Chems-Eddine Hafiz

Avocat franco-algérien, actuel recteur de la Grande Mosquée de Paris
Chems-Eddine Hafiz
Image dans Infobox.
Chems-Eddine Hafiz en 2017.
Fonction
Recteur de la grande mosquée de Paris
depuis le
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (68 ans)
AlgerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
Membre de
Distinctions

Chems-eddine Mohamed Hafiz, né le à Alger[1], est un avocat franco-algérien, recteur de la Grande mosquée de Paris depuis le 11 janvier 2020.

Il est membre de la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH)[2].

BiographieModifier

Le 17 mars 1986, Chems-eddine Hafiz devient avocat à la Cour d’Alger[3] et participe à la création de l’Union des jeunes avocats du barreau d’Alger.

Le 13 février 1991, il s’inscrit au barreau de Paris[2] et se spécialise à la fois dans le droit international des affaires notamment entre le Maghreb et les pays arabes et le droit pénal[4].

Il a plaidé aux assises. D’abord l’affaire Khouas[réf. nécessaire], du nom du jeune Mohamed Khouas, abattu le 5 mai 1996, par balle par deux frères, Eric et Yann Beaufrère au pied de son immeuble, cité des Chaillots, à Sens, dans l’Yonne. Il avait 19 ans et venait d’obtenir son baccalauréat[5]. Ensuite, l'affaire Sohane Benziane, du nom de la jeune fille découverte inanimée le 4 octobre 2002, gravement brûlée, dans un local à poubelles de la cité Balzac, à Vitry-sur-Seine dans le Val-de-Marne. Elle meurt à l’hôpital à tout juste 17 ans[6].

En 1998, il devient le conseiller de la Grande Mosquée de Paris[7] qu’il représente aux côtés du recteur Dalil Boubakeur à l’occasion de la « consultation » (Istichâra) lancée par le ministre de l’intérieur Jean-Pierre Chevènement[8].

En 2002, pour le compte de la Grande Mosquée de Paris, il assigne devant le tribunal de grande instance de Paris l’écrivain Michel Houellebecq pour « complicité de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes en raison de son appartenance à une religion » et « injure »[9]. L'écrivain est finalement relaxé[10].

En 2006, au côté de ses confrères Francis Szpiner et Christophe Bigot, il assigne l’hebdomadaire Charlie Hebdo qui a publié les caricatures de Mahomet parues dans le Jyllands-Posten et traitant de façon satirique le prophète de l’Islam[11]. Le journal est relaxé à la faveur du droit au blasphème, de la liberté d'expression et du droit à la satire[12].

Dans un article de presse paru le 4 septembre 2020, alors recteur de la mosquée de Paris il revient sur le procès en défendant la liberté d'expression et en expliquant la démarche de cette action en justice : « Notre action visait, avant toute chose, à couper l’herbe sous les pieds des milieux extrémistes et à canaliser le débat vers les prétoires afin qu’il n’ait pas lieu dans la rue. Implicitement, elle introduisait l’idée que nous étions tous des citoyens justiciables, aptes à poursuivre et susceptibles d’être poursuivis, car les tribunaux sont les lieux, par excellence, où se règlent les conflits et les différends. Notre action était celle de citoyens français qui voulaient user d’un droit constitutionnel »[13].

Vingt ans après les attentats du 11 septembre 2001, il publie Le Manifeste contre le terrorisme islamiste[14]. Ce livre, basé sur les arguments théologiques des imams de la Grande Mosquée de Paris, vise à contredire les thèses qui promeuvent l’amalgame entre l’ensemble des musulmans et les extrémistes, pour ainsi prendre à contre-pied les fatalistes qui estiment que la violence formerait l’ADN de la religion musulmane.

DistinctionsModifier

Vie associativeModifier

Chems-eddine Hafiz est président de l’association Vivre l’islam, producteur sur la chaîne France 2, tous les dimanche matin, de l’émission Islam.

En 2001, il crée au sein du barreau de Paris l’Association des avocats algériens de France qui regroupe des avocats originaires d’Algérie. En 2008, il en modifie la dénomination qui devient Association Euro-Maghreb des avocats de droit d’affaires (AEMADA). Il en est aujourd’hui le président d’honneur depuis 2013[19]. Il s'exprime régulièrement à propos de l’espace juridique algérien par l’intermédiaire de son blog, dédié à la commission Paris-Alger du barreau de Paris et de l’AEMADA[20]. Il est désigné en 2013 par l’ordre des avocats à la cour d’appel de Paris responsable de la commission internationale Paris-Alger[2].

À la suite des attentats du 13 novembre 2015 en France, il crée avec des avocats du barreau de Paris l’Association la fraternité du barreau de Paris, réunissant des avocats de diverses confessions[21]. Cette association a organisé des rencontres à la Mosquée de Paris, à la synagogue de la Victoire, à Notre-Dame de Paris et à l’Oratoire du Louvre[22].

En avril 2020, il co-fonde avec Xavier Emmanuelli l'association Les Vendredis de la Connaissance[23] dans le but d'organiser des universités populaires sur des enjeux de société et de religion[24].

Il préside l'association Les bâtisseurs des mosquées de France[25] qui a pour objet de rendre hommage et de faire connaître l'histoire de celles et ceux qui ont construit le patrimoine cultuel musulman de France.

Culte musulmanModifier

De mai 2003 à mars 2021, Chems-eddine Hafiz est membre du bureau exécutif de l’instance représentant le culte musulman : le Conseil français du culte musulman (CFCM). Il en est le vice-président de 2008 à 2021.

Il est membre de la commission de réflexion juridique sur les relations des cultes avec les pouvoirs publics, dite commission Machelon désigné par Nicolas Sarkozy, ministre d’État, ministre de l'Intérieur[26].

Il est membre fondateur de la Fondation pour les œuvres de l’Islam[27].

Il est également membre de la Conférence des responsables de culte en France (CRCF).

Le 11 janvier 2020, élu président de la Société des Habous et des Lieux Saints de l’Islam, dont il était le vice-président depuis 2001, il devient recteur de la Grande mosquée de Paris, en remplacement de Dalil Boubakeur qui a démissionné de ce poste[28].

Il est l'un des rédacteurs et des cinq signataires de la Charte des principes pour l'islam de France, présentée le 18 janvier 2021 au président de la République Emmanuel Macron[29].

Le 17 mars 2021, il annonce que la fédération de la Grande mosquée de Paris et trois autres fédérations fondatrices quittent le bureau exécutif du CFCM[30], pour former un nouvel organe de représentation de l'islam en France, "La Coordination"[31].

En avril 2021, il lance l'Observatoire des droits de la Grande Mosquée de Paris pour œuvrer sur les « grandes questions juridiques liées à la pratique de l’islam et à la vie sociale du musulman »[32] et, dans la continuité, signe un partenariat avec la Licra pour lutter contre le racisme antimusulman et pour l'accès universel au droit[33].

Mardi 4 mai 2021, il saisit en référé le Conseil d'État pour demander un aménagement exceptionnel du couvre-feu, alors en vigueur en France, permettant l'ouverture des lieux de culte musulman lors de la Nuit du Destin[34]. La demande est finalement rejetée au motif que l'impossibilité de se rendre dans un lieu de culte « ne porte pas une atteinte manifestement disproportionnée à la liberté de culte compte tenu de l’objectif de protection de la santé publique »[35].

PublicationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jeune Afrique, « Chems-Eddine Hafiz, vice-président CFCM », sur www.jeuneafrique.com,
  2. a b et c « Chems-Eddine HAFIZ », sur www.cncdh.fr (consulté le )
  3. Voir sur avocatparis.org.
  4. « HAFIZ Chems-eddine - Avocat à Paris | Profil Juridique Documentissime », sur avocat.documentissime.fr (consulté le )
  5. « Sur le lieu du crime, les jeunes de Sens crient justice pour Mohammed », sur L'Humanité, (consulté le )
  6. « Meurtre de Sohane :début du procès », sur L'Obs (consulté le )
  7. Voir sur blogavocat.fr.
  8. « MI organisation, place et financement de l'Islam en France : compte rendu de la semaine du 28 mars 2016 », sur www.senat.fr (consulté le )
  9. « Houellebecq : injure ou provocation ? », sur ladepeche.fr (consulté le )
  10. « Islam : Houellebecq relaxé », sur L'Obs (consulté le )
  11. « La Grande Mosquée de Paris justifie son procès contre "Charlie Hebdo" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « La confirmation de la relaxe de "Charlie Hebdo" requise dans l'affaire des caricatures de Mahomet », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Le recteur de la grande mosquée de Paris: «Que Charlie Hebdo continue d’écrire, de dessiner, d’user de son art et surtout de vivre» », sur LEFIGARO (consulté le )
  14. « Chems-Eddine Hafiz : « Nous, imams, n’avons pas peur des islamistes » », sur Le Point,
  15. Décret du 14 novembre 2012 portant promotion et nomination (lire en ligne)
  16. Décret du 14 novembre 2003 portant promotion et nomination (lire en ligne)
  17. « Décret du 13 juillet 2022 portant promotion et nomination dans l'ordre national de la Légion d'honneur », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  18. Décret du 13 juillet 2007.
  19. « Lefèvre Pelletier & associés (LPA) : deux associés et une collaboratrice senior au bureau d'Alger - LE MONDE DU DROIT : le magazine des professions juridiques », sur www.lemondedudroit.fr (consulté le )
  20. Voir sur blogavocat.fr.
  21. « Fraternité du Barerau de Paris », sur Ordre des avocats de Paris, (consulté le )
  22. « Groupe catholique du Palais : vos prochains rendez vous », sur Ordre des avocats de Paris, (consulté le )
  23. « Pic d'activité temporaire | Journal-officiel.gouv.fr », sur www.journal-officiel.gouv.fr (consulté le )
  24. « ENTRETIEN. Recteur de la Grande Mosquée de Paris : « Je prends souvent l’exemple de l’Algérie… » », sur TSA, (consulté le )
  25. « » Cérémonie d’hommage aux Bâtisseurs des mosquées de France », sur www.mosqueedeparis.net (consulté le )
  26. Voir sur vie-publique.fr.
  27. « Les collectivités territoriales et le financement des lieux de culte », sur www.senat.fr (consulté le )
  28. Par Le Parisien avec AFP Le 11 janvier 2020 à 15h16, « Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, démissionne », sur leparisien.fr, (consulté le )
  29. Par Marcelo Wesfreid Le 18 janvier 2021 à 15h30 et Modifié Le 18 Janvier 2021 À 20h37, « Charte des principes de l’islam : Emmanuel Macron obtient in extremis un «engagement clair, net et précis» », sur leparisien.fr, (consulté le )
  30. « Nouvelles dissensions au Conseil français du culte musulman avec le départ de quatre fédérations », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. Le Point magazine, « Islam : quatre fédérations annoncent créer une « coordination » », sur Le Point, (consulté le )
  32. « Chems-Eddine Hafiz : « En France, le régime de la liberté de religion, la laïcité, ne porte aucun frein à la pratique de l’islam » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  33. « La Grande mosquée de Paris et la Licra s’engagent pour l’antiracisme », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  34. « Le sort de la «nuit du destin» devant le Conseil d'État », sur LEFIGARO
  35. « Covid oblige, les mosquées ne pourront par ouvrir pour la «Nuit du Destin» », sur www.20minutes.fr

Lien externeModifier