Bellot (Seine-et-Marne)

commune française du département de Seine-et-Marne

Bellot
Bellot (Seine-et-Marne)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Intercommunalité CC des Deux Morin
Maire
Mandat
Frédéric Morel
2020-2026
Code postal 77510
Code commune 77030
Démographie
Gentilé Bellotiers
Population
municipale
769 hab. (2018 en diminution de 1,54 % par rapport à 2013)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 26″ nord, 3° 19′ 09″ est
Altitude Min. 83 m
Max. 204 m
Superficie 16,36 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Coulommiers
Législatives 4e circonscription de Seine-et-Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Bellot
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Bellot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bellot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bellot
Liens
Site web www.mairie-bellot.fr

Bellot est une commune française du département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune de Bellot est située dans la vallée du Petit Morin.

Elle fait partie du canton de Coulommiers situé dans l'arrondissement de Provins et est située à environ 19 kilomètres au nord-est de Coulommiers[Carte 1].

Communes limitrophesModifier

Les communes limitrophes proches de Bellot incluent Villeneuve-sur-Bellot, dont le bourg est à 1,89 km du bourg de Bellot, Sablonnières à 2,63 km, Saint-Léger à 3,18 km, Verdelot à 4,11 km, Saint-Barthélemy à 5,4 km et La Ferté-Gaucher à 8,4 km.

Communes limitrophes de Bellot
Sablonnières Villeneuve-sur-Bellot Verdelot
Saint-Léger   Verdelot
Saint-Barthélemy
Saint-Léger La Ferté-Gaucher - Saint-Barthélemy Saint-Barthélemy

HydrographieModifier

Réseau hydrographiqueModifier

 
Carte des réseaux hydrographique et routier de Bellot.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de quatre cours d'eau référencés :

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 5,77 km[5].

Gestion des cours d'eauModifier

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[6].

La commune fait partie du SAGE « Petit et Grand Morin », approuvé le . Le territoire de ce SAGE comprend les bassins du Petit Morin (630 km2) et du Grand Morin (1 185 km2)[7]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SMAGE) des 2 Morin, qualifié de « structure porteuse »[8].

ClimatModifier

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 4,9 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 4,3 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,5 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 755 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : -5,4 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : -3,7 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[9].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[9]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 55 km à vol d'oiseau[10], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[11] à 11,6 °C pour 1991-2020[12].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Réseau Natura 2000Modifier

 
Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[13].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats »[14] :

  • le « Petit Morin de Verdelot à Saint-Cyr-sur-Morin », d'une superficie de 3 589 ha, un site qui accueille la plus importante population d’Île-de-France de cuivré des marais (Lycaena dispar) et la deuxième plus importante population d’Île-de-France de sonneur à ventre jaune (Bombina variegata)[15],[16] ;

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristiqueModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Bellot comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 2],[17], le « Le Petit Morin » (30,09 ha), couvrant 10 communes du département[18] ; et le « Le Ru de Bellot » (49,57 ha)[19] et un ZNIEFF de type 2[Note 3],[17], la « vallée du Petit Morin de Verdelot à la Ferte Sous-Jouarre » (4 988,89 ha), couvrant 15 communes du département[20].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Bellot est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[21],[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire regroupe 1 929 communes[24],[25].

LogementModifier

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 380 dont 92,9 % de maisons et 6,9 % d’appartements.

Parmi ces logements, 79,4 % étaient des résidences principales, 11 % des résidences secondaires et 9,6 % des logements vacants. La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 86,5 % contre 10,8 % de locataires et 2,7 % logés gratuitement[26],[Note 6].

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

La commune compte 284 lieux-dits administratifs répertoriés[27] dont les plus importants sont Launoy Brûlé, le Grand Doucy, les Crochots, Champmartin.

Occupation des solsModifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (78,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (78,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (61,2% ), forêts (19,5% ), prairies (9,5% ), zones agricoles hétérogènes (8,2% ), zones urbanisées (1,6 %)[28].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[29],[30],[Carte 2]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

PlanificationModifier

La commune, en 2019, avait engagé l'élaboration d'un plan local d'urbanisme[31].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Belo en 1112 (Du Plessis, II, p. 21.)[32] ; Ecclesia de Beloy en 1145 (Cartulaire de Molesme, II, p. 357.)[32] ; Bello en 1325 (Auguste Longnon, II, 260.)[32] ; Bellot en Brie en 1549 (Archives nationales, Y 95, fol. 60.)[32]. Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Bellot-la-Montagne[33].

Il s'agit d'une formation toponymique gallo-romane ou médiévale, dont l'élément Bel- représente peut-être une variante du bas latin betullus[34], qui a abouti à l'ancien français boul « bouleau ». Ce terme est issu du latin vulgaire betullus (latin classique betulla) d'origine gauloise. La forme de 1145 semble indiquer que la terminaison -ot représente en fait le suffixe -ETU désignant, entre autres, un ensemble d'arbres appartenant à la même espèce (cf. -ETA > -aie : chênaie, hêtraie, etc.). D'où le sens global de « lieux plantés de bouleaux »[35].

Remarque : il n'est cependant pas certain que Bel- représente effectivement cet élément, il peut s'agir également d'un ancien Berl- désignant précisément la berle, d'où Berlei, Berloi comme Bellay (Maine-et-Loire, Berlai XVe siècle)

HistoireModifier

L’histoire écrite de Bellot commence au début du XIIe siècle, sous le règne de Louis VI le Gros. En 1112, l’évêque de Meaux, Manassès 1er, donne aux religieux de Molesmes le produit de la dime de Bellot mais laisse sa part au curé du lieu.

En 1172, les actes de Champagne mentionnent un certain Roger de Bellou, qui semble être le seigneur du lieu. Bellot dépend alors de la seigneurie de La Ferté-Gaucher, qui fait partie du Comté de Campagne et de Brie.

En 1509, la comtesse de Vendôme, dame de la Ferté-Aucol (qui deviendra plus tard la Ferté-sous-Jouarre), Chamigny et Bellot, assiste par procuration à la coutume de Meaux.

En 1620, le seigneur de Bellot est Louis de Clèdre, cavalier et conseiller du roi. En 1698, sans doute via son épouse Louise le Maistre, le fief de Bellot passe sous l’autorité de Gilles Le Maistre. En 1732, Gilles Le Maistre vend sa seigneurie de Bellot à René de Maupéou (seigneur de Sablonnières). Sa famille conservera Bellot jusqu’à la révolution. À noter que la terre de Culoison (l’un des hameaux actuels de Bellot) constitue un fief indépendant, propriété de deux seigneurs en 1676 (Pierre du Gourdel et Charles du Buisson). Par son union avec Catherine du Gourdel, Jean-Baptiste du Buisson devient seul seigneur de Culoison en 1705. La seigneurie passe en 1724 à Messire de l’Épine, écuyer gendarme de la garde du Roi.

Jusqu’à la révolution, l’influence et l’utilité de l’Église sont considérables. En vertu de l’Ordonnance de Villers-Cotterêts (1539), elle tient les registres d’état civil en français, dispense l’éducation et perçoit tout ou partie de la dîme. (voir l’Église et la vie paroissiale).

La révolution abolit les privilèges et les droits féodaux. La dénomination du département de « Seine-et-Marne » est préférée à celle de « Brie-Et-Gâtinais » (trop proche du passé féodal). En concurrence avec Rozay-En-Brie, Melun en devient le chef-lieu par une courte majorité de 8 voix sur 475 votants[réf. nécessaire].

Politique et administrationModifier

Les maires de Bellot
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1795 Jacques Potel    
1795 1797 Antoine Garnier    
1797 1798 Pierre-François Brodard    
1798 1803 Jacques Potel    
1803 1812 Louis-François Bonnaventure Legouge    
1812 1815 Brodard    
1815 1859 Jacques Potel    
1859 1883 Louis-Frédéric Sucet    
1883 1888 Jean-Baptiste Fagot    
1888 1896 Louis Heuretevin    
1896 1900 Joseph Plier    
1900 1919 Étienne Brodard    
1919 1922 Aimable Cloud    
1922 1929 Georges Guillou    
1929 1942 Pierre Brodard    
1942 1947 Georges Griffaut    
1947 1973 Jean Brodard    
1973 1977 André Pavois    
1977 2008 Serge Mignard    
2008 2014 Jean Gallois    
2014[36] juillet 2020[37] François Housseau   Salarié agricole
juillet 2020[38] En cours Frédéric Morel    

Équipements et servicesModifier

Eau et assainissementModifier

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [39],[40].

Assainissement des eaux uséesModifier

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Bellot est assurée par la communauté de communes des Deux Morin pour la collecte, le transport et la dépollution[41],[42],[43].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[44]. Le Syndicat mixte d'assainissement du Nord-Est (SIANE) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[41],[45].

Eau potableModifier

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par le syndicat de l'Eau de l'Est seine-et-marnais (S2E77) qui gère le service en régie[41],[46],[47].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[48]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[49].

En 2018, la commune comptait 769 habitants[Note 7], en diminution de 1,54 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
838828978925937875872911916
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
926900880847844774779711683
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
667671693587604605601609610
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
552531487534672706780792804
2013 2018 - - - - - - -
781769-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2006[50].)
Histogramme de l'évolution démographique

SportsModifier

  • Piscine découverte.

ÉconomieModifier

Secteurs d'activitéModifier

Au , Bellot compte 25 établissements actifs : 2 dans l'agriculture, 2 dans l'industrie, 4 dans la construction, 14 dans le commerce et les services et 3 dans le secteur administratif[51].

AgricultureModifier

Bellot est dans la petite région agricole dénommée la « Brie laitière » (anciennement Brie des étangs), une partie de la Brie à l'est de Coulommiers[52]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 8] de l'agriculture sur la commune est la polyculture et le polyélevage[53].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[54]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 20 en 1988 à 7 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 46 ha en 1988 à 79 ha en 2010[53]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Bellot, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Bellot entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[53],[Note 9]
Nombre d’exploitations (u) 20 8 7
Travail (UTA) 28 13 10
Surface agricole utilisée (ha) 926 647 556
Cultures[55]
Terres labourables (ha) 800 546 429
Céréales (ha) 526 368 s
dont blé tendre (ha) 318 227 163
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 67 45 40
Tournesol (ha) s
Colza et navette (ha) 20 s s
Élevage[53]
Cheptel (UGBTA[Note 10]) 490 287 314

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église
  • Manoir dit château de Bellot XVIe, XVIIe et XIXe.
  • Église Saint-Loup-de-Troyes, inscrite au titre des Monuments historiques depuis le [56].

Personnalités liées à la communeModifier

  • Robert Lapoujade, peintre, écrivain et réalisateur, a vécu à Saincy (hameau de Bellot) où il est mort le 17 mai 1993.
  • Jacques Ambroise Potel (1765-1859), un grand serviteur de Bellot :
    Né à Bellot le 10 novembre 1765, Jacques-Ambroise Potel est le fils de Louise Gautier et de Jacques Potel, cultivateur. Suivant l’exemple de son père, il est maire de Bellot pendant 44 ans. Conscient de l’importance des voies de communication pour le développement de la commune, Bellot lui doit d’être un carrefour entre les routes de la vallée du petit Morin et du plateau. Il obtient notamment :
La commune ne disposant que de très peu de ressources propres, les emprunts consentis pour développer le réseau routier retarderont la construction de l’école du Bourg qui ne commenceront qu’en 1865. Jacques-Ambroise Potel n'en verra pas la concrétisation et s’éteindra le 13 juillet 1959 à l’âge de 84 ans.[réf. nécessaire]

HéraldiqueModifier

  Blason
De gueules à la fontaine d'argent jaillissant d'or, posée sur un rocher isolé d'argent, surmontée d'un loup passant du même accosté de deux taus d'or.
Détails
Adopté en juin 2013.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Bellot d'hier à aujourd'hui[57], par le Comité de l’an 2000. 352 pages. Disponible en Mairie de Bellot, rédigé

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  8. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  9. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  10. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Localisation de Bellot » sur Géoportail (consulté le 30 octobre 2019)..
  2. « Bellot - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 19 janvier 2021).
  3. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 19 janvier 2021).

RéférencesModifier

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Petit Morin (F62-0400) ».
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Petit Morin (F6250801) ».
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Bellot (F6251000) ».
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Raboireau (F6538000) ».
  5. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 23 octobre 2018
  6. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 16 janvier 2021).
  7. « SAGE Petit et Grand Morin - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  8. site officiel du Syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SMAGE) des 2 Morin
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2021).
  10. « Orthodromie entre Bellot et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le 17 janvier 2021).
  11. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 9 juillet 2020).
  12. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 9 juillet 2020).
  13. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 13 janvier 2021).
  14. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Bellot », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 janvier 2021).
  15. « Le Petit Morin de Verdelot à Saint-Cyr-sur-Morin - ZSC - FR1100814 », sur www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 9 janvier 2021).
  16. « site Natura 2000 FR1100814 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 janvier 2021).
  17. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Bellot », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 janvier 2021).
  18. « ZNIEFF le « Le Petit Morin » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 janvier 2021).
  19. « ZNIEFF le « Le Ru de Bellot » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 janvier 2021).
  20. « ZNIEFF la « vallée du Petit Morin de Verdelot à la Ferte Sous-Jouarre » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 janvier 2021).
  21. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  22. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  24. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  26. Statistiques officielles de l'Insee.
  27. Site territoires-fr.fr consulté le 3 novembre 2018 sous le code commune 77030
  28. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 19 janvier 2021).
  29. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le 19 janvier 2021).
  30. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le 19 janvier 2021).
  31. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 22 janvier 2021).
  32. a b c et d Stein (Henri), Hubert (Jean), Dictionnaire topographique du département de Seine-et-Marne, Paris, 1954, p. 28 [1].
  33. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 69a.
  35. Marianne Mulon, Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207).
  36. « Municipales : François Housseau se présente : La bataille électorale s’annonce animée à Bellot. François Housseau, conseiller municipal depuis 2008, a décidé de conduire une liste en mars prochain », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2020).
  37. Jean-Michel Rochet, « Municipales 2020 à Bellot : candidat à nouveau, François Housseau répond à son opposant : Fortement attaqué par Laurent Mignard dans un document de 8 pages distribué aux habitants, le maire sortant annonce sa candidature et réplique », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2020).
  38. Jean-Michel Rochet, « La nouvelle équipe municipale de Bellot veut « rendre son âme au village » : Littéralement gangrenée par les errances budgétaires, l'ambiance au village devrait changer », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2020) « Sans difficulté et comme prévu, les 14 élus ont choisi Frédéric Morel comme maire et Christine Reignoux et Marie-Élisabeth Leroux-Saleine comme adjointes au maire (...) Le nouveau Conseil municipal ne compte que 14 membres, le 15e, François Housseau, l’ancien maire, ayant présenté sa démission le matin même de la première réunion ».
  39. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le 6 février 2021).
  40. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le 6 février 2021).
  41. a b et c « Commune de Bellot - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 6 février 2021).
  42. « CC des Deux Morin - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 6 février 2021).
  43. « CC des Deux Morin - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 6 février 2021).
  44. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 27 mars 2020).
  45. « Syndicta mixte d'assainissement du Nord-Est (SIANE) - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 6 février 2021).
  46. « Syndicat de l'Eau de l'Est seine-et-marnais (S2E77) - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 6 février 2021).
  47. « Syndicat de l'Eau de l'Est seine-et-marnais (S2E77) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 6 février 2021).
  48. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  49. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  50. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  51. « Comparateur de territoire - Commune de Bellot », sur www.insee.fr, (consulté le 26 janvier 2021).
  52. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le 26 janvier 2021).
  53. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Bellot », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 26 janvier 2021).
  54. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 26 janvier 2021).
  55. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Bellot », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 26 janvier 2021).
  56. « Église », notice no PA00086814, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  57. Comité de l'an 2000 (dir.), Mairie de Bellot, « Bellot d'hier à aujourd’hui », Bellot, commune briarde, a voulu écrire son histoire, faite de menus événements, de détails pittoresques, de personnages discrets, de scènes de vie, de tous ces petits riens qui forgent l'âme d'un village en tissant d'invisibles liens entre les habitants., Imprimerie Saint Paul, Bar Le Duc, .