Ouvrir le menu principal

Verlin

commune française du département de l'Yonne

Verlin
Verlin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Sens
Canton Joigny
Intercommunalité Communauté de communes du Jovinien
Maire
Mandat
Gilles Maxime Poiblanc
2014-2020
Code postal 89330
Code commune 89440
Démographie
Gentilé Verlinois
Population
municipale
435 hab. (2016 en diminution de 0,23 % par rapport à 2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 03″ nord, 3° 14′ 01″ est
Altitude Min. 100 m
Max. 187 m
Superficie 14,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Verlin

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Verlin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Verlin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Verlin

Verlin [1] est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Verlinois.

Sommaire

GéographieModifier

Verlin est distant de 48 km d'Auxerre au sud, 30 km de Sens au nord, 20 km de Joigny et 14 km de Courtenay à l'ouest[2].

La commune s'étale des deux côtés de la vallée du ru d'Ocques, affluent de l'Yonne dans laquelle il se jette à Saint-Julien-du-Sault. L'habitat est dispersé entre plusieurs hameaux. Outre le chef-lieu de commune regroupant l'église Notre-Dame et la mairie, les principaux hameaux sont la Huronnerie et les Marinières (Nord), la Jardinerie et la Mi-voie (Est), la Huraudière et les Martins (Sud), les Blins (Sud-Est) et les Favereaux (Ouest)[3].

La commune de Verlin est traversée par la route départementale 107 qui mène de Saint-Julien-du-Sault vers Courtenay. L'échangeur entre les autoroutes A6 (Paris-Lyon) et A19 (reliant Sens et la A5 à Artenay et la A10) est à 14 km à l'ouest[2].

Communes limitrophesModifier

dans le diagramme qui suit, les distances sont données à vol d'oiseau

  Bussy-le-Repos (4,4 km)  
Saint-Martin-d'Ordon (4,4 km) N Saint-Julien-du-Sault (4,9 km)
O    Verlin    E
S
Cudot (5,3 km) Précy-sur-Vrin (5,4 km)

ToponymieModifier

Le nom de Verlin vient de Villanus (Vilain) qui apparait à la fin du XIIe siècle et impliquait la dépendance d'un homme vis a vis d'un seigneur et le distinguait aussi du bourgeois ou du Serf. Villanus a évolué en Vellanum (1265), velleun (1454) pour devenir Verlin.

HistoireModifier

La paroisse de Verlin a été fondée en 1265 par Guillaume de Brosse, archevêque de Sens et seigneur de saint julien du Sault sur le territoire de son chapitre. Verlin dépendait directement du bailli de Saint-Julien-du-Sault pour la justice.

Dès le 13e siècle Verlin possédait deux fiefs celui de Laumont et celui de Beaujeu. En contrepartie, les seigneurs de ces fiefs devaient administrer le château de Vauguillain. Le dernier gouverneur de Vauguillain fut le sieur de Fonfrède qui possédait le fief de Laumont.

Le censier archiépiscopal de 1521-1522 fournit un visage précis et détaillé des lieux. Le prélat possède la quasi-totalité des censives du finage. Le curé, qui dispose d'un presbytère, vit auprès de son église, du cimetière, de la fontaine et de la place où on ne dénombre que huit maisons, Autant dire que la quasi totalité des 160 censitaires vit dans des fermes isolées (35 ?) éparpillées sur le finage. Les chemins principaux ne se donnent pas la peine de passer par l'église : grand chemin de Joigny à Courtenay (passant par Les Martins), grand chemin de Saint-Julien-du-Sault à Courtenay (passant par Les Brossiers). Certes, d'autres grands chemins vont de Verlin à Cudot (par les Martins), Précy, au château de Saint-Julien (par Saulquelx) Bussy et Saint-Martin-d'Ordon, mais il s'agit de simples dessertes de voisinage. On ne dénombre que deux artisans en vie (un forgeron, un meunier ) et deux décédés (un maréchal et un maçon)[4].

En 1840 a été trouvé sur la commune de Verlin une assez grande quantité de pièces de monnaie en argent au nom de Henri III, Charles IX et Henri IV avec d'un côté les armes de France et de l'autre une grande croix avec une fleur de lys aux extrémités.

En 1918, l’élection du maire au bénéfice de l'age, présenté par le parti radical, défraya la chronique journalistique car il ne savait ni lire ni écrire [5].

Pierre de légendeModifier

 
Menhir des Pommesoies

En 1853 l'abbé Désiré Lemoine, curé de Verlin, écrit à son supérieur hiérarchique, le curé-doyen Girard, de Saint-Julien-du-Sault faisant référence au hameau des Guillots et à ses pierres "animées" : «dans ce village un chasseur distingué tira plus de trente coups de fusil sur un lièvre boiteux et, quand il voulut mettre la main dessus pour le prendre, le lièvre s'avisa de parler comme un homme. C'est encore là que l'on voit, pendant la messe de minuit, la terre s'entrouvrir et que l'on aperçoit un trésor qui ferait la fortune de tout le monde, si on pouvait s'en emparer…».

ÉconomieModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Albert Saulet    
1945 1959 Maurice Haudecœur    
1959 1965 Octave Naniter    
1965 1971 Georges Garceau    
1971 1986 Raymond Binet    
1986 1996 Georges Husquin    
1996 2008 Odile Dubreucq    
2008   Gilles-Maxime Poiblanc[6]    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2016, la commune comptait 435 habitants[Note 1], en diminution de 0,23 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
479451466440498526573613679
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
664649665707673610628562544
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
526499491437420427389354341
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
319265250287284325403414425
2013 2016 - - - - - - -
434435-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

 
La fontaine et la vierge en bois

La fontaine de la ViergeModifier

Elle est située près de l’église et au bord du ru d’Ocq. Elle est entourée d’un muret surmonté d'une croix qui surplombe une niche qui abrite une œuvre de Philippe Makédonsky depuis que la vierge en bois, qui provenait de la chapelle de Vauguillain, a été volée en 1962. Un pèlerinage s'y déroule depuis le XIIIe siècle, le 25 mars pour la Solennité de l'Annonciation à Marie et le 8 septembre pour la Fête de la Nativité de Marie. Traditionnellement, après la messe, on bénissait la fontaine, puis, pour obtenir des guérisons, les linges des nourrissons étaient immergés puis bénis à l'église. Une coutume voulait qu'on plonge les enfants dans les eaux de la source à leur naissance pour les mettre sous la protection de la Vierge [11] .

L’église Notre-Dame de VerlinModifier

Elle date du XVIIIe siècle et a été restaurée à la fin du XIXe siècle ; elle conserve d'origine sa porte d’entrée encadrée par deux colonnes à chapiteaux à feuilles d'acanthe. À l’intérieur de l’église, au-dessus du maître-autel, une vierge à l’Enfant légèrement déhanchée, dans le style du XIVe siècle. Les nombreux ex-voto témoignent des faveurs obtenues de la statue de Notre-Dame.

De retour du conclave de 1669 ou il avait accompagné l’Archevêque de Sens Paul d'Albert de Luynes, Louis-Mathias de Barral fut nommé par ce dernier archidiacre de Sens le 6 décembre 1777. Dès mai 1778, il commence, selon un rite défini à l'avance avec les curés la visite d'églises dépendant du grand archidiaconé de Sens. Le matin du 24 aout 1778, il vient visiter l'église Notre-Dame-de-Verlin ou il est reçu par André Aubry le curé de la paroisse. Le procès verbal rédigé sur un cahiers par le greffier Eustache Denys fait état de réparations à faire à la tour et au chœur, de l'absence de confessionnal et de banc, hormis des bancelles cassées et éparses. Il manque également une Chasuble violette, une verte et la blanche pour les fêtes solennelles a besoin d’être remplacée. Il est donc demandé au Marguillier d'acheter une chasuble blanche en soie, une violette et une verte, de faire faire un confessionnal, d'arranger les petits autels de la nef. Il est toutefois constaté qu'il y a un reliquat de 638 livres 17 sols 6 deniers pour les comptes 1776 et 1777 qui est mis au coffre [12].

PhotosModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Le mariage à Saint-Julien-du-Sault en 1789 . Une noce à Verlin par Maurice Papelard
  • Le menhir de Pommesoies", Georges Bolnat, 1929, Imprimerie l'Universelle, (Auxerre).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. http://maps.google.fr/maps?q=verlin&hl=fr&sll=48.031108,3.296131&sspn=0.083685,0.154324&hnear=Verlin,+Yonne,+Bourgogne&t=h&z=14
  2. a et b Verlin sur google.fr – cartes IGN.
  3. Verlin sur geoportail.fr – cartes IGN.
  4. Etienne Meunier. Censiers de Saint-Julien-du-Sault et Verlin (1521-1522). Cahiers généalogiques de l'Yonne, tome XXV, 2018, pp. 21-26, 144-219.
  5. journal La Croix du 26 mai 1896
  6. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. Pierre Millat, Les eaux merveilleuses du nord de l'Yonne, Société d'histoire et d'Archéologie du canton de Villeneuve-sur-Yonne, Imprimerie Fostier, 1988
  12. Les visites des églises du Villeneuvien, du Jovinien et du Sénonais par Monseigneur de Barral en 1778, Etudes villeneuviennes N° 30, 2002