,08 1,81 1,23 1,43 1,37 1,10 0,73 0,3 % -65,2 %
  Croatie 0,81 0,43 0,68 0,61 0,65 0,39 0,37 0,2 % -54,8 %
  Lituanie 0,78 0,08 0,18 0,16 0,16 0,16 0,17 0,08 % -77,9 %
  Lettonie 0,63 0,07 0,11 0,05 0,04 0,04 0,05 0,02 % -92,8 %
  Luxembourg 1,11 0,11 0,07 0,05 0,05 0,05 0,04 0,02 % -96,2 %
  Estonie 0,22 0,04 0,02 0,01 0,01 0,01 0,02 0,01 % -92 %
  Chypre 0,06 0,03 0,02 0 0 0 0,01 0,01 % -79 %
Autres pays européens ou voisins :
  Turquie 15,74 23,21 31,09 34,60 37,87 40,09 40,82 +159 %
  Serbie 10,17 8,64 7,75 7,74 7,92 7,87 7,55 -25,8 %
  Norvège 0,86 1,05 0,76 0,82 0,76 0,85 0,82 -4,6 %
Source : Eurostat[28]
NB : la tourbe n'est pas prise en compte ; par exemple, la Finlande a consommé 1,47 Mtep de tourbe en 2018, l'Irlande 0,61 Mtep et la Suède 0,19 Mtep. Les schistes bitumineux produits et consommés en Estonie, également non pris en compte, s'élevaient à 4,66 Mtep en 2018.

Évolution de la consommation de pétrole par paysModifier

Consommation intérieure brute de pétrole et produits pétroliers en Europe (millions de tonnes)
Pays 1990 2000 2010 2015 2016 2017 2018 % 2018 var.1990-2018
Total EU-28 666,23 706,02 662,55 604,71 612,47 627,67 622,06 100 % -6,6 %
  Allemagne 128,68 133,28 115,96 112,28 113,59 115,46 110,19 17,7 % -14,4 %
  France 89,92 90,43 84,87 82,88 80,15 80,83 78,74 12,7 % -12,4 %
  Royaume-Uni 85,16 85,82 77,09 73,56 74,60 75,64 74,73 12,0 % -12,2 %
  Espagne 47,61 70,45 69,34 59,96 61,70 63,98 64,51 10,4 % +35,5 %
  Italie 87,53 91,50 71,39 58,62 57,04 57,72 57,47 9,2 % -34,4 %
  Pays-Bas 37,73 44,09 47,21 42,38 43,39 44,05 43,02 6,9 % +14,0 %
  Belgique 22,61 29,52 32,11 29,25 29,55 30,28 32,15 5,2 % +42,2 %
  Pologne 13,67 19,90 26,17 24,27 26,75 30,24 31,07 5,0 % +127 %
  Grèce 15,37 19,24 17,25 13,83 13,99 14,06 13,62 2,2 % -11,4 %
  Suède 15,32 15,59 16,52 11,34 12,95 13,04 12,93 2,1 % -15,6 %
  Autriche 10,82 12,35 13,04 12,02 12,28 12,30 12,50 2,0 % +15,5 %
  Portugal 11,82 16,28 12,84 11,00 11,12 11,36 11,01 1,8 % -6,9 %
  République tchèque 8,94 7,87 9,30 8,91 8,31 9,67 9,81 1,6 % +9,8 %
  Roumanie 19,24 10,12 8,66 8,69 8,86 9,66 9,74 1,6 % -49,4 %
  Finlande 10,34 10,16 10,26 8,72 9,48 9,14 9,15 1,5 % -11,6 %
  Danemark 9,16 10,10 8,52 7,46 7,54 7,58 7,73 1,2 % -15,7 %
  Irlande 4,89 8,34 7,92 7,15 7,54 7,34 7,55 1,2 % +54,4 %
  Hongrie 8,78 6,87 6,80 7,03 7,04 7,59 8,09 1,3 % -7,8 %
  Bulgarie 9,70 4,25 4,11 4,43 4,42 4,62 4,68 0,8 % -51,7 %
  Slovaquie 4,48 2,85 3,51 3,10 3,33 3,69 3,79 0,6 % -15,4 %
  Croatie 4,88 3,97 3,73 3,25 3,26 3,48 3,37 0,5 % -30,9 %
  Lituanie 6,94 2,25 2,69 2,68 3,00 3,07 3,29 0,5 % -52,6 %
  Luxembourg 1,60 2,32 2,87 2,64 2,63 2,76 2,92 0,5 % +81,9 %
  Slovénie 1,77 2,41 2,62 2,35 2,52 2,59 2,68 0,4 % +51,4 %
  Malte 0,62 1,47 2,38 2,18 2,31 2,56 2,66 0,4 % +330 %
  Chypre 1,61 2,54 2,81 2,37 2,57 2,62 2,63 0,4 % +63,6 %
  Lettonie 3,98 1,30 1,77 1,74 1,80 1,82 1,63 0,3 % -59,1 %
  Estonie 3,03 0,77 0,82 0,62 0,73 0,52 0,42 0,07 % -86,1 %
Autres pays européens ou voisins :
  Turquie 23,71 31,46 31,69 43,20 46,79 49,23 47,26 +99,3 %
  Norvège 8,41 9,25 13,94 10,40 9,43 11,35 9,42 +12,1 %
  Serbie 5,29 1,49 3,96 3,49 3,81 3,82 3,83 -27,5 %
  Albanie 1,21 1,08 1,25 1,22 1,27 1,35 1,19 -2,4 %
Source : Eurostat[28].

Évolution de la consommation de gaz naturel par paysModifier

Consommation intérieure brute de gaz naturel en Europe (millions de tep)
Pays 1990 2000 2010 2015 2016 2017 2018 % 2018 var.1990-2018
Total EU-28 297,00 396,00 447,60 357,24 382,14 397,87 392,32 100 % +32,1 %
  Allemagne 54,98 71,85 75,90 65,15 70,33 75,34 73,55 18,7 % +33,8 %
  Royaume-Uni 47,20 87,40 84,82 61,25 68,95 67,13 67,68 17,3 % +43,4 %
  Italie 39,00 57,94 68,06 55,30 58,08 61,55 59,51 15,2 % +52,6 %
  France 26,03 35,77 42,62 35,04 38,29 38,49 36,73 9,4 % +41,1 %
  Pays-Bas 30,73 35,01 40,07 28,63 30,03 31,03 30,74 7,8 % +0 %
  Espagne 4,97 15,22 31,13 24,54 25,04 27,27 27,08 6,9 % +445 %
  Pologne 8,94 9,96 12,80 13,78 14,63 15,44 16,12 4,1 % +80,4 %
  Belgique 8,17 13,37 16,75 13,95 14,23 14,47 14,92 3,8 % +82,6 %
  Roumanie 28,84 13,68 10,79 8,92 9,02 9,71 9,94 2,5 % -65,5 %
  Hongrie 8,91 9,66 9,82 7,49 8,03 8,54 8,27 2,1 % -7,2 %
  Autriche 5,24 6,58 8,12 6,87 7,12 7,78 7,39 1,9 % +41,2 %
  République tchèque 5,25 7,50 8,07 6,48 7,02 7,20 6,82 1,7 % +29,9 %
  Portugal 0 2,03 4,49 4,05 4,32 5,42 5,04 1,3 % ns
  Irlande 1,87 3,44 4,70 3,76 4,25 4,31 4,49 1,1 % +140 %
  Grèce 0,14 1,70 3,23 2,68 3,49 4,20 4,12 1,0 % +2880 %
  Slovaquie 5,09 5,78 5,01 3,88 3,90 4,14 4,08 1,0 % -19,9 %
  Danemark 1,82 4,45 4,42 2,85 2,88 2,75 2,67 0,7 % +47,0 %
  Bulgarie 5,40 2,93 2,30 2,59 2,69 2,76 2,61 0,7 % -51,6 %
  Croatie 2,19 2,21 2,63 2,08 2,17 2,49 2,29 0,6 % +4,4 %
  Finlande 2,18 3,43 3,84 2,24 2,06 1,94 2,17 0,6 % -0,4 %
  Lituanie 4,68 2,06 2,49 2,07 1,84 1,92 1,78 0,5 % -62 %
  Lettonie 2,38 1,09 1,46 1,10 1,11 0,99 1,17 0,3 % -51 %
  Suède 0,58 0,78 1,47 0,72 0,82 0,94 1,02 0,3 % +77 %
  Slovénie 0,76 0,83 0,86 0,66 0,71 0,74 0,72 0,2 % -5 %
  Luxembourg 0,43 0,67 1,20 0,77 0,71 0,69 0,68 0,2 % +59 %
  Estonie 1,22 0,66 0,56 0,39 0,43 0,39 0,41 0,1 % -66 %
Autres pays européens ou voisins :
  Turquie 2,86 12,64 31,39 39,38 38,26 44,23 41,02 +1337 %
  Ukraine 91,85 62,27 55,25 26,08 25,60 24,55 25,65 -72 %
  Norvège 1,98 4,14 6,31 6,18 5,59 4,63 5,20 +163 %
  Serbie 2,59 1,53 1,85 1,75 1,89 2,12 2,13 -17,6 %
Source : Eurostat[28].

Consommation finale d'énergieModifier

Consommation finale d'énergie par paysModifier

La consommation finale d'énergie en Europe, après transformation (raffinage, production d'électricité ou de chaleur, etc), puis transport et distribution jusqu'au consommateur final, est détaillée ci-dessous par pays :

Consommation finale d'énergie dans l'Union européenne par pays (Mtep)
Pays 1990 2000 2010 2015 2016 2017 2018 % 2018 var.
1990-2018
ktep/hab.
en 2018
Total EU-28 1 140,6 1 173,2 1 212,5 1 122,2 1 142,7 1 167,9 1 165,2 100 % +2,2 % 2,27
  Allemagne 241,08 234,79 233,13 220,83 223,49 228,67 223,73 19,2 % -7,2 % 2,70
  France 145,79 156,74 161,69 156,84 158,03 157,53 155,34 13,3 % +6,5 % 2,32
  Royaume-Uni 137,09 150,27 139,22 128,30 129,60 128,63 129,73 11,1 % -5,4 % 1,96
  Italie 115,09 128,77 131,73 117,63 116,75 121,17 119,95 10,3 % +4,2 % 1,98
  Espagne 60,91 85,40 91,43 79,23 81,84 85,69 87,73 7,5 % +44 % 1,88
  Pologne 65,58 57,13 70,36 65,09 70,35 74,71 76,62 6,6 % +16,8 % 2,02
  Pays-Bas 52,44 58,80 64,82 55,17 56,88 58,15 57,90 5,0 % +10,4 % 3,37
  Belgique 31,03 40,82 42,72 40,87 40,87 40,55 40,92 3,5 % +31,9 % 3,59
  Suède 31,46 34,91 35,26 31,87 33,89 34,81 34,82 3,0 % +10,7 % 3,44
  Autriche 19,59 23,58 27,77 27,24 27,90 28,16 27,88 2,4 % +42,3 % 3,16
  République tchèque 34,69 26,42 27,77 25,91 25,88 27,85 27,57 2,4 % -20,5 % 2,60
  Finlande 21,64 23,73 26,36 24,30 25,34 25,99 25,99 2,2 % +20,1 % 4,71
  Roumanie 43,97 24,12 24,80 22,81 23,11 24,38 24,90 2,1 % -43,4 % 1,28
  Hongrie 20,54 17,22 18,86 18,54 18,96 19,87 19,89 1,7 % -3,2 % 2,03
  Portugal 14,02 19,54 18,93 16,86 16,74 17,02 16,96 1,5 % +20,9 % 1,65
  Grèce 14,33 18,46 19,16 16,55 16,88 16,62 15,98 1,4 % +11,5 % 1,49
  Danemark 13,23 14,33 15,02 13,53 13,93 14,31 14,36 1,2 % +8,6 % 2,48
  Irlande 7,59 10,37 11,27 10,77 11,26 11,03 11,31 1,0 % +49 % 2,34
  Slovaquie 15,16 11,68 11,47 10,02 10,23 11,04 11,19 1,0 % -26,2 % 2,06
  Bulgarie 17,48 9,68 9,24 10,07 10,04 10,27 10,50 0,9 % -39,9 % 1,49
  Croatie 7,03 6,59 7,73 7,01 7,05 7,33 7,17 0,6 % +2,0 % 1,75
  Lituanie 10,40 4,25 5,42 5,90 6,05 6,43 6,56 0,6 % -37 % 2,33
  Slovénie 3,72 4,68 5,24 4,79 4,99 5,07 5,12 0,4 % +37,4 % 2,47
  Lettonie 6,42 3,26 4,06 3,76 3,78 3,95 4,11 0,4 % -36 % 2,12
  Luxembourg 2,77 3,24 3,93 3,57 3,57 3,64 3,78 0,3 % +36,5 % 6,28
  Estonie 6,33 2,69 3,00 2,84 3,28 2,97 3,04 0,3 % -52 % 2,30
  Chypre 0,97 1,47 1,69 1,44 1,51 1,59 1,63 0,1 % +69 % 1,89
  Malte 0,27 0,32 0,42 0,46 0,46 0,51 0,52 0,05 % +95 % 1,10
Autres pays européens ou voisins :
  Turquie 40,06 58,80 78,15 94,10 98,75 105,86 103,61 +159 % 1,28
  Ukraine 147,68 72,53 83,54 51,49 52,68 51,61 52,84 -64 % 1,25
  Norvège 17,33 20,93 25,92 23,05 22,08 23,43 21,97 +26,7 % 4,15
  Serbie 12,03 7,22 9,57 8,49 9,07 9,19 9,18 -23,7 % 1,31
Source : Eurostat[29],[30].

Les facteurs explicatifs des écarts de consommation par habitant entre pays sont :

  • le niveau de développement et de prospérité : l'Allemagne consomme 2,11 fois plus que la Roumanie ;
  • les températures : les pays nordiques consomment plus en chauffage, éclairage, etc que ceux du sud : la Suède consomme 83 % de plus que l'Espagne ;
  • le poids relatif de l'industrie dans l'économie : l'Allemagne, plus industrielle que la France, consomme 16 % de plus ; en Islande, la disponibilité de ressources hydroélectriques et géothermiques à bas coût ont attiré des usines d'aluminium, portant la consommation à 9,1 tep/hab. ; le secteur industriel de la Finlande a également des consommations élevées (industries papetières) ;
  • les pays les plus exportateurs (Allemagne, Pays-Bas, Belgique) consomment plus, toutes choses égales par ailleurs ; ceci est plus difficile à distinguer, du fait des interférences avec les autres facteurs (corrélations avec le niveau de développement et le poids de l'industrie) ;
  • un pays qui cumule plusieurs facteurs haussiers, comme le Luxembourg (niveau de vie élevé, forte industrialisation, exportateur), parvient à des consommations très élevées : 6,28 tep/hab., soit 2,77 fois la moyenne de l'UE à 28.

Part des énergies renouvelables dans la consommation finale d'énergieModifier

Part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d'énergie des pays de l'Union européenne
Pays 2004 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 objectif
2020
[n 11]
Total EU-27 9,6 % 12,6 % 13,9 % 14,4 % 14,6 % 16,1 % 16,7 % 17,5 % 17,8 % 18,0 % 18,5 % 18,9 % 20 %
Total EU-28 8,5 % 11,4 % 12,6 % 13,2 % 13,4 % 14,7 % 15,4 % 16,2 % 16,7 % 17,0 % 17,5 % 18,0 % 20 %
  Suède 38,7 % 44,7 % 47,9 % 47,0 % 48,2 % 50,2 % 50,8 % 51,9 % 53,0 % 53,4 % 54,2 % 54,6 % 49 %
  Finlande 29,3 % 31,4 % 31,3 % 32,4 % 32,8 % 34,4 % 36,7 % 38,8 % 39,3 % 39,0 % 40,9 % 41,2 % 38 %
  Lettonie 32,8 % 29,8 % 34,3 % 30,4 % 33,5 % 35,7 % 37,0 % 38,6 % 37,5 % 37,1 % 39,0 % 40,3 % 40 %
  Danemark 14,8 % 18,5 % 20,0 % 21,9 % 23,4 % 25,5 % 27,2 % 29,3 % 30,8 % 31,8 % 34,7 % 35,7 % 30 %
  Autriche 22,6 % 28,9 % 31,0 % 31,2 % 31,6 % 32,7 % 32,8 % 33,7 % 33,5 % 33,4 % 33,1 % 33,4 % 34 %
  Portugal 19,2 % 22,9 % 24,4 % 24,2 % 24,6 % 24,6 % 25,7 % 29,5 % 30,5 % 30,9 % 30,6 % 30,3 % 31 %
  Estonie 18,4 % 18,6 % 22,9 % 24,6 % 25,3 % 25,5 % 25,3 % 26,1 % 28,2 % 28,7 % 29,1 % 30,0 % 25 %
  Croatie 23,4 % 22,0 % 23,6 % 25,1 % 25,4 % 26,8 % 28,0 % 27,8 % 29,0 % 28,3 % 27,3 % 28,0 % 20 %
  Lituanie 17,2 % 17,8 % 19,8 % 19,6 % 19,9 % 21,4 % 22,7 % 23,6 % 25,8 % 25,6 % 26,0 % 24,4 % 23 %
  Roumanie 16,8 % 20,2 % 22,2 % 22,8 % 21,2 % 22,8 % 23,9 % 24,8 % 24,8 % 25,0 % 24,5 % 23,9 % 24 %
  Slovénie 16,1 % 15,0 % 20,1 % 20,4 % 20,3 % 20,8 % 22,4 % 21,5 % 21,9 % 21,3 % 21,1 % 21,1 % 25 %
  Bulgarie 9,2 % 10,3 % 12,0 % 13,9 % 14,2 % 15,8 % 18,9 % 18,1 % 18,3 % 18,8 % 18,7 % 20,5 % 16 %
  Grèce 7,2 % 8,2 % 8,7 % 10,1 % 11,2 % 13,7 % 15,3 % 15,7 % 15,7 % 15,4 % 17,0 % 18,0 % 18 %
  Italie 6,3 % 11,5 % 12,8 % 13,0 % 12,9 % 15,4 % 16,7 % 17,1 % 17,5 % 17,4 % 18,3 % 17,8 % 17 %
  Espagne 8,3 % 10,7 % 13,0 % 13,8 % 13,2 % 14,3 % 15,3 % 16,1 % 16,2 % 17,4 % 17,6 % 17,5 % 20 %
  France 9,5 % 11,2 % 12,2 % 12,7 % 11,0 % 13,4 % 14,0 % 14,6 % 15,0 % 15,7 % 16,0 % 16,6 % 23 %
  Allemagne 6,2 % 10,1 % 10,9 % 11,7 % 12,5 % 13,6 % 13,8 % 14,4 % 14,9 % 14,9 % 15,5 % 16,5 % 18 %
  République tchèque 6,8 % 8,7 % 10,0 % 10,5 % 10,9 % 12,8 % 13,9 % 15,1 % 15,1 % 14,9 % 14,8 % 15,2 % 13 %
  Chypre 3,1 % 5,1 % 5,9 % 6,2 % 6,3 % 7,1 % 8,5 % 9,2 % 9,9 % 9,9 % 10,5 % 13,9 % 13 %
  Hongrie 4,4 % 8,6 % 11,7 % 12,7 % 14,0 % 15,5 % 16,2 % 14,6 % 14,5 % 14,3 % 13,5 % 12,5 % 13 %
  Slovaquie 6,4 % 7,7 % 9,4 % 9,1 % 10,3 % 10,5 % 10,1 % 11,7 % 12,9 % 12,0 % 11,5 % 11,9 % 14 %
  Pologne 6,9 % 7,7 % 8,7 % 9,3 % 10,3 % 10,9 % 11,4 % 11,5 % 11,7 % 11,3 % 11,0 % 11,3 % 15 %
  Irlande 2,4 % 3,9 % 5,2 % 5,7 % 6.6 % 7.1 % 7,6 % 8,6 % 9,1 % 9,3 % 10,6 % 11,1 % 16 %
  Royaume-Uni 0,9 % 2,7 % 3,3 % 3,8 % 4,3 % 4,4 % 5,5 % 6,7 % 8,3 % 9,0 % 9,7 % 11,0 % 15 %
  Belgique 1,9 % 3,6 % 4,7 % 5,6 % 6,3 % 7,2 % 7,5 % 8,0 % 8,0 % 8,7 % 9,1 % 9,4 % 13 %
  Luxembourg 0,9 % 2,8 % 2,9 % 2,9 % 2,9 % 3,1 % 3,5 % 4,5 % 5,1 % 5,4 % 6,3 % 9,1 % 11 %
  Malte 0,1 % 0,2 % 0,2 % 1,0 % 1,9 % 2,9 % 3,8 % 4,7 % 5,1 % 6,2 % 7,3 % 8,0 % 10 %
  Pays-Bas 2,0 % 3,6 % 4,3 % 3,9 % 4,5 % 4,7 % 4,7 % 5,4 % 5,7 % 5,8 % 6,5 % 7,4 % 14 %
Autres pays européens :
  Norvège 58,4 % 62,1 % 65,1 % 65,1 % 64,7 % 65,6 % 66,7 % 69,2 % 69,2 % 70,2 % 71,6 % 72,8 %
  Islande 58,9 % 67,3 % 69,6 % 70,3 % 71,5 % 72,4 % 71,7 % 70,5 % 70,3 % 70,2 % 70,7 % 72,2 %
  Monténégro 32,5 % 39,5 % 40,7 % 40,7 % 41,5 % 43,7 % 44,1 % 43,1 % 41,6 % 39,7 % 38,8 %
  Albanie 29,6 % 32,4 % 31,4 % 31,9 % 31,2 % 35,2 % 33,2 % 31,5 % 34,4 % 35,5 % 34,5 % 34,9 %
  Kosovo 20,5 % 18,4 % 18,2 % 18,2 % 17,6 % 18,6 % 18,6 % 19,5 % 18,5 % 24,5 % 23,1 % 24,9 %
  Serbie 12,7 % 15,9 % 21,0 % 19,8 % 19,1 % 20,8 % 21,1 % 22,9 % 22,0 % 21,1 % 20,3 % 20,3 %
  Macédoine du Nord 15,7 % 15,6 % 17,2 % 16,5 % 16,4 % 18,1 % 18,5 % 19,6 % 19,5 % 18,0 % 19,6 % 18,1 %
  Turquie 16,2 % 13,5 % 14,1 % 14,0 % 12,8 % 13,2 % 13,9 % 13,6 % 13,6 % 13,7 % 12,8 % 13,7 %
Source : Eurostat[31].

Part des énergies décarbonées dans la consommation finale d'énergieModifier

La part des énergies décarbonées (énergies renouvelables + nucléaire) dans la consommation finale brute d'énergie (ou taux de décarbonation) était la suivante en 2018 :

Taux de décarbonation de la consommation finale d'énergie des pays de l'Union européenne en 2018
Pays % EnR
/conso.finale
[31]
% élec.
/conso.finale
[29],[32]
% nucl.
/prod.élec
[33],[34]
% nucl.
/conso.finale
% décarbonation
Total EU-28 18,0 % 22,8 % 24,0 % 5,2 % 21,9 %
  Suède 54,6 % 34,5 % 41,3 % 14,3 % 68,9 %
  Finlande 41,2 % 28,4 % 32,6 % 9,2 % 50,4 %
  Lettonie 40,3 % 40,3 %
  France 16,6 % 27,1 % 71,1 % 19,3 % 35,9 %
  Danemark 35,7 % 35,7 %
  Autriche 33,4 % 33,4 %
  Bulgarie 20,5 % 26,4 % 37,5 % 9,9 % 30,4 %
  Portugal 30,3 % 30,3 %
  Estonie 30,0 % 30,0 %
  Slovénie* 21,1 % 23,9 % 35,4 % 8,5 % 29,6 %
  Croatie* 28,0 % 20,8 % 28,0 %
  Roumanie 23,9 % 16,7 % 18,5 % 3,1 % 27,0 %
  Slovaquie 11,9 % 22,5 % 58,5 % 13,2 % 25,1 %
  Lituanie 24,4 % 24,4 %
  Espagne 17,5 % 25,0 % 20,3 % 5,1 % 22,6 %
  République tchèque 15,1 % 20,6 % 34,0 % 7,0 % 22,1 %
  Hongrie 12,5 % 19,0 % 49,3 % 9,4 % 21,9 %
  Allemagne 16,5 % 22,0 % 11,7 % 2,6 % 19,1 %
  Grèce 18,0 % 18,0 %
  Italie 17,8 % 17,8 %
  Belgique 9,4 % 21,5 % 38,1 % 8,2 % 17,6 %
  Royaume-Uni 11,0 % 21,1 % 19,5 % 4,1 % 15,1 %
  Chypre 13,9 % 13,9 %
  Pologne 11,3 % 11,3 %
  Irlande 11,1 % 11,1 %
  Luxembourg 9,1 % 9,1 %
  Pays-Bas 7,4 % 20,7 % 3,1 % 0,6 % 8,0 %
  Malte 8,0 % 8,0 %
* La production de la centrale nucléaire de Krško, située en Slovénie, revient pour 50 % à la Croatie ; avec ce correctif, la part de nucléaire en Slovénie est ramenée à 4,3 % et son taux de décarbonation à 25,4 % et la part de nucléaire en Croatie est de 4 % et son taux de décarbonation de 32 %.

Secteur électriqueModifier

Réseaux de chaleurModifier

La consommation de chaleur livrée par réseau de chaleur dans l'Union européenne atteignait 48,5 Mtep en 2017, soit 4,2 % du total de la consommation finale d'énergie ; elle était consommée dans le secteur résidentiel pour 46,2 %, dans l'industrie pour 33,2 % et dans le tertiaire pour 19,8 %[1]. Cette chaleur a été produite dans des centrales de cogénération ou des chaufferies alimentées en gaz naturel pour 36,5 %, en charbon pour 25,3 %, en produits pétroliers pour 3,9 %, en biomasse pour 19,8 %, en déchets pour 10,1 %, en géothermie pour 0,4 %, en nucléaire pour 0,2 % et en autres sources d'énergies pour 3,5 %[35].

Consommation de chaleur de réseau dans l'Union européenne (Mtep)
Pays 1990 2000 2010 2015 2016 2017 % UE* 2017 % pays** 2017
Total EU-28 55,10 45,33 53,04 46,27 48,13 48,53 100 % 4,2 %
  Allemagne 9,15 6,83 11,27 9,59 9,78 9,81 20,2 % 4,3 %
  Pologne 15,56 6,88 6,55 5,46 5,67 5,82 12,0 % 7,7 %
  Suède 1,70 3,55 5,14 4,19 4,43 4,37 9,0 % 13,0 %
  Italie 0 0 3,33 3,85 3,95 4,11 8,5 % 3,5 %
  Finlande 1,92 3,27 4,53 3,83 4,11 4,02 8,3 % 15,7 %
  France 0,48 3,24 2,85 2,92 3,34 3,67 7,6 % 2,4 %
  Danemark 1,76 2,25 2,84 2,46 2,55 2,57 5,3 % 18,5 %
  République tchèque 2,96 2,62 2,52 2,03 2,10 2,13 4,4 % 7,9 %
  Pays-Bas 0,31 3,70 3,00 2,25 2,21 2,11 4,4 % 3,6 %
  Autriche 0,61 1,02 1,84 1,83 1,78 1,81 3,7 % 6,5 %
  Roumanie 6,16 3,57 1,65 1,27 1,28 1,26 2,6 % 5,3 %
  Royaume-Uni 0 2,44 1,27 1,30 1,30 1,33 2,7 % 1,0 %
  Hongrie 1,59 1,45 1,09 0,98 1,06 1,04 2,1 % 5,1 %
  Lituanie 2,08 0,83 0,92 0,80 0,83 0,92 1,9 % 14,3 %
  Slovaquie 0,65 0,62 0,85 0,63 0,67 0,67 1,4 % 6,1 %
  Bulgarie 4,54 0,88 0,96 0,82 0,78 0,66 1,4 % 6,5 %
  Lettonie 2,01 0,60 0,58 0,50 0,58 0,60 1,2 % 15,3 %
  Estonie 2,08 0,51 0,53 0,43 0,47 0,48 1,0 % 16,2 %
  Belgique 0,22 0,49 0,64 0,51 0,49 0,42 0,9 % 1,0 %
  Croatie 0,29 0,21 0,25 0,21 0,22 0,23 0,5 % 3,2 %
  Portugal 0,03 0,13 0,34 0,24 0,21 0,21 0,4 % 1,3 %
  Slovénie 0,19 0,19 0,19 0,17 0,17 0,18 0,4 % 3,6 %
  Luxembourg 0 0,01 0,07 0,05 0,05 0,06 0,1 % 1,6 %
  Grèce 0 0,03 0,05 0,05 0,05 0,05 0,1 % 0,3 %
Autres pays européens ou voisins :
  Norvège 0,07 0,13 0,38 0,43 0,47 0,49 2,4 %
  Suisse 0,33 0,40 0,49 0,44 0,48 0,49 2,6 %
  Islande 0,34 0,39 0,46 0,60 0,75 0,64 21,7 %
  Turquie 0 0,39 1,23 0,99 0,93 1,03 1,0 %
  Ukraine 30,67 13,27 12,48 7,53 8,34 7,84 15,7 %
  Russie 203,0 136,8 114,6 103,30 105,27 106,14 21,8 %
Source : Agence internationale de l'énergie[1].
* : part du pays dans la consommation de chaleur de réseau de l'UE-28.
** part de la consommation de chaleur de réseau dans la consommation finale d'énergie du pays.

Impact environnementalModifier

Émissions de gaz à effet de serre liées à l'énergieModifier

Émissions de gaz à effet de serre* liées à l'énergie (millions de tonnes d'équivalent CO2)
Pays 1990 2000 2010 2015 2016 2017 2018 % 2018 var.2018
/1990
Total EU-28 4 350 4 023 3 812 3 382 3 361 3 367 3 284 100 % -24,5 %
  Allemagne 1 037 870 802 767 770 752 720 21,9 % -30,5 %
  Royaume-Uni 612 563 505 413 391 379 372 11,3 % -39,2 %
  Italie 424 457 426 357 353 349 344 10,5 % -18,7 %
  Pologne 382 322 342 319 330 343 342 10,4 % -10,5 %
  France 381 394 367 319 322 326 312 9,5 % -18,2 %
  Espagne 213 290 266 255 244 259 253 7,7 % +18,9 %
  Pays-Bas 159 167 179 162 162 160 155 4,7 % -2,0 %
  République tchèque 161 122 112 99 100 99 97 3,0 % -39,9 %
  Belgique 104 106 100 87 85 85 86 2,6 % -17,6 %
  Roumanie 176 100 86 79 76 79 77 2,3 % -56,2 %
  Grèce 77 97 93 71 67 70 67 2,0 % -12,6 %
  Autriche 53 55 59 53 54 56 55 1,7 % +3,6 %
  Portugal 41 60 49 48 47 51 48 1,5 % +19,2 %
  Hongrie 68 55 49 43 44 46 46 1,4 % -33,5 %
  Finlande 54 54 60 41 43 41 42 1,3 % -21,2 %
  Bulgarie 71 41 46 46 43 45 41 1,3 % -42,2 %
  Irlande 31 42 40 37 38 37 37 1,1 % +17,9 %
  Danemark 52 54 49 35 36 34 34 1,0 % -35,6 %
  Slovaquie 56 36 33 28 29 30 29 0,9 % -47,9 %
  Estonie 36 15 19 16 17 19 18 0,5 % -51,5 %
  Croatie 22 18 20 17 17 17 16 0,5 % -24,3 %
  Slovénie 15 15 16 13 14 14 14 0,4 % -3,5 %
Autres pays européens ou voisins :
  Norvège 29 36 41 39 38 37 38 +27,7 %
  Suisse 42 42 43 37 37 37 35 -15,8 %
  Turquie 140 216 287 341 360 380 373 +167 %
Source : Eurostat[36]
* gaz à effet de serre : CO2, N2O, CH4, HFC, PFC, SF6, NF3.

Émissions de dioxyde de carbone liées à l'énergieModifier

Selon les premières estimations d'Eurostat, les émissions de dioxyde de carbone (CO2) provenant de la combustion de combustibles fossiles (produits pétroliers, charbon, tourbe et gaz naturel) ont diminué de 4,3% en 2019 par rapport à 2018 dans l'Union Européenne à 27 Etats Membres ; elles contribuent fortement au réchauffement de la planète et représentent environ 80 % de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre dans l’UE. Cette diminution peut-être expliqué par l'augmentation substantielle du prix du système d'échange de quotas d'émission de l'UE qui a entrainé une nette baisse de la consommation de combustibles fossiles solides[37]. Ces émissions sont à la baisse pour la deuxième année consécutive et elles sont inférieures de plus de 20 % par rapport à leur niveau de 1990 ; Eurostat avait estimé une diminution de 2,5% en 2018[38] alors qu'elles avaient augmenté de 1,8% en 2017[39].

Émissions de dioxyde de CO2 provenant de la combustion de combustibles fossiles
Pays % 2017 var.2017
/2016
% 2018 var.2018
/2017
% 2019 var.2019
/2018
Total EU-28 100 % +1,8 % 100 % -2,5 % - -
Total EU-27 - - - - 100 % -4,3 %
  Allemagne 23,0 % -0,2 % 22,5 % -5,4 % 25,1 % -4,6 %
  Italie 10,7 % +3,2 % 10,0 % -3,5 % 11,8 % -2,0 %
  France 10,0 % +3,2 % 10,0 % -3,5 % 11,2 % -2,0 %
  Pologne 9,8 % +3,8 % 10,3 % +3,5 % 11,2 % -5,7 %
  Espagne 7,7 % +7,4 % 7,7 % -3,2 % 8,7 % -7,2 %
  Pays-Bas 5,0 % +2,3 % 4,7 % -4,6 % 5,3 % -5,6 %
  République tchèque 3,0 % +1,0 % 3,0 % -0,1 % 3,4 % -2,2 %
  Belgique 2,3 % -2,4 % 2,4 % -0,3 % 2,9 % -0,4 %
  Roumanie 2,1 % +6,8 % 2,2 % -0,3 % 2,5 % -4,2 %
  Grèce 2,1 % +4,0 % 2,1 % -3,6 % 2,2 % -8,9 %
  Autriche 1,7 % +3,0 % 1,7 % -1,1 % 2,0 % +2,8 %
  Portugal 1,5 % +7,3 % 1,4 % -9,0 % 1,6 % -8,7 %
  Hongrie 1,4 % +6,9 % 1,4 % -0,8 % 1,6 % -1,5 %
  Bulgarie 1,5 % +8,3 % 1,3 % -8,1 % 1,5 % -4,1 %
  Finlande 1,3 % -5,9 % 1,3 % +1,9 % 1,5 % -5,1 %
  Irlande 1,2 % -2,9 % 1,1 % -6,8 % 1,3 % -4,2 %
  Danemark 1,0 % -5,8 % 1,0 % -0,2 % 1,1 % -9,0 %
  Slovaquie 0,8 % +3,7 % 0,9 % +2,4 % 1,0 % -8,9 %
  Estonie 0,6 % +11,3 % 0,5 % +4,5 % 0,6 % -22,1 %
  Croatie 0,5 % +1,2 % 0,5 % -4,3 % 0,6 % -0,2 %
  Slovénie 0,4 % +3,1 % 0,4 % -0,4 % 0,5 % -4,9 %
  Royaume-Uni 11,2 % -3,2 % 11,4 % -0,3 % - -4,3 %
Source : Eurostat[39],[38],[37].

Politique énergétiqueModifier

Le Conseil des ministres de l'Union européenne a adopté le un accord qui engage leurs pays à diminuer les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 40 % en 2030 par rapport aux niveaux de 1990, porter la part des énergies renouvelables à 27 %, économiser 27 % des consommations d'énergie et tendre vers un taux d'interconnexion de 15 %[40].

L'Agence européenne pour l'environnement (AEE) a annoncé le que les émissions de gaz à effet de serre dans l’Union européenne (UE) ont diminué de près de 2 % entre 2012 et 2013, ce qui rapproche beaucoup l’UE de son objectif de réduction pour 2020. L’Union européenne est également en avance sur sa trajectoire prévue pour atteindre 20 % d’énergies renouvelables en 2020, et sa consommation énergétique diminue plus rapidement que strictement nécessaire pour atteindre l'objectif d'efficacité énergétique pour 2020. Les nouveaux objectifs fixés pour 2030 impliqueront cependant des efforts supplémentaires[41]. Dans son rapport détaillé en anglais, l'AEE précise que les premières estimations de la baisse des émissions en 2013 est de 1,8 % et que le niveau des émissions européennes en 2013 est inférieur de 19 % au niveau de référence de 1990 ; l'objectif de baisse de 20 % d'ici 2020 sera donc très probablement dépassé ; l'EEA estime que le résultat 2020 devrait être au pire de -21 %, et même de -24 % si toutes les mesures additionnelles annoncées par les pays membres sont pleinement appliquées. La part des énergies renouvelables dans la consommation finale d'énergie atteignait 14,1 % en 2012, supérieure à l'objectif intermédiaire 2012 : 13 %. Mais, si neuf états membres sur en voie d'atteindre leurs trois objectifs 2020, d'autres sont en retard, en particulier l'Allemagne et la Belgique, dont les émissions de gaz à effet de serre et la progression de l'efficacité énergétique sont nettement en retard sur la trajectoire prévue. L'EEA reconnait par ailleurs que la récession économique et la désindustrialisation ont joué un rôle important en faisant baisser l'activité, donc la demande d'énergie ; à l'inverse, la récession a gravement perturbé le fonctionnement du marché des quotas d'émissions et freiné les investissements dans les énergies renouvelables[42].

La Commission européenne a dévoilé le son plan d'action pour relancer l'Europe de l'énergie, dont les principaux axes sont la réforme du marché européen des quotas de carbone, la promotion de l'efficacité énergétique, l'interconnexion des réseaux et la réduction de la dépendance énergétique par une intervention de Bruxelles aux côtés des états dans leurs négociations d'accords avec des pays tiers[43].

Dans ce plan d'action, la Commission européenne insiste sur l'objectif que chaque État membre soit en mesure d’exporter vers ses voisins au moins 10 % de la production de ses centrales électriques afin d'améliorer la sécurité d’approvisionnement des consommateurs en cas de panne ou de pénurie, de faciliter l'intégration des énergies intermittentes (éolien et solaire) et de favoriser ainsi la baisse des prix de l’électricité sur les marchés de gros. Seize états membres atteignent déjà cet objectif (dont la France) ; les douze états ne satisfaisant pas cet objectif sont les pays insulaires ou péninsulaires (Irlande, Grande-Bretagne, Portugal, Espagne, Italie…) ainsi que les pays Baltes, la Pologne et la Roumanie. La Commission chiffre à 40 milliards d’euros les investissements nécessaires. Trente-sept « projets d’intérêt commun » ont été recensés en 2013 et bénéficient de procédures accélérées, voire de financements. Bruxelles évoque même un objectif de 15 % à l'horizon 2030, dont la pertinence reste à évaluer au cas par cas[44].

La Commission européenne a publié le son projet de « paquet énergie » 2020-2030, visant à réorganiser le marché pour atteindre la baisse de 40 % des émissions de gaz à effet de serre sur laquelle l'Union européenne s'est engagée dans le cadre de l'Accord de Paris sur le climat. Le texte sera soumis au Conseil et au Parlement en 2017. Il fixe deux grands objectifs pour 2030 : atteindre 27 % d'énergies renouvelables dans la consommation totale d'énergie, alors que l'objectif actuel de 20 % en 2020, est en bonne voie, et améliorer l'efficacité énergétique de 30 % par rapport au niveau de 1990. Les énergies vertes seront soutenues par des efforts d'investissement et un accès simplifié au marché et aux réseaux. Une réorganisation du marché de gros est prévue, autorisant des échanges à plus court terme, plus adaptés aux productions variables des renouvelables ; l'autoconsommation sera encouragée ; des « mécanismes de capacité » permettront de maintenir en fonctionnement des centrales à gaz ou à charbon pour répondre au pic de demande et compenser l'intermittence des énergies reouvelables. La Fondation Nicolas Hulot, WWF et le Réseau Action Climat juge ce projet trop peu ambitieux et trop peu contraignant[45]. La profession s'inquiète d'autres propositions : alors que jusqu'ici, les éoliennes et les panneaux solaires bénéficient d'une « priorité d'injection » sur le réseau, le projet propose que pour les nouvelles installations, un gestionnaire de réseau pourrait demander un arrêt momentané pour éviter un déséquilibre entre l'offre et la demande. Par ailleurs, la Commission propose de réduire la part des biocarburants de première génération de 7 % en 2020 à 3,8 % en 2030, en réponse aux critiques des ONG, qui dénoncent l'impact de ces biocarburants sur la production alimentaire ou la déforestation, et leur bilan carbone peu convaincant[46].

Le , la Commission européenne publie une communication proposant une stratégie énergétique à long terme (2050) axée sur la décarbonation de la consommation d'énergie, réduisant les émissions de 90 % d'ici 2050 par la combinaison de mesures d'amélioration de l'efficacité énergétique, d'augmentation de la part de l'électricité dans la consommation finale d'énergie (53 % en 2050 contre 20 % en 2017), d'utilisation accrue des énergies renouvelables et du nucléaire (respectivement 80 % et 15 % de la production d'électricité en 2050), de développement de l'hydrogène, etc[47].

Le , la Banque européenne d'investissement annonce la décision de son conseil d'administration d'exclure toutes les énergies fossiles, y compris le gaz naturel, de ses financements d'ici à 2021. Les actionnaires de la banque ont également fixé l'objectif de porter à 50 % d'ici 2025 la part des projets visant à lutter contre le dérèglement climatique, pour lesquels ils ont décidé de mobiliser d'ici à 2030 quelque 1.000 milliards d'euros d'investissement conformément aux engagements de la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, afin de réduire de 50 % les émissions de gaz à effet de serre de l'Union avant fin 2030[48].

Le 20 avril 2021, le Parlement européen et les représentants des États se mettent d'accord pour rehausser l'objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne de 40 % jusqu'ici à « au moins 55 % » d'ici à 2030, comparé à 1990, et pour rendre contraignant l'engagement des Européens à atteindre la neutralité climatique d'ici 2050. L'accord plafonne la part des puits de carbone qui peut être comptabilisée, ce qui permet de sanctuariser une réduction brute de 53 %[49].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. hors liquides de gaz naturel.
  2. charbon et lignite
  3. Quelques flux ont été éliminés pour alléger le tableau : 0,7 de « divers Afrique ».
  4. ratio : (importations – exportations) / énergie brute disponible.
  5. combustibles solides : charbon, lignite.
  6. Pétrole brut et produits pétroliers.
  7. Énergies renouvelables : biomasse, hydroélectricité, éolien, solaire.
  8. Déchets (non renouvelables).
  9. Solde importateur des échanges transfrontaliers d'électricité.
  10. La part non renouvelable des déchets figure dans ce total EnR, qui est donc surestimé.
  11. objectifs par pays fixés par le paquet climat-énergie de 2008.

RéférencesModifier

  1. p. 14
  2. p. 32
  3. p. 44
  4. p. 45
  5. p. 43
  6. p. 42

Autres références :

  1. a b et c (en) Data and statistics : European Union - 28 Balances 2017, Agence internationale de l'énergie, 24 septembre 2020.
  2. (en) CO2 Emissions from Fuel Combustion 2019 Highlights, Agence internationale de l'énergie (page 73), 15 novembre 2019 [PDF].
  3. a et b (en)BGR Energy Study 2019 - Data and Developments Concerning German and Global Energy Supplies (pages 163-174), BGR (Bundesanstalt für Geowissenschaften und Rohstoffe - Institut Fédéral pour les Sciences de la Terre et les Ressources Naturelles), juillet 2020.
  4. a et b Données sur l’énergie nucléaire 2019 (pages 33, 34 et 45), OCDE-NEA (Agence pour l'énergie nucléaire), 2019.
  5. a b et c Accès à la base de données énergie, Eurostat, mise à jour le 1er juillet 2020.
  6. EU coal regions: opportunities and challenges ahead, Centre commun de recherche, 30 juillet 2018 (pages 1 à 4).
  7. Électricité : l'Europe avance en ordre dispersé pour sortir du charbon, Les Échos, 5 décembre 2018.
  8. Importations (par pays d'origine) - pétrole - données annuelles (nrg_ti_oil), Eurostat, mis à jour le 26 juin 2020.
  9. En 2013, l'UE a encore augmenté sa consommation de gaz... russe, site du magazine Challenges consulté le 14 avril 2014.
  10. Baisse record pour la consommation de gaz, Les Échos, 28 janvier 2015.
  11. Gaz naturel : l’Europe s’enfonce dans la crise, Les Échos, 20 novembre 2014.
  12. Transit du gaz par la Turquie : le poker menteur de Gazprom, Les Échos, 16 janvier 2015.
  13. Gazprom vend son gaz aux enchères pour la première fois de son histoire, Les Échos du 7 septembre 2015.
  14. Varsovie s’émancipe du gaz russe, Les Échos, 23 octobre 2015.
  15. Une nouvelle ère pour le marché mondial du gaz naturel, Les Échos, 13 janvier 2016.
  16. La Lituanie s’affranchit du gaz russe avec du GNL américain, Les Échos, 22 août 2017.
  17. Israël et l’Italie bientôt reliés par un gazoduc sous-marin géant, Les Échos, 5 décembre 2017.
  18. Importations - combustibles solides - données annuelles (nrg_ti_sff), Eurostat, mis à jour le 26 juin 2020.
  19. (en)From where do we import energy and how dependent are we?, Eurostat, 2020.
  20. (en)More than half the energy the EU uses comes from imports, Eurostat, 20 février 2017.
  21. Dépendance aux importations énergétiques, site Eurostat consulté le 6 septembre 2020.
  22. Consommation d’énergie en 2015, Communiqué de presse d'Eurostat, 20 février 2017.
  23. (en)Switzerland: Indicators for 2012, AIE.
  24. Consommation finale d'énergie par produit, site Eurostat consulté le 17 août 2018.
  25. (en)International Energy Statistics - Total Renewable Electricity Net Generation, site EIA consulté le 27 mai 2014.
  26. (en)Switzerland : Balances for 2012 site AEI.
  27. Consommation brute d'énergie intérieure 2012, par type de combustible, site Eurostat consulté le 27 mai 2014.
  28. a b et c Énergie disponible brute par produit, Eurostat consulté le 9 septembre 2020.
  29. a et b Consommation finale d'énergie par produit - Total, Eurostat.
  30. Population au 1er janvier, site Eurostat consulté le 12 septembre 2020.
  31. a et b Part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d'énergie, site Eurostat, 17 août 2018.
  32. Consommation finale d'énergie par type du produit - Électricité, Eurostat.
  33. (en) Data and statistics : Sweden Electricity 2018, Agence internationale de l'énergie, 24 septembre 2020.
  34. (en)Power Reactor Information System -Country Statistics, Agence internationale de l'énergie atomique.
  35. (en) Data and statistics : European Union - 28 Electricity 2017, Agence internationale de l'énergie, 24 septembre 2020.
  36. (en) Greenhouse gas emissions by source sector (env_air_gge, source: EEA) - Énergie, Eurostat, 6 septembre 2020.
  37. a et b En 2019, les émissions de CO2 dues à la consommation d'énergie dans l'UE ont diminué, communiqué de presse d'Eurostat, 6 mai 2020.
  38. a et b Les émissions de CO2 en baisse en Europe, Les Échos d'après Eurostat, 8 mai 2019.
  39. a et b Selon les estimations, les émissions de CO2 dans l'UE ont augmenté en 2017 par rapport à 2016, communiqué de presse d'Eurostat, 4 mai 2018.
  40. Climat : accord européen sur une baisse de 40% des gaz à effet de serre, Les Échos, 24 octobre 2014
  41. Grâce aux politiques menées, l’Union européenne est en bonne voie pour atteindre ses objectifs climat et énergie d’ici 2020, mais un effort accru sera nécessaire pour 2030 - Communiqué de presse, Agence européenne pour l'environnement, 28 octobre 2014
  42. (en) [PDF] Trends and projections in Europe 2014 - Tracking progress towards Europe's climate and energy targets for 2020, Agence européenne pour l'environnement, 28 octobre 2014
  43. Le plan de Bruxelles pour réduire la facture énergétique du Vieux Continent, Les Échos, 26 février 2015.
  44. La Commission veut développer les échanges électriques entre les pays, Les Échos, 25 février 2015.
  45. Énergies vertes : l’Europe évite de braquer les États membres, Les Échos, 30 novembre 2016.
  46. Énergies vertes : la filière s’inquiète des projets européens, 3 décembre 2016.
  47. (en) A Clean Planet for all - A European strategic long-term vision for a prosperous, modern, competitive and climate neutral economy, Commission européenne, 28 novembre 2018.
  48. La Banque européenne d'investissement tourne le dos aux énergies fossiles, Les Échos, 15 novembre 2019.
  49. L'Europe en ordre de marche sur ses objectifs climatiques, Les Échos, 22 avril 2021.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier