Ouvrir le menu principal

Château de Lugny

château fort français

Château de Lugny
Image illustrative de l’article Château de Lugny
Les tours d'entrée du château de Lugny (XIVe siècle), qui encadraient jadis un pont-levis donnant accès à la basse-cour de la maison forte.
Coordonnées 46° 28′ 21″ nord, 4° 48′ 27″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Commune Lugny

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Lugny

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

(Voir situation sur carte : Saône-et-Loire)
Château de Lugny

Le château de Lugny est situé sur la commune de Lugny en Saône-et-Loire, à l'ouest du bourg et au pied de la montagne du Château.

DescriptionModifier

Au Moyen Âge, le château de Lugny, flanqué de plusieurs tours et doté d’un donjon « fort élevé et très beau », était ceint de fossés remplis d'eau par la source de la Bourbonne – source dite « des Eaux bleues » – qui jaillit au pied de la montagne du Château.

« Le château est flanqué de quatre tours, il est assez irrégulier. Le seigneur qui l'occupe est baron de cette contrée, ce château est dans un bas, à côté d'une montagne assez haute, les terrasses règnent sur tout le bourg. » a écrit le curé de Lugny au milieu du XVIIIe siècle[1].

Toutefois, de cet imposant château des seigneurs de Lugny incendié durant la Grande Peur de la Révolution française, il ne reste aujourd'hui que les deux tours rondes d'entrée (à trois étages) traditionnellement datées du XIVe siècle et une partie des communs, bâtiments correspondant pour l’essentiel à ceux de l’ancienne basse-cour de la demeure seigneuriale et formant un quadrilatère.

À chacune des deux tours d’entrée est accolé un étroit bâtiment. Ceux-ci, implantés perpendiculairement l’un à l’autre, sont couverts de hautes toitures à croupes en tuiles plates. La toiture du bâtiment accolé à la tour d’entrée du nord-est est percée dans la croupe d’une lucarne dominant une tourelle circulaire dans œuvre amortissant l’angle entre le bâtiment et la tour.

 
L'entrée du château de Lugny (détail).

Passées les deux tours d’entrée — qui flanquaient autrefois une porte avec pont-levis aujourd’hui disparue et qui ont conservé plusieurs canonnières — on découvre sur la gauche trois ouvertures à arcades partiellement murées rappelant la « porterie », l’ancienne conciergerie du château.

Sur la droite sont visibles deux élégantes baies et leurs arcs en plein cintre moulurés puis l'entrée des anciennes écuries du château – traditionnellement datées du XVIe siècle — auxquelles donne accès une porte avec un arc en anse de panier.

Le bâtiment dans lequel résidaient les seigneurs de Lugny s’élevait autrefois sur le terre-plein situé entre l’actuelle place de l’Église et la montagne du Château. Incendié le 27 juillet 1789, il a presque entièrement disparu et seules subsistent de cette construction la base d'une tour circulaire et, sur quelques mètres, une petite partie de l’ancienne muraille.

Le château fut transformé en école (avec internat) dans l'immédiat après-guerre, à l'initiative du père Joseph Robert (1898-1987), curé de Lugny et fondateur d'une communauté pastorale. Soixante-dix ans plus tard, il est toujours occupé par cette école, devenue le Groupe scolaire privé « La Source ».

Le château, propriété de l'association « Les Foyers communautaires » fondée en 1946, ne se visite pas.

L'une des rues du bourg de Lugny rappelle le souvenir de l'ancienne maison-forte des seigneurs de Lugny (rue du Château)[Note 1].

HistoriqueModifier

Ci-après, les blasons des quatre familles nobles ayant successivement possédé le château de Lugny :

Maison de Lugny

  • Lugny fut au Moyen Âge le berceau d’une maison de chevalerie – la maison de Lugny – dont la devise était : « N’est oyseau de bon nid qui n’a plume de Lugny ». Celle-ci s’éteignit au milieu du XVIe siècle avec Jean de Lugny (qui mourut en ne laissant qu'une fille) et la seigneurie passa dès lors, successivement, par mariage, entre les mains de trois autres prestigieuses familles nobles.

Maison de Chabot

Maison de Saulx

Maison de La Baume

Révolution française

  • En 1789, le château de Lugny, devenu au XVIIIe siècle relais de chasse des comtes de Montrevel, fut le premier du Mâconnais à être incendié par les « Brigands » – des paysans et artisans révoltés – lors des troubles qui, à la fin de juillet, pendant la Grande Peur, agitèrent le Haut-Mâconnais, ainsi que le Tournugeois et le Clunisois (nuit du lundi 27 au mardi 28 juillet 1789). « Le 27 juillet 1789, à six heures et demie du soir, les Brigands quittent ma maison pour se rendre à Lugny où plus de 200 autres qui étaient venus de Péronne les avaient devancés. Ils pénètrent dans le château de M. de Montrevel, brisent les portes, les glaces, les vitraux et tous les meubles, jettent les débris par les fenêtres. […] On ne voit de tous côtés que destruction. Enfin, on met le feu au château. La flamme était si grande entre une et deux heures de la nuit que j’aurais pu lire à ma fenêtre à la lueur du feu. Dans vingt-quatre heures ce château bien meublé fut tout pillé et brûlé ; on ne vit plus que des cheminées en l’air et des murs calcinés par le feu ou noircis par la fumée ; il n’y resta rien, pas même des gonds. » a consigné dans ses registres le curé Louis-François Dubost de la paroisse voisine de Bissy-la-Mâconnaise.

Période récente

  • Perdant leur vocation agricole après les désastres subis lors de la Révolution française, les bâtiments qui résistèrent à l'incendie abritèrent d'abord une filature de coton (première moitié du XIXe siècle) ; par la suite y furent successivement installés la gendarmerie (Lugny ayant été érigé en chef-lieu de canton en 1790) puis, vers 1910, le presbytère (qui y demeura jusqu'au milieu des années 1980 et son transfert au no 56 de la rue du Pont).
  • À l'automne 1943, soucieuse de « contenir » les maquis qui se sont fortement développés en Haut-Mâconnais et en Tournugeois depuis l'invasion de la zone libre, l'armée allemande implante une petite garnison à Lugny, qui s'installe au château (commandement) et dans les locaux de la sale des fêtes (hommes de troupe et cantonnement) ; des patrouilles à vélo sillonnent dès lors les villages des environs.
  • Le château de Lugny, qui fut acheté peu après la Seconde Guerre mondiale par l'abbé Joseph Robert (1898-1987), curé-archiprêtre de Lugny, est, depuis cette époque, un établissement scolaire : le collège du groupe scolaire privé « La Source ».

BibliographieModifier

  • LEX Léonce : Notice historique sur Lugny et ses hameaux, Belhomme Libraire Éditeur, Mâcon, 1892.
  • LAFARGE Frédéric, BERTHAUD Paulette : Lugny, mémoire de pierres, mémoire d'hommes, Bibliothèque municipale de Lugny, Lugny, 2006 (ISBN 2-9514028-1-3).
  • VIGNIER Françoise (sous la dir. de) : Le Guide des Châteaux de France, 71 Saône-et-Loire, Editions Hermé, Paris, 1985.
  • PERRAUD François : Le Mâconnais historique, Protat Frères, Mâcon, 1921.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Nom qui lui a été attribué dans le 2e quart du XIXe siècle, période au cours de laquelle furent nommées l'ensemble des voies publiques desservant les habitations du bourg de Lugny.

RéférencesModifier

  1. Alain Dessertenne et Françoise Geoffray, La carte de Cassini en Saône-et-Loire : description topographique des paroisses. Transcription intégrale des réponses données par les curés pour la plupart des paroisses de l’actuelle Saône-et-Loire lors de l’enquête lancée pour établir la carte de Cassini en 1757, Cercle généalogique de Saône-et-Loire, 2015, p. 254.