Viljandi

ville et commune urbaine d'Estonie

Viljandi est une ville et une commune urbaine d'Estonie, située dans le comté de Viljandi dont elle est le chef-lieu. La population s'élevait à 17 104 habitants en 2020.

Viljandi
Blason de Viljandi
Héraldique
Drapeau de Viljandi
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Estonie Estonie
Comté historique Viljandi (chef-lieu)
Statut Commune urbaine
Démographie
Gentilé Viljandais, Viljandaises
Population 17 104 hab. ()
Densité 1 170 hab./km2
Géographie
Coordonnées 58° 22′ 00″ nord, 25° 36′ 00″ est
Superficie 1 462 ha = 14,62 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Estonie
Voir sur la carte topographique d'Estonie
Viljandi
Géolocalisation sur la carte : Estonie
Voir sur la carte administrative d'Estonie
Viljandi
Géolocalisation sur la carte : comté de Viljandi
Voir sur la carte administrative du comté de Viljandi
Viljandi
Liens
Site web http://www.viljandi.ee/
Viljandi (rouge) dans le comté homonyme (jaune).
Carte
Carte interactive de Viljandi

Géographie modifier

La ville s'étend sur 14,62 km2 au centre du comté homonyme, à 60 km à l'ouest de Tartu. Elle est arrosée par la rivière Valuoja qui se jette dans le lac de Viljandi dont les rives baignent la ville à l'est.

Histoire modifier

Les temps anciens modifier

L'ancienne forteresse de Viljandi était utilisée à l'ère viking. Au début du XIIIe siècle, Viljandi appartenait à l'ancien comté de Sakala, et il a été suggéré que Viljandi a pu être le centre de l'ancien comté.

Au cours de la croisade de Livonie (et), en 1211, la forteresse fut assiégée par la force de l'archidiocèse médiéval de Riga, l'chevaliers Porte-Glaive, les Lives et les Latgaliens. Selon Henri le Letton, la forteresse à cette époque était assez forte pour son époque et en 1211 elle n'était pas conquise. Après un siège de six jours, un accord fut conclu, les habitants de Viljanda reconnurent la suprématie des habitants de Riga (l'évêque et l'ordre) et des prêtres furent envoyés à la forteresse pour effectuer les baptêmes[1].

Viljandi a été subjugué avec le reste de Sakala et de l'Ungannie en 1217, après la bataille de la Saint Mathieu qui s'est soldée par une défaite[2]. En 1220 ou 1221, les frères de l'ordre habitaient la forteresse de Viljandi, y vivant initialement avec les locaux[3],[4].

Le 29 janvier 1223, les habitants de Viljandi attaquèrent les frères de l'ordre, les serviteurs de l'ordre et les marchands allemands qui se trouvaient avec eux dans la forteresse, et les tuèrent ou les emprisonnèrent. Le soulèvement s'est propagé à d'autres parties de Sakala, en Ungannie et dans le comté de Järva[5]. En préparation de la contre-attaque de Riga, des soldats de Novgorod et de Pskov ont été appelés à Viljandi (comme dans l'ensemble de Sakala et de l'Ungannie)[6]. Les habitants de Riga ont attaqué le fort de Viljandi pour la deuxième fois en août 1223. Au 15e jour du siège, les habitants de Sakala et les Russes se rendent, et Viljandi passe à nouveau sous l'autorité de l'évêque et de l'ordre[7]. L'ancienne zone habitée était située au sud de la forteresse.

Moyen Âge modifier

La ville de Viljandi a vu le jour après 1224, lorsqu'un fort en pierre a été construit à la place de l'ancien fort en bois. Il est possible que l'établissement de la ville ait été prévu dans le cadre des défenses de la forteresse. On pense que Viljandi a reçu les droits de la ville au milieu du XIIIème siècle, le certificat confirmant les droits a été conservé à partir de 1283 (droits de la ville de Hambourg-Riga ). Dès le XIVème siècle , Viljandi appartenait également à la ligue hanséatique. La cité médiévale était située au nord de la forteresse, seule l'église Saint-Jean (ancienne église du monastère) a survécu de sa reconstruction .

La ville de Viljandi était entourée par une enceinte et était entourée d'un fossé de 1,2 km de long sur trois côtés ; le côté sud était protégé par la Forteresse de Viljandi, séparée par un fossé . L'enceinte de la ville avait une épaisseur de 1,2 à 2,1 m, faite de pierres de terre. Du côté ouest de la ville se trouvaient la porte de Riga ou Storke, une tour à quatre côtés à l'angle nord-ouest, une tour semi-circulaire du côté nord et la porte de Tartu.

La ville a été détruite à plusieurs reprises pendant la guerre de Livonie (1558-1583) et les guerres polono-suédoises (1600-1622/1623 ), au cours desquelles les droits de la ville ont également disparu. En 1624, le roi Gustave II Adolphe loua Viljandi et ses environs à Jacob De la Gardie, et le développement et la prospérité du manoir de Viljandi (Schloß Fellin en allemand commencèrent à la place de l'ancienne forteresse. Le centre seigneurial émerge à l'ouest de la cité médiévale, entre la ville et les principaux châteaux.

Démographie modifier

Evolution démographique modifier

La population est en constante diminution. Elle s'élevait à 17 838 habitants en 2012[8] et à 17 104 habitants en 2020[9].

Évolution démographique de Viljandi
1922 1934 1941 1959
9 40011 82312 72517 916
1970 1979 1989 2000
20 48522 36823 08020 756
2011 2021 - -
17 47317 245--
Sources[10],[11]:

Composition ethnique modifier

Composition ethnique de Viljandi
Ethnie 1970[12] 1979[13] 1989[14] 2000[15] 2011[16]
Hab. % Hab. % Hab. % Hab. % Hab. %
Estoniens 17 971 86,34 19 469 87,04 20 093 87,06 18 955 91,32 16 443 94,11
Russes 1912 9,19 2013 9,00 1899 8,23 1085 5,23 648 3,71
Finnois 373 1,79 381 1,70 344 1,49 241 1,16 105 0,60
Ukrainiens 151 0,73 212 0,95 363 1,57 194 0,93 128 0,73
Biélorusses 50 0,24 90 0,40 100 0,43 55 0,26 35 0,20
autres 357 1,72 203 0,91 281 1,21 188 0,91 114 0,65
Total 20 814 100 22 368 100 23 080 100 20 756 100 17 473 100

Culture et patrimoine modifier

 
Panorama du centre-ville de Viljandi

Personnalités liées à la ville modifier

Jumelages et partenariats modifier

La ville de Viljandi est notamment jumelée avec les villes suivantes[17],[18] :

 
Jumelages et partenariats de Viljandi. 
Jumelages et partenariats de Viljandi. 
VillePaysPériode
 Ahrensburg Allemagne
 Eslöv Suède
 Kretinga Lituanie
 Plungė Lituanie
 Porvoo Finlande
 Ternopil[19],[20] Ukrainedepuis
 Valmiera Lettonie

Galerie modifier

Références modifier

  1. (et) Enn Tarvel (ed.) (trad. Richard Kleis), Henriku Liivimaa kroonika = Heinrici chronicon Livoniae, Tallinn, Eesti Raamat, , « XIV 11 », p. 113–115
  2. (et) Enn Tarvel (ed.) (trad. Richard Kleis), Henriku Liivimaa kroonika = Heinrici chronicon Livoniae, Eesti Raamat, , « XXI 5 », p. 181
  3. (et) Henriku Liivimaa kroonika, « XXV 5 », p. 229
  4. (et) Muinasaja loojang Eestis : vabadusvõitlus 1208–1227, Tallinn, Olion, , p. 152
  5. (et) Henriku Liivimaa kroonika, « XXVI 4–9 », p. 231–235
  6. (et) Anti Selart, Ivar Leimus, Linda Kaljundi, Heiki Valk, Ristiretked ja vallutussõjad 13. sajandi Liivimaal (dans "Eesti ajalugu II. Eesti keskaeg."), Tartu, 2012., p. 52
  7. (et) Henriku Liivimaa kroonika, « XXVII 2 », p. 241
  8. (ekk) « Omavalitsusüksuste võrdlus », Portail de l'office statistique régional (Statistikaameti piirkondlik portaal),
  9. (ekk) StatistikaKaart, Eesti Statistika
  10. (en) Statistics Estonia, « RL004: NUMBER AND SHARE OF ESTONIANS BY PLACE OF RESIDENCE (SETTLEMENT), 31 DECEMBER 2011 » [archive du ] (consulté le )
  11. (et) « Viljandi » [archive du ], sur Eesti Entsüklopeedia, (consulté le )
  12. Население районов, городов и поселков городского типа Эстонской ССР : по данным Всесоюзной переписи населения на 15 января 1970 года. Таллинн, 1972.
  13. Eesti Vabariigi maakondade, linnade ja alevite rahvastik. 1. osa, Rahvaarv rahvuse, perekonnaseisu, hariduse ja elatusallikate järgi : 1989. a. rahvaloenduse andmed : statistikakogumik. Tallinn, 1990, p 27
  14. Eesti Vabariigi maakondade, linnade ja alevite rahvastik. 1. osa, Rahvaarv rahvuse, perekonnaseisu, hariduse ja elatusallikate järgi : 1989. a. rahvaloenduse andmed : statistikakogumik. Tallinn, 1990, p 32
  15. Päring Statistikaameti andmebaasist
  16. Päring Statistikaameti andmebaasist
  17. (en) « Twin Towns », Ville de Viljandi (consulté le )
  18. Ahrensburgs Partnerstädte Site web de la ville d'Ahrensburg, consulté le 24 mai 2016
  19. « https://www.viljandi.ee/ternopil »
  20. « https://ternopilcity.gov.ua/news/48258.html »
  21. En 1602, pendant le siège de la ville par les Suédois, l'explosion du magasin à poudre fit sauter le château, qui depuis est resté en ruines, Dictionnaire géographique universel Tome 5 Bruxelles 1839

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :