Ouvrir le menu principal

Anglure

commune française du département de la Marne

Anglure
Anglure
Blason de Anglure
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Canton Vertus-Plaine Champenoise
Intercommunalité Communauté de communes de Sézanne-Sud Ouest Marnais
(siège)
Maire
Mandat
Frédéric Espinasse
2014-2020
Code postal 51260
Code commune 51009
Démographie
Gentilé les Angluriots et les Angluriotes.
Population
municipale
869 hab. (2016 en augmentation de 3,21 % par rapport à 2011)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 09″ nord, 3° 48′ 54″ est
Altitude Min. 71 m
Max. 82 m
Superficie 8,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Anglure

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Anglure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Anglure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Anglure
Liens
Site web anglure.fr

Anglure (prononcé [ɑ̃ɡlyʁə]) est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Anglure est une commune rurale. Ses habitants sont appelés les Angluriots et les Angluriotes.

GéographieModifier

Commune située à l'extrémité sud-ouest du département, dans la vallée de l'Aube, peu avant sa confluence avec la Seine.

Communes limitrophes d’Anglure
Allemanche Launay Marsangis
Soyer   Granges-sur-Aube
Baudement Bagneux

HydrographieModifier

La commune est riveraine de l'Aube.

ToponymieModifier

C'est sous le nom d'Angleuria, en 965, qu'un document fait mention d'Anglure pour la première fois. L'origine de ce nom d'Anglure s'explique par la présence des Angles, peuple germanique passant et s'installant dans la région vers le VIe siècle.

HistoireModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Anségise, 43e évêque de Troyes (ca 950) est le premier seigneur de la ville. De 963 à 1642, les barons de la Crosse furent les premiers à tenir la ville en rendant hommage à l'évêque.

Deux foires se tiennent à Anglure, à la saint Pierre-et-Paul le 29 juin, pour les bestiaux et chevaux et l'autre à la saint-Martin, le 11 novembre. Un marché hebdomadaire est recensé par l'aveu d'Ogier d'Anglure au roi le 11 juillet 1376.

Après la bataille d'Azincourt, les habitants creusent des fossés et lèvent des murailles pour défendre la ville des Anglais. La ville est leur livrée par Étienne d'Anglure, reprise par les troupes de Charles, roi de France en juin 1431, les seigneurs d'Auglure ayant mis le feu au château et les vainqueurs rasé les murailles.

En 1580, les habitants relèvent les murailles avec l'accord du roi, les travaux se faisant sous le commandement de Seranin Marcilly, capitaine élu d'Anglure. La ville est assaillie par Chrétien de Savigny, capitaine de François, frère du roi. Les portes de la ville sont ouvertes et elle est pillée, une partie de la population ayant trouvé refuge au château fortifié, Laurent de Cardone étant seigneur d'Anglure.

Le 27 septembre 1607, un grand incendie détruit presque toute la ville, un autre en 1609 la ravage de nouveau.

Fin 1789, la commune se dote d'une garde municipale de 71 personnes du village avec Moreau comme commandant. Le 27 avril 1791, un appel aux volontaires est lancé pour faire trois années de service dans les troupes auxiliaires, Mimi Darras de 28 ans, Louis Jamard de 27 ans et Sulpice Vaillant se proposent. En 1793, pour la Levée en masse, Anglure envoie quatre hommes : Louis Feugé, Isidore Gallois, Louis Billot (remplacé par François Leleure de Sézanne) et Césaire Lemesle (remplacé par Pierre Caille), ces remplacements se monnayant 400 livres.

 
L'écluse dans La Champagne pittoresque.

En 1844, le conseil municipal décide le financement de la voie de chemin de fer d'Anglure à Romilly.

En janvier 1910, une grande inondation atteint Anglure et le canton. Le sénateur de la Marne Léon Bourgeois visite les sinistrés de la ville le 10 février.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1791 René Ozanne    
1791 1792 Nicolas Marcilly    
1792 1793 Sulpice Darras    
1793 1800 Honoré-Hilaire Marcilly    
1800 1807 Œillet Preud'Homme    
1807 1816 Honoré-Hilaire Marcilly   Président de l'assemblée du canton en 1808
1816 1822 Victor-Marie Guyon    
1822 1837 Jean Moreau    
1837 1840 Pierre Allais    
1840 1846 Paul Tissandier    
1846 1852 Gabriel Cochois   Conseiller d'arrondissement
1852 1858 Victor Modeste Ployé    
1858 1893 Gabriel Cochois    
1893 1898 Albert Czerwinski    
1898 1919 Célestin Gustave Forgeot Rad. Conseiller général
1919 1925 Félix Dumay    
1925 1927 Célestin Gustave Forgeot Rad. Conseiller général
1927 1945 Pierre Forgeot PRS Député (1914-1924 et 1928-1936)
ministre des Travaux Publics (1928-1929)
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2014 Jean-Marc Albaut    
2014[1] En cours
(au 4 juillet 2015)
Frédéric Espinasse    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 869 habitants[Note 1], en augmentation de 3,21 % par rapport à 2011 (Marne : +0,76 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
605547707719722749724835903
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
866878860856805807789772792
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
742757756709740763763623626
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
643700785834855862873848861
2016 - - - - - - - -
869--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'or, semé de grelots cousus d'argent soutenus chacun d'un croissant de gueules

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Antoine, de style flamboyant. Dans le chœur, belles boiseries classées du XVIIIe siècle provenant du prieuré de Macheret. Elle est inscrite au titre des monuments historiques depuis 1946[6].
  • Monuments aux Morts de la Guerre 1914-1918[7].
  • Friche industrielle de la clouterie Amelin Dufay[8], impasse de l'Écluse.
  • Château d'Anglure : date de 1840, avec le ré-emploi du donjon de l'ancien château.
  • Écluse, œuvre de l'architecte Louis-Ambroise Dubut.
 
L'église au milieu du village au XIXe siècle.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Ogier IX d'Anglure, seigneur d'Anglure (v.1360-v.1412), qui effectua un pèlerinage à Jérusalem à la fin du XIVe siècle, dont la précieuse relation a été conservée ( Le Saint voyage de Jherusalem du seigneur d'Anglure, publié par François Bonnardot et Auguste Longnon, Paris, Firmin Didot, 1878.) Son blason a été donné à la ville.
  • Pierre Forgeot (1888-1956), ministre des travaux publics du 11 novembre 1928 au 3 novembre 1929.
  • Julienne Aisner[9] née Simart à Anglure (1899-1947), agent SOE pendant la Seconde Guerre mondiale, enterrée au cimetière d'Anglure, croix de guerre étoile d'argent, médaille de la résistance)[10].
  • Lucien Bonnot[11] (1913-1944), boucher à Anglure, résistant, fusillé le 5 août 1944 à l'Épine, terrain de la folie[12], enterré au cimetière d'Anglure, médaille de la résistance.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • Pour la liste des maires : Anglure à travers les Siècles, A. Travert, instituteur à Anglure, 1919.
  • L'abbé L. Jolivet, Notice historique sur Anglure (Marne),... Chalons-sur-Marne : impr. de A. Robat, 1910.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier