Ouvrir le menu principal

Joseph-Michel Le Soufaché

architecte français
Joseph-Michel Le Soufaché
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Le château de Sceaux, reconstruit au XIXe siècle.

Joseph-Michel Le Soufaché (7 brumaire an XIII, , Bruz[1] - 1887) est un architecte français.

BiographieModifier

Le Soufaché reçut l’enseignement des architectes François Debret et Félix Duban, puis il entra à l’École des beaux-arts de Paris en 1830[2].

Il travailla ensuite sous la direction de Charles-Eugène-Frédéric Neveu qui dirigeait les nouveaux aménagements du château de Versailles commandités par Louis-Philippe Ier, puis avec Félix Duban, à l’occasion des agrandissements de l’École des Beaux-Arts, à Paris et des restaurations du château de Dampierre, propriété du duc de Luynes.

Il construisit des hôtels particuliers pour des familles aristocratiques et bourgeoises.

Pour le duc de Trévise, il dirigea les travaux de construction et les aménagements intérieurs du nouveau château de Sceaux, de 1856 à 1862.

En 1869, il se porta acquéreur du domaine des Hauldres sur la commune d'Etiolles (Essonne) dont il fut le maire de 1874 à sa mort. Dans le parc, subsiste le chalet dont il fut l'auteur. Ce domaine en bordure de Seine lui servait de résidence d'été. Au décès de sa veuve en 1897, le domaine passa entre les mains de son frère Pierre-Joseph-Marie Le Soufaché, officier de marine en retraite.

C'est à l'occasion du premier anniversaire de ses obsèques que fut donnée la première version du célèbre Requiem du compositeur Gabriel Fauré.

RéférencesModifier

  1. Documents : Tables Décennales de Bruz 1803 - 1812, cote 10 NUM 35047 550 et Naissances à Bruz 1804 - 1805, cote 10 NUM 35047 519 (acte no 2), sur le site des Archives d’Ille-et-Vilaine.
  2. Les architectes élèves de l'Ecole des beaux-arts, Louis Thérèse David de Penanrun, Edmond Augustin Delaire et F. Roux, 1907, pp. 19, 70, 327.

Philippe Cachau : Etude historique du domaine départemental de la plaine des Coudrais à Etiolles, Conservatoire des espaces naturels sensibles, Conseil général de l'Essonne, 2007, p. 80-83.