Ouvrir le menu principal

Gabriel Huquier

graveur, éditeur et marchand d'estampes français
Gabriel Huquier
Jean-Baptiste Perronneau - Portrait of Gabriel Huquier (detail) - WGA17214.jpg
Portrait de Gabriel Huquier (détail). Pastel sur papier bleu de Perronneau (1747).
Naissance
Décès
(à 77 ans)
Paris
Nationalité
Française
Activité
Enfant

Gabriel Huquier, né le à Orléans et mort le à Paris, est un graveur, éditeur et marchand d'estampe parisien.

BiographieModifier

Marchand d’estampes établi rue Saint-Jacques, Huquier se distinguait surtout par ses profondes connaissances dans les arts et l’usage qu’il en faisait. Figure centrale de la production de gravures ornementales au XVIIIe siècle, il a joué un rôle important dans la conception et l’ornement de style rocaille. Ses interprétations et ses adaptations des œuvres de Watteau ont fait de ses gravures la source principale de diffusion des œuvres de Watteau à son époque.

On a de lui un grand nombre de gravures à l’eau-forte, d’après Jacques de Lajoue, François Boucher, Gilles-Marie Oppenord, Juste-Aurèle Meissonnier, Alexis Peyrotte, Nicolas Pineau et beaucoup d’autres maitres français de l’époque.

Possédant une nombreuse collection de dessins et d’estampes, ses portefeuilles étaient ouverts, certains jours de la semaine, à tous les artistes et amateurs qui se présentaient. Ses collections ont été dispersées à trois grandes ventes aux enchères, en 1761 à Amsterdam, en 1771 à Paris et, après sa mort, à Paris en 1772.

Également graveur, éditeur et marchand d’estampes, son fils, Jacques-Gabriel Huquier épouse Anne-Louise Chéreau, fille du graveur Jacques Chéreau le 30 novembre 1758[1]. Jacques-Gabriel Huquier a quitté la France pour l'Angleterre[2] en laissant femme et enfants. Il a gravé des sujets dans le même genre que son père et de nombreuses vues de villes.

ŒuvresModifier

Gravures d’après Watteau.
  • Les cinq Sens de nature, 5 pièces in-fol.
  • Les jardins de Cythère, et ceux de Bacchus, 2 pièces in-fol.
  • Le Temple de Diane, et celui de Neptune, 2 pièces in-fol.
  • Apollon Chasseur, et Diane Chasseresse, 2 pièces in-fol.
  • Le Berger empressé, et le Jardinier fidèle, 2 pièces in-fol.
  • Le Repos gracieux, et l’Amusement, 2 pièces in-fol.
  • L’Heureuse Rencontre, et la Danse bachique, 2-pièces gr. in-fol.
  • Le Berceau, et le Théâtre, 2 pièces gr. in-fol.
  • L’innocent Badinage, et les Plaisirs de la jeunesse, 2 pièces in-fol.
  • Le Triomphe de Galathée, et le Berger surpris par un orage, 2 pièces in-fol.
  • L’Empereur de la Chine, et Divinité chinoise, 2 pièces in-fol.
  • Les Quatre Saisons, figurées par des PastoraIes, 4 pièces gr. in-fol.
  • Les Quatre Élémens, 4 feuilles, chacune avec son intitulé, gr. in-fol.
  • Livre nouveau de divers Trophées, inventés par Watteau, 12 feuilles in-fol.
Gravures d’après Boucher
  • Deux livres d’Études, chacun de 4 feuilles.
  • Un livre de Figures académiques, 12 pièces in-fol.
  • Quatre livres de divers Sujets et de Pastorales, 24 pièces.
  • Un livre de Vases, 12 feuilles.
  • Un livre d’Écrans, 12 feuilles.
  • Nouveau livre de Figures, 9 pièces gr. in-4 to.
  • Suite de Figures chinoises pour le vernis, I4pièces.
  • Les Quatre Elémens, en figures chinoises, 4 pièces.
  • Les cinq Sens de nature, dont le Toucher deux fois, 6 pièces.
  • grande Pastorale, gr. in-fol.
  • Deux Pastorales d’enfans, avec ornemens, 2 pièces.
  • La Danse chinoise, et la Foire chinoise, 2 pièces.
  • La Mère chinoise avec trois Enfans, et l’Empereur chinois donnant audience, 2 pièces.
  • Deux Pastorales dans de grands cartouches, 2 feuilles gr. in-fol. en t.
  • Cartouche, où se voit un globe, avec Apollon et la Vérité.
Estampes
  • Une collection de 600 vases en 108 feuilles, composées et gravées pour les manufactures de porcelaine, les modeleurs, les orfèvres et autres artistes.
  • Une collection d’ornements, dans laquelle il a fait entrer les Groupes et les Vases de fleurs de Battiste.
  • Comme Suite de cette Collection, il a donné en deux cahiers, chacun de 12 feuilles, des fleurs composées et des oiseaux de la Chine.
  • Iconologies, où sont représentés les Vertus, les Vices, les Arts et les Divinités mythologiques, en 216 feuilles.
  • Collection de diverses Figures antiques; d’après les dessins d’Oppenord.
  • Gilles-Marie Oppenort, Écuyer, Directeur général des bâtiments et jardins du Duc d’Orléans, Régent de France. G. M. Openort inv. Huquier sc. aq. forti. gr. in-fol.
  • Douze planches d’animaux, gravées à l’eau-forte par Dunker, terminées au burin par Huquier.
  • 1e Suite. Recueil de petites figures, gravées d'après les dessins des plus habilles Maitres, propres à différents usages, gravées à l'eau-forte par Dunker, terminées par Huquier

Notes et référencesModifier

  1. Henri Herluison, Artistes orléanais, Orléans, H.Herluison, , p. 87-91
  2. Maxime Préaud, Pierre Casselle, Marianne Grivel, Dictionnaire des éditeurs d'estampes à Paris sous l'Ancien Régime, Paris, Promodis, , p. 166

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Joseph-François Michaud, Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne ou, Histoire, par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, vol. 20, Paris, Michaud frères, 1858, p. 189.
  • Désiré Guilmard, Les Maîtres ornemanistes, Paris, Plon & Cie, 1880.
  • Maxime Préaud, Pierre Casselle, Marianne Grivel, Corinne Le Bitouzé, Dictionnaire des éditeurs d'estampes à Paris sous l'Ancien Régime, Paris, Promodis, 1987.
  • Simon Jervis, « Huquier's second livre » in J. Paul Getty Museum Journal, vol.14, 1986, p. 113-120.
  • Martin Eidelberg, « Gabriel Huquier: friend or foe of Watteau » in Print's collector Newsletter XV/5, novembre-décembre 1984, p. 157-164.
  • Martin Eidelberg, « Huquier in the guise of Watteau » in On paper I, novembre-décembre 1996, p. 28-32.
  • Jean-François Bédard, « Prints by Huquier after Oppenord's Decorated Ripa » in Print Quarterly, XXIX, no 1, 2012, p. 37-43.
  • Katia Gmar, « Gabriel Huquier et la gravure d'ornement » in Recherches en Histoire de l'art, 5, 2006, p. 63-76.

Liens externesModifier