Ouvrir le menu principal

Bussy-le-Repos (Yonne)

commune française du département de l'Yonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bussy-le-Repos et Bussy.

Bussy-le-Repos
Bussy-le-Repos (Yonne)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Sens
Canton Villeneuve-sur-Yonne
Intercommunalité Communauté de communes du Gâtinais en Bourgogne
Maire
Mandat
Sandrine Sabard
2015-2020
Code postal 89500
Code commune 89060
Démographie
Gentilé Buxoises et Buxois
Population
municipale
449 hab. (2016 en augmentation de 11,14 % par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 27″ nord, 3° 13′ 58″ est
Altitude Min. 94 m
Max. 192 m
Superficie 23,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Bussy-le-Repos

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Bussy-le-Repos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bussy-le-Repos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bussy-le-Repos
Liens
Site web http://www.bussy-le-repos.fr/

Bussy-le-Repos est une commune française, située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Buxois.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Le nom de Bussy vient de Buxus [réf. nécessaire], le buis en latin (et donc lieu planté de buis), que l'on prononçait Bouss-î puis Bussy vers le XIVe siècle. L'adjonction de « Repos » vient du fait qu'il y avait autrefois un relais pour les diligences pour y faire reposer les chevaux après la longue montée depuis Villeneuve-sur-Yonne.

HistoireModifier

En 1939, Georges Bolnat a exhumé un atelier gallo-romain de céramiques et a mis au jour vingt-cinq fours. Cette découverte à proximité du camp défensif gaulois de Château distant de 3,5 km (Villeneuve-sur-Yonne) démontre une présence romaine dès le Ier siècle av. J.-C..

Cet atelier était un des six ateliers gallo-romains recensés où on fabriquait des amphores destinées à transporter le vin produit dans la région dès le IIIe siècle.

En 1174, à la suite d'un accord entre Guillaume aux Blanches Mains, archevêque de Sens, et Pierre Ier de Courtenay, seigneur de Courtenay, fils de Louis VI de France, qui possèdent chacun la moitié des revenus de la terre de Bussiacum (Bussy-le-Repos) et apud Ardillos (d’Ardilliers), un village est fondé avec à sa tête un prévôt qui doit prêter serment de fidélité à l'archevêque et au seigneur de Courtenay.

  • Texte de l'accord
« Ego Petrus, dominus Curteniaci, frater domini regis Francorum, notum facio universis, tam presentibus quam futuris, quod :controversia que inter me et dominum Willermum, venerabilem Senonensis ecclesie archiepiscopum, apostolice sedis legatum, :vertebatur super hiis omnibus que ego ab Henrico Infante emeram apud Bussiacum et apud Ardillos, que de feodo ejusdem :archiepiscopi erant, in hunc modum pacificata est. Statutum est ut medietatem omnium reddituum et proventuum territorii de :Bussiaco et de Ardillos idem archiepiscopus et successores ejus perpetuo possideant, et ego alteram similiter medietatem :percipiam, exceptis omnibus decimacionibus quas ipse et successores ejus habebunt in perpetuum. Villa ibidem construetur, et :prepositus in ea assensu archiepiscopi et meo ponetur, qui ipsi et michi fidelitatem faciet. Si quis autem hospitum et :communitatis ipsius ville in haiis meis aliquid forefecerit, pro forefacto sexaginta solidos persolvet; quorum medietas :archiepiscopi erit et ego aliam medietatem obtinebo. Prepositus vero, vel alius non poterit relaxare nec minuere forefactum :illud nisi per archiepiscopum aut per me, aut per ministeriales suos aut meos. Quod ut ratum sit et inconvulsum in perpetuum, :composicionem istam scripto commendari et sigilli mei impressione corroborari precepi. Actum Senonis, in palacio :archiepiscopi, anno ab Incarnacione Domini MC XXIII. »

Par la suite, Bussy (avec Rousson) faisait partie de la châtellenie de Ville Folle qui faisait partie de la seigneurie de Sens jusqu'au rattachement de Ville Folle à Villeneuve-le-Roi (Villeneuve-sur-Yonne).

Avant la création du département de l'Yonne le 4 mars 1790, la moitié du Sénonais actuel appartenait au prince de Saxe, oncle maternel de Louis XVI, qui possédait des biens à Bussy-le-Repos en 1771-1792 et 1802-1806.

Politique et administrationModifier

 
Façade de la mairie de Bussy-le-Repos.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 2008 ? Jean Valtat    
? 2015 Jean-Pierre Gasc    
2015 En cours Sandrine Sabard    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2016, la commune comptait 449 habitants[Note 1], en augmentation de 11,14 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
558522463511505523569624688
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
668654654617614602563540516
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
541482440419399362352386351
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
317272242243278313354389437
2016 - - - - - - - -
449--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Vue de l'église Saint-Pierre.
  • L'église Saint-Pierre ( XIII-XVIe siècles )[1] se trouve au milieu du village sur la place principale. On y remarque, outre les beaux chapiteaux du chœur, quatre grands tableaux du XVIIIe représentant les quatre évangélistes, ainsi qu'une imposante crucifixion du début XIXe, imitée de Mantegna. La dalle funéraire en pierre de Guillaume Clément, laboureur et marchand à Bussy, et de son épouse Guillemette Leclerc, date de 1571. Elle est classée aux Monuments historiques depuis 1992.
  • La Mairie est une petite construction en meulière de la fin XIXe. Elle est due à l'architecte du Printemps, Paul Sédille.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Joseph Joubert (1754-1824), homme de lettres (auteur des célèbres Pensées) et ami de Chateaubriand, qui venait souvent dans la propriété de son frère au lieu-dit Les Jolis Vaux. La bibliothèque communale porte d'ailleurs son nom.
  • Paul Sédille (1836-1900), architecte du château de Bussy-le-Repos (le château de Boisrond), de la mairie et de la ferme des Sèves, il est également l'architecte des Magasins du Printemps à Paris.
  • Georges Bolnat : (30 mai 1888 - décembre 1943 à Précy-sur-Vrin), docteur vétérinaire de Villeneuve-sur-Yonne, vice-président de la Société des sciences de l'Yonne, puis président de la Société archéologique des fouilles de l'Yonne. Il a dû arrêter les fouilles de Bussy à sa mobilisation, puis à son départ à la guerre en 1939.
  • Gaëtan de Rosnay (1912-1992), peintre mort et enterré à Bussy-le-Repos.

Bussy-le-Repos dans les artsModifier

Un village Bussy-le-Repos est cité dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[5]. Sans autre précision de la part du poète, il peut s'agir de deux villages:

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Maximilien Quantin, Cartulaire général de l'Yonne, Auxerre, Perriquet et Rouillé Imprimeurs de la société
  • Georges Bolnat, L'Atelier de poteries gallo-romaines de Bussy le Repos, 1930, 1934 à 1937, Bulletin de la société des sciences de l'Yonne (Auxerre).
  • Jean-Luc Dauphin, Laure de Clermont-Tonnerre et Lydwine Saulnier-Pernuit, Un architecte "fin de siècle" à Bussy-le-Repos et Villeneuve-sur-Yonne?.
  • Jean-Paul Delor et Anne Devevey-Delor, Un centre de production de céramique commune à Bussy-le-Repos.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  5. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375