Chaspuzac

commune française du département de la Haute-Loire

Chaspuzac est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région d'Auvergne-Rhône-Alpes. Ses habitants s'appellent les chaspuzacois.[1]

Chaspuzac
Chaspuzac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Michel Joubert
2020-2026
Code postal 43320
Code commune 43062
Démographie
Population
municipale
806 hab. (2019 en augmentation de 10,71 % par rapport à 2013)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 09″ nord, 3° 44′ 59″ est
Altitude Min. 818 m
Max. 964 m
Superficie 9,77 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Le Puy-en-Velay
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Paulien
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Chaspuzac
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Chaspuzac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chaspuzac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chaspuzac

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune de Chaspuzac se trouve dans l'ouest du département de la Haute-Loire[2], en région Auvergne-Rhône-Alpes[I 1].

Elle se situe à 12 km par la route[Note 1] à l'ouest de sa préfecture le Puy-en-Velay[3] et à 11 km au sud-ouest de Saint-Paulien[4], bureau centralisateur du canton de Saint-Paulien dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[I 1].

Communes proches et limitrophesModifier

Les communes les plus proches[Note 2] sont[5] : Loudes (2,2 km), Sanssac-l'Église (3,0 km), Saint-Vidal (4,1 km), Saint-Jean-de-Nay (4,1 km), Vergezac (4,2 km), Borne (5,3 km), Vazeilles-Limandre (6,4 km), Bains (6,8 km).

Communes limitrophes de Chaspuzac
Loudes
Saint-Jean-de-Nay   Saint-Vidal
Vergezac Sanssac-l'Église
 
Carte de la commune avec localisation de la mairie.

HydrographieModifier

Le Say, affluent de la Freycenette et sous-affluent de la Borne, marque la limite de commune avec Saint-Jean-de-Nay au sud-ouest et à l'ouest, et avec Loudes au nord-ouest. Un de ses affluents (sans nom) de rive droite (côté est) traverse la commune en passant par Mauriac au sud-ouest, puis à l'ouest de Chaspuzac. La Combe, autre affluent du Say, traverse également la commune dans la même direction sud-ouest / nord-est, passant à l'est de Chaspuzac puis au Masson et au moulin de Borie[2].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Chaspuzac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[6],[I 2],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Puy-en-Velay, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 59 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 3],[I 4].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (93,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (39,2 %), terres arables (37,1 %), prairies (8,9 %), zones urbanisées (6,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,6 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Lieux-dits, villages, écartsModifier

Les villages, écarts, lieux-dits : Aérodrome, Fontannes, les Jointes, Mauriac, les Ternes.

Habitat et logementModifier

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 356, alors qu'il était de 335 en 2013 et de 276 en 2008[I 5].

Parmi ces logements, 85,1 % étaient des résidences principales, 11,5 % des résidences secondaires et 3,4 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 96,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 2,8 % des appartements[I 6].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Chaspuzac en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (11,5 %) inférieure à celle du département (16,1 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 80,9 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (77,5 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 7].

Le logement à Chaspuzac en 2018.
Typologie Chaspuzac[I 5] Haute-Loire[I 8] France entière[I 9]
Résidences principales (en %) 85,1 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 11,5 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 3,4 12,4 8,2

ToponymieModifier

Le mot patois chap (tsap) « sommet, promontoire » apparaît le plus souvent sous les formes féminines chape, chappe, chapuse, voire chapelle, sans pour autant que cela désigne un petit édifice religieux. La présence du suffixe -acum invite à penser qu'il s'agit du nom d'un domaine gaulois ou gallo-romain, « le domaine du promontoire » qui s'appliquerait particulièrement bien au site de la Garde de Chaspuzac où ont été découverts des vestiges de cette époque.

HistoireModifier

Une voie antique nommée la Bolène traverse le territoire de la commune, reliant Lyon à l'Aquitaine et à Bordeaux[9]. Elle vient de Saint-Paulien et longe partiellement la limite communale à l'est du territoire, puis poursuit sa route vers le sud. Peu avant 1864, Auguste Aymard a trouvé une borne milliaire originellement située sur le trajet de cette voie, au hameau de Fontanes[9] à l'est du bourg[10].

Une autre voie antique venant aussi de Saint-Paulien semble traverser le territoire communal dans un axe sud-ouest selon les recherches de Jean-René Mestre[11].

Politique et administrationModifier

Découpage territorialModifier

La commune de Chaspuzac est membre de la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay[I 10], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Le Puy-en-Velay. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[12].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement du Puy-en-Velay, au département de la Haute-Loire, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 10].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Saint-Paulien pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 10], et de la deuxième circonscription de la Haute-Loire pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[13].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 En cours
(au 27 août 2014)
Michel Joubert[14] DVD
puis NC-Les Centristes
Conseiller général
Vice-président du conseil général
Président de la communauté d'agglomération

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2019, la commune comptait 806 habitants[Note 5], en augmentation de 10,71 % par rapport à 2013 (Haute-Loire : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
405304377518491497476483477
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
522566516472537495544552542
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
526549546505469435407371378
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
357326306338480521616643728
2018 2019 - - - - - - -
784806-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,8 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 18,9 % la même année, alors qu'il est de 31,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 396 hommes pour 388 femmes, soit un taux de 50,51 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (49,13 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,3 
1,0 
75-89 ans
4,1 
17,7 
60-74 ans
14,4 
21,7 
45-59 ans
19,3 
22,0 
30-44 ans
23,7 
12,9 
15-29 ans
13,9 
24,5 
0-14 ans
24,2 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2018 en pourcentage[I 12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,4 
75-89 ans
11,6 
19,7 
60-74 ans
19,6 
21,6 
45-59 ans
20,5 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,3 
15-29 ans
13,4 
17,4 
0-14 ans
16,1 

ÉconomieModifier

RevenusModifier

En 2018, la commune compte 316 ménages fiscaux[Note 6], regroupant 827 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 21 450 [I 13] (20 800  dans le département[I 14]).

EmploiModifier

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 15] 3 % 6,6 % 5,2 %
Département[I 16] 6,3 % 7,7 % 7,7 %
France entière[I 17] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 496 personnes, parmi lesquelles on compte 81,5 % d'actifs (76,2 % ayant un emploi et 5,2 % de chômeurs) et 18,5 % d'inactifs[Note 7],[I 15]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction du Puy-en-Velay, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 2],[I 18]. Elle compte 693 emplois en 2018, contre 293 en 2013 et 260 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 381, soit un indicateur de concentration d'emploi de 182 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 68,6 %[I 19].

Sur ces 381 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 78 travaillent dans la commune, soit 21 % des habitants[I 20]. Pour se rendre au travail, 89,5 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 0,5 % les transports en commun, 3,7 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 6,3 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 21].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Église Saint-Barthélémy classée aux monuments historiques depuis le 16 septembre 1907[19] : une toute petite église, avec une nef à deux travées, qui renferme un vrai trésor : des peintures du XIIIe siècle redécouvertes lors d'une restauration en 1994.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  6. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  7. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

RéférencesModifier

Site de l'InseeModifier

  1. a et b « Métadonnées de la commune de Chaspuzac », sur insee.fr (consulté en ).
  2. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  5. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Chaspuzac » (consulté le ).
  6. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Chaspuzac - Section LOG T2 » (consulté le ).
  7. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Chaspuzac - Section LOG T7 » (consulté le ).
  8. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  9. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  10. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Chaspuzac » (consulté le ).
  11. « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Chaspuzac (43062) », (consulté le ).
  12. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Loire (43) », (consulté le ).
  13. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Chaspuzac » (consulté le ).
  14. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  15. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Chaspuzac » (consulté le ).
  16. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  17. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  19. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Chaspuzac » (consulté le ).
  20. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  21. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sourcesModifier

  1. « Le nom des habitants du 43 - Haute-Loire - Habitants », sur www.habitants.fr (consulté le ).
  2. a et b « Chaspuzac, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques » et « Hydrographie » activées. Les distances à vol d'oiseau se mesurent avec l'outil « Mesurer une distance » dans l'onglet « Outils cartographiques » à droite (symbole de petite clé plate).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Chaspuzac et Le Puy-en-Velay », sur distance.to (consulté en ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Chaspuzac et Saint-Paulien », sur fr.distance.to (consulté en ).
  5. « Communes les plus proches de Chaspuzac », sur villorama.com (consulté en ).
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. a et b [Dacko & Lamoine 2010] Marion Dacko et Laurent Lamoine, « Redécouverte d’un milliaire romain. La borne de Chaspuzac (Haute-Loire), cité des Vellaves (province d’Aquitaine) » (validation du passage de la voie Bolène et des travaux du IIIe siècle sur la voie), Revue archéologique du Centre de la France, t. 49,‎ , paragr. 1 (lire en ligne [sur journals.openedition.org], consulté en ).
  10. « Chaspuzac, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques » et « Hydrographie » activées. Les distances à vol d'oiseau se mesurent avec l'outil « Mesurer une distance » dans l'onglet « Outils cartographiques » à droite (symbole de petite clé plate).
  11. Jean-René Mestre, Prospection thématique concernant la voie romaine Lyon-Rodez dans la traversée du Velay occidental (Haute-Loire) : rapport au 1er décembre 1991.
  12. « communauté d'agglomération du Puy-en-Velay - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  13. « Découpage électoral de la Haute-Loire (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  14. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 27 août 2014).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. « Église Saint-Barthélemy », notice no PA00092647, base Mérimée, ministère français de la Culture consultée le 19 avril 2012

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :