Siegfried de Weimar-Orlamünde

Siegfried de Ballenstedt ou Siegfried de Weimar-Orlamünde (né vers 1075; mort à Quedlinbourg ), issu de la maison d'Ascanie fut sous le nom de Siegfried Ier comte palatin du Rhin de 1095/1097 jusqu'en 1113 et Comte de Weimar-Orlamünde entre 1112 et 1113.

Siegfried de Weimar-Orlamünde
Titre de noblesse
Comte palatin
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
ReligieuxVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Gertrude of Northeim (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants

BiographieModifier

Siegfried nait en 1075 il est le fils du comte Adalbert II de Ballenstedt (mort entre 1078/1080) et d'Adélaïde de Weimar-Orlamünde (morte 1100), fille cadette du comte Othon de Weimar, margrave de Misnie Lorsque son père est tué vers 1080 par un homme d'Egeno II de Konradsburg, Siegfried et son frère Othon de Ballenstedt dit le Riche (né vers 1080 – mort en 1123) lui succède dans le comté de Ballenstedt.

À la suite du remariage de sa mère avec un membre de la lignée des Ezzonides le comte palatin de Lotharingie; Hermann II de Lotharingie (mort en 1085) puis avec son successeur comme comte palatin du Rhin Henri II de Laach (mort en 1095), Siegfried acquiert après la mort de Henri de Laach ou en tout cas au plus tard en 1097 une puissance prépondérante dans la région qui lui permet d'obtenir la dignité de Palatin du Rhin. Après la réussite de Première Croisade Siegfried effectue également un pèlerinage à Jérusalem[1]. Il refonde ensuite en 1112, l'Abbaye de Maria Laach qui avait déjà été entreprise en 1093 par son beau-père le comte palatin Henri II mais abandonnée après sa mort en 1095. En 1112 le comte Ulrich II de Weimar-Orlamünde (1070 – 1112), meurt sans laisser de descendance. Siegfried, revendique son héritage du droit de sa mère Adélaïde d'Orlamünde ce qui provoque un conflit avec l'empereur Henri V du Saint-Empire. Siegfried doit faire face à une attaque des partisans de l'empereur dans la vallée de Teufelsmauer près de Warnstedt le grièvement blessé lors du combat, il survit mais meurt peu après le . Siegfried laisse deux fils mineurs Siegfried II de Weimar-Orlamünde (1107-1124) et Guillaume de Weimar-Orlamünde (1112-1140). Le Palatinat du Rhin qui est attribué à Gottfried de Calw un fidèle d'Henri V, échappe à la maison d'Ascanie jusqu'à ce que son fils cadet Guillaume soit rétabli en 1126/1129.

PostéritéModifier

De son union avec Gertrude de Northeim fille de Henri de Nordheim il a trois enfants :

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • (de) Lutz Partenheimer: Die Rolle der Frauen beim Aufstieg der frühen Askanier, in: Die frühen Askanier. Protokoll der Wissenschaftlichen Konferenzen zur politischen und territorialen Herrschaftsgeschichte sowie den sozialen und kulturhistorischen Aspekten der frühen Askanier-Zeit am 19./29. in Aschersleben/Ballenstedt und am 25. Mai in Bernburg (= Beiträge zur Regional- und Landeskultur Sachsen-Anhalts, H. 28), Halle 2003, S. 254 – 274, hier: S. 257 ff.
  • (de) Gerold Meyer von Knonau, « Sigfrid (Graf von Ballenstedt), Pfalzgraf von Lothringen », dans Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 34, Leipzig, Duncker & Humblot, , p. 257 f
  • (de) Jürgen Dendorfer, « Si(e)gfrid. », dans Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 24, Berlin pas encore publié, Duncker & Humblot, p. 345–346 (original numérisé).
  • (en) & (de) Peter Truhart, Regents of Nations, K. G Saur Munich, 1984-1988 (ISBN 359810491X), Art. « Pfalz / Palatinate. Pfalzgrafen bei Rhein und (1257) Kurfürsten der Pfalz / Palatin. Counts and (1257) Electors Cap. (13..) Heidelberg, (1720) Mannheim ».