Marie de Sully

aristocrate française
Marie de Sully
Biographie
Naissance
Décès
Père
Louis de Sully (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Conjoints
Enfants
Jean de La Trémoille
Georges Ier de La Trémoille
Jeanne d'Albret
Charles II d'Albret
Marguerite de La Trémoïlle (d)
Isabeau de La Trémoïlle (d)
Marie de La Trémoïlle (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Marie de Sully (1365 - c. 1409/1410), princesse de Boisbelle, dame de Sully et de Craon et comtesse de Dreux, est la fille de Louis Ier de Sully et d'Isabeau de Craon [1].

Enfance et fiançaillesModifier

À la mort de son père en 1382, Marie de Sully devient l'unique héritière de la principauté souveraine de Boisbelle et des seigneuries de Sully, de La Chapelle-d'Angillon, des Aix-d'Anguillon, de Saint-Gondon, de Châteaumeillant, de Sainte-Hermine, de Saint-Amand-Montrond, d'Argent, de Villebon et d'Orval [1]. Par sa mère, elle est également l'héritière de la seigneurie de Craon.

En raison de son statut d'unique héritière de ses parents, elle devient l'un des partis les plus recherchés de France. Sa mère conclut un contrat le 27 juillet 1381 avec Jean de Berry par lequel Marie est fiancée à son fils Charles de Berry, comte de Montpensier. Afin de couvrir les frais, Isabeau de Craon cède au duc sa propre baronnie de Châteauneuf [2]. Cependant, Charles de Berry meurt au printemps 1383 avant que le mariage ne puisse être célébré.

Premier mariageModifier

Peu de temps après, Marie de Sully épouse un chevalier de renom, Gui VI de La Trémoille [3]. Le couple a cinq enfants [4] :

Parmi leurs nombreux actes figure la construction de l'actuel château de Sully-sur-Loire.

Vers 1396, Gui participe à la croisade de Jean sans Peur pour assister Sigismond de Luxembourg dans sa lutte contre le sultan Bayezid Ier [6]. Il combat à la bataille de Nicopolis le 25 septembre 1396, qui se termine par une défaite désastreuse, au point qu'il est capturé et emprisonné avec Jean. Sa famille doit verser une rançon de 8 500 ducats pour obtenir sa libération [4]. Cependant, il tombe malade lors de son voyage de retour, et meurt à Rhodes en 1397, laissant Marie de Sully seule avec des enfants encore mineurs [7].

Deuxième mariageModifier

Le 27 janvier 1400, Marie de Sully se remarie avec l'un des aristocrates français les plus renommés de son temps, Charles Ier d'Albret, comte de Dreux et connétable de France [8] [9]. Par sa mère, Marguerite de Bourbon, il est le cousin du roi Charles VI de France.

Le couple a quatre enfants :

Marie de Sully meurt à Pau entre le 6 septembre 1409 et le 17 février 1410, date à laquelle un inventaire de ses meubles et biens est dressé [4].

AscendanceModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Galand 2005, p. 84.
  2. Galand 2005, p. 88.
  3. Galand 2005, p. 92.
  4. a b et c Galand 2005, p. 95.
  5. Galand 2005, p. 101.
  6. Smith et DeVries 2005, p. 71–73.
  7. Depuichault 1865, p. 58.
  8. Galand 2005, p. 289.
  9. Bradbury 2004, p. 6.
  10. Biu 2002, p. 453.
  11. Wagner 2006, p. 6.

BibliographieModifier

  • Biu, « Du panégyrique à l'histoire : l'archiviste Michel de Bernis, chroniqueur des comtes de Foix (1445) », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 160, no 2,‎ , p. 385–473 (DOI 10.3406/bec.2002.451098)
  • Jim Bradbury, The Routledge Companion to Medieval Warfare, Routledge,
  • Carol Mary Chattaway, The Order of the Golden Tree: The Gift-giving Objectives of Duke Philip the Bold of Burgundy, Isd,
  • Adrienne Depuichault, Histoire du Royaume de Bois-Belle, C. Douniol,
  • Gérard Galand, Les seigneurs de Châteauneuf-sur-Sarthe en Anjou, Cheminements,
  • Robert Douglas Smith et K. DeVries, The Artillery of the Dukes of Burgundy, 1363–1477, Woodbridge, Boydell Press, (ISBN 978-1-84383-162-4, Modèle:Googlebooks)