Ouvrir le menu principal

Champcevrais

commune française du département de l'Yonne

GéographieModifier

HydrographieModifier

L'Aveyron, affluent du Loing, prend sa source (deux petites branches, dont une naissant à l'étang de Giverlais d'une surface de 1 ha environ) près de l'étang de Châtre au nord de Champcevrais. L'étang de Châtre (presque 6 ha[1]) reçoit aussi les eaux des pièces d'eau du château du même nom, dont l'étang de la Loge (2 ha[1]).

Le bourg est arrosé par le Beaune[2], également affluent du Loing, qui traverse la commune d'est en ouest. Il alimente le Grand Etang Neuf (1 ha+ sur Champcevrais, 7 ha+ sur Champignelles) ; l'étang des Delétangs (3,5 ha[1]) ; un étang de 40 ares[1] près du Four à Chaux ; et la pièce d'eau du château Claire Fontaine (1 ha[1] plus petites pièces d'eau associées). L'étang des Bergers (4 ha[1], dont 70 ares environ de zone marécageuse) dans l'ouest de la commune déverse son trop-plein dans le Beaune.
L'étang des Housseaux (1,5 ha[1] plus marais) et l'étang de la Gaudinière (1,4 ha[1]), au centre de la commune, se déversent dans un ru affluent du Beaune provenant de l'étang de la Petite Pogne (cet étang de 20 ares[1] se trouve sur la commune d'Aillant ; les maisons associées, maintenant en ruines, sont sur la commune de Champcevrais).

De multiples pièces d'eau de moindre surface et de natures variées (étangs, marais, zones inondables ou humides), et de nombreuses sources, sont présentes sur la commune.

Lieux-dits et écartsModifier

Les lieux-dits suivis d'une astérisque sont situés à l'écart de la route indiquée.

A

B

  • La Bastière*, Rte de Bléneau (D 64)
  • Bélémy, Rte des Étangs
  • La Benoîtière, Rte d'Aillant (D 364)
  • Les Bézards, Rte des Étangs
  • Bouron*, Rte de Rogny (D 14)
  • Les Brangers, Rte des Étangs
  • Les Mazures Brangers*, Rte des Étangs

C

D

  • Les Delétangs, Rte des Étangs

F

  • La Fontaine, Rte des Étangs
  • Le Four à Chaux, Rte de Bléneau (D 64)
  • La Frémilière*, Rte de Champignelles (D 14)
  • Les Fréminets*, Rte de xxx (D 364)

G

L

  • Lignières*, Rte du Charme (D 64)

M

  • La Marche, Rte des Étangs
  • La Motte, Rte de Bléneau (D 64)
  • Le Mousseau*, Rte de Bléneau (D 64)

N

P

R

S

T

V

  • Les Vallées, Rte des Étangs

Le nom Mazure[3] signifie au XVIe siècle une manœuvrerie, de même qu'un mazurier était un manœuvre ou ouvrier, attaché à une ferme ou un domaine tout en en étant indépendant[4][réf. obsolète].

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

La première indication connue de l'existence de cette paroisse remonte à 1276[5] ou 1282[réf. nécessaire], dans le testament de Guillaume Ier de Courtenay, seigneur de Champignelles et père de l'évêque Robert de Courtenay. Champcevrais y est attesté sous la forme latinisée Campus Sylvestris, ensuite on trouve Champ sevroy en 1453[5].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en Champ- « champ », suivi de l'ancien français sevestre, sevest « qui demeure dans les bois », d'où le sens global de « clairière »[5].

HistoireModifier

Champcevrais commença par une colonie agricole au milieu de grandes forêts.

Le bourg fut pendant plusieurs siècles la propriété de la maison de Prie, maison illustre du Nivernois remontant au Xe siècle (le château de Prye, siège du chef de cette maison, se trouve sur l'ancienne commune de Prye-sur-l'Ixeure, au sud-est de Nevers). Annexé ensuite aux terres de Châtillon-sur-Loing, il entre dans le duché de Châtillon avec Paul Sigismond de Montmorency-Luxembourg, comte de Luxe[6].

ÉconomieModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires depuis la Libération[7]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1961 André Couzon    
1961 1977 Hubert Commeau    
1977 1983 Jean Dizien    
1983 2001 Hubert Commeau    
2001 en cours Pierre Denis[7],[8]   Retraité agricole

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 312 habitants[Note 1], en diminution de 10,09 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
625488565623638719739812843
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9281 0001 0251 0721 0459761 0331 061915
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
877874810696707721613562544
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
514501466359343344318347312
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

L'église Saint-Germain dépendait du diocèse de Sens et du doyenné de Courtenay. Le chœur et la tour du clocher datent du XIIIe siècle, et la nef du XVIIe siècle. En effet, comme l'indique une plaque commémorative, la nef a été entièrement détruite par « foudre & tourbillon » le 5 juin 1680, tuant ou blessant 25 personnes ensevelies sous les décombres ; elle a été rebâtie en 1681 grâce à une quête à la cour commandée par Louis XIV, quête qui leva 1 282 livres auxquelles le roi ajouta 600 livres prélevées sur le trésor royal. La procession promise par la paroisse en reconnaissance de ces dons, a toujours lieu de nos jours ; elle part de l'église et rejoint la Croix de l'Orage près de la ferme de la Benoîtière au nord du bourg (sur la D 364)[6].
L'église contient plusieurs objets inscrits aux Monuments Historiques[13], dont la chaire, un ciborium (XVIIIe s.), une dalle funéraire (troisième quart du XVIe s.), la dalle funéraire du curé Thomas Pourcel (premier quart du XVIIIe s.), la plaque commémorative de la destruction et reconstruction de l'église (quatrième quart du XVIIe s.), et 11 statues[14]. La cloche est également protégée au même titre.

 
Ancien château de Prie.

La commune est dotée de trois châteaux : celui de Prie (de nos jours appelé « Prix »), celui de Châtres, et celui de Bouron.

Le château de Prie, à 1 km à l'ouest du village, a été construit au XIIe siècle, probablement pour un membre cadet de la maison de Prie. Entre les remaniements au cours des temps et la restauration du XVIIe siècle, il ne reste plus grand-chose de l'ensemble originel.

Le château de Châtres date du XVIIe siècle. Il se trouve à 4,5 km au nord-est de Champcevrais. Les façades et les toitures du château et des communs, les douves, le parc et ses éléments construits : deux bassins et un pavillon dit de la chapelle, font l'objet d'une inscription aux monuments historiques par arrêté du 16 septembre 1985. Son étang du même nom, de plus de 6 hectares, est alimenté par l'Aveyron et touche la limite de commune du Charme dans le Loiret.

EnvironnementModifier

La commune inclut une ZNIEFF :

La ZNIEFF des étangs, bocages, landes et forêts de Puisaye entre Loing et Branlin, 11 699 ha répartis sur 12 communes[15], vise particulièrement les habitats d'eaux douces stagnantes ; les autres habitats présents dans cette ZNIEFF sont des eaux courantes, landes, fruticées, pelouses, prairies humides et mégaphorbiaies, tourbières, marais, bocages et bois[16].
Sur la commune, elle couvre une bande de terres de environ 135 ha sur 4 km de long, en bordure des communes de Bléneau, Saint-Privé et Champcevrais. Elle inclut la partie sud du Grand Etang Neuf, le bois de la Chênaie y attenant et le bois Colas à la pointe sud de la commune, et les lieux-dits les Vallées, Bélémy et la Capitière.

Personnalités liées à la communeModifier

Le champion cycliste Alcide Rousseau est né à Champcevrais le . Il devient le 11 août 1922, à 41 ans, le détenteur du record du monde sur piste des 100 km en 2 h 30 min 39 s 2/5, et aussi 31e de Paris-Roubaix 1912. Il participa aux Six jours de Paris 1914. D’Australie en Allemagne, il courut sur la plupart des grands vélodromes du début du XXe siècle.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h et i Toutes les surfaces données ici sont des approximations à + ou - 1/2 ha pour les plus grandes, et un peu plus précises pour les plus petites pièces d'eau.
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Beaune (F4105000) »
  3. « Position des Mazures sur la carte de Cassini » sur Géoportail.
  4. M. Déy, Histoire de la Ville et du Comté de Saint-Fargeau, Auxerre, 1856. p. 409.
  5. a b et c Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne) [1]
  6. a et b Déy., « Champcevrais », Bulletin de la société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 1850, p. 55.
  7. a b c d et e Les maires de France à travers le temps. Source : L'Yonne vue du Ciel - supplément à l'Yonne Républicaine du 4.7.2002
  8. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 15 décembre 2013.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Liste d'objets classés aux Monuments Historiques dans l'église de Champcevrais.
  14. Statues classées monuments Historiques dans l'église : un Christ en croix, une Vierge à l'Enfant, une statue de Saint Edme, une de Saint Germain et une de Sainte Femme (dates inconnues) ; statues de Saint Jean-Baptiste, de Sainte Barbe, de Saint Fiacre et de Saint Eloi (XVIe s.) ; statues de Sainte Catherine et de Sainte Marthe (XVIIe s.
  15. Les communes concernées par la ZNIEFF des étangs, prairies et forêts du Gâtinais sud oriental sont : Bléneau, Champcevrais, Champignelles, Mézilles, Moutiers-en-Puisaye, Saint-Fargeau, Saint-Martin-des-Champs, Saint-Privé, Saints, Saint-Sauveur-en-Puisaye, Tannerre-en-Puisaye, Villeneuve-les-Genêts.
  16. ZNIEFF 260014941 - Étangs, bocages, landes et forêts de Puisaye entre Loing et Branlin sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.. Cette ZNIEFF rassemble plusieurs sites de mêmes caractéristiques, et nombre de ces sites s'étendent sur des parties de plusieurs communes.