Ambassade de France en Israël

représentation diplomatique française en Israël

L'ambassade de France en Israël est la représentation diplomatique de la République française auprès de l'État d'Israël. Elle est située à Tel Aviv et son ambassadeur est, depuis 2023, Frédéric Journès.

Ambassade de France en Israël
Drapeau de la France
France
Vue de la mission diplomatique
Logo de l'ambassade de France en Israël.

Lieu 112 promenade Herbert Samuel
Tel Aviv-Jaffa 63572
Coordonnées 32° 04′ 55″ nord, 34° 46′ 05″ est
Ambassadeur Frédéric Journès
Nomination
Site web https://il.ambafrance.org/
Géolocalisation sur la carte : Tel Aviv-Jaffa
(Voir situation sur carte : Tel Aviv-Jaffa)
Ambassade de France en Israël
Géolocalisation sur la carte : Israël
(Voir situation sur carte : Israël)
Ambassade de France en Israël

Voir aussi : Ambassade d'Israël en France
Ambassade de France à Tel Aviv, promenade Herbert Samuel

Ce n'est pas l'ambassadeur français en Israël qui représente la France dans les Territoires palestiniens, mais le consul général à Jérusalem, qui ne relève pas de l'autorité de l'ambassadeur, la France n'ayant pas reconnu la fixation de la capitale de l'État d'Israël à Jérusalem.

La reconnaissance « de facto » de l'État d'Israël par la France s'est faite le 24 janvier 1949 par la déclaration écrite de M. Chauvel, directeur des affaires politiques du ministère français des Affaires étrangères, agissant au nom du ministre des Affaires étrangères, Robert Schuman, au représentant de l'État d'Israël, alors à Paris, Maurice Fisher. La reconnaissance « de jure » a été faite plus tard, le 20 mai 1949. Au vu de la résolution 181 de l'Organisation des Nations Unies, l'ambassade de France ne s'est jamais établie à Jérusalem mais à Tel Aviv.

Par ailleurs, la France considère qu'il est nécessaire de soutenir l'Autorité palestinienne, structure de type étatique, apparue le 13 janvier 1993 après les accords d'Oslo et qui fut la préfiguration de l'État de Palestine, transformation de l'Autorité palestinienne en janvier 2013.

Ambassade

modifier

L'ambassade est située à Tel Aviv promenade Herbert Samuel . Le consulat de France est situé rue Ben Yehuda, quelques rues plus loin.

Histoire

modifier

Bien avant la création de l'Etat d'Israël le 14 mai 1948 par le président du Yishouv (conseil représentatif des sionistes) David Ben Gourion, les intérêts de la France étaient représentés à Jérusalem depuis 1623, avec l'arrivée du premier consul français. En 1893, le consulat de Jérusalem devient consulat général.

Ambassadeurs de France en Israël

modifier
 
L'ambassadeur de France en Israël, Pierre-Eugène Gilbert, signe des autographes, près de Safed, le 3 mars 1958, lors d'une cérémonie de plantations d'arbres. Sur la droite de la photo, un peu cachée par un jeune, Golda Meïr, Ministre israélien des affaires étrangères (1956/1966) et Premier Ministre d'Israël de 1969 à 1974 .

Albert Vantier est nommé chargé d'affaires en Israël le [1].

Ambassadeurs de France en Israël 
IdentitéPériodeDurée
DébutFin
Édouard-Félix Guyon (d)[2],[3]
( - )
3 ans
Pierre-Eugène Gilbert
( - )
7 ans
Jean Bourdeillette
( - )
6 ans
Bertrand de La Sablière (d)
( - )
3 ans
Francis Huré
( - )
5 ans
Jean Herly
( - )
4 ans
Marc Bonnefous (d)
( - )
5 ans
Jacques Dupont
( - )
4 ans
Alain Pierret
( - )
5 ans
Jean-Louis Marie Lucet
(né en )
2 ans
Pierre Brochand
(né en )
2 ans
Jean-Noël de Bouillane de Lacoste
( - )
4 ans
Jacques Huntzinger
(né en )
4 ans
Gérard Araud
(né en )
3 ans
Jean-Michel Casa
(né en )
3 ans
Christophe Bigot (en)
(né en )
4 ans
Patrick Maisonnave
(né en )
3 ans
Hélène Le Gal[4]
(née en )
2 ans et 11 mois
Éric Danon[5]
(né en )
3 ans, 10 mois et 19 jours
Frédéric Journès
(né en )

Relations diplomatiques

modifier

Alors que les États arabes contestaient la création de l'Etat d'Israël depuis sa création le 14 mai 1948, le Quai d'Orsay avait prôné l'abstention, partagé entre les positions traditionnellement pro-arabes et la volonté de protéger les intérêts français en Palestine d'alors, à la veille du vote du 29 novembre 1947 à l'O.N.U. mais finalement, le gouvernement français, présidé alors par Léon Blum, a voté en faveur de la partition de la Palestine, gérée par les Britanniques depuis la fin de la première guerre mondiale.

La France jouera finalement un rôle diplomatique important dans la signature des accords de Rhodes[6]. Les relations entre les deux pays restent néanmoins tendues jusqu'en 1954. Puis une importante assistance militaire française renforce les relations, surtout au sortir de la crise de Suez. La politique du général de Gaulle, après l'indépendance de l'Algérie, visait à maintenir Israël comme un allié privilégié au Proche-Orient tout en accentuant la coopération économique et culturelle. La guerre des Six Jours perturba ce fragile équilibre, la France se devant de se désolidariser des attaques d'Israël et de l'occupation de la Cisjordanie, de Jérusalem-Est, du Golan et du Sinaï, à compter du 10 juin 1967, par les forces israéliennes. Lors de sa conférence de presse du 27 novembre 1967, le chef de l' Etat, le général de Gaulle, parle " de peuple d'élite, sûr de lui et dominateur ....."

La rupture entre Paris et Tel Aviv fut consommée en décembre 1968 après les bombardements de l'armée israélienne de Beyrouth et la destruction d'avions civils stationnés sur l'aéroport international de Beyrouth. Dès son arrivée, le président Pompidou s'était inscrit dans la même lignée diplomatique que le général de Gaulle, appuyant un règlement du conflit israélo-arabe par les grandes puissances. Il pourra en outre profiter de l'appui de l'Europe naissante, tout comme son successeur Valéry Giscard d'Estaing qui, en revanche, ne put que subir une nouvelle dégradation des relations entre les deux États en raison de la stratégie du gouvernement de Menahem Begin, arrivé au pouvoir en juin 1977 et favorable à l'établissement de dizaines de milliers de colons juifs devant s'installer dans les territoires arabes conquis par l'armée israélienne depuis juin 1967.

Se présentant comme ami d'Israël, le président François Mitterrand se rendit dans ce pays lors d'une visite officielle qui se voulut un tournant dans les relations diplomatiques en 1982 et fit notamment un discours au Parlement israélien, resté dans l'Histoire et où il affirme le droit des Palestiniens à avoir un Etat. Il fut également un relais d'un grand nombre de politiques français en faveur de l'OLP. La Seconde Intifada, durant la présidence de Jacques Chirac, dégrada à nouveau fortement les relations entre la France et Israël. La politique s'est alors orientée vers une coopération culturelle, scientifique et économique, qui s'est poursuivie depuis l'arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy. Ce dernier est lui aussi favorable à un retrait des troupes israéliennes des territoires occupés (Jérusalem-Est, Cisjordanie, Golan) et opposé à tout usage de la force militaire.

Le président François Hollande a continué la politique française de coopération envers Israël, tout en rappelant le droit du peuple palestinien à disposer d'un Etat. Il en est de même pour son successeur, après 2017.

Consulats

modifier

Outre celui de Tel Aviv, il existe deux autres consulats généraux à Jérusalem et Haïfa, ainsi que deux consuls honoraires à Beer-Sheva et Eilat.

Communauté française

modifier

Au , 52 390 Français sont inscrits sur les registres consulaires en Israël[7]. Au , les 51 945 inscrits étaient ainsi répartis entre les deux circonscriptions consulaires : Tel Aviv (43 342) et Haïfa (8 702)[8]. Ces chiffres ne comprennent pas les Français inscrits sur le registre consulaire de Jérusalem (20 496 au ).

Population française inscrite au registre mondial
2001 2002 2003 2004
33 48938 15742 53343 111
2005 2006 2007 2008
42 57344 27949 13756 585
2009 2010 2011 2012
57 94159 01858 84054 886
2013 2014 2015 2016
51 71451 94550 45150 640
2017 2018 2019 2020
52 98253 40453 31749 597
2021 - - -
52 390---
Personnes inscrites au registre des Français établis hors de France au 31 décembre de chaque année.
(Sources : données publiques sur data.gouv.fr et ministère français des Affaires étrangères, dont 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016)

Mais tous les Français établis en Israël ne sont pas immatriculés sur les registres consulaires car l'immatriculation dans les consulats ou consulats généraux n'est plus obligatoire pour les résidents permanents français à l'étranger depuis 1968. Ils seraient en tout quelque 100 000 Français à vivre en Israël, de toutes conditions : actifs ou retraités, start-uppers, venus récemment ou arrivés depuis plusieurs générations.

La communauté francophone représente de moins en moins de personnes en Israël, même si des milliers de Français juifs, depuis quelques années, émigrent en Israël, y faisant leur " alyah ", chaque année. En 1948, lors de la création de l'Etat d' Israël, la quais totalité des cadres de l'Etat juif et des mouvements sionistes de gauche comme de droite parlait ou lisait le français sans aucun problème. Il était alors estimé que, sur environ 700 000 juifs présents constituant le nouvel Etat créé le 14 mai 1948, environ 10 % parlaient et comprenaient très bien le français.

Il est à noter que les jeunes élèves apprennent obligatoirement l'anglais dès l'entrée en équivalent de classe de sixième dans le cursus scolaire israélien ; cette décision a été prise par le gouvernement israélien dès 1949. Le français est, depuis cette décision, la troisième ou quatrième langue enseignée dans le secondaire, largement après le russe (plus d'un million de locuteurs russes en Israël) et l'arabe (environ un million huit cent mille locuteurs) et il est aussi très enseigné au sein des Universités israéliennes ou au Technion, où la quasi-totalité des cours pour étrangers a lieu en anglais.

Sur la totalité de la population d'Israël (juive et arabe) en 20220 (plus de 9 millions et six cent mille habitants), les francophones étaient moins de 300 000 habitants, soit environ 3 % de la population totale. Tel Aviv est la ville où s’installent la plupart des émigrants français ainsi que dans la station balnéaire de Netanya, au nord de Tel Aviv, où se trouvent notamment des retraités [9].

Circonscriptions électorales

modifier

Depuis la loi du [10] réformant la représentation des Français établis hors de France avec la mise en place de conseils consulaires au sein des missions diplomatiques, les ressortissants français d'Israël et des Territoires palestiniens élisent pour six ans des conseillers consulaires dans chacune des circonscriptions suivantes :

  1. Jérusalem : 5 conseillers ;
  2. Tel Aviv et Haïfa : 6 conseillers.

Ces derniers ont trois rôles :

  1. ils sont des élus de proximité pour les Français de l'étranger ;
  2. ils appartiennent à l'une des quinze circonscriptions qui élisent en leur sein les membres de l'Assemblée des Français de l'étranger ;
  3. ils intègrent le collège électoral qui élit les sénateurs représentant les Français établis hors de France. Afin de respecter la représentativité démographique, cinq délégués consulaires sont élus dans les deux circonscriptions (un dans la 1re et quatre dans la 2e) pour compléter ce collège électoral.

Pour l'élection à l'Assemblée des Français de l'étranger,Israël représentait jusqu'en 2014 une circonscription électorale dont le chef-lieu était Tel Aviv[11] et désignait quatre sièges. Israël appartient désormais à la circonscription électorale « Israël et Territoires Palestiniens » dont le chef-lieu est Tel Aviv et qui désigne quatre de ses 11 conseillers consulaires pour siéger parmi les 90 membres de l'Assemblée des Français de l'étranger[12].

Pour l'élection des députés des Français de l’étranger, Israël dépend de la 8e circonscription , qui comptait en décembre 2020, plus de 68 000 inscrits. Une élection partielle législative est prévue en avril 2023, au vu de l'annulation par le Conseil Constitutionnel, en novembre 2022, du résultat des dernières élections, au vu du comportement des soutiens alors le jour des élections du député sortant, M.Habib Meyer, qui se représente d'ailleurs avec 7 autres candidats, pour les élections d'avril prochain.

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Références

modifier
  1. « LISTE CHRONOLOGIQUE DES AMBASSADEURS, ENVOYÉS EXTRAORDINAIRES, MINISTRES PLÉNIPOTENTIAIRES ET CHARGÉS D'AFFAIRES DE FRANCE À L'ÉTRANGER DEPUIS 1945 », sur France diplomatie
  2. « https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/jpg/67_1-2.jpg »
  3. « https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/jpg/67_2-2.jpg »
  4. François Hollande, Manuel Valls, Jean-Marc Ayrault, Décret du 8 août 2016 portant nomination d'une ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès de l'Etat d'Israël - Mme LE GAL (Hélène), (décret en Conseil des ministres),  
  5. Emmanuel Macron, Édouard Philippe, Jean-Yves Le Drian, Décret du 21 juin 2019 portant nomination d'un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès de l'Etat d'Israël - M. DANON (Eric), (décret en Conseil des ministres),  
  6. La France et les accords de Rhodes en 1949 par Orane Sutre-Reginens, 2002.
  7. Population française inscrite au registre mondial (auprès des postes consulaires) au 31/12/2016.
  8. Dossier Israël sur le site France Diplomatie.
  9. Nathalie Laville, « Qui sont ces Français… en Israël? », sur francaisaletranger.fr, Journal des Français à l’étranger, (consulté le ).
  10. Loi no 2013-659 du 22 juillet 2013 relative à la représentation des Français établis hors de France sur Légifrance.
  11. Décret no 2005-552 du 24 mai 2005.
  12. Élections 2014 - découpage mondial par circonscription AFE, sur le site du ministère des Affaires étrangères.