Ouvrir le menu principal
Confédération livonienne
Terra Mariana

1228-1561

Drapeau Blason
Description de l'image Confederation of Livonia 1260-fr.svg.
Informations générales
Statut Théocratie
Capitale Riga
Langue Latin, bas allemand, estonien, letton, live
Démographie
Population 650 000 (XVIe siècle)
Superficie
Superficie 108 500 km²
Histoire et événements
1237 Incorporation dans l'État teutonique
1346 Acquisition de l'Estonie danoise
Traité de Vilnius : dissolution de la confédération
Maître de l'Ordre teutonique en Livonie
(1er) 1237-1238 Hermann von Balk
(Der) 1559-1561 Gotthard Kettler

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La Confédération livonienne ou Confédération de Livonie était une confédération organisée de manière souple sur le territoire de l'Estonie et la Lettonie actuelles. Cette entité a été créée par le légat du pape Guillaume de Modène, en 1228, comme compromis entre l'Église et les puissants Chevaliers Porte-Glaive, et fut incorporée à l'État monastique des chevaliers teutoniques à partir de 1237. Tous les États de l'union ont perdu leur indépendance au cours de la guerre de Livonie et la dissolution de l'Ordre traité de Vilnius en 1561.

Sommaire

ÉtatsModifier

La confédération regroupait cinq petits États :

Tant les États ecclésiastiques que l'Ordre étaient dirigés par des Allemands qui avaient conquis les territoires de nombreuses tribus, de langues tant finnoises que baltes.

Le territoire devait être contrôlé aux deux-tiers par les États ecclésiastiques, le tiers restant étant sous l'autorité des Chevaliers Porte-Glaive. En réalité, l'essentiel du territoire était contrôlé par les Chevaliers Porte-Glaive et les conflits entre les Chevaliers, les États ecclésiastiques et la Ligue hanséatique furent monnaie courante durant l'existence de la Confédération.

HistoireModifier

 
Les conquêtes de l'Ordre teutonique (noir) et de l'Ordre livonien (rouge) au XIIIe siècle.

La confrérie des Porte-Glaives est fondée en 1202 comme un ordre de chevalerie à Dünamünde (Daugavgrīva) par Theoderich von Treyden, à l'initiative de l'évêque Albert de Buxhoeveden dans le but d'assurer la défense de la colonie contre les Lives et d'appuyer l'évangélisation de la Livonie. En 1204, le pape Innocent III accorde au nouvel ordre le même statut que l'Ordre du Temple et il avait chargé les chevaliers de l'obéissance aux évêques de Riga. Les frères ont conquis la forteresse de Dorpat en 1215 et l'île estonienne de Ösel (Saaremaa) en 1227.

En conflit toujours en cours avec l'évêque Albert, le chevaliers ont bénéficié du soutien important du pape; toutefois, après leur défaite à la bataille du Soleil contre les Samogitiens en 1236, ils se sont jointes à l'Ordre teutonique sous le grand maître Hermann von Salza pour devenir l'Ordre de Livonie. À partir de ce moment-là, le territoire de l'Ordre livonien faisait une partie intégrante de l'État monastique des chevaliers teutoniques. Le maître de Livonie dépendait directement du grand maître de l'Ordre teutonique à la forteresse de Marienbourg.

L'expansion des armées croisées unies vers l'est a été définitivement arrêtée par leur défaite à la bataille du lac Peïpous contre les forces de la république de Novgorod sous Alexandre Nevski en 1242. En 1346, la confédération livonienne achète l'Estonie du Nord au Danemark, pour 19 000 marks[1]. Les parties livoniennes et prussiennes de l'État teutonique restaient séparées géographiquement mais aussi sur les plans fonctionnels et culturels. Ceci avait un effet dévastateur sur la puissance militaire, avant tout en cas de la bataille de Grunwald (Tannenberg) en 1410.

Contrairement aux pays prussiens, les chevaliers livoniens ont dû se partager le pouvoir avec les évêchés autonomes. La diète de Livonie est créée en 1419 pour résoudre les disputes ; son siège est fixé à Walk. Outre les représentants de l'Ordre et des évêques, elle comprenait également des représentants des vassaux et des villes. À partir de 1470, le maître des chevaliers Teutoniques de Livonie, jusqu’alors nommé par le grand-maître de Marienburg, est élu par un chapitre et soumis seulement à l’approbation du grand-maître. Élu à vie, il est entouré d’un conseil de six membres et d’un chapitre de vingt à quarante membres qui agit comme un parlement. Le pays se divise en bailliages avec à leurs têtes des baillis et des commandants pour les forteresses. Le nombre des chevaliers, tous d’origine allemande (Westphalie), varie de 400 à 500 à la fin du XIVe siècle, à 120 ou 150 seulement en 1558.

La confédération ne survit pas à la guerre de Livonie (1558-1582). Les Chevaliers Porte-Glaive furent dissous par le pacte de Wilno en 1561. La diète de Livonie demanda la protection de Sigismond II Auguste, roi de Pologne et Grand-Duc de Lituanie. Riga devint une ville impériale libre à la fin du règne du dernier archevêque, Guillaume de Brandebourg. Le reste du pays fut partagé entre la Suède (qui obtient l'Estonie du Nord, l'ancienne Estonie danoise), le Danemark qui obtient l'île de Saaremaa, l'union Polo-Lituanienne obtient l'Estonie méridionale, la Vidzeme et la Latgale et le duché de Courlande (vassal de la Pologne-Lituanie) obtient la souveraineté sur la Courlande et la Zemgale.

SourcesModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier