Énergie en Ouganda

Le secteur de l'énergie en Ouganda se caractérise par une consommation d'énergie parmi les plus faibles du monde, par des ressources hydroélectriques importantes en cours de mise en service et par des réserves de pétrole dont l'exploitation est en préparation.

Secteur des hydrocarburesModifier

En avril 2021, Total et ses partenaires China National Offshore Oil Corporation et la compagnie nationale ougandaise lancent un projet de 10 milliards de dollars pour extraire jusqu'à 230 000 barils de pétrole brut par jour en Ouganda à partir de 2025, et l'acheminer par oléoduc sur 1 400 km jusqu'aux rives de l'océan Indien, en traversant la Tanzanie. Le brut ougandais étant particulièrement visqueux, l'oléoduc sera chauffé. Le projet était à l'étude depuis près de quinze ans. Total détient 57 % du projet ougandais et 62 % du pipeline. Plusieurs ONG dénoncent ce projet pour son impact sur le réchauffement climatique et l'environnement ainsi que des atteintes aux droits humains. Les Amis de la Terre et Survie ont attaqué le projet devant la justice française, estimant que Total ne respectait pas la nouvelle législation française sur le « devoir de vigilance » des multinationales à l'étranger. Les plaignants n'ont pas obtenu gain de cause en première instance et en appel ; ils ont annoncé leur pourvoi en cassation[1].

Une semaine après, plusieurs banques ont déjà décidé de ne pas soutenir ce projet : Barclays et Crédit Suisse l'ont fait savoir publiquement et selon Les Échos, BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole vont faire de même[2].

Secteur de l'électricitéModifier

L'Autorité de régulation de l'électricité (ERA), créée en 2000, est une agence gouvernementale qui réglemente, octroie des licences et supervise la production, le transport, la distribution, la vente, l'exportation et l'importation d'énergie électrique en Ouganda[3].

L'Ouganda est l'un des rares pays sur lesquels l'Agence internationale de l'énergie ne fournit aucune donnée. Selon le site countryeconomy.com, la production d'électricité de l'Ouganda s'élevait en 2018 à 4 453 GWh et sa consommation d'électricité à 3 534 GWh, soit 82,7 kWh par habitant[4], à comparer avec la consommation moyenne mondiale en 2018 : 3 260 kWh/habitant et à la moyenne africaine : 567 kWh/habitant[5].

HydroélectricitéModifier

Le potentiel hydroélectrique de l'Ouganda est estimé à plus de 2 000 MW, dont moins de la moitié est exploité. La centrale hydroélectrique Achwa I (41 MW) et la centrale Achwa II (42 MW) font partie du complexe en construction Achwa-Agago comprenant cinq centrales d'une puissance totale de 109 MW[6].

La centrale électrique Kiira (200 MW) a été mise en service de 2003 à 2007[7], le barrage de Bujagali (250 MW) en 2012 et le barrage d'Isimba (183 MW) en 2019[8].

Plusieurs projets plus importants sont prévus : Barrage de Karuma (600 MW), en construction depuis 2013, centrale hydroélectrique d'Ayago (600 MW).

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :