Ouvrir le menu principal

Golbey

commune française du département des Vosges

Golbey
Golbey
L'église Saint-Abdon-et-Sennen.
Blason de Golbey
Blason
Golbey
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Blason département fr Vosges.svg Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Golbey
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Épinal
(siège)
Maire
Mandat
Roger Alémani
2014-2020
Code postal 88190
Code commune 88209
Démographie
Gentilé Golbéens, Golbéennes
Population
municipale
8 606 hab. (2016 en augmentation de 4,37 % par rapport à 2011)
Densité 907 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 48″ nord, 6° 26′ 17″ est
Altitude Min. 313 m
Max. 386 m
Superficie 9,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Golbey

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Golbey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Golbey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Golbey
Liens
Site web golbey.fr

Golbey est une commune française située dans le département des Vosges, en Lorraine. La commune fait aujourd'hui partie de la région administrative Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Golbéens.

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Situation géographique de Fiménil.


              La commune est située au nord-ouest d'Épinal dont elle est limitrophe, implantée sur la rive gauche de la Moselle. Elle est traversée par le canal de l'Est qui s'oriente au sud-ouest vers Les Forges. La forêt de Souche-Thaon occupe l'ouest du territoire communal.

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Golbeium, Golbey, Gollebey, devenu Golbey[1]. Le nom de Golbey dériverait de « Goulle-Belle  » (la goulle désignant un étang).

HistoireModifier

Une occupation au Paléolithique et au Néolithique est confirmée par la découverte d'outillage dans cinq stations principales.

Selon les découvertes de pierres grossièrement taillées par de grands éclats, des chasseurs nomades ou peut-être des tribus entières se seraient fixées le long des berges de la Moselle près d’un gué, ainsi que sur les hauteurs proches.

De nombreux vestiges gallo-romains ont été exhumés du sol de Golbey. La présence romaine est attestée par la découverte de statuettes et de meule semblant démontrer que des habitats humains s’élevaient aux premiers siècles de notre ère et que Golbey serait donc plus ancien qu’Épinal.

Après avoir subi la grande peste ne compte plus que vingt-trois habitants seulement. En 1710, elle dépend du bailliage d’Épinal

En 1790, les provinces disparaissent tandis que les départements leur succèdent.

Pour former le département des Vosges, on réunit, une grande partie de l’ancienne province de Lorraine, la principauté de Salm et des territoires enlevés à l’Alsace, à la Franche-Comté, à la Champagne (province), et au Barrois. C’est ainsi que les Vosges se trouvèrent naturellement limitées par les départements de la Meuse, de la Meurthe-et-Moselle, du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, de la Haute-Saône et de la Haute-Marne.

Golbey, située aux abords du chef-lieu Épinal, se situe sur la rive gauche de la Moselle qui forme, en quelque sorte, un harmonieux trait d’union entre la partie « montagne » et la partie « plaine » du département.

En 1861, Golbey est un village de 600 habitants, aux activités essentiellement rurales.

En 1881, l’amorce d’industrialisation et surtout les travaux pour la voie ferrée de Mirecourt et le canal de l’Est, multiplient par deux la population qui atteint alors près de 1 200 habitants habitants.

En 1911, Golbey a encore gagné 3 000 habitants habitants et sa composition sociologique est bouleversée : il ne reste plus que 60 agriculteurs pour 1 000 ouvriers recensés constituant avec leurs familles l’essentiel d’une population de 4 178 habitants .

L’apparition au XIXe de nombreuses et importantes usines où le textile prédomine crée une concentration industrielle spectaculaire au début du XXe.

Au début de XXIe siècle, toutes les entreprises industrielles nées plus d’un siècle auparavant ont disparu mais une autre génération a remplacé la précédente dans les zones industrielles périphériques, confirmant la vocation industrielle de la cité[2].

Un bataillon du 17e régiment d'infanterie tient garnison à Golbey en 1914.

En juillet 1962 le commissaire de police Mathieu Rutali est abattu à Golbey par un gangster (Louis Philippe Guglielmi né le à Antibes, dangereux repris de justice évadé de la prison d’Aix-en Provence). La vingt-troisième promotion de commissaires de police issus de l'école nationale supérieure de la police, entrés en fonctions en 1973, porte son nom[3].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Budget et fiscalité 2014Modifier

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[4] :

  • total des produits de fonctionnement : 11 338 000 €, soit 1 353 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 8 667 000 €, soit 1 034 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 6 912 000 €, soit 825 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 8 437 000 €, soit 1 007 € par habitant ;
  • endettement : 12 000 €, soit 2 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 8,44 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 8,16 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 11,27 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des mairesModifier

Depuis 1953, cinq maires se sont succédé :

Liste des maires successifs depuis 1943
Période Identité Étiquette Qualité
1943 1953 Louis Meyer    
1953 1959 Maurice Nicolas    
1959 1971 Louis Meyer    
1971 mars 1977 Robert Cuny    
mars 1977 mai 2013
(décès)
Jean Alémani[7](1930-2013) PS[8] puis DVG Enseignant, ancien plâtrier-plaquiste
Conseiller régional de Lorraine (1986 → 1992)
Conseiller général du canton d'Épinal-Ouest (1976 → 1982)
Président de la CC puis CA d'Épinal-Golbey (1999 → 2012)
Président de la CA d'Épinal (2013)
juin 2013 En cours
(au 18 février 2015)
Roger Alémani (1957- )
Fils du précédent
DVG Cadre supérieur
1er vice-président de la CA d'Épinal

Politique environnementaleModifier

La commune a été récompensée par une fleur au palmarès 2007 du concours des villes et villages fleuris[9]

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2016, la commune comptait 8 606 habitants[Note 1], en augmentation de 4,37 % par rapport à 2011 (Vosges : -2,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
319375445514579576577603627
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
5856377821 1491 5201 5712 3112 6983 399
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
4 1784 8604 4854 9166 1365 1775 8826 5607 579
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016 -
8 4577 8227 8927 9297 9248 2308 5978 606-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

SportsModifier

  • Basket-ball (N1) : GET Vosges (Golbey-Épinal-Thaon, issu de l'Association Sportive Golbey-Épinal et de la fusion de Thaon les vosges)
  • Football (DH) : ES Golbey (Entente Sportive Golbéenne)
  • Course à pied et cyclosport : A.C Golbey, club faisant partie de l'organisme UFOLEP
  • Judo : JC Golbey
  • Pétanque Golbeenne
  • Tennis de table : la raquette golbéenne
  • Karate Kyokushinkai : Daishin Dojo Golbey

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Plusieurs monuments sont inscrits sur l'inventaire national du patrimoine culturel[14],[15],[16].

  • Église Saints-Abdon-et-Sennen, et son orgue construit par Henri Didier en 1893, reconstruit par Jacquot-Lavergne et agrandi par Gonzalez[17],[18],[19].
  • Le pont-canal de Golbey permet de rejoindre le port d'Épinal à partir du canal de l'Est.
  • Le fort de la Grande Haye construit de 1882 à 1884 au nord de Golbey et de la place forte d'Épinal est visitable à la belle saison.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
De sinople à la roue dentée d’argent, de huit dents, au chef d’or à la bande de gueules, chargées de trois sapins arrachés d’argent.
Commentaires : Composé par le Golbéen Louis Mathieu, le blason a été adopté le . Le vert rappelle les cultures traditionnelles de la cité et la roue dentée son industrialisation moderne. Le chef reprend les couleurs de la Lorraine et les trois sapins du département des Vosges.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Dictionnaire topographique du département des Vosges » (consulté le 20 mai 19)
  2. « Histoire », sur Mairie de Golbey (consulté le 20 juin 2019).
  3. D.d, « VOCE DI RUTALI....la suite: Biographie de Mathieu RUTALI... (envoi de Louis Giacomoni) », sur VOCE DI RUTALI....la suite, (consulté le 20 juin 2019).
  4. Les comptes de la commune.
  5. « Jean Alémani est mort », Vosges Matin, mis en ligne le 31 mai 2013.
  6. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'intérieur.
  7. Jean Alémani, né le , mort le [5], était maire depuis 1977. En mars 2008, la liste qu'il conduisait a obtenu 52,06 % des suffrages exprimés dès le premier tour[6]. Maire de Golbey depuis 37 ans, il avait également été conseiller général et régional. Il était également président de la communauté d’agglomération d’Épinal créée en 2012.
  8. Il quitte le Parti Socialiste en 1992.
  9. Source : Villes et Villages Fleuris.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. Le patrimoine architectural et mobilier de la commune sur le site officiel du Ministère français de la Culture (Bases Mérimée, Palissy, Palissy, Mémoire, ArchiDoc), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (archives photographiques) diffusion RMN, et service régional de l'inventaire général de la Région Lorraine.
  15. Le fort de la Grande Haye.
  16. Le magasin à poudre de la Louvroie.
  17. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 320 à 322
  18. Inventaire de l'orgue
  19. orgue de l'église Saint Abdon et Saint Sennen.
  20. Musée départemental d'art ancien et contemporain.
  21. Joseph Claudel : Biographie vosgienne, Dictionnaire des Vosgiens célèbres.
  22. Roger Armbruster, Artiste peintre, dessinateur en architecture, et passionné pour l'archéologie et la préhistoire.
  23. Joseph Haustête, ecclésiastique, Semaine religieuse du diocèse de Saint-Dié.
  24. Colonel Demange.
  25. Marcel Beldicot, sportif cycliste lorrain, L'Est républicain.
  26. Souvenirs d'enfance de Nicolas Mathieu, entretien avec Céline Duchemin, Vosges Matin, 2 novembre 2018
  27. Pierre Assouline, « Nicolas Mathieu en proie à l’effroyable douceur d’appartenir », La République des livres, 8 novembre 2018.