Ouvrir le menu principal
Voilier bâbord amures. Il reçoit le vent de bâbord, de son côté gauche en regardant vers l'avant.
Point d'amure sur une voile latine.

L'amure (tack en anglais) possède deux définitions[1].

L'amure désigne d'abord un cordage fixé à une voile sur un point d'amure dans le coin inférieur avant d'une voile appelé guindant[2]. Comme l'écoute qui lui est symétriquement opposée, l'amure tend vers le bas le coin inférieur d'une basse voile (voile triangulaire, voile aurique, voile carrée) au pont ou au bout-dehors d'un navire à voiles[3].

En navigation l'amure désigne également la position d'un bateau par rapport au vent ou plus précisément le côté où les amures reçoivent le vent[4] : on dit bâbord amures quand le bateau reçoit le vent par bâbord (gauche) ou tribord amures quand il le reçoit par tribord (droite)[4].

Règles de navigationModifier

Cette notion est utilisée dans le règlement pour prévenir les abordages en mer (Colreg, règle 12) pour ce qui concerne deux voiliers recevant le vent de bord différents, se trouvant en route de collision. Le voilier tribord amures est alors en situation privilégiée par rapport au voilier bâbord amures.

Cette même règle amplifiée et précisée se retrouve dans les règles de régate, et fait l'objet de divers choix de tactique rapprochée, le bateau tribord amures imposant (souvent à grand cris de « Tribord ! Tribord ! ») sa priorité et s'assurant ainsi une avantageuse position de contrôle ou de marquage sur le voilier non prioritaire.

Position des amures dans les gréementsModifier

Dans les gréements à voile dans l'axe (voile bermudienne, voile houari, aurique, etc.) le point d'amure est donc, au bas de la voile, le point d'attache opposé au point d'écoute (et donc au pied du mât ou en abord) et également le cordage qui maintient ce point fixe.

« Amurer » consiste à amarrer une voile à son point d'amure[2] ou régler la position du point d'amure en fonction de la direction du vent[5], ce qui n'est possible qu'avec une voile carrée ou un spinnaker.

Notes et référencesModifier

  1. Guide des termes de marine (Chasse Marée, 1997), pages 62 et 91.
  2. a et b Guide des termes de marine (Chasse Marée, 1997), page 62.
  3. Petit dictionnaire de marine Grüss, 1943.
  4. a et b Guide des termes de marine (Chasse Marée, 1997), page 91.
  5. « Amurer », CNTRL [lire en ligne].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Parïs et De Bonnefoux, Dictionnaire de marine à voiles, Éditions du Layeur, 1999 (réédition d'un ouvrage du xixe siècle), 720 p.
  • Collectif, Guide des termes de marine : Petit dictionnaire thématique de marine, Le Chasse Marée - Armen, , 136 p. (ISBN 290370872X).
  • Georges Devillers, Manuel de matelotage et de voilerie à l'usage des marins professionnels et des plaisanciers, Éditions Maritimes et d'Outres-Mer (Paris), , 445 p.

Articles connexesModifier