Siège de Berg-op-Zoom (1747)

Siège de Berg-op-Zoom
Description de cette image, également commentée ci-après
Vue commentée du siège de la ville
Informations générales
Date 14 juillet au 16 septembre 1747[1]
Lieu Berg-op-Zoom, Pays-Bas
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Drapeau de la Grande-Bretagne. Grande-Bretagne
Drapeau du royaume de France Royaume de France
Commandants
Baron Isaac de CronströmLieutenant-général de Lowendal
Forces en présence
environ 10 000 hommesenviron 30 000 hommes
Pertes
8 000 morts ou blessés20 000 morts ou blessés

Guerre de Succession d'Autriche

Batailles

Campagnes italiennes
Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 51° 30′ 00″ nord, 4° 18′ 00″ est

Le siège de Berg-op-Zoom est l’un des derniers épisodes de la guerre de Succession d'Autriche au cours duquel une partie de l'armée française du maréchal de Saxe, commandée par le Lieutenant-général de Lowendal (futur maréchal), pénètre dans les Provinces-Unies, assiège et prend la ville de Berg-op-Zoom (Bergen-op-Zoom) en 1747.

Une place réputée imprenableModifier

Après la victoire de Lauffeld, le maréchal de Saxe détache une armée sous le commandement du lieutenant-général Ulrich Frédéric Woldemar de Lowendal, expert dans l'art des sièges, pour assiéger Berg-op-Zoom. Bien défendue par la nature, environnée de marécages insalubres et de terrains poldérisés facilement inondables, susceptible de recevoir des renforts et des approvisionnements par voie de mer, la place est réputée imprenable. Alexandre Farnèse en 1588, puis Spinola en 1622 y avaient échoué[1].

Au début du XVIIème siècle Berg-op-Zoom a reçu de nouvelles fortifications élevées par Menno van Coehoorn, le rival hollandais de Vauban[1]. Les forts de Moermont, Pinsen et Rowers forment désormais autour de la ville un immense camp retranché, et Coehoorn a même détourné des eaux de l’Escaut pour encercler la ville avec un bras du fleuve. Mais derrière son énorme fortification, la place ne possède ni seconde ligne, ni citadelle[1]. La garnison, au ordres du vieux baron Isaac de Cronström, est peu nombreuse[1]. Les Hollandais, cependant sont confiants car la place est proche des forces anglaises du duc de Cumberland et autrichiennes de Charles de Batthyany qui protègent Maastricht.

Le siège (14 juillet - 16 septembre)Modifier

 
Plan d’époque commenté, en hollandais, du siège de Berg-op-Zoom.

Lowendal dispose de 42 bataillons d’infanterie et de 70 escadrons de cavalerie, avec un bataillon du Royal-Artillerie[1]. Négligeant les ouvrages extérieurs, il investit la ville le 11 juillet et ouvre la tranchée dans la nuit du 14 au 15. Le siège s’annonce long. Maurice de Saxe envisage l’opération comme un moyen d’attirer Cumberland au secours de la place. Mais Cumberland, qui ne veut pas se dégarnir à l’Est, hésite, ce qui laisse tout son temps à Lowendal[1].

Au début du mois d’août les batteries françaises sont en place et la canonnade peut commencer[1]. Diverses escarmouches se produisent pendant que les ouvriers français posent des mines sous les redoutes, les lunettes et les bastions, contrés par les sapeurs hollandais et sous le feu des canons. Après un mois de siège, les Français accèdent au chemin couvert. Le siège est loin d'être terminé : les alliés possèdent encore une lunette dans le secteur concerné, et pas moins de 75 mines vont être creusées à l'entour.

Dans la nuit du 9 au , les assiégés font une sortie et marchent sur Wouw en plusieurs colonnes. La première, composée de cinq compagnies de grenadiers et de deux bataillons, arrive par la chaussée de Rosendael sur une redoute gardée par une compagnie de grenadiers du régiment de Montboissier, soutenue par le 2e bataillon du régiment de Montboissier et quelques Volontaires bretons. Vainement cette colonne s’acharne sur la redoute depuis une heure du matin jusqu'à quatre heures du soir. Tous ses efforts sont repoussés. Cent fusiliers du régiment de Montboissier, qui se trouvent dans une autre redoute avec les grenadiers du régiment d'Angoumois, y combattent avec beaucoup de valeur.

La dernière colonne, formée de quatre compagnies de grenadiers, de seize piquets anglais ou écossais et du régiment wallon de Cornabé, vient aussi se heurter quatre fois inutilement sur la redoute du chemin de Breda, défendue par 150 fusiliers des régiments de Montboissier et d'Angoumois. Une pièce de canon, que ces soldats ont mise en batterie sur la chaussée, oblige cette colonne à se retirer. Cest la seule tentative que font les Alliés pour contrarier le siège de Berg-op-Zoom. Ils y perdent 800 hommes.

Lorsque Cumberland décide d’envoyer Schwarzenberg et Saxe-Hildenburg à la tête d’une petite armée de secours, il est déjà trop tard. Le prince de Saxe-Hildenburg s’arrête à Steenbergen, et le prince de Schwarzenberg ne va pas plus loin que Bréda[1]. Dès lors, Berg-op-Zoom est condamnée. Lowendal, qui a fait creuser quatre parallèles pour s’approcher des fortifications s’est emparé des quatre lunettes qui défendent les deux bastions, Pucelle et Coehoorn, sur lesquels portent l’attaque principale[1]. Le temps presse aussi côté français car les pluies d’automne risquent d’inonder les ouvrages du siège.

Les lois de la guerre autorisent Isaac de Cronström à négocier sa reddition. Compte-tenu de sa belle résistance, il est assuré de pouvoir quitter la place avec les honneurs de la guerre, c’est à dire en sauvant ses hommes, ses drapeaux et tout ou partie de son armement. Mais le vieux chef (86 ans) s’y refuse[1]. Le 16 septembre 1747, le rempart est percé. « L’assaut en force qui suit l’ouverture de la brèche n’appartient plus aux usages de la guerre au XVIIIème siècle » (Jean-Pierre Bois)[1]. Les Français se déchaînent contre une place qu’ils ont assiégée pendant soixante-dix jours. La garnison est massacrée sans faire de quartier, et les soldats s’abandonnent au pillage de la ville qui était l’un des principaux entrepôts et arsenaux des Provinces-Unies[1]. La prise de Berg-op-Zoom coûte 20 000 morts ou blessés aux assiégeants et 8 000 aux assiégés.[réf. nécessaire]

Les suites de l’affaireModifier

Le butin est considérable, mais le massacre choque la cour à Versailles, autant que toute l’Europe[1]. La chute de la ville cause une querelle entre la Hollande et l'Angleterre car le gouvernement britannique a surestimé la capacité de résistance des Hollandais à l'invasion. Les Hollandais sont, eux, furieux que leurs alliés n'aient pas secouru la ville assiégée car ils étaient occupés par le maréchal de Saxe. La chute de cette ville ouvre les Pays-Bas et le Hanovre à l'invasion française.

Reste que ce succès français prépare la victoire finale[1]. Affaiblis et désormais avertis, les Hollandais s’engagent dès l’automne, comme les Anglais, dans des négociations de paix d’autant plus désirées que la pression militaire française va se maintenir l’année suivante (Maastricht va tomber en mai 1748) presque jusqu’à la signature de la paix d’Aix-la-Chapelle (qui va rendre Berg-op-Zoom à la Hollande)[2].

Quant à Lowendal, le maréchal de Saxe va habilement plaider sa cause auprès du roi : « Sire, il n'est pas de moyen terme, vous devez le pendre, ou le faire Maréchal de France. » Louis XV, reconnaissant ce qu’il lui doit, va lui accorder le bâton de maréchal, malgré les horreurs de la mise à sac[1]. Isaac de Cronström, qui a échappé au massacre, va être tenu pour responsable de la chute de la ville, mais ne sera pas condamné et décédera paisiblement sur ses terres quatre ans plus tard.

Culture populaireModifier

Le siège de Berg-op-Zoom de 1747 est raconté dans le roman de la série à succès Assassin's Creed: Forsaken. Il est par ailleurs mentionné dans un livre d’Antoine Blondin (Monsieur Jadis) dans lequel, répondant à un questionnaire de Proust, il indique que Berg-op-Zoom reste sa bataille préférée.

Galerie historiqueModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l m n o et p Jean-Pierre Bois, sous la direction de Garnier 2004, p. 143-144.
  2. Antoine 1989, p. 398-403, Zysberg 2002, p. 235-238.

Sources et bibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.