Claude Chirac

conseillère en communication, fille de Jacques Chirac

Claude Chirac
Illustration.
Fonctions
Conseillère départementale de la Corrèze
En fonction depuis le
(1 an, 1 mois et 13 jours)
Avec Julien Bounie
Élection 27 juin 2021
Circonscription Canton de Brive-la-Gaillarde-2
Prédécesseur Lilith Pittman
Présidente de la Fondation Chirac

(9 ans)
Prédécesseur Jacques Chirac
Successeur Dissolution de la fondation
Biographie
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité Française
Parti politique RPR puis UMP
Père Jacques Chirac
Mère Bernadette Chirac
Fratrie Laurence Chirac
Conjoints Philippe Habert (1992-1993)
Thierry Rey
Frédéric Salat-Baroux (depuis 2012)
Enfants Martin Chirac
Diplômée de Institut d'études politiques de Paris
Université Panthéon-Assas
Profession Conseillère en communication

Claude Chirac, née le à Paris, est une femme politique française. Elle est la fille cadette de Jacques Chirac et de Bernadette Chirac. Elle travaille comme conseillère en communication au profit de diverses sociétés. En juin 2021, elle est élue conseillère départementale de la Corrèze[1].

BiographieModifier

Avant 1989Modifier

Pendant son enfance, Claude Chirac voit peu son père qui est très occupé par ses fonctions politiques[2]. Elle étudie à l’Institution Sainte-Marie de Neuilly et à l’Institut de La Tour, dans le 16e arrondissement de Paris[3].

Après avoir préparé le concours d'entrée à Ipésup[4], elle intègre l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po) sans toutefois en obtenir le diplôme[5]. Claude Chirac poursuit alors des études d'économie à l'université Panthéon-Assas. En 1986, alors qu'elle est encore étudiante, elle est photographiée par une star de la photo de mode et pose dans le magazine Elle. En 1988, sous la houlette de Jean-Michel Goudard, elle entame chez Euro RSCG (futur Havas Worldwide) une carrière de chef de publicité[6].

Conseillère de son père (1989-2007)Modifier

En 1989, elle rejoint son père à sa permanence politique, et le conseille alors qu'il est à l'époque maire de Paris.

À partir de mai 1995, Claude Chirac est conseillère en « communication-opinion » de son père, devenu président de la République[7]. Elle était présente dans l'entourage du président lors de nombreuses manifestations, ainsi que dans divers déplacements officiels ou privés au cours desquels elle était fréquemment aperçue en train de téléphoner. Ses détracteurs ainsi que les caricaturistes l'ont souvent décrite comme ayant « le portable greffé à l'oreille ».

Elle semble avoir eu une influence importante sur le président de la République, notamment pour son apparence, ainsi que dans certains choix politiques. Certains lui ont prêté une part déterminante dans le choix des slogans sur la « fracture sociale », qui jouèrent un rôle non négligeable dans la victoire de son père en mai 1995. À la différence de sa mère Bernadette, née Chodron de Courcel et souvent vue comme la caution conservatrice et traditionnelle de l'électorat de Jacques Chirac, Claude Chirac semble avoir défendu des positions plus progressistes auprès de son père.

Retour au privéModifier

En 2007, Claude Chirac est nommée directrice de la communication PPR (qui deviendra Kering en 2013), fondé par François Pinault, un ami proche de Jacques Chirac[8]. Elle fait également partie du comité exécutif du groupe[9]. Elle quitte ce poste en 2010[10].

En 2012, elle devient présidente de la Fondation Chirac. Le 5 août 2021, un décret approuve les délibérations du 30 novembre 2020 par lesquelles le conseil d'administration de la fondation a décidé sa dissolution et la dévolution de son actif net la Fondation de l'Académie de médecine, et abroge le décret du 7 mars 2008 portant reconnaissance comme établissement d'utilité publique[11]. A la suite de cela, Claude Chirac devient membre du comité de gestion de l'Organisation PanAfricaine de Lutte pour la Santé[12].

Engagement en politiqueModifier

Comme son père, mais contrairement à sa mère, Bernadette Chirac, elle est un soutien de François Hollande pour l'élection présidentielle de 2012. Elle se rend au grand rassemblement du candidat socialiste le 15 avril 2012 devant le château de Vincennes[13].

Elle soutient Alain Juppé pour la primaire française de la droite et du centre de 2016[14].

Sur les terres familiales, elle s’engage pour la première fois dans une élection à l’occasion des départementales de 2021 dans la Corrèze en binôme avec Julien Bounie (LR), dans le canton de Brive-la-Gaillarde-2, là où sa mère est la suppléante de la conseillère départementale sortante, Lilith Pittman, depuis 2015[15]. Le binôme arrive largement en tête au premier tour avec 58,4 % des suffrages exprimés, mais la forte abstention ne lui permet pas d’être directement élu[note 1]. Au second tour, Claude Chirac et son colistier sont élus conseillers départementaux de la Corrèze avec 70,6 % des voix contre 29,4 % pour le binôme d'union de la gauche. Au soir de son élection, elle annonce sur l'antenne de France 3 Limousin qu'elle ne sera pas candidate pour une vice-présidence au conseil départemental[16].

Elle soutient Valérie Pecresse pour l'élection présidentielle française de 2022[17].

Vie privéeModifier

Claude Chirac a partagé pendant près de dix ans la vie de Vincent Lindon[18].

Elle se marie en 1992 avec le politologue Philippe Habert, maître de conférences à Sciences Po et directeur des études politiques du Figaro. Nicolas Sarkozy est son témoin de mariage. Habert meurt quelques mois plus tard, le [19].

À la suite d’une petite phrase de Bernadette Chirac au sujet de Nicolas Sarkozy (« Il a percé notre intimité »)[20], les biographes et journalistes lui ont prêté une liaison avec ce dernier ; afin de démentir des rumeurs, Claude Chirac indique dès 2004 : « Je n'ai jamais été sa maîtresse[21] ». Sarkozy l'appelait plutôt sa « petite sœur »[22].

Claude Chirac a été un temps la compagne du judoka français Thierry Rey, champion olympique, dont elle a eu un fils, Martin (nommé Martin Chirac à l'état civil, et portant à l'occasion le nom d'usage Rey-Chirac), né le . Quelques mois après la naissance de l'enfant, les premières photos du petit garçon font la une de Paris Match. On y voit le président poussant le landau de son petit-fils lors d'un séjour estival au fort de Brégançon. En 2017, L'Opinion révèle que Martin Chirac milite pour La République en marche, le parti d'Emmanuel Macron candidat à l'élection présidentielle de 2017[23].

En 2011, Claude Chirac se marie avec Frédéric Salat-Baroux, ancien secrétaire général de la présidence de la République[24].

DécorationModifier

Le , Claude Chirac est nommée au grade de chevalier dans l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de « vice-présidente d'une fondation, ancienne conseillère en communication ; 29 ans de services »[25].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les résultats du premier tour tiennent compte de l'abstention : il faut obtenir un nombre de suffrages au moins égal au quart du nombre des électeurs inscrits pour être directement élu et pas seulement la majorité absolue des suffrages exprimés (article L. 193 du Code électoral).

RéférencesModifier

  1. Vanessa Schneider et Solenn de Royer, « Claude Chirac, une vie derrière le père », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne  , consulté le )
  2. Prisma Média, « “Jacques Chirac papa plutôt sévère” selon sa fille Claude - Gala », sur Gala.fr (consulté le )
  3. François Dufay, Catherine Pégard et Sophie Lambroschini, « Le conseiller le plus proche du président», in lepoint.fr, 25 janvier 1997.
  4. « Ipésup truste les premières places », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Alumni Sciences Po, « Association des Sciences-Po - Annuaire », sur sciences-po.asso.fr (consulté le ).
  6. Anne Fulda, « Claude Chirac, du père à PPR », Le Figaro, 16 novembre 2007.
  7. Arrêté du 19 mai 1995 portant nomination à la présidence de la République, JORF no 118 du 20 mai 1995, p. 8447, NOR PREX9500830A, sur Légifrance.
  8. F.C., « Claude Chirac rejoint le groupe PPR », dans Le Figaro, 15 novembre 2007.
  9. AFP et Reuters, « Claude Chirac prend en charge la communication du groupe de François-Henri Pinault », dans Le Monde, 15 novembre 2007.
  10. « Claude Chirac quitte le groupe PPR », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. « Décret du 5 août 2021 approuvant la dissolution de la fondation reconnue d'utilité publique dite « Fondation Chirac », abrogeant le décret portant reconnaissance de cette fondation comme établissement d'utilité publique et approuvant le transfert de ses biens », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  12. « Nos équipes », sur OPALS (consulté le )
  13. A-Ch. D. (avec AFP), « Hirsch, Amara, Begag… Hollande engrange les soutiens », sur Le Journal du dimanche, (consulté le ).
  14. « Claude Chirac affiche son soutien à Alain Juppé », 5 novembre 2016.
  15. « Élections départementales : Claude Chirac sera candidate en Corrèze », sur RTL.fr, .
  16. Centre France, « Politique - Départementales : Claude Chirac largement élue à Brive a "une envie farouche de poursuivre" », sur lamontagne.fr, (consulté le ).
  17. Alexis Cuvillier et Anthony Audureau, « Présidentielle: Claude Chirac officialise son soutien à Valérie Pécresse », sur BFMTV, (consulté le )
  18. Rania Hoballah, « 5 choses que vous ne saviez pas sur Vincent Lindon », sur lci.fr, .
  19. F.G., « Veuve à 30 ans », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. Serge Raffy, La Guerre des Trois, Fayard, (lire en ligne), p. 37.
  21. Propos recueillis par la journaliste Béatrice Gurrey dans Le Rebelle et le Roi, Albin Michel, 2004, 237 p. (ISBN 2-226-15576-7), et cités par Franz-Olivier Giesbert dans La Tragédie du président : Scènes de la vie politique, 1986-2006, Flammarion, Paris, 2006, 414 p. (ISBN 2-08-068948-7), p. 56.
  22. « Sarkozy, cherchez le père… » sur lepoint.fr.
  23. « Où l'on apprend que le petit-fils de Jacques Chirac a rejoint Emmanuel Macron », L'Opinion, 13 mars 2017.
  24. « Paris : Bertrand Delanoë a marié Claude Chirac », Le Parisien, 11 février 2011.
  25. Décret du 14 avril 2017 portant promotion et nomination.

Voir aussiModifier

Dans la fictionModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier