Ouvrir le menu principal

Chavelot

commune française du département des Vosges

Chavelot
Chavelot
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Golbey
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Épinal
Maire
Mandat
Paul Raffel
2014-2020
Code postal 88150
Code commune 88099
Démographie
Gentilé Chavelotais, Chavelotaises
Population
municipale
1 413 hab. (2016 en diminution de 5,1 % par rapport à 2011)
Densité 229 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 14′ 03″ nord, 6° 26′ 18″ est
Altitude Min. 306 m
Max. 355 m
Superficie 6,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Chavelot

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Chavelot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chavelot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chavelot
Liens
Site web chavelot.fr

Chavelot est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Chavelotais.

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Situation géographique de Chavelot.

Chavelot est enserrée entre Golbey et Thaon-les-Vosges sur la rive gauche de la Moselle.

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 616 hectares dont 90 de forêts ; Chavelot est situé sur une colline et son altitude varie de 306 mètres à 355 mètres.

HydrographieModifier

L'espace compris entre la rivière et le canal de l'Est est une ballastière en fin d'exploitation, formant trois étangs. Le niveau d'eau est stabilisé par un barrage sur la Moselle autrefois destiné à alimenter la Blanchisserie et teinturerie de Thaon.

Chavelot fut dévasté à deux reprises par des crues de la Moselle. En 1590, la fonte des neiges a entraîné une montée des eaux submergeant le village ; lors de la décrue, la Moselle déplaça son lit.

Voies de communication et transportsModifier

L'agglomération se concentre entre le canal et la voie ferrée, le long de l'ancien tracé de la RN 57. Aujourd'hui, la nationale à 4 voies traverse la commune avec un échangeur au sud du village ouvrant vers l'ouest vosgien. Épinal est à 11 km au sud et Nancy à 64 km au nord.

ToponymieModifier

Selon toute vraisemblance mais sans certitude, l'origine du mot Chavelot viendrait de "sauve l'eau", en référence aux nombreuses crues de la Moselle qui ont anéanti le village à plusieurs reprises au fil des siècles. Les habitants devaient se "sauver de l'eau" avant qu'il ne soit trop tard[1].

HistoireModifier

PréhistoireModifier

En 1978, on a retrouvé des restes d'un atelier de taille de galets en quartzite installé par les hommes de Néandertal daté de 100 000 ans ans dans une carrière de sable utilisé pour la construction d'une voie rapide.

AntiquitéModifier

En l'an 58 av. J.-C., les Leuques demandèrent de l'aide à Jules César en vue de contrer une invasion germanique. César bat les Germains et s'approprie le territoire en incitant la fraternisation de ses légions avec les Leuques. Les Romains créèrent alors des voies stratégiques et commerciales qui permettaient le déplacement rapide des légions vers la Gaule belgique et le Rhin. Une d'elles passait au bas du coteau de Chavelot, parallèlement à la Moselle : celle de Bâle à Scarpone. Cet itinéraire, d'Épinal à Châtel-sur-Moselle, devint la route nationale 57. Elle fut aussi appelée "Route impériale"[2].

Ancien régimeModifier

Moyen ÂgeModifier

Vers la fin du XIIIe siècle, Chavelot fut victime de conflits entre les évêques de Metz et les Ducs de Bar et de Lorraine.

En effet, Guillaume de Trainel ayant des différends avec les ducs de Bar et de Lorraine se fit envahir son temporel en 1267. Les troupes de l'évêque prirent toutefois l'avantage et les ducs, lors de leur fuite, endommagèrent Chavelot et ses alentours. Par la suite, le successeur de Guillaume de Trainel, Laurent de Lichtenberg ayant refusé de payer les dettes de son prédécesseur, les troupes ducales traversèrent alors Chavelot afin d’assiéger Épinal. Laurent de Lichtenberg est fait prisonnier en 1272 et les vainqueurs ravagèrent les terres de son évêché dont Chavelot.

Par la suite, la première moité du XIVe siècle s'avère plus paisible jusqu’à la guerre de cent ans durant laquelle Chavelot sera le lieu de nombreux passages de troupes.

Temps modernesModifier

Chavelot est victime d'épidémies de peste et de disettes de 1504 à 1524.

L'église de Chavelot Saint-Èvre actuelle date de 1844, celle-ci remplace d'après d'anciens textes l'ancienne construite au VIe siècle par l'évêque de Toul[3].

Politique et administrationModifier

Budget et fiscalité 2014Modifier

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[4] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 512 000 , soit 984  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 415 000 , soit 921  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 381 000 , soit 248  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 218 000 , soit 142  par habitant ;
  • endettement : 1 300 000 , soit 846  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 7,03 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 6,80 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 15,08 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs depuis 1945[5]
Période Identité Étiquette Qualité
27 mai 1945 21 février 1970 Henri Boucher    
30 mai 1970 14 février 2001 Robert Bresson Apparenté PCF[6] Retraité de l'enseignement
Conseiller général du canton de Châtel-sur-Moselle (1973-1998)[6]
Décédé en cours de mandat[7]
mars 2001 En cours
(au 18 février 2015)
Paul Raffel    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2016, la commune comptait 1 413 habitants[Note 1], en diminution de 5,1 % par rapport à 2011 (Vosges : -2,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
261280284326297325325321329
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
3333263955626046478348331 112
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 1991 2851 2881 1931 1921 1191 3251 3081 234
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016 -
1 1781 5011 6201 4801 4931 4951 4791 413-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Chavelot possède une école maternelle, une école primaire[7], une école de musique et une école de basket.

Clubs sportifsModifier

  • Le Club Volley Loisir Détente de Chavelot.
  • Les centres sportifs junior et adolescent, actif durant les vacances scolaires, exceptée celle de Noël.

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église Saint-Èvre.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Un personnage peu connu de Chavelot est Charles Duhoux, né en 1686[14], régent d'école, descendant des familles Duhoux et Hennezel[15] dont les ancêtres auraient prétendument eu des racines chez les Mérovingiens. Il existe encore aujourd'hui dans le canton des descendants de ces familles[16] :
    • la famille Duhoux a donné de nombreux personnages historiques[17] qui ont combattu sur nombre de champs de bataille depuis 1322 ;
    • la famille de Hennezel est une famille de verriers, citée dans la Charte des verriers du .
  • Le plus célèbre des Chavelotais pendant la Révolution était Jean-Pierre Haustête[18], cultivateur et avocat. Il est né à Chavelot le . Avant la Révolution, il est cultivateur à Chavelot et avocat au Parlement. En , il est élu au conseil général du Département. À partir de juin 1790, il est juge de paix du canton de Domèvre-sur-Avière. En , il est élu commissaire pour le district d'Épinal, qui devait fournir 638 volontaires. Le , il est élu vice-président du Directoire du district d'Épinal. Il meurt à Épinal le à l'âge de 64 ans[7].
  • Alain Hazemann, peintre dont le sujet de prédilection est la colline de Sion[19].

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « CAUSONS-EN! », mensuel,‎ , p. 9
  2. Lukarlk8, « Histoire - Mairie Chavelot », Mairie Chavelot,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2017)
  3. Lukarlk8, « Patrimoine - Mairie Chavelot », Mairie Chavelot,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2017)
  4. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 19 avril 2019 sur l'Internet Archive)
  5. MairesGenWeb - La base de données des Maires de France
  6. a et b L'Humanité du 28/01/1992 : sans être encarté, Robert Bresson fut tête de liste PCF aux élections régionales de 1992.
  7. a b et c Site de l'école, visite du 18 juillet 2008
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. Monument aux morts
  13. Villes et Villages Fleuris
  14. Charles Duhoux
  15. Hennezel
  16. La Forêt de Darney, Professeur G. Ladaique, Colonel de Fulaine (décédé) conférences sur les ducs de Lorraine, Nobiliaire Universel de France 1815 Tome III
  17. Site généalogique
  18. Jean-Pierre Haustête
  19. Peinture sur le thème de la colline de Sion, Journal télévisé du 20 juillet 1996 - Art et culture