Maison d'Anhalt

Maison d'Anhalt
Description de cette image, également commentée ci-après
Armoiries des ducs d'Anhalt.
Lignée Maison d'Ascanie
Fondation 1212
Branche Anhalt-Bernbourg (éteinte en 1863), Anhalt-Cöthen, Anhalt-Zerbst et Anhalt-Dessau

La maison d'Anhalt est l'une des plus anciennes familles princières de l'Allemagne, une branche de la célèbre maison d'Ascanie issue de Henri Ier d'Anhalt qui reçut la principauté d'Anhalt à la suite du décès de son père le duc Bernard III de Saxe en 1212.

Les Ascaniens, issus de la haute noblesse au XIe siècle, relevaient primitivement du duché de Saxe. D'abord comtes, puis princes immédiats du Saint-Empire, ils possédaient d'importants biens autour d'Aschersleben (Ascharia), de Ballenstedt et de Bernbourg en Ostphalie (dans la Saxe-Anhalt d'aujourd'hui). Albert l'Ours devint duc de Saxe en 1138 et préparera le terrain pour la marche de Brandebourg à partir de 1150.

Après la chute du duc Henri le Lion en 1180, les régions orientales de la Saxe (l'Ostphalie) vont donc passer entre les mains du fils d'Albert l'Ours, Bernard III. Les pays héréditairs des Ascaniens en 1212 se trouvait tout entière entre les mains de Henri Ier d'Anhalt, fils aîné de Bernard, lorsque son frère cadet Albert hérite du titre de duc. Dans un acte du , Henri est cité comme comes Aschariae, plus tard également comme princeps in Anahalt, d'après le château d'Anhalt près de Harzgerode.

L'État d'Anhalt se démembra pour la première fois en 1252 entre les fils de Henri Ier, et forma les quatre principautés de :

La lignée d'Aschersleben disparaît déjà en 1315. En 1396, les fils survivants de Jean II d'Anhalt-Zerbst, les princes Sigismond Ier et Albert IV, ont créé les principautés d'Anhalt-Köthen et d'Anhalt-Dessau. La branche d'Anhalt-Bernbourg s'éteint en 1468, à la mort du prince Bernard VI, et son domaine revient à son cousin le prince Georges Ier d'Anhalt-Dessau.

Au début des temps modernes, l'influence politique des princes d'Anhalt a fortement diminué. Les principautés se sont associées au Cercle de Haute-Saxe en 1512. En 1525, le prince Wolfgang d'Anhalt-Köthen est l'un des premiers princes du Saint-Empire à embrasser la Réforme protestante. À la suite de la mort de Georges III d'Anhalt-Dessau en 1553, du décès de Joachim d'Anhalt-Dessau en 1561 et de l'abdication de Wolfgang d'Anhalt-Köthen l'année suivante, ses neveux Joachim-Ernest et Bernard VII de la lignée d'Anhalt-Zerbst se retrouvent seuls princes.

En 1603, la principauté est partagée à nouveau entre les fils de Joachim-Ernest :

L'Anhalt-Plötzkau disparaît en 1665 et ses domaines sont passés à l'Anhalt-Bernbourg, lorsque les princes de la lignée d'Anhalt-Plötzkau omt repris la principauté d'Anhalt-Köthen.

Le prince d'Anhalt-Bernbourg est élevé au rang de duc (Herzog) par l'empereur François II. L'année suivante, l'Anhalt-Dessau et l'Anhalt-Köthen furent également faites duchés par Napoléon Ier. La lignée d'Anhalt-Zerbst était déjà éteinte en 1793 ; la branche d'Anhalt-Köthen s'éteignit en 1847. La lignée d'Anhalt-Bernbourg a eu pour dernier représentant Alexandre-Charles, mort sans héritier en 1863, et a été jointe à celle d'Anhalt-Dessau.

Après l'abdication de la maison d'Anhalt au cours de la révolution allemande de 1918-1919, la famille réside principalement au château de Ballenstedt. Le dernier duc souverain, Joachim-Ernest, fut temporairement emprisonné par les Nazis au camp de concentration de Dachau ; après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il est à nouveau arrêté par les forces d'occupation soviétiques et meurt de maladie au camp spécial no 2 de Buchenwald. L'État libre d'Anhalt, né en 1918, fusionne avec la Saxe prussienne pour devenir le Land de Saxe-Anhalt en 1946.

Membres célèbresModifier

Voir aussiModifier

SourceModifier

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.