Ouvrir le menu principal

Maison d'Ascanie

(Redirigé depuis Ascaniens)
Maison d'Ascanie
Description de cette image, également commentée ci-après
Blason des comtes de Ballenstedt, burelé de dix pièces de sable et d'or, adopté au XIIe siècle.
Pays Flag of Saxony-Anhalt (state).svg Saxe-Anhalt
Flag of Lower Saxony.svg Basse-Saxe
Drapeau de la Saxe Saxe
Drapeau du Land de Brandebourg Brandebourg
Titres Duc de Saxe
Duc de Saxe-Lauenbourg
Duc de Saxe-Wittemberg
Électeur de Saxe
Margrave de Brandebourg
Fondation XIe siècle
Adalbert de Ballenstedt
Dissolution 1689
Branche Maison d'Anhalt

La Maison d'Ascanie est l'une des plus anciennes familles allemandes, sur le plan historique dès le XIe siècle. Elle constitue la souche de la maison d'Anhalt qui existe encore de nos jours.

OrigineModifier

 
Le château de Ballenstedt

La dynastie tire son nom du château d'Aschersleben (en latin : Ascharia) dans la région d'Ostphalie en Saxe, aujourd'hui, dans le land de Saxe-Anhalt. Les autres châteaux familiaux ont été Ballenstedt et la forteresse d'Anhalt au milieu des montagnes du Harz. Une légende familiale datant du XVIe siècle raconte que les Ascaniens sont les descendants d'Ascagne, fils d'Énée, sinon d'Ashkenaz, arrière-petit-fils de Noé.

On trouve la première mention d'un comte ascanien Esico (comes Hesicho) dans un acte du , émis par l'empereur Conrad II le Salique. Par sa mère, Esico descend du margrave saxon Odo Ier († 993) ; il pourrait éventuellement être le frère d'Ute de Ballenstedt, la femme du margrave Ekkehard II de Misnie. Sa famille a régné sur des domaines à l'est de Quedlinbourg jusqu'à la frontière de la Francie orientale (la « Germanie ») le long de l'Elbe et de la Saale.

En vertu de l'Annalista Saxo, un chroniqueur du XIIe siècle, le comte Esicus de Ballenstide est le père du comte Adalbert de Ballenstedt, évoqué pour la première fois après l'an 1033. L'un des participants à la révolte des Saxons organisé par le comte Otton de Nordheim contre le règne du roi Henri IV en 1073, Adalbert en même temps fait don de plusieurs domaines à l'abbaye de Nienburg.

Souverains de Saxe et de BrandebourgModifier

Adalbert de Ballenstadt a été assassiné vers l'an 1080 et laissa comme héritiers deux fils : Othon le Riche († 1123) et Siegfried de Ballenstedt. Othon est marié à Eilika, fille du duc Magnus Ier de Saxe, issue de la famille Billung. À la mort de son beau-père en 1106, des vastes domaines saxons sont passés aux mains des Ascaniens. Othon lui-même devient duc de Saxe pendant une courte période en 1112, rivalisant avec Lothaire de Supplinbourg.

Après la mort de Lothaire en 1137, le fils d'Othon, Albert Ier l’Ours († 1170) fut nommé duc de Saxe, non sans avoir rencontré l'hostilité des Welf (la maison de Brunswick), notamment Henri le Lion a qui il a dû céder la place en 1142. Enfin, Albert s'imposa en 1157 comme le premier margrave de Brandebourg dans l'ancienne marche de l'Est saxonne au-delà de l'Elbe, au nord des terrioires du margrave Conrad de Misnie de la maison de Wettin. En 1147 Hedwige de Ballenstedt, fille d’Albert, épousa Othon de Misnie, fils de Conrad.

Comme c'était l'usage à l'époque, Albert l'Ours répartit son vaste patrimoine entre ses fils :

Après la chute de Henri le Lion en 1180, Bernard reçoit le titre de Duc de Saxe (en tant que Bernard III) des mains de l'empereur Frédéric Barberousse ; toutefois, les domaines orientals de Wittemberg et de Lauenbourg furent les seuls sur qui il régna. Bernard à son tour répartit ses terres entre ses fils :

La progéniture d'Albert Ier donna ensuite des souverains au duché de Saxe. Les ducs ascaniens formèrent deux branches, celle de Saxe-Wittemberg qui atteint le statut de prince-électeur par la Bulle d'or de 1356 et s'éteignit en 1422, et celle de Saxe-Lauenbourg qui finit en 1689. Les descendants de Henri Ier ont gouverné sur les principautés d'Anhalt-Aschersleben, d'Anhalt-Bernbourg, d'Anhalt-Köthen, d'Anhalt-Dessau, d'Anhalt-Zerbst et d'Anhalt-Plötzkau. Depuis l'an 1863 jusqu'à la Révolution allemande de 1918-1919, la lignée de Dessau régnait sur tous les domaines. La représentante la plus célèbre de la branche d'Anhalt est Catherine II (1729-1796), née princesse Sophie Frédérique Augusta d'Anhalt-Zerbst, impératrice et autocrate de toutes les Russies.

Voir aussiModifier

SourceModifier

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.