Château de Domfront

château fort français
Château de Domfront
Image dans Infobox.
Les vestiges du château de Domfront.
Présentation
Type
Fondation
XIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Style
Propriétaire
Patrimonialité
État de conservation
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le château de Domfront est un ancien château fort, du XIe siècle, aujourd'hui ruiné, dont les vestiges se dressent sur l'ancienne commune française de Domfront au sein de la commune nouvelle de Domfront en Poiraie dans le département de l'Orne, en région Normandie. Le château au cours de son histoire dû subir treize sièges.

Le château est classé partiellement aux monuments historiques.

LocalisationModifier

Les vestiges du château sont situés dans un parc public, libres d'accès, à 400 mètres au nord-ouest de l'église Saint-Julien de Domfront, dans le département français de l'Orne.

Le château a été bâti à l'extrémité de l'éperon rocheux portant la vieille ville, culminant à plus de 70 mètres la cluse de la Varenne. Il avait pour rôle de commander les marches méridionales du duché de Normandie.

HistoriqueModifier

La Normandie ducaleModifier

Vers 1010-1020, Guillaume Ier de Bellême fait construire une première fortification, sans doute essentiellement en bois. Guillaume de Jumièges dit « le premier (Guillaume de Bellême) qui, après avoir abattu une forêt, avait fait construire sur une montagne le château nommé Domfront ». celui-ci attira les populations voisines près du château par l'octroi de privilèges et fonda la ville de Domfront[1].

Le duc Robert Ier de Normandie mate la révolte des comtes de Bellême en les assiégeant, et en les affamant dans leur château de Domfront[2].

Après la bataille du Val-ès-Dunes, le château possession de Guillaume II Talvas, seigneur de Bellême, est saisi par le comte d'Anjou, Geoffroy Martel[3]. En 1049, il est assiégé et pris par le duc de Normandie Guillaume II. Fort de ses escarpements naturels et de ses énormes tours palissadées, la garnison se rend, par composition, après avoir tenu quinze mois en échec le duc, et après qu'Alençon soit prise[4],[1]. Le château était un des éléments essentiel pour la défense du duché de Normandie sur sa frontière sud, contre d'éventuelles attaques angevines[5].

Dans le cadre des guerres de succession entre les fils du Conquérant, Robert Courteheuse et Henri Beauclerc, les Domfrontais se révoltent, en 1092, contre Robert II de Bellême, et transmettent leur fidélité à Henri Beauclerc. Robert tente vainement de reprendre la place. Repoussé, il bat en retraite et est fait prisonnier, en 1106, à la bataille de Tinchebray et perd la couronne ducale. Henri Beauclerc s'était entre-temps déjà emparé de la couronne d'Angleterre (1100). Le nouveau duc-roi fait de Domfront l'une des défenses des frontières du duché (comme Avranches, Mortain et Vire) et y fait ériger l'un de ses typiques donjons romans quadrangulaires. Après sa mort, survenu en 1135, laissant son trône sans héritier mâle, et après qu'Étienne de Blois se soit emparé du royaume d'Angleterre et du duché de Normandie, le château est pris par Geoffroy Plantagenêt époux de Mathilde l'Emperesse, fille et héritière légitime d'Henri Ier, lors de sa conquête de la Normandie. Geoffroy V sera duc de Normandie de 1144 à sa mort en 1151.

En 1169, Henri II Plantagenêt, fils de Geoffroy, roi d'Angleterre, duc de Normandie et seigneur personnel de Domfront y reçoit les légats du pape qui doivent le réconcilier avec Thomas Becket. Henri II, en 1185, y tiendra sa cour de la Noël[6]. C'est à Domfront que Richard Cœur de Lion passera son dernier Noël, en 1198[7].

Le rattachement au royaume de FranceModifier

Possession personnelle de Jean sans Terre, Domfront est pris en 1204 par les troupes de Philippe Auguste dans le cadre de l'annexion de la Normandie au domaine royal. La place est concédée à Renaud de Dammartin, comte de Boulogne, qui fera ensuite hommage au roi d'Angleterre et verra ses terres et charges confisqués par Philippe Auguste qui les donnent alors à son fils naturel Philippe Hurepel. Au décès de Jeanne de Clermont, sa fille et héritière, en 1251, Domfront revient au domaine royal.

En 1259, Saint Louis donne Domfront à Robert II, comte d'Artois, comme douaire de sa femme. Après sa mort, en 1302, en compensation pour n'avoir pas reçu l'Artois, Robert III d'Artois reçoit ses héritages et apanages normands en 1309, dont Domfront, après un procès contre sa tante Mahaut. Ils lui sont confisqués en 1332.

En 1342, Philippe VI cède le Domfrontais au comte d'Alençon qui, en 1367, réunit la vicomté de Domfront au comté d'Alençon.

Mais entre-temps, en 1356, les troupes de Charles le Mauvais, roi de Navarre, commandées par Robert Knolles prennent la place et la conservent jusqu'en 1366.

Durant l'hiver 1417-1418, le château est assiégé par les Anglais commandés par le duc de Clarence, et se rend le . Malgré un raid sur la ville en 1430, la place n'est reprise que tardivement ; ce fut l'avant-dernière place tenue par les Anglais à être reprise, quinze jours avant Cherbourg .

La place est encore disputée dans les années 1466-1467 entre les troupes fidèles au roi de France et celles des princes révoltés contre son autorité, lors de la révolte du Bien public.

En 1574, dans le cadre de la cinquième guerre de Religion, le château de Domfront, une nuit, deux calvinistes, les frères Le Hérissé[note 1] s'empare par surprise du donjon et ouvre les portes de la place à leur chef le capitaine protestant Gabriel Ier, comte de Montgommery, lointain descendant des Bellême, qui est le à Domfront. Le lendemain, le maréchal de Matignon Jacques II de Goyon, à ses trousses, arrive avec toute sa cavalerie. La ville que les habitants ont désertée est investie, et dix jours plus tard, une artillerie arrive en renfort. Montgommery, se retranche dans le château, mais la forteresse vétuste ne résiste pas aux boulets, et il finit par se rendre le . Il est conduit à Paris, jugé et aura la tête tranchée en place de Grève le [1], sur les ordres de Marie de Médicis.

La place finit par faire soumission à Henri IV, qui en 1598, fait raser le château et démantelées en parties les fortifications de la ville[1]. Sully ordonne, en 1608, le démantèlement du château. La démolition est effectivement réalisée en 1610[8].

Chronologie des treize sièges[1]Modifier

  1. 1058, par Geoffroy Martel.
  2. 1059, par Guillaume le Conquérant.
  3. 1091, par Henri Beauclerc.
  4. 1106, par le duc Robert Courteheuse.
  5. 1140, par Geoffroy Plantagenêt quand celui-ci conquiert la Normandie sur Étienne de Blois.
  6. 1204, par Philippe Auguste.
  7. 1211, pour déloger Renaud de Dammartin, vassal infidèle.
  8. 1228, par des paysans révoltés.
  9. 1412, par les Bourguignons et le connétable de Saint-Paul (la ville tenant pour les Armagnacs).
  10. 1417, par un détachement Anglais du comte de Warwick.
  11. 1450, par les troupes de Charles VII.
  12. 1574, par le maréchal de Matignon.
  13. 1593, quand le château passe des protestants aux ligueurs.

DescriptionModifier

Le château érigé, au tout début du XIe siècle, par Guillaume de Bellême, se présentait sous la forme d'une citadelle de plan carrée flanquée de quatre grosses tours d'angle et ceint d'un profond fossé taillé dans le roc[1]. Henri Ier d'Angleterre, après 1106, remplace la vieille citadelle des Bellême et érige un grand donjon roman dont il subsiste deux pans de murs. Il était renforcé aux angles — comme à Chambois et à Falaise — par de petites tourelles renfermant escaliers et chambres, et au centre des murs par des contreforts plats. Son accès se faisait au niveau du premier étage, qui s'éclairait par des baies romanes en plein cintre[1]. La courtine extérieure plus tardive n'est conservée également que sur deux côtés, mais a conservé son châtelet avec ses deux puissantes tours[1].

Le château en ruine est l'objet de restaurations depuis 1984 par l'Association pour la restauration du château de Domfront[9].

La chapelle fortifiée romane en croix latine, Saint-Symphorien, prieuré de l’Abbaye de Lonlay jusqu'à la Révolution, a été construite vers 1090-1100[10]. Elle fut ruinée probablement à la suite de la destruction du château en 1610.

Protection aux monuments historiquesModifier

Sont classées par liste de 1875[11] :

  • les ruines du donjon.

Sont classés par arrêté du [11] :

  • l'enceinte du château avec ses remparts, tours, bretèches, casemates, et les anciennes chapelles Sainte-Catherine et Saint-Symphorien.

AutresModifier

L'enceinte de la ville fait l’objet d’un classement par arrêté du [12],[13].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Peut être en lien avec la famille d'Héricy.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g et h Beck 1986, p. 122.
  2. André Davy, Les barons du Cotentin, Condé-sur-Noireau, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits et introuvables du patrimoine Normand », , 319 p. (ISBN 978-2-91454-196-1), p. 85.
  3. Bernard Beck, Châteaux forts de Normandie, Rennes, Ouest-France, , 158 p. (ISBN 2-85882-479-7), p. 23.
  4. Beck 1986, p. 103.
  5. Stéphane William Gondoin, « Les châteaux forts au temps de Guillaume le Conquérant », Patrimoine normand, no 94,‎ juillet-août-septembre 2015, p. 41 (ISSN 1271-6006).
  6. Stéphane William Gondoin, « Richard Cœur de Lion : La jeunesse d'un prince rebelle », Patrimoine normand, no 119,‎ octobre-novembre-décembre 2021, p. 53 (ISSN 1271-6006).
  7. William Gondoin 2021, p. 65.
  8. « Chateau de Domfront », sur Monjoye.net
  9. L’Association pour la Restauration du Château de Domfront (A.R.C.D.).
  10. Chapelle du château (chapelle Saint-Symphorien)
  11. a et b « Château », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Notice n°PA00110793 », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Enceinte de la Ville : Remparts.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Histoire de Domfront ou recueil de nombreux documents sur Domfront depuis son origine jusqu'à nos jours, Domfront, François Liard, (lire en ligne), « Le donjon de Domfront (Orne), par M. Blanchetière », p. 109-114
  • Charles-Laurent Salch, Atlas des villes et villages fortifiés en France, Début du Ve siècle à la fin du XVe siècle, Strasbourg, Éditions Publitotal, , 495 p.
    Domfront, p. 368 et Carte n°2
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Éditions Publitotal, 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Domfront, pp. 419-420
  • Bases du Ministère de la culture : Le château de Domfront; l'enceinte de la ville; Poterne du Château de Gadras; La Varenne et le donjon de Domfront. Lavoir; Chapelle Saint-Symphorien du château; Château : Vue extérieure du Donjon.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier