Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Les Caractères

livre de Jean de La Bruyère
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caractère.
Ne doit pas être confondu avec Les Caractères (Théophraste).

Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle est une œuvre écrite par Jean de La Bruyère et dont la première édition paraît en 1688.

Sommaire

Présentation des CaractèresModifier

La Bruyère a travaillé pendant dix-sept ans avant de publier ce recueil de 420 « remarques », sous forme de maximes, de réflexions et de portraits, présenté comme une simple continuation des Caractères du philosophe grec Théophraste, qu'il traduit en tête de l'ouvrage[1]. L'auteur aurait commencé la rédaction de cet ouvrage dès 1670[2], et il est mort en 1696 après l'avoir revu et corrigé pour une neuvième et dernière édition, posthume celle-là. Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle sont ainsi passés de 420 « remarques » en 1688, à 1120 en 1694[3]. C'est donc l'œuvre de toute une vie, en même temps que la seule œuvre que La Bruyère ait publiée[1].

Dans la préface, l'auteur explique le choix qui a été le sien d'écrire des fragments ou « remarques » :

« Ce ne sont point des maximes que j'aie voulu écrire, [...] l'usage veut qu'à la manière des oracles elles soient courtes et concises ; quelques-unes de ces remarques le sont, quelques autres sont plus étendues : on pense les choses d'une manière différente, et on les explique par un tour aussi tout différent. »

À la variété de la réalité humaine et sociale observée, répond donc la variété de la forme qui en rend compte[2].

L'auteur affiche sa préférence pour les Anciens dans son livre, à commencer par l'épigraphe en latin d'Érasme. En effet, il dit traduire seulement du grec l'œuvre de Théophraste. En se plaçant ainsi directement et ouvertement dans la lignée de ce philosophe de l'Antiquité, il souligne sa fidélité à la tradition des philosophes moraux[4]. Mais en même temps, à la fin du Discours sur Théophraste, il revendique son originalité en parlant de « nouveaux Caractères[5] » ; ce terme d’« originalité » doit se comprendre à la fois « comme retour aux origines et comme instauration d'une nouvelle origine », ainsi que le fait observer très justement Emmanuel Bury[6]. Ce recueil de caractères connaît un vif succès et Jean de La Bruyère de son vivant fait paraître huit éditions de son ouvrage, enrichies de nombreuses additions au fur et à mesure des éditions. Le succès de l’œuvre est dû à sa qualité, notamment à l'originalité surprenante de sa structure, à son style brillant, mais aussi à la vérité de la peinture des mœurs contemporaines : elle reflète les maux sociaux et culturels, et sait faire la critique de l'importance de la mode.

Jean de La Bruyère disait faire des remarques sur la société qui l'entourait, c'est-à-dire la cour où il était au service du Duc de Condé, comme précepteur de son fils. En effet, il dit que « le philosophe consume sa vie à observer les hommes ». « Je rends au public ce qu'il m'a prêté ; j'ai emprunté de lui la matière de cet ouvrage[...] », tels sont les premiers mots de la préface : c'est ce qu'il nomme un portrait d'après nature. Il veut associer le plaire et l'instruire : « on ne doit parler, on ne doit écrire que pour l'instruction; et s'il arrive que l'on plaise, il ne faut pas néanmoins s'en repentir, si cela sert à insinuer et à faire recevoir les vérités qui doivent instruire. » Ainsi il s'efface volontairement dans son œuvre pour décrire objectivement sa société ; mais le « je » de La Bruyère perce souvent sous le masque du moraliste.

Cette œuvre compte 1200 éléments (maximes, réflexions, portraits...) qui prennent place dans 16 chapitres.

Titre des chapitres
Numéro Intitulé Nombre d’éléments
1 Des Ouvrages de l’Esprit 69
2 Du Mérite Personnel 44
3 Des Femmes 81
4 Du Cœur 85
5 De la Société et de la Conversation 83
6 Des Biens de Fortune 83
7 De la Ville 22
8 De la Cour 101
9 Des Grands 56
10 Du souverain ou de la République 35
11 De l’Homme 158
12 Des Jugements 119
13 De la Mode 31
14 De Quelques Usages 73
15 De la Chaire 30
16 Des Esprits Forts 50

JugementsModifier

  • En 1701, Bonaventure d'Argonne, dit Vigneul-Marville, consacre à l'œuvre une étude : Sentiments critiques sur Les Caractères de monsieur de La Bruyère. Elle est considérée comme injuste[7].
  • André Gide écrit en 1926 : « Je relis Les Caractères de La Bruyère. Si claire est l'eau de ces bassins, qu'il faut se pencher longtemps au-dessus pour en comprendre la profondeur[8]. »

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Emmanuel Bury 2004, p. 9.
  2. a et b Emmanuel Bury 2004, p. 14.
  3. Emmanuel Bury 2004, p. 21.
  4. Emmanuel Bury 2004, p. 18.
  5. Emmanuel Bury 2004, p. 72.
  6. Emmanuel Bury 2004, p. 19.
  7. Jean-Chrétien-Ferdinand Hœfer (dir.), « Argonne (Noël, dit Bonaventure d') », Nouvelle Biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à 1850-1860, Copenhague, Rosenkilde et Bagger, 1964, t. III-IV, p. 134.
  8. André Gide, Journal : 1889-1939, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, 1951, p. 826, à la date du .

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :