Combat du 19 mai 1744

Combat du 19 mai 1744
Description de cette image, également commentée ci-après
Capture du Northumberland, par Ambroise Louis Garneray
Informations générales
Date
Lieu au large de Berlengas[1]
Issue Victoire française[2]
Belligérants
Drapeau du royaume de France Royaume de FranceDrapeau de la Grande-Bretagne. Grande-Bretagne
Commandants
Comte de ConflansCaptain Thomas Watson †
Forces en présence
2 vaisseaux de ligne
1 frégate de 6e rang
1 vaisseau de ligne
Pertes
Mineures1 vaisseau de ligne capturé

Guerre de Succession d'Autriche

Batailles

Campagnes italiennes
Cette boîte : voir • disc. • mod.

Le combat du 19 mai 1744 (8 mai du calendrier julien[3]) est une bataille navale mineure de la guerre de Succession d'Autriche, à l'issue de laquelle deux vaisseaux de ligne français capturent un vaisseau anglais au large des îles Berlengas (Portugal), après un combat de plusieurs heures[1].

ContexteModifier

La guerre de Succession d'AutricheModifier

Elle oppose depuis 1740 l'Autriche de Marie-Thérèse, alliée de la Grande-Bretagne (George II), des Provinces-Unies et du royaume de Sardaigne (Charles-Emmanuel III), à la France, alliée de la Prusse (Frédéric II), de la Bavière (Charles Albert, empereur en 1742) et de l'Espagne, qui est en guerre depuis 1739 avec la Grande-Bretagne dans le monde colonial (Guerre de l'oreille de Jenkins).

La guerre navale oppose principalement les flottes anglaise et espagnole en Méditerranée, les Britanniques s'efforçant d'empêcher les Espagnols d'amener des troupes en Italie par voie de mer. Le 22 février 1744, une escadre espagnole bloquée à Toulon remporte une victoire sur la flotte britannique (bataille du cap Sicié).

La France déclare la guerre à la Grande-Bretagne le 15 mars 1744, bien qu'étant déjà intervenue au profit de la marine espagnole en Méditerranée.

Circonstances de la rencontre des BerlengasModifier

L'escadre commandée par Sir Charles Hardy (1714-1780), jeune vice-admiral, quitte l'Angleterre en avril 1744 à destination de Lisbonne.

La rencontre de navires français et anglais dans ce secteur de l'Atlantique semble être un événement inopiné.

La batailleModifier

Les forces en présenceModifier

Les navires français sont le Content (60 canons), sous les ordres du capitaine de vaisseau Hubert de Brienne de Conflans et le Mars (64 canons), commandé par Étienne de Perier, accompagnés d'une frégate[4].

Le navire anglais est le HMS Northumberland (64 canons), construit en 1743 à Woolwich, selon le modèle de 1741, et commandé par Thomas Watson.

Le combatModifier

 
Le récit de la capture du HMS Northumberland par Conflans d'après une gravure anglaise d'époque.

Le 19 mai, une voile est aperçue au nord de l'escadre britannique. Le Northumberland reçoit l'ordre de lancer la chasse[5]. La voile se révèle être un vaisseau de ligne français, accompagné par deux autres bâtiments.

Watson, au lieu de signaler la supériorité des forces ennemies à son amiral, se dirige vers l'escadre française toutes voiles déployées, puis disparaît de la vue de sa propre flotte[4]. Les vaisseaux français étant éloignés les uns des autres[5] , il rejoint vers 17 h le vaisseau le plus proche, le Mars, qui ouvre un feu nourri sur lui ; le Northumberland répond avec la même vigueur. Tout en continuant de combattre le Mars, le capitaine Watson entreprend de se rapprocher du Content, affrontant ainsi deux vaisseaux en même temps[4].

La bataille redouble d'intensité. Après neuf heures de canonnade, le Northumberland, gravement endommagé, n'est plus gouvernable et il dérive au gré du vent. À ce moment, Watson est gravement blessé, ainsi que le second lieutenant[2] ; l'officier resté en charge du commandement abaisse alors le pavillon[4],[5], indiquant qu'il se rend.

SuitesModifier

Le capitaine Watson survit plusieurs jours, assez longtemps pour être ramené en France où il meurt le (ou le 14 ?).

e , une cour martiale est tenue à Portsmouth à bord du Lennox pour juger les officiers du Northumberland à leur retour de captivité.

Le Northumberland est intégré dans la marine française sous le même nom ; il sera rebaptisé Atlas en 1776 et détruit par un naufrage en 1781.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Dupont et Taillemite 1995, p. 79
  2. a et b Troude 1867, p. 299
  3. Le calendrier julien est encore en usage en Grande-Bretagne à cette date. Les documents britanniques sont donc datés selon ce calendrier.
  4. a b c et d Guérin, p. 258
  5. a b et c Allen 1872, p. 143

Sources et bibliographieModifier

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Action of 8 May 1744 » (voir la liste des auteurs).
  • Maurice Dupont et Étienne Taillemite, Les guerres navales françaises : du Moyen Age à la guerre du Golfe, Paris, SPM,
  • Léon Guérin, Histoire maritime de France : contenant l'histoire des provinces et villes maritimes, des combats de mer depuis la fondation de Marseille, 600 ans avant J.-C., de la flibuste, des navigations, voyages autour du monde, naufrages, célèbres, découvertes, colonisations, de la marine en général, avant, pendant et depuis le règne de Louis XIV jusqu'à l'année 1850, vol. IV, Dufour et Mulat
  • Amédée Gréhan, La France maritime, vol. 1, Paris, Postel, (lire en ligne), p. 358-360
  • Olivier Troude, Batailles navales de la France, vol. I, Paris, Prosper Levot,
  • (en) Joseph Allen, Battles of the British Navy : from A.D. 1000 to 1840, Bell & Daldy Publishing, (ASIN B00087UD9S)

Articles connexesModifier