Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Championnat d'Europe des pilotes

Compétition automobile
Championnat d'Europe des pilotes
Généralités
Sport Grand Prix automobile
Création 1931
Disparition 1939
Organisateur(s) Association Internationale des Automobile Clubs Reconnus (AIACR)
Éditions 7
Catégorie Formule Grand Prix
Type / Format Coupe d'Europe
Périodicité Annuel (interrompu en 1933 et en 1934)
Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Allemagne Hermann Paul Müller (non attribué)
Plus titré(s) Drapeau : Allemagne Rudolf Caracciola (3 titres)
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la dernière compétition voir :
Grands Prix automobiles de la saison 1939

Le Championnat d'Europe des pilotes est une compétition automobile organisée entre 1931 et 1939 avec une interruption de deux ans en 1933 et 1934. Elle était alors l'équivalent de la Formule 1. Les pilotes concourraient dans les épreuves les plus prestigieuses de l'époque (même si d'autres courses appelées Grandes Épreuves ne comptaient parfois pas dans le championnat). Disputé, mais interrompu par la Seconde Guerre mondiale en 1939, aucun champion n'a été désigné pour la saison.

Le championnat était organisé par l'Association Internationale des Automobile Clubs Reconnus (AIACR), l'ancêtre de la Fédération internationale de l'automobile qui est aujourd'hui la principale organisation dans le monde du sport automobile. Le championnat inaugural comportait trois épreuves : Italie, France et Belgique.

Sommaire

Voitures et technologiesModifier

 
Une des Mercedes-Benz W125 engagée en 1937 (ici pilotée par Hermann Lang).

Les saisons 1931 et 1932 se disputaient selon les règles de la Formule Libre imposant un poids minimum de 900 kg[1].

En 1934, l'AIACR modifie le règlement en fixant un poids maximum de 750 kg[2]. En 1933, le nouveau Chancelier du Reich Adolf Hitler avait promis une prime de 450 000 Reichsmark aux constructeur automobiles allemands qui s'investiraient en course.

La prime est partagée entre Daimler-Benz AG et la nouvellement formée Auto Union AG.

RèglementationsModifier

Les saisons 1931 et 1932 ont été disputées selon la règlementation de la Formule Libre, avec un poids minimum pour la voiture de 900 kg[1]. Elles voient s'imposer Ferdinando Minoia en 1931 sans qu'il ait remporté de course et Tazio Nuvolari en 1932.

En 1934, l'AIACR introduit une limite de poids maximal de 750 kg pour les voitures de Grand Prix[2]. En 1933, le nouveau chancelier Adolf Hitler avait annoncé qu'il donnerait une prime de 450 000 Reichsmark à chaque entreprise allemande qui construirait des voitures de Grand Prix. Finalement, la subvention a été répartie entre les soumissionnaires, Mercedes-Benz et la nouvellement formée Auto Union[2]. Mercedes-Benz est déjà présente en Grand Prix avec sa SSKL tandis qu'Auto Union doit reprendre le projet P-Wagen de Ferdinand Porsche en mettant le moteur en position centrale pour construire sa première monoplace, la Type A. Les deux constructeurs allemands s'engagent et imposent la domination des Flèches d'Argent, remportant presque toutes les courses[2]. Outre Mercedes-Benz et Auto Union, d'autres constructeurs sont présents Alfa Romeo représenté par la Scuderia Ferrari, Maserati et Bugatti entre autres.

Le premier championnat après l'interruption de deux ans est remporté par l'allemand Rudolf Caracciola sur Mercedes-Benz. Ce dernier est mis en échec par son compatriote Bernd Rosemeyer, le talentueux pilote Auto Union en 1936. Après une lutte acharnée en 1937, Caracciola reprend le titre.

La Formule 750 kg reste en vigueur jusqu'à la fin du saison 1937. Les Flèches d'Argent développent alors près de 600 ch, deux fois plus que ce que les organisateurs croyaient possibles à cause de la limite de poids. Pour remédier à cela, la règlementation change en 1938, les épreuves se courant désormais selon la règlementation de la Formule 3/4,5 litres. Les voitures dotées d'un moteur atmosphérique devant avoir une cylindrée comprise entre 1 000 et 4 500 cm3 tandis que les voitures dotées d'un moteur suralimenté doivent avoir une cylindrée comprise entre 666 et 3 000 cm3[3]. De plus, les voitures doivent peser entre 400 et 850 kg, toutefois, le poids minimal de la voiture dépendait de la cylindrée du moteur[3].

Le changement de règlementation touche particulièrement les écuries allemandes qui se trouvent obligées de concevoir de nouvelles monoplaces conformes. Sur sa nouvelle W154, Caracciola signe un doublé en remportant le championnat 1938. Toutefois, en 1939, le championnat est interrompu par la guerre ne sacrant aucun pilote.

ControversesModifier

 
Hermann Lang, finissant second aux points du championnat 1939 est déclaré vainqueur par Adolf Hühnlein, le président du NSKK.

À la fin de la saison 1938, le représentant de la Belgique, M. Langlois demanda à l'AIACR de mettre en place un nouveau système d'attribution des points pour l'année suivante[4]. Malgré plusieurs mois passés par Langlois à tenter de faire accepter sa proposition il n'y a aucune preuve qu'elle ait été acceptée[4].

En 1939, la Seconde Guerre mondiale éclate et l'AIACR ne peut publier les résultats officiels du championnat[5]. Hermann Lang est déclaré vainqueur par le Korpsführer Adolf Hühnlein, président du NSKK (la plus importante autorité en matière de sport automobile en Allemagne) et de l'Oberste Nationale Sportbehörde für die Deutsche Kraftfahrt.

Hühnlein déclare dans le Völkischer Beobachter, le journal officiel du parti nazi[4], que Lang est devenu champion, terminant la saison avec 23 points[4] ; ce qui entre en conflit avec le système officiel d'attribution des points. Le champion aurait dû être Hermann Paul Müller.

ClassementsModifier

Système de pointsModifier

Contrairement au système actuel de classement par points en Formule 1, le Championnat d'Europe des pilotes distribue les points en tant que "sanction", récompensant la régularité. Le champion est le pilote qui a inscrit le minimum de points au cours de la saison. Le vainqueur reçoit un point, le second deux, le troisième trois, les pilotes suivant reçoivent leurs points au prorata de la distance qu'ils ont parcouru.

Ne pas s'engager dans une épreuve, se retirer de la liste de départ avant le début de la course ou être disqualifié coûte huit points. Les pilotes ne marquent des points que sur la voiture avec laquelle ils s'élancent depuis la grille de départ. En 1931, les copilotes étaient éligibles au système des points. Mais dès 1932, les copilotes n'inscrivent de point qu'avec la voiture sur laquelle ils prennent le départ.

Résultat 1er 2e 3e + de 75 % 50 % à 75 % 25 % à 50 % – de 25 % Dsq Np
Points 1 2 3 4 5 6 7 8 8

PalmarèsModifier

Saison Champion Écurie Victoires Poles Meilleurs tours Podiums Points Marge (pts)
1931   Ferdinando Minoia Alfa Romeo 0 0 0 2 9 0
1932   Tazio Nuvolari Alfa Romeo 2 0 2 3 4 4
1935   Rudolf Caracciola Mercedes-Benz 4 1 1 5 17 5
1936   Bernd Rosemeyer Auto Union 3 1 3 3 10 5
1937   Rudolf Caracciola Mercedes-Benz 3 3 2 4 13 2
1938   Rudolf Caracciola Mercedes-Benz 1 0 0 4 8 7
1939   Hermann Paul Müller (non décerné) Auto Union 1 0 0 2 12 2

Épreuves des saisons de Grands PrixModifier

Grands Prix de la saison 1931Modifier

Résultats des Grands Prix de la saison 1931[6]
no  Date Grand Prix Circuit Vainqueurs Châssis Pole position Record du tour Résumé
1 24 mai   Grand Prix d'Italie Monza   Giuseppe Campari
  Tazio Nuvolari
Alfa Romeo   Giuseppe Campari   Giuseppe Campari Résumé
2 21 juin   Grand Prix de l'ACF Montlhéry   Louis Chiron
  Achille Varzi
Bugatti   William Scott
  S. Armstrong-Payne
  Luigi Fagioli Résumé
3 12 juillet   Grand Prix de Belgique Spa   William Grover-Williams
  Caberto Conelli
Bugatti   Albert Divo
  Guy Bouriat
  Louis Chiron Résumé

Grands Prix de la saison 1932Modifier

Résultats des Grands Prix de la saison 1932[7]
no  Date Grand Prix Circuit Vainqueur Châssis Pole position Record du tour Résumé
4 5 juin   Grand Prix d'Italie Monza   Tazio Nuvolari Alfa Romeo   Baconin Borzacchini   Tazio Nuvolari Résumé
5 3 juillet   Grand Prix de l'ACF Reims   Tazio Nuvolari Alfa Romeo   Jean Gaupillat   Tazio Nuvolari Résumé
6 17 juillet   Grand Prix d'Allemagne Nürburgring   Rudolf Caracciola Alfa Romeo   Rudolf Caracciola   Tazio Nuvolari Résumé

Grands Prix de la saison 1935Modifier

Résultats des Grands Prix de la saison 1935[8]
no  Date Grand Prix Circuit Vainqueur Châssis Pole position Record du tour Résumé
7 22 avril   Grand Prix de Monaco Monaco   Luigi Fagioli Mercedes-Benz   Rudolf Caracciola   Tazio Nuvolari Résumé
8 23 juin   Grand Prix de France Montlhéry   Rudolf Caracciola Mercedes-Benz   Achille Varzi   Tazio Nuvolari Résumé
9 14 juillet   Grand Prix de Belgique Spa   Rudolf Caracciola Mercedes-Benz   Marcel Lehoux   Manfred von Brauchitsch Résumé
10 28 juillet   Grand Prix d'Allemagne Nürburgring   Tazio Nuvolari Alfa Romeo   Renato Balestrero   Manfred von Brauchitsch Résumé
11 25 août   Grand Prix de Suisse Bremgarten   Rudolf Caracciola Mercedes-Benz   Achille Varzi   Rudolf Caracciola Résumé
12 8 septembre   Grand Prix d'Italie Monza   Hans Stuck Auto Union   Giuseppe Farina   Tazio Nuvolari Résumé
13 22 septembre   Grand Prix d'Espagne Lasarte   Rudolf Caracciola Mercedes-Benz   Jean-Pierre Wimille   Achille Varzi Résumé

Grands Prix de la saison 1936Modifier

Résultats des Grands Prix de la saison 1936[9]
no  Date Grand Prix Circuit Vainqueur Châssis Pole position Record du tour Résumé
14 13 avril   Grand Prix de Monaco Monaco   Rudolf Caracciola Mercedes-Benz   Louis Chiron   Hans Stuck Résumé
15 26 juillet   Grand Prix d'Allemagne Nürburgring   Bernd Rosemeyer Auto Union   Jean-Pierre Wimille   Bernd Rosemeyer Résumé
16 23 août   Grand Prix de Suisse Bremgarten   Bernd Rosemeyer Auto Union   Rudolf Caracciola   Bernd Rosemeyer Résumé
17 13 septembre   Grand Prix d'Italie Monza   Bernd Rosemeyer Auto Union   Bernd Rosemeyer   Bernd Rosemeyer Résumé

Grands Prix de la saison 1937Modifier

Résultats des Grands Prix de la saison 1937[10]
no  Date Grand Prix Circuit Vainqueur Châssis Pole position Record du tour Résumé
18 11 juillet   Grand Prix de Belgique Spa   Rudolf Hasse Auto Union   Hans Stuck   Hermann Lang Résumé
19 25 juillet   Grand Prix d'Allemagne Nürburgring   Rudolf Caracciola Mercedes-Benz   Bernd Rosemeyer   Bernd Rosemeyer Résumé
20 8 août   Grand Prix de Monaco Monaco   Manfred von Brauchitsch Mercedes-Benz   Rudolf Caracciola   Rudolf Caracciola Résumé
21 22 août   Grand Prix de Suisse Bremgarten   Rudolf Caracciola Mercedes-Benz   Rudolf Caracciola   Bernd Rosemeyer Résumé
22 12 septembre   Grand Prix d'Italie Livourne   Rudolf Caracciola Mercedes-Benz   Rudolf Caracciola   Rudolf Caracciola
  Hermann Lang
Résumé

Grands Prix de la saison 1938Modifier

Résultats des Grands Prix de la saison 1938[11]
no  Date Grand Prix Circuit Vainqueur Châssis Pole position Record du tour Résumé
23 11 juillet   Grand Prix de France Reims   Manfred von Brauchitsch Mercedes-Benz   Hermann Lang   Hermann Lang Résumé
24 24 juillet   Grand Prix d'Allemagne Nürburgring   Richard Seaman Mercedes-Benz   Manfred von Brauchitsch   Richard Seaman Résumé
25 21 août   Grand Prix de Suisse Bremgarten   Rudolf Caracciola Mercedes-Benz   Richard Seaman   Richard Seaman Résumé
26 11 septembre   Grand Prix d'Italie Monza   Tazio Nuvolari Auto Union   Hermann Lang   Hermann Lang Résumé

Grands Prix de la saison 1939Modifier

Résultats des Grands Prix de la saison 1939[12]
no  Date Grand Prix Circuit Vainqueur Châssis Pole position Record du tour Résumé
27 25 juin   Grand Prix de Belgique Spa   Hermann Lang Mercedes-Benz   Hermann Paul Müller   Hermann Lang Résumé
28 9 juillet   Grand Prix de France Reims   Hermann Paul Müller Auto Union   Hermann Lang   Hermann Lang Résumé
29 23 juillet   Grand Prix d'Allemagne Nürburgring   Rudolf Caracciola Mercedes-Benz   Hermann Lang   Rudolf Caracciola Résumé
30 20 août   Grand Prix de Suisse Bremgarten   Hermann Lang Mercedes-Benz   Hermann Lang   Hermann Lang Résumé

RéférencesModifier

  1. a et b Hans Etzrodt, « GRAND PRIX WINNERS 1895-1949 », sur The Golden Era of Grand Prix Racing (consulté le 19 mars 2007)
  2. a, b, c et d (en) Ivan Rendall, The Chequered Flag : 100 years of motor racing, Londres, Weidenfeld & Nicolson, , 400 p. (ISBN 978-0-297-83550-9), p. 136
  3. a et b Leif Snellman, « 1938, Part 1 : Introduction », sur The Golden Era of Grand Prix Racing (consulté le 20 février 2007)
  4. a, b, c et d Richard Armstrong, « The 1939 European Championship », sur 8W (consulté le 20 février 2007)
  5. Leif Snellman et Don Capps, « 1939 Championship Table », sur The Golden Era of Grand Prix Racing (consulté le 20 février 2007)
  6. (en) Hans Etzrodt, « THE 1931 EUROPEAN AUTOMOBILE CHAMPIONSHIP », sur THE GOLDEN ERA OF GRAND PRIX RACING (consulté le 26 août 2012)
  7. (en) Hans Etzrodt et Tony Kaye, « EUROPEAN CHAMPIONSHIP 1932 », sur THE GOLDEN ERA OF GRAND PRIX RACING (consulté le 26 août 2012)
  8. (en) Hans Etzrodt et Leif Snellman, « AIACR EUROPEAN CHAMPIONSHIP 1935 », sur THE GOLDEN ERA OF GRAND PRIX RACING (consulté le 26 août 2012)
  9. (en) Don Capps et Leif Snellman, « AIACR EUROPEAN CHAMPIONSHIP 1936 », sur THE GOLDEN ERA OF GRAND PRIX RACING (consulté le 26 août 2012)
  10. (en) Don Capps et Leif Snellman, « AIACR EUROPEAN CHAMPIONSHIP 1937 », sur THE GOLDEN ERA OF GRAND PRIX RACING (consulté le 26 août 2012)
  11. (en) Don Capps et Leif Snellman, « AIACR EUROPEAN CHAMPIONSHIP 1938 », sur THE GOLDEN ERA OF GRAND PRIX RACING (consulté le 26 août 2012)
  12. (en) Leif Snellman et Don Capps, « AIACR EUROPEAN CHAMPIONSHIP 1939 », sur THE GOLDEN ERA OF GRAND PRIX RACING (consulté le 26 août 2012)

Source de traductionModifier

BibliographieModifier

  • (en) Chris Nixon, Racing the Silver Arrows: Mercedes-Benz versus Auto Union 1934-1939, Londres, Osprey,

Liens externesModifier