Duché d'Alençon

Le comté d'Alençon, devenu ensuite duché d'Alençon, a été créé relativement tardivement.

La France en 1477.

HistoriqueModifier

Le comté d'Alençon relevait du duché de Normandie lorsqu'il fut acheté, en 1220, aux héritiers de Robert Ier d'Alençon, par le roi de France Philippe-Auguste.

En mars 1268, son petit-fils le roi saint Louis, le donna à son cinquième fils, Pierre[1].

Ce dernier étant mort sans postérité en 1283, le comté d'Alençon revint alors à la couronne de France et fut donné, en 1286, par le roi Philippe le Bel, avec le comté du Perche, en apanage à son frère Charles, comte de Valois[2], qui lui même le transmit à son second fils Charles II.

Le comté s'accrut des seigneuries de Moulins-la-Marche, Bonmoulin, Sainte-Scolasse-sur-Sarthe, Domfront, Argentan, Exmes. En 1414, Il fut érigé en duché-pairie.

Le duc Jean Ier d’Alençon fut tué à la bataille d’Azincourt en 1415, après avoir tué le duc d’York de sa propre main. Son fils, Jean II d’Alençon[3], perdit son duché à la bataille de Verneuil, le 17 aout 1424, lorsqu’il fut battu et fait prisonnier par les forces anglaises dirigées par le duc de Bedford. Il ne le reconquit qu’en 1449.

À la mort de Charles IV sans héritier mâle (1525), le duché d'Alençon fut laissé en usufruit à sa veuve Marguerite de Navarre (1492-1549) et rattaché au domaine royal français.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier