Ouvrir le menu principal

Chandelier

objet dont la fonction est de servir de support à des bougies ou chandelles
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir chandelier (homonymie).
Un chandelier ou candélabre à trois branches en bronze.

Un chandelier est un objet qui sert de support à des chandelles, des cierges ou des bougies.

Chandelier désigne également un métier, c'est-à-dire la personne qui fabrique et vend des chandelles de suif.

Sommaire

NomModifier

 
Chandelier en bronze, Ve s. av. JC., antiquité étrusque, Musée du Louvre

« Chandelier » est un terme qui apparaît en 1294[1] mais il signifie alors autre chose que de nos jours[2]. À l'époque médiévale, l'ustensile destiné à recevoir des chandelles (lat. candela)[3],[4],[5] se dit chandelis, et le fabricant de chandelles s'appelle chandillon, chandelon, chandillier ou chandilleur[6].

Il est à remarquer que « chandelier » et « candélabre » possèdent la même étymologie[1].

Deux hommes parurent, l'un tenant une chandelle qu'il fourra dans un chandelier de fer fixé à la muraille... (Charles Dickens, Oliver Twist, 1837)

De nos jours, on utilise parfois « chandelier » pour « candélabre » et même pour « lustre » suspendu[1] - l'usage en est possible car le mot « chandelier » est générique - « candélabre » et « lustre » ont, quant à eux, des sens spécifiques.

Le plafond, ...du milieu duquel pendait un immense chandelier vénitien... (E. Bourges, Le Crépuscule des dieux, 1884, p. 102).

Description et désignationModifier

 
Hannoukia, Europe du Nord, 1808

On distingue le chandelier à verge (pique-cierge) du chandelier à bobèche. Pour l'un, on fiche le cierge sur une pointe, pour l'autre, on place la base de la bougie[7] ou de la chandelle dans un petit vase qui la maintient[8].

Un chandelier peut porter une ou plusieurs bougies. Quand un chandelier à pied comporte plusieurs branches portant des bougies, on peut le nommer « candélabre » - ce terme étant plus approprié.

Au XVIIIe siècle, on appelait souvent « flambeau »[9] le chandelier à pied de qualité portant une bougie de cire d'abeille. Ces flambeaux, quand ils sont l'ouvrage de grands orfèvres ou de grands bronziers, sont des objets d'art à part entière[10] et ils se trouvent exposés dans les plus grands musées[11] au même titre que les peintures et les sculptures[12].

L'un des principaux symboles du judaïsme est le chandelier à sept branches appelé « menorah » (« de la flamme ») dont la description se trouve dans le livre de l'Exode (25:31-40)[13]. Le chandelier à neuf branches est quant à lui appelé « hanoukkia » et sert au culte lors de Hanoucca, la « fête des lumières » célébrée en hiver par les Juifs[14].

Il est abusif de nommer « bougeoir » un chandelier à balustre, qui porte une bougie en hauteur. Un bougeoir est un chandelier bas comportant un petit vase porte-bougie directement fixé sur un petit plateau[15], qui se transporte au moyen d'un manche ou d'un anneau avec poucier ; c'est habituellement un chandelier de table de nuit[16].

ChandelleModifier

La chandelle est une sorte de bougie[7] grasse fabriquée avec du suif par le chandelier qui transforme en combustible des graisses animales en les fondant, clarifiant, épurant puis en les moulant, le tout pour un faible coût[17],[6].

Cette chandelle en suif et plus tard, au XIXe siècle, la bougie stéarique inventée par le chimiste Eugène Chevreul, ont été des moyens d'éclairage communs et relativement peu onéreux.

Tout au contraire, la bougie de cire d'abeille purifiée, beaucoup plus coûteuse, est longtemps restée l'apanage « de l'autel et du Louvre »[18], c'est-à-dire de l'église, du roi et des plus riches : elle donne un meilleur éclairage, brûle plus lentement et ne dégage pas d'odeur désagréable. La cire d'abeille employée pour ces chandelles est parfois à distinguer de la cire utilisée pour les lettres et les sceaux composée d'une gomme laque fondue et colorée appelée « cire du Portugal »[6].

La chandelle de suif est fabriquée par un chandelier quand la bougie en cire est fabriquée par un cirier[6].

FormesModifier

 
Chandelier en métal, église de Malchow (Allemagne)

À partir du Moyen Âge, les chandeliers élaborés - qu'ils soient laïcs ou religieux - prennent souvent des formes en ronde-bosse de type anthropomorphe, zoomorphe, voire fantastique[12]. Ceux d’église portent parfois des dragons qui sont un symbole de la victoire de la lumière sur l’esprit des ténèbres.

MatériauxModifier

Le métal (alliages cuivre, argent, étain, fer blanc), la céramique (faïence et porcelaine[12]), le bois (chandeliers de Bagard[19]) et même le verre et le cristal[20] sont employés dans la fabrication des chandeliers. Du XIIIe au XIVe siècle, l’émaillerie limousine produit de remarquables chandeliers champlevés[21]. Plus rarement, d'autres matériaux peuvent s'y allier comme le marbre pour le socle des chandeliers sur pied.

Mode d'éclairageModifier

Au XIXe siècle, chandeliers et bougies sont d'abord concurrencés par les lampes à huile techniques à cheminée de verre (lampes d'Argand, lampes Carcel[22]), puis par les lampes à pétrole, enfin par l'éclairage au gaz de ville. Au XXe siècle, avec l'arrivée progressive de la « fée électricité » dans les habitations, ces divers moyens d'éclairage vont définitivement céder la place aux lampes électriques à filament incandescent, plus propres, plus lumineuses et moins dangereuses.

De nos jours, les chandeliers, le plus souvent en métal, sont encore utilisés dans les régions où l'électricité n'est pas ou peu présente ainsi que dans la plupart des lieux de culte, où leur fonction spirituelle de « porteurs de lumière » demeure.

Certains chandeliers anciens sont convertis en lampes électriques. Ces transformations sont réalisées pour des raisons esthétiques mais aussi afin de rester en accord décoratif avec un mobilier d'époque.

 
Girandole française en bronze doré, cristal, porphyre et marbre, XIXe s.

GirandoleModifier

La girandole appartient au genre des chandeliers et à l'espèce des candélabres.

À la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, c'est un chandelier à pied comportant plusieurs branches disposées en pyramide, ordinairement garnies de cristaux ou de fleurs de porcelaine. Ce type de girandole accompagne le plus souvent des lustres dont elles sont la répétition lumineuse et décorative.

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les girandoles peuvent aussi se présenter avec des branches simplement dorées disposées en bouquet. Elles sont alors montées sur un trumeau, dans un vase, ou, elles sont encore portées par une statuette[23].

Selon leur importance, les girandoles peuvent être placées en applique contre les glaces, sur les cheminées, ou encore sur une table, un buffet, un guéridon, ou sur une torchère[24],[25].

Enfin, on nomme aussi parfois « girandole », un accessoire amovible du chandelier comportant deux ou plusieurs branches[26]. Il s'agit alors d'un « bouquet » de lumières placé dans la bobèche du chandelier. Il est à noter que cet accessoire transforme un simple chandelier à pied en candélabre.

Chandeliers à « faire binet »Modifier

 
Chandeliers à faire binet

il s'agit d'un type de chandelier où le binet est considéré comme un fond de chandelier réglable. C'est un chandelier à système qui permet de brûler la chandelle jusqu’au bout en la repoussant vers le haut du chandelier[27]. Au XIXe siècle, la locution « faire binet » tombe en désuétude ; elle survit néanmoins aujourd'hui dans l'expression « Faire des économies de bout de chandelles ».

On distingue :

  • Le chandelier à binet tournant sur une rampe hélicoïdale. C'est le plus rustique et le plus ancien. Il est constitué d'un fer forgé enroulé en spirale. Le fond du chandelier monte par rotation d'une prise dans une gorge en hélice laissée libre. Ce type de chandelier est parfois dit « queue de cochon » par les antiquaires.
  • Le chandelier à binet coulissant. Il est composé de tôle étamée ou de laiton. Le fond du chandelier monte en coulissant une prise dans une fente verticale ouverte dans le fût[28].
  • Le chandelier à binet repoussé par un ressort. Il s'agit là d'un luminaire technique de scène de théâtre en fer laqué comportant un petit réflecteur étamé en demi-lune et d'un ressort grâce auxquels la flamme peut toujours rester à hauteur pour éclairer convenablement en direction de la scène. Ce type de chandelier deviendra ensuite très commun en tant que luminaire de lanterne de fiacre.

Chandeliers murauxModifier

 
Chandelier mural (aujourd'hui électrifié), XIXe s., théâtre Bamberg

Le terme « applique », utilisé en tant que substantif pour désigner un chandelier mural, est d'un usage relativement récent ; il n'apparaît qu'au XIXe siècle[29]. Aux XVIIe et au XVIIIe siècles, on distingue deux sortes de chandeliers muraux que l'on nomme respectivement « bras »[30] et « plaques »[31]. Les uns se rapportent à l'usage ancien des bras anthropomorphes sortant de la muraille et portant un luminaire[32] tandis que les autres sont des chandeliers muraux comportant une surface réfléchissante.

Au XVe siècle, les bras de lumière sont très souvent de simples chandeliers de fer forgé accrochés et souvent articulés au mur ou sur la plate-bande de la hotte de la cheminée[33]. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, ces bras de lumière se font en bronze doré et ils sont fixés sur un support réduit surmonté d'attributs, très souvent un pot à feu.

Du XVe au XVIIe siècles, les plaques, d'abord en métal poli - les plus belles d'argent - deviennent au XVIIIe siècle des miroirs de dimension modeste encadrés de bois doré chantourné. Au bas de ces miroirs, sur un fleuron ou un mascaron, se trouve fixé un chandelier à une ou plusieurs branches, en fer ou en bois doré, destiné à porter les bougies qui se refléteront dans la glace[34].

Chandeliers suspendusModifier

 
Chandelier suspendu, XIXe s., Musée de Capodimonte, Naples

Les chandeliers suspendus[35] ne sont devenus des « lustres » qu'au XVIIe siècle, quand est venue la mode de les garnir de cristaux pour qu'ils réfléchissent la lumière par réflexion et par réfraction[36]. Ce sont en effet ces pendeloques de cristal, taillées en facettes, qui donnent le « lustre », c'est-à-dire le brillant et l'éclat, au chandelier suspendu[37].

Le mot, par glissement, désignera bientôt le luminaire lui-même[38]. Dans un premier temps, ces chandeliers particulièrement luxueux sont garnis de cristaux de quartz transparent (cristal de roche) ; on les monta ensuite avec des verres riches en plomb plus économiques (cristal de verrier).

Avant qu'apparaissent ces « lustres », les chandeliers accrochés au plafond et donnant un éclairage zénithal, restent de simples chandeliers à plusieurs lumières. D'abord peu courants en dehors des lieux de culte[39], ils deviennent plus fréquents chez les particuliers à la fin du Moyen-Âge.

 
Lustre en couronnes à chandelles, XVIe s., mosquée Süleymaniye, Istanbul

Aux XIVe et XVe siècles, pour éclairer les grandes salles des maisons et des châteaux, il existe des chandeliers suspendus prenant la forme d'une croix de bois. On les nomme alors croisées[40] ou croisels[41] ; ce sont les plus simples et ils portent en général quatre lumières[42].

D'autres chandeliers sont en fer forgé quelquefois doré, et ils ont très souvent la forme d'une couronne[40],[43], quelquefois à cercles multiples et concentriques. Ce type de chandelier suspendu peut alors porter un nombre considérable de lumières.

 
Chandelier hollandais, XVIIIe s.
 
Lustre contemporain à massacre

Né au Moyen Âge, le chandelier vernaculaire « à massacre » est un éclairage dont les pays germaniques font grand usage à partir de la Renaissance[44]. Il s'agit là d'un chandelier suspendu à sculpture (figure humaine ou animal fantastique) d'où sortent des bois de cerf ou d'élan. Le plus souvent, ce sont les bois qui portent les lumières[45].

Aux XVe et XVIe siècles, le chandelier suspendu dit « flamand » est à la mode. De laiton ou de bronze fourbi (poli) pour refléter la lumière, il devient d'usage relativement courant dans les maisons bourgeoises. Ces chandeliers sont le plus souvent décorés de branches découpées en fleurs et d'une figurine ou d'un zoomorphe au point d'attache[46].

 
Chandelier à pampilles de cristal de 1763, Londres (Grande Bretagne)

Au début du XVIIe siècle, les Provinces Unies diffusent dans une grande partie de l'Europe un modèle de chandelier suspendu à larges branches raccordées sur des éléments tournés en sphère et en toupie en métal. La lumière se reflète sur les surfaces courbes en laiton poli[47].

Dans la deuxième part de ce siècle, l'apparition du mot « lustre » permettra de désigner dès lors, et souvent rétrospectivement, tous les « chandeliers suspendus ».

Galerie d'imagesModifier

Girandole en usage à partir du XVIIe siècle. 
Branches avec leurs bobèches
Chandelier « Dauphin » par la cristallerie de Portieux. 
Chandeliers pisciformes en verre, 1845-65. 
Chandelier en forme de chien,1800. 
Chandelier en céramique, XIXe siècle

RéférencesModifier

  1. a b et c « CHANDELIER : Définition de CHANDELIER », sur www.cnrtl.fr (consulté le 16 février 2019)
  2. Frédéric Godefroy, Lexique de l'Ancien Français, Paris, 1971. « Chandelier » : Fête de la chandeleur / Officier préposé au soin des luminaires / Serf qui paye sa redevance en cire / Personne qui travaille à la chandelle.
  3. "Ustensile, instrument qui sert à mettre des chandelles, des cierges, ou des bougies pour éclairer." Dictionnaire de Trévoux, 1771, op. cit.
  4. Dom Robert Le Gall, Dictionnaire de Liturgie, Ed. CLD, Paris, 2001, (ISBN 2-85443-135-9)
  5. « CHANDELLE : Etymologie de CHANDELLE », sur www.cnrtl.fr (consulté le 16 février 2019)
  6. a b c et d Francis Renout, « Le cirier et le chandelier - Cercle Généalogique du Pays de Caux - Seine-Maritime », sur www.geneacaux.net, (consulté le 16 février 2019)
  7. a et b Le mot « bougie » apparaît au XVIe s. et provient de la ville de Bougie (Béjaïa) en Algérie d'où l'on importait la cire pour cierge. « Métiers d'autrefois », op. cit. Lire en ligne
  8. Article « Chandelier », Encyclopédie Diderot-d'Alembert, op. cit.
  9. B. Disdier Defaÿ, op.cit., Flambeau : p. 16. Terminologie, p.68 et Annexes/Nomenclature, p.13. Lire en ligne.
  10. 60 Planches d'Orfèvrerie de la Collection de Paul Eudel. Op.cit. Flambeau, pp. 83-101 et p. 57. Lire en ligne
  11. Exemple : Chandelier de Meissonnier au Musée des Arts Décoratifs à Paris. Lire en ligne
  12. a b et c « Chandelier », sur Petit Palais, (consulté le 16 février 2019)
  13. « Sefarim.fr : la Bible en hébreu, en français et en anglais dans la traduction du Rabbinat avec le commentaire de Rachi », sur www.sefarim.fr (consulté le 16 février 2019)
  14. « Guide pratique de Hanouka », sur www.massorti.com (consulté le 16 février 2019)
  15. Op.cit. Collection Paul Eudel. Bougeoir. Voir en ligne
  16. B. Disdier Defaÿ, op.cit., Bougeoir. Terminologie p. 65 et Annexes/Nomenclature, p. 5.
  17. B. Disdier Defaÿ, op.cit., « Chandelle ». Terminologie p. 66 et Annexes/Nomenclature p. 12. / Duhamel du Monceau. Art du chandelier et art du cirier, 1762.
  18. Jean de La Bruyère, Les Caractères, "De la Ville", 22.
  19. B. Deloche et P. Boucaud, opus cité, « Flambeaux de Bagard à Nancy (bois de Sainte Lucie) », pp.113-114.
  20. Encyclopédie de Diderot-d'Alembert, opus cité, article « Chandelier » : "Il y en a de bois, de terre, de fayence, de verre, de porcelaine, d'étain, de cuivre, d'argent, et d'or".
  21. « Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France », 1976, Séance du 13 octobre, Marie-Madeleine Gauthier, Les Inscriptions des émaux champlevés limousins du XIIème au XIVème siècles : essai de classement chronologique.
  22. Argand et Carcel, du nom des inventeurs ou des fabricants de ces lampes.
  23. « Déjà depuis longtemps, on ne garnit plus les cheminées que de girandoles. (...) Elles ne sont plus, comme autrefois, de cristal, attachées contre les glaces, et scintillantes aux yeux ; elles sont de cuivre doré d'or moulu, elles sont mises sur pieds, dans des vases de marbre noir, ou bleu, ou vert antique, (...) ou sur des colonnes, etc. » in Henry d'Allemagne, Histoire du luminaire depuis l'époque romaine jusqu'au XIXe siècle. Op.cité. p. 366 [lire en ligne]
  24. B. Disdier Defaÿ, op.cit., Terminologie p. 77 et Annexes/Nomenclature p. 15 / Furetière, op. cit.. Article « Girandole » : "Chandelier composé de plusieurs branches et bassinets, qui aboutit en pointe, et qui a un pied servant à le poser sur des buffets ou de hauts gueridons. Il est ordinairement garni de plusieurs morceaux de cristal."/ Henry R. d'Allemagne, op. cit., « Histoire du luminaire... », p. 366 / Musée du Château de Versailles, Dossier pédagogique enseignant « Les Grands Appartements », Salon de Mercure, p. 15 et Salon d'Apollon, p. 17. Article « Guéridon », p. 18
  25. Une torchère est un grand vase métallique dans lequel brûle une matière combustible pour produire de la lumière (torchère de la flamme olympique). Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les torchères sont de grands guéridons de bois doré qui portent en hauteur un luminaire amovible qui peut être un gros flambeau de cire à plusieurs mèches semblable à une grosse bougie ou un grand candélabre à plusieurs lumières (Salon Apollon du château de Versailles). Parfois, souvenir de l'époque médiévale, les torchères sont fixées en console sur les murs et ont alors souvent la forme d'une grosse corne à enroulement. Plus près de nous, la torchère, avec l'arrivée du gaz et de l'électricité, est devenue un lampadaire d'une seule pièce. Comme par le passé, elle continue d'éclairer de grandes salles.
  26. Il s'agit d'« un flambeau d'argent à girandoles, à deux branches, dans le goût le plus nouveau; (...) extrêmement riche en ciselure et en gravure. » in Henry d'Allemagne, op. cit., p. 366 [lire en ligne]
  27. « Faire binet » signifiait : lever un bout de chandelle sur le haut du chandelier, afin qu'il se consume tout à fait. « C'est un avare qui a donné le bal, où les bougies étaient si courtes, qu'il a fallu faire binet. » (Furetière. 1690)
  28. Le principe du binet à coulisse est longuement expliqué dans l'Encyclopédie Diderot-d'Alembert (1751-1772). Article « Chandelier », rubrique « Chandeliers d'ateliers »
  29. Littré, 1872, article « Applique » : "Plaque de métal qu'on accroche au mur et qui porte des flambeaux ; on dit aussi : bras"
  30. Furetière, op. cit., 1701 article « Bras » : "On appelle bras, les chandeliers qu'on applique contre les murailles, qui ont la figure d'un bras".
  31. Furetière, op. cit., 1690, article « Plaque » : "Se dit d'une pièce d'argenterie ouvragée, au bas de laquelle il y a un chandelier qu'on met dans les chambres pour les parer et les éclairer. On avait autrefois des plaques d'argent magnifiques, mais l'usage en est presque perdu. On faisait aussi des plaques avec des glaces de miroirs."
  32. Alberti Dictionnaire Français-Italien, 1796. "Bras, certains chandeliers qu'on attache à une muraille, cause que d'abord ils avaient la figure d'un bras. Ventral."
  33. Rogier van der Weyden, v. 1440, Annonciation, panneau central d'un triptyque, Musée du Louvre (et) atelier de Robert Campin, v. 1425, Annonciation, retable de Mérode, Metropolitan Museum of Art.
  34. B. Disdier Defaÿ, op.cit., Terminologie p. 66, Tableaux 36 et 28.
  35. H.-R. d'Allemagne, op. cit., p. 293 : « Le mot lustre n'a été employé que très tard (...). Dans les anciens inventaires, le lustre est désigné simplement par le mot chandelier et il a porté ce nom jusqu'au XVIIIe siècle (...). »
  36. Christian Huyghens, 1690, Traité de la lumière, où sont expliquées les causes de ce qui luy arrive dans la reflexion et dans la refraction (...)
  37. Op. cit. Alberti, 1796, article « Lustre » : "L'éclat que l'on donne à une chose, soit en la polissant, soit en employant quelque eau, quelque composition (...)
  38. Furetière. 1690. Lustre : "Chandelier de cristal qu'on suspend au plancher (...)
  39. H. R. d'Allemagne, op. cit., p. 63, Deuxième partie du VIe au XIe siècles, « Couronne de lumières (D'après une fresque de l'église Saint Laurent, à Rome) ».
  40. a et b Grand Larousse Encyclopédique, 1962, article (Encycl.) « Lustre » : "Le lustre fut, au Moyen-Âge, désigné sous les noms de "croisée"
  41. Frédéric Godefroy, Lexique de l'Ancien Français, 1971, article « Croisel » p. 113.
  42. King René's tournament Book, 1460, (en.m.wikipedia.org)
  43. Couronne de lumière. Cf. La Fleur des histoires, Tome I, de Jean Mansel, 1454. (Gallica BnF : Ms-5087 réserve Folio 221v.)
  44. Ce type de chandelier existait dès la fin du Moyen-Âge. Op cit. Henry-René d'Allemagne, pp. 149 & 199.
  45. Lucas Cranach l'Ancien, Le Cardinal Albrecht de Brandenburg en tant que Saint Jérôme, 1526, (wikipaintings.org) (et) Veit Stoss d'après un dessin d'Albrecht Dürer, Chandelier avec dragon et bois de renne, Nuremberg, (commons.wikimedia.org)
  46. Jan van Eyck, Portrait des Arnolfini, National Gallery, Londres, 1434
  47. Jan Vermeer, L'Art de la Peinture, 1666-1667, Gemäldegalerie, Musée d'Histoire de l'Art de Vienne

BibliographieModifier

Bibliographie du luminaireModifier

Iconographie du chandelierModifier

PériodiquesModifier

  • Philippe Boucaud, Paire de flambeaux dits "Mestiers", L'Estampille, mars 1985, N° 179, pp. 65 à 66.
  • Philippe Boucaud et Bernard Deloche, Le flambeau de table, L'Estampille-L'Objet d'Art, septembre 1985, N° 185, p. 53.
  • Peter Fuhring, Les deux girandoles d'or de Louis XV par Thomas Germain, chef d'oeuvre du rococo, « Revue de l'art », N° 95, 1992.
  • Pierre Kjellberg, Les qualités du flambeau Louis XV appréciées d'après les dessins des meilleures ornemanistes du temps, « Connaissance des Arts », novembre 1967, pp. 112 à 119.

Dictionnaires & EncyclopédieModifier


Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier