Ouvrir le menu principal

Anthony Réveillère

footballeur français

Anthony Réveillère
Image illustrative de l’article Anthony Réveillère
Réveillère face à l'Espagne lors de l'Euro 2012.
Biographie
Nom Anthony Guy Marie Réveillère
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (39 ans)
Lieu Doué-la-Fontaine (France)
Taille 1,81 m (5 11)
Période pro. 19982015
Poste Arrière droit
Pied fort Droit
Parcours junior
Saisons Club
1985-1992Drapeau : France SO Vihiers
1992-1996Drapeau : France SCO Angers
1996-1998Drapeau : France Stade rennais
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1998-2003Drapeau : France Stade rennais 165 (2)
2003 Drapeau : Espagne Valence CF 024 (1)
2003-2013Drapeau : France Olympique lyonnais 413 (6)
2013-2014Drapeau : Italie SSC Naples 018 (0)
2014-2015Drapeau : Angleterre Sunderland 017 (0)
1998-2015Total637 (9)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1995-1996 Drapeau : France France -17 ans 020 (1)
1996-1997 Drapeau : France France -18 ans 006 (0)
1999-2002 Drapeau : France France espoirs 024 (1)[1]
2007Drapeau : France France A' 001 (0)
2003-2012Drapeau : France France 020 (1)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 9 novembre 2015

Anthony Réveillère, né le à Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire), est un footballeur international français. Durant sa carrière, il évolue au poste de défenseur.

BiographieModifier

Débuts professionnels au Stade rennais (1998-2003)Modifier

Il débute au Stade omnisports Vihiersois. Il est ensuite formé au SCO Angers puis au Stade rennais, qui le recrute à la fin de sa 17e année, et où il s'impose, deux ans plus tard, dans le onze de départ de Paul Le Guen grâce à sa polyvalence, pouvant évoluer arrière gauche ou droit. Il débute en première division le contre le SC Bastia.

Prêt à Valence (2003)Modifier

En janvier 2003, il est finalement prêté pour six mois au club espagnol du Valence CF[2].

Olympique lyonnais (2003-2013)Modifier

De retour en Bretagne après son prêt, il rejoint finalement l'Olympique lyonnais en juillet 2003, où il retrouve son ancien entraîneur Paul Le Guen. Il devient alors l'un des joueurs les plus utilisés et les plus réguliers en termes de performance, participant activement aux différents titres remportés par le club.

Il inscrit son premier but en Ligue des champions le contre le Steaua Bucarest. Le , il se blesse gravement lors d'un match contre le Paris Saint-Germain. Il est atteint d'une rupture du ligament croisé antéro-externe du genou gauche, pour laquelle le club lyonnais prévoit un éloignement des terrains pour le reste de la saison 2008-2009[3].

Or, après avoir refusé une opération afin de privilégier une solution alternative (à savoir densifier son quadriceps dans le but d'isoler le ligament), il fait son retour sur les terrains dès le 11 avril 2009, lors d'un match contre l'AS Monaco. Ceci contre l'avis des médecins et le scepticisme de son entraîneur Claude Puel, qui jugent son retour prématuré.

Réveillère revient à son meilleur niveau lors de la saison 2009-2010. Il retrouve une place de titulaire indiscutable dans le 11 de l'OL (son concurrent François Clerc enchaînant par ailleurs plusieurs blessures), et participe à la qualification pour les huitièmes de finale de Ligue des champions contre le Real Madrid. Il dispute les quarts de finale de la Ligue des champions pour la cinquième fois en huit ans (2003 avec Valence et 2004, 2005, 2006, 2010 avec Lyon) et atteint pour la première fois les demi-finales (contre le Bayern Munich).

En août 2012, il est en passe d'être transféré au Paris Saint-Germain dans le cadre d'un échange avec Milan Biševac mais ne donne pas satisfaction au club parisien lors de la visite médicale, de sorte que son départ est annulé[4].

Début septembre 2013, en passe d'être recruté pour la saison 2013-2014 par l'Olympique de Marseille[5], il est finalement recalé, faute d'accord avec le club.

Fin de carrière à l'étranger (2013-2015)Modifier

Le 8 novembre 2013, il s'engage officiellement à Naples pour une durée de huit mois[6]. Le 21 mai 2014, son contrat n'est pas renouvelé et il quitte le club italien après avoir disputé 18 matchs toutes compétitions confondues.

Le 23 octobre 2014, il s'engage avec le club anglais de Sunderland jusqu'au terme de la saison[7]. Il n'est ensuite pas prolongé mais fait part de son envie de continuer en Angleterre[8].

Le 9 novembre 2015, il annonce qu'il met un terme à sa carrière sportive.

En équipe de France (2003-2012)Modifier

Il participe au Championnat d'Europe des moins de 16 ans en 1996 avec les bleus et perd en finale contre le Portugal (1-0).

En 2002, il est finaliste au Championnat d'Europe espoirs en 2002 contre la République tchèque perdant ce match aux tirs au but. L'équipe dirigée cette année par Raymond Domenech, sera son futur sélectionneur chez les A.

Il est convoqué pour la première fois avec l'équipe de France par Jacques Santini et titulaire en octobre 2003 face à l’Israël, comptant pour les matchs de qualification de l'Euro 2004. Les bleus s'impose 3-0 au Stade de France.

En mai 2005, il fait son retour en match amical contre l'Hongrie (victoire 2-1).

Réveillère se blesse quelques mois avant le mondial allemand. Il n'est pas sélectionné pour la Coupe du monde 2006 pour éventuellement suppléer Willy Sagnol en tant qu'arrière droit.

Il est appelé à plusieurs reprises en sélection nationale mais se heurte à la concurrence de Bacary Sagna, de son coéquipier François Clerc et du Rennais Rod Fanni.

Après quatre ans et demi sans être sélectionné et des prestations de haut niveau en Ligue des Champions avec l'Olympique Lyonnais en 2009-2010, il fait partie des 23 joueurs sélectionnés par Raymond Domenech pour disputer la Coupe du monde 2010. Mais il ne jouera cependant aucun match dans la compétition.

Le , il marque son premier et seul but avec les Bleus en étant arrière gauche lors du match comptant pour les éliminatoires de l'Euro 2012 face à l'Albanie (3-0).

En 2012, Réveillère fait partie des joueurs sélectionnés par Laurent Blanc pour disputer l'Euro[9]. Barré par Mathieu Debuchy, il ne dispute pas les matchs de poule mais participe au quart de finale perdu face à l'Espagne en perdant (2-0).

Avec l'arrivée de Didier Deschamps, il joue ses deux dernières sélections avec deux victoires, une contre la Finlande (0-1) en septembre, match comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2014 et les vice-champions d'Europe, l'Italie en amical au mois de novembre 2012 (1-2).

Ayant joué avec plusieurs joueurs de générations différentes, Anthony Réveillère totalise seulement 20 sélections et 1 but. N'ayant jamais été un titulaire indiscutable en bleu et barré par une forte concurrence à son poste, il a connu quatre sélectionneurs en l'équipe de France entre 2003 et 2012.

ReconversionModifier

Lors de la rentrée 2017, il s'inscrit à la formation de manager général de club sportif dispensée par le Centre de droit et d'économie du sport de Limoges[10].

Style de jeuModifier

Latéral droit, capable de jouer à gauche, Anthony Réveillère apporte notamment sa vitesse dans son couloir. Solide et réactif défensivement, il est « propre » techniquement.

StatistiquesModifier

Statistiques d'Anthony Réveillère au 30 juin 2015[11]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
  France Total
Division M B M B M B C M B M B M B
1997-1998   Stade rennais FC Ligue 1 8 0 1 0 - - - - - - - 9 0
1998-1999   Stade rennais FC Ligue 1 32 0 5 0 - - - - - - - 37 0
1999-2000   Stade rennais FC Ligue 1 16 0 4 0 - - C4 3 0 - - 23 0
2000-2001   Stade rennais FC Ligue 1 32 0 2 0 - - - - - - - 34 0
2001-2002   Stade rennais FC Ligue 1 32 1 5 0 - - C4 3 0 - - 40 1
2002-2003   Stade rennais FC Ligue 1 20 1 2 0 - - - - - - - 22 1
Sous-total 140 2 19 0 - - - 6 0 - - 165 2
2003   Valence CF (prêt) Liga 18 1 - - - - C1 6 0 - - 24 1
Sous-total 18 1 - - - - - 6 0 - - 24 1
2003-2004   Olympique lyonnais Ligue 1 31 1 3 0 1 0 C1 8 0 1 0 44 1
2004-2005   Olympique lyonnais Ligue 1 33 0 4 0 1 0 C1 8 0 1 0 47 0
2005-2006   Olympique lyonnais Ligue 1 20 0 3 0 - - C1 7 0 3 0 33 0
2006-2007   Olympique lyonnais Ligue 1 30 0 5 0 1 0 C1 6 0 - - 42 0
2007-2008   Olympique lyonnais Ligue 1 28 1 6 0 1 0 C1 7 0 - - 42 1
2008-2009   Olympique lyonnais Ligue 1 19 0 1 0 1 0 C1 4 1 - - 25 1
2009-2010   Olympique lyonnais Ligue 1 30 0 4 0 - - C1 13 0 1 0 48 0
2010-2011   Olympique lyonnais Ligue 1 35 0 2 0 - - C1 8 0 5 0 50 0
2011-2012   Olympique lyonnais Ligue 1 33 0 7 0 1 0 C1 9 0 7 1 57 1
2012-2013   Olympique lyonnais Ligue 1 27 1 2 0 - - C1+C3 7+7 1+1 2 0 45 3
Sous-total 286 3 37 0 6 0 - 84 3 20 1 433 7
2013-2014   SSC Naples Serie A 13 0 3 0 - - C3 2 0 - - 18 0
Sous-total 13 0 3 0 - - - 2 0 - - 18 0
2014-2015   Sunderland AFC PL 16 0 1 0 - - - - - - - 17 0
Sous-total 16 0 1 0 - - - - - - - 17 0
Total sur la carrière 473 6 60 0 6 0 - 92 3 20 1 651 10

Matchs internationauxModifier

Buts internationauxModifier

Liste des buts en sélection d'Anthony Réveillère
00 Date Lieu Compétition Résultat Adversaire Détail Sél.
1er Stade de France, Saint-Denis, France Éliminatoires Euro 2012 V 3-0   Albanie   67e du pied gauche 3-0 14e

PalmarèsModifier

En clubModifier

En équipe de FranceModifier

Distinction personnelleModifier

Notes et référencesModifier

  1. Tableau matchs France espoirs 1986-2006
  2. « Anthony Réveillère », sur stade-rennais-online.com (consulté le 9 octobre 2011)
  3. Brève sur olweb.fr du 24 novembre 2008
  4. Bisevac à Lyon, Réveillère aussi (officiel), francefootball.fr, 16 août 2012.
  5. « Réveillère d'accord avec l'OM », Site de L'Équipe (consulté le 7 septembre 2013)
  6. Réveillère, 8 mois à Naples, www.lequipe.fr, 8 novembre 2013.
  7. Réveillère à Sunderland !, www.lequipe.fr, 23 octobre 2014.
  8. « Anthony Réveillère quitte Sunderland » (consulté le 12 juin 2015)
  9. Les recalés sont Gourcuff et Yanga, francefootball.fr, 29 mai 2012.
  10. François Desnoyers, « Yann Bonato, Thierry Omeyer et Thomas Voeckler dans la nouvelle promotion du CDES de Limoges », sur www.lepopulaire.fr, Le Populaire du Centre, (consulté le 7 juin 2018)
  11. « Fiche d’Anthony Réveillère », sur footballdatabase.eu

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :